Fleuve… de sable (Tarfaya, Sahara atlantique)

Naissance d’un « fleuve »

Il y a une trentaine d’année, Tarfaya était un lieu oublié. Seuls les lecteurs de Saint-Exupéry pouvaient frémir à son autre nom, Cap Juby, escale de l’Aéropostale, au Sahara atlantique. Près de là, je vis un jour l’étrange noce de la mer et du désert.

Elle se déroule en un lieu précis. À quelques pas du Cap Juby, la côte de falaises inhospitalières s’abaisse. Une longue et large plage file vers l’est, puis les falaises se reforment. Un site parfait de station touristique, hormis la platitude du lieu et un vent qui souffle toute l’année de la même direction : nord.

Il est si régulier que tout navire qui tombe en panne entre le Maroc et les Canaries est poussé jusqu’à la côte. Lorsque j’y allai en 1990, la plage était un cimetière de cargos dans un état variable de destruction (fig. 1-2).

Fig. 1 : Un cargo face à la plage, « presque neuf »

Pour rendre les lieux plus agréables, un fort courant marin apporte en permanence des masses de sable qu’il dépose sur la plage.

Fig. 2 : La plage de Cap Juby à marée basse. Le vent assèche le sable et l’emporte vers l’intérieur. À quelques encablures, un cargo démantelé.

La rencontre y a lieu. Les marées sont marquées, aidées par la faible pente. Lorsque la mer baisse, elle laisse un large estran de sable fin. Le vent l’assèche (fig. 2). Il en emporte tant que l’on voit à chaque marée la marque de son creusement. Vers la mer, le sable encore mouillé reste lisse. Plus haut sur la plage, le vent sèche vite la surface. Il emporte le sable et creuse une petite dépression irrégulière (fig. 3).

Fig. 3 : En quelques heures, le vent creuse ces sillons parallèles qui progressent vers la mer, puis sont détruits par la marée suivante.
Fig. 4 : à une centaine de mètres de la plage, les premières barkhanes apparaissent et commencent à courir…

Pourquoi étudier ces sillons fugaces ? Tout cela semble ridicule. Voyons la suite avant de juger. Songeons au temps de la nature, autre que celui des hommes.

Ce petit rien se produit à chaque marée, environ six cents fois par an… Et chaque haute mer détruit le sillon précédent, remue tout, rapporte du sable « frais ». La fourniture de matériel au vent est illimitée. Il en emporte tant qu’à une centaine de mètres de l’estran il commence à construire de jolies petites dunes en croissant, les barkhanes (figure 4). Elles amorcent alors leur chemin vers le sud. Ce sont les seules dunes qui avancent vraiment, mais ceci est une autre histoire, expliquée dans un billet précédent.

Vie et mort du « fleuve »

Un peu plus loin, les dunes ont grandi en avançant. Elles forment un petit troupeau de croissants sableux. Au loin, le cargo flotte sur elles, absurde (fig. 5). Elles sont les premières d’un « fleuve de sable », terme créé par Clos-Arceduc (1965). Parti de la plage vers le sud, ce ruban de dunes long de trois cents kilomètres, large de cinq à sept, s’effiloche à son extrémité pour disparaître au milieu d’une plaine nue.

Drôle de « fleuve », qui avance au fil des millénaires et de l’avancée de ses dunes, et qui date ainsi son acte de naissance, lorsque la mer revint sur ses rivages actuels… Fleuve tranquille, direz-vous. Que nenni, les masses de sable transporté sont énormes. Dans ces régions d’alizé maritime, parmi les plus venteuses du globe, il peut passer sur une largeur d’un mètre plus de deux cents tonnes de sable par an (Callot et Oulerhi 1996). Faites le calcul sur cinq kilomètres, largeur minimale du fleuve : cela fait un million de tonnes ! Chaque année !

Fig. 5 : à moins de 500 m de la mer, un petit erg de barkhanes jointives s’est formé. Le cargo échoué « flotte » dessus.

Plus au sud, le fleuve est toujours un ballet de barkhanes courant toutes vers le même but, esclaves du vent qui les nourrit et les guide. Elles avancent chacune à son allure, d’autant plus vite qu’elles sont plus petites, elles fusionnent en longs cordons obliques, émettent une progéniture pressée de filer devant ses géniteurs, puis se défont. Vues de l’espace, elles créent des figures d’une grande beauté (fig. 6), tableaux naturels  nés d’une quantité infinie de hasards et de contraintes combinant une seule forme en croissant.

Cela dure depuis sept à dix mille ans… Le « fleuve » vers sa fin rappelle plus un oued qu’un cours d’eau de région tempérée : il devient irrégulier, avec des sections où il disparaît presque, puis reprend de la vigueur. Un peu comme la crue de l’oued, qui s’affaiblit vers l’aval jusqu’au point où elle cesse. L’importance de la crue sera estimée au point atteint.

Fig. 6 : le fleuve de sable vers 25°51’N – 13°34’W, 240 km au SSW de la plage. Une combinaison folle de formes presque identiques (image Google Earth du 13 septembre 2015)

Les seules images satellites disponibles des dernières dunes du fleuve datent de mars 2005. Elles montrent (fig. 7A) des dunes de plus en plus rares éparpillées sur un paysage plan, dépourvu de sable. Ironie du hasard, alors qu’on se trouve dans une des régions où le vent du nord-nord-est est un des plus constants du globe, ce jour-là il venait depuis un bon moment du sud-est avec une force suffisante pour déformer les barkhanes. La figure 7B en montre deux. La plus grande garde encore une aile originelle bien conservée et presque ensevelie sous le sable venu de la direction divergente. La plus petite est presque devenue une barkhane retournée. Soyons sans crainte, elles reviendront vite dans le droit chemin.

Fig. 7 : A) Dunes les plus méridionales du « fleuve » de sable, 320 km au SSW de la plage ; B) Détail de la déformation des barkhanes par un vent divergent (Image Google Earth du 18 mars 2005)

Étrange objet dynamique. Il me fascine, fruit unique au monde d’un bal étrange mêlant mer, vent, sable, désert, et temps. Les grains des dunes aux avant-postes du fleuve, guettant la conquête suivante sur la hamada, sont sortis de la mer aux temps où les hommes taillaient promptement leurs silex sur les marges d’un désert vaincu par la mort des inlandsis. Depuis, ils avancent, aidés par la sécheresse revenue.

« Coulées » de sable

Il arrive que le sable coule. C’est même ainsi que les dunes avancent. Mais il coule « à sec ». En réalité, il croule (fig. 8).

Fig. 8 : Coulées de sable dans la face croulante d’une barkhane au sud de Tarfaya. Le dessus de la dune est flouté par le sable : poussé par le vent, il sautille sur elle.

Lorsque le vent apporte du sable sur une dune, il va en prélever à sa base, en accumuler sur elle, puis la franchir et passer son chemin. Il en dépose tant sur l’arête qu’elle finit par s’écrouler en un point. La répétition de ces coulées finit par faire avancer la dune si le vent souffle toujours dans la même direction. On peut calculer la vitesse de la dune. Elle varie selon sa taille…

Lors d’une tempête de sable, observer cette avancée inexorable est impressionnant. Les vieux habitants des lieux racontaient encore en 1990 qu’en périodes d’insécurité ou de collecte d’impôts, ils posaient leurs bien précieux ou leurs réserves de nourriture devant les barkhanes, qui les ensevelissaient. Les « visiteurs » ne trouvaient rien et repartaient bredouilles. Il n’y avait plus qu’à attendre que la dune avance pour récupérer ses biens.

Une seule fois, j’ai vu du pur sable vif « couler » vraiment (fig. 9). À l’ouest de l’Algérie, dans les Monts des Ksour, un matin de mars, sur un versant très pentu face au désert. Il avait plu durant la nuit, beaucoup. Comment, je ne le saurai jamais. Mais l’eau tomba de telle manière qu’elle imbiba sans le raviner le sable plaqué sur la roche.

Fig. 9: « coulée » de sable humide. Épaisseur environ 80 cm.

Il devint pâteux et glissa. Des petites coulées crémeuses s’entassèrent çà et là sur les ruptures de pente.

Cela ne dura pas. Le soleil revenu sécha vite les pâtons. Ils redevinrent un tas de sable ordinaire. À midi, il n’y avait plus rien.

Ces petits faits fortuits enchantent le travail du chercheur dans la nature, comme la rencontre d’un chat sauvage. Je les ai dégustés comme des friandises de la vie et de la chance. Pourquoi suis-je monté ce matin-là sur ce versant, je n’en ai aucun souvenir. Il ne me reste que celui de ces coulées magiques. Il eût suffi qu’il pleuve un peu plus longtemps pour que l’averse détruise les volutes de la coulée. Elle s’arrêta au moment de celle-ci. Elle la piqueta juste de quelques impacts des dernières gouttes.

Un miracle du hasard.

Bibliographie

Callot Y., Oulerhi T. 1996. Géodynamique des sables éoliens dans le Nord-Ouest saharien : relations entre aérologie et géomorphologie, Geodinamica Acta 9/1, 1-12.

Clos-Arceduc A. 1965. Essai d’explication des formes dunaires sahariennes, Publ. Institut Géographique National, Paris, Études de Photo-Interprétation 4.

L’auteur

Yann Callot est Professeur émérite de Géographie – Université Lumière – Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, Antenne de Jalès, Ardèche

Pour citer ce billet : Yann Callot. Fleuve… de sable (Tarfaya, Sahara atlantique), ArchéOrient - Le Blog, 17 avril 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14891

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.