Templiers en Cévennes ! Retour sur une aventure collective à Jalès

Depuis qu’Archéorient s’occupe d’archéologie médiévale, sur le territoire français en plus, les expériences inédites se multiplient à l’Antenne de Jalès. Les fidèles lecteurs de ce blog se souviendront en effet que le laboratoire a initié en 2016 une étude archéologique de la commanderie. Structurée sous forme de Projet Collectif de Recherche, interdisciplinaire, elle propose une approche globale du sujet, tant sur le bâti de la domus templière que sur le domaine qu’elle régente.

Au-delà de son objectif scientifique chapeauté par Laurent D’Agostino, cette étude intègre des actions vers la transmission des connaissances. Auprès des étudiants d’abord, car le programme de recherches a été le support de plusieurs stages, permettant à plus de 70 étudiants de se former à l’étude patrimoniale. La feuille de route de l’étude prévoit aussi un partage vers le grand public, et c’est ainsi qu’Archéorient s’est lancé dans une nouvelle aventure : l’organisation d’une manifestation scientifique.

Comme le préconise de plus en plus impitoyablement le monde actuel de la recherche, les idées ne suffisent pas, et il faut aussi trouver les moyens de financer leur mise en œuvre. Ce sont les organismes publics qui ont répondu à nos demandes : l’Université Lyon 2, le CNRS, au niveau national, de Rhône Auvergne,  et du laboratoire Archéorient, le Parc National des Cévennes, la Mairie de Berrias, l’Education Artistique et Culturelle de la Communauté de Communes du Pays des Vans. Budgets obtenus, notre projet devenait donc possible.

Pour le construire, l’équipe s’est d’abord entourée d’experts de la vulgarisation scientifique : Magalie Margotton, membre de l’équipe de l’Archéosite Randa Ardesca, et Robin Furestier, de la Cité de la Préhistoire d’Orgnac. Ils nous ont guidés dans l’organisation générale, l’accueil des bénévoles, la structure et la rythmique de l’animation scientifique, et les contenus des différents supports.

Par ailleurs, nous souhaitions donner à cette manifestation un caractère convivial, et, comme dans l’étude scientifique, impliquer les acteurs de la vie locale. Le monde associatif de la basse Ardèche est riche et dynamique. Des ateliers animés par leurs soins permettraient d’illustrer autrement les activités des templiers et nos travaux de chercheurs. Les associations contactées ont répondu tout de suite à notre appel, et ont enrichi le programme de leurs nombreuses propositions.

Enfin, la fête n’aurait pas été complète sans le stand buvette-restauration. L’association RESTe !, dont l’investissement précoce dans l’étude archéologique avait déjà fortifié la mise en place du PCR, nous a encore une fois aidé. Anne Barbier, membre de ce collectif, est souvent aux cuisines lors des chantiers de l’association. Ce sera elle qui portera la toque du chef à Jalès.

L’organisation a progressé pas à pas, mais quelle surprise de découvrir au fur et à mesure l’ampleur du travail nécessaire à la mise en place d’un évènement grand public. Les circonvolutions administratives. La logistique aux questions tentaculaires. Les effectifs nécessaires pour l’animation. Les aménagements à prévoir et préparer. La communication à diffuser dans les réseaux. Et toujours, l’incertitude du nombre de visiteurs. Plus d’une fois au sein d’Archéorient, des réunions, des coups de fils, des discussions : on maintient, on abandonne, ce problème est insoluble… le stress n’a pas manqué. C’était sans compter sur l’élan coopératif affluant à notre rescousse. A chaque obstacle insurmontable survenait une aide spontanée, efficace, désintéressée. A chaque angoisse, un réconfort, à chaque problème, une solution.

La mobilisation de chacun a été incroyable. Personne pour s’occuper de la buvette ? Christian Carceller, membre de l’association Chien Fou ! décale ses vacances en Grèce et prend en charge le stand et sa logistique. Pas de matériel adéquat ? Son association nous le prête gracieusement. Pas de subventions versées en amont des dépenses ? L’association FARPA nous fait l’avance en liquide. Des règles budgétaires différentes pour chaque financeur ? Gwénaëlle Pequay d’Archéorient et Vincente Voisin de l’association ALPARA trouvent les passerelles. Des obstacles administratifs ? Sébastien Buthion, du pôle communication du CNRS, sollicite les services institutionnels. Pas de diffusion locale de l’info ? Chacun met à disposition son réseau. Pas de bénévoles pour aider ? Que nenni ! Les gens se rendront disponibles, poseront des congés, et se déplaceront de partout en Ardèche, de Lyon,  Tarbes, Paris… et même de Valencia pour prêter main forte. Les habitants du hameau de Jalès s’investissent à son tour, aident, prêtent du matériel. Françoise et Jean Claude Travart mettent à disposition leur maison pour abriter les stocks et héberger 10 bénévoles. Thérèse et Jean Pierre Ruffat accueillent le stand buvette et fournissent eau et électricité.

Les échanges s’intensifient et la solidarité se soude. Chloé Carceller donne la main pour la régie générale et trouve dans sa librairie Beaux Art la Zizanie le petit matériel de dernière minute. Laura Graphik’s, atelier de sérigraphie aux Vans, imprime des T-shirt pour les bénévoles. L’Atelier Pluriel, atelier d’édition aux Vans également, imprime les nombreux essais d’affiche (fig. 1). La communauté de communes des Vans loue des marabouts pour compléter ceux prêtés par le département de l’Ardèche. Celui-ci imprime les affiches, et la Maison de l’Orient, les posters d’expo. Le caveau de la Croisée de Jalès propose son vin au meilleur prix, et les chefs restauration et buvette sollicitent jusqu’à 14 producteurs locaux pour leurs fournitures.

Fig. 1 : affiche de la manifestation Templiers en Cévennes ! (© E. Régagnon)

D’un projet imaginé plutôt dans un cadre institutionnel, c’est celui de toute une équipe, multiforme et enthousiaste, qui prend corps. Le mot d’ordre : partage. De la connaissance, des expériences, des milieux. Le programme et la structure de l’évènement offrent plusieurs niveaux de lecture, pour tout type de public. L’accent est mis sur la rencontre aisée des chercheurs, la pédagogie ludique alliée à la rigueur scientifique, le tout dans une ambiance conviviale. L’initiative est laissée aux associations partenaires, afin qu’à travers l’animation de leurs ateliers, elles puissent faire connaître leurs autres activités. Les acteurs scientifiques illustrent les différents statuts qui font la recherche d’aujourd’hui, entreprise privée, CNRS/Université ou association. Ces journées, totalement gratuites, n’existent plus que pour le plaisir de construire ensemble.

La fête durera trois jours. En introduction le vendredi soir, Laurent D’Agostino anime une conférence générale, « De l’Orient des Croisades aux contreforts des Cévennes : les ordres religieux militaires et la commanderie de Jalès » (fig. 2).

Fig. 2 : Ouverture de la manifestation Templiers en Cévennes ! organisée du 20 au 22 septembre 2019 (© Y. Callot)

Le samedi et le dimanche, cœur de ces journées, offrent un panel d’activités entre lesquelles le visiteur évolue librement (fig. 3) :

Fig. 3 : les animations se répartissent dans toute la commanderie
(© J. A. Sanchez Priego)

La thématique pure de l’étude de la commanderie de Jalès est illustrée de plusieurs façons. Une exposition d’abord, qui montre les volets de recherche par discipline. Comprenant 10 posters, elle permet au public de percevoir les métiers que sollicitent une étude patrimoniale, et de découvrir les premiers résultats de notre travail. Une maquette de la commanderie, réalisée par Fabrice Laliberté de l’Atelier 1645, permet de mieux percevoir les volumes du site et présente en contexte les phases de construction des façades (fig. 4 A). Un diaporama projette en grand format les restitutions en architectural rendering d‘Édouard Maréchal, et montre de façon réaliste à quoi ressemblait la chapelle au XII° siècle. Un stand animé par Stéphanie Wicha et Antoine Nicault d’Archéobois explique le métier de dendrochronologue (Fig. 4 B). Les autres acteurs de l’étude sont présents pour commenter les posters. A l’attention des plus jeunes, un grimoire réalisé par Margotton Lutherie permet une approche adaptée de la vie des templiers.

Fig. 4- A : maquette phasée de la commanderie réalisée par l’Atelier 1645, à partir des données de l’Atelier d’Archéologie Alpine. B : explication du métier de dendrochronologue, par Stéphanie Wicha (© C. Barge)

Un cycle de micro-conférences répété deux fois par jour est le pendant oral de cette exposition. Il offre une animation dynamique qui permet au grand public de percevoir l’interdisciplinarité de l’étude, la synergie des compétences, et les multiples visages des « archéologues ». Sept thèmes sont développés : Archéologie du bâti (Laurent D’Agostino, Atelier d’Archéologie Alpine), Restitution 3D (Eva Chauvin-Desfleurs, Atelier d’Archéologie Alpine), Architectural Rendering (Édouard Maréchal, Paris Picture Club), Géophysique (Christophe Benech, CNRS), Architecture (Antoine Voisin, RESTe !), SIG (Olivier Barge, CNRS), Géographie (Maël Crépy, CNRS).

Une vidéo sur l’histoire de la commanderie, réalisée par Jean Férole de l’association ACT’Jalès, tourne en continu ; et des visites guidées sont animées par cette même association, avec un départ toutes les heures (fig. 5).

Fig. 5 : Les visites guidées par l’association ACT’Jalès (© C. Barge)

Pour permettre au visiteur de découvrir l’Antenne CNRS de Jalès, une autre exposition est consacrée aux activités du laboratoire Archéorient. Les chercheurs l’animent en commentant les posters, et tiennent des stands sur la sédimentologie, la géophysique, l’archéologie expérimentale (taille de silex, maîtrise du feu, l’archéobotanique et la photogrammétrie (fig. 6).

Fig. 6 : les activités de l’Antenne de Jalès expliquées par une exposition animée (© E. Vila)

Les autres animations sont portées par les associations, et offrent des ateliers pour tous les âges. Deux thématiques sont développées : les savoir-faire anciens en lien avec des activités qu’a connues la Commanderie de Jalès (fig. 7) : Travail de la laine (Camin’Âne, La Sariette) : cadrage, filage, tissage, teinture, en plus d’une exposition sur les différentes qualités de laine selon les races de brebis, et l’évolution de l’aspect de la laine au fur et à mesure de son traitement. La taille de pierre pour l‘architecture est assurée par l’association RESTe !, avec plusieurs ateliers de taille et la présentation des outils du tailleur. Le travail de la fresque en particulier mais aussi d’autres artisanats du Moyen Âge sont racontés par l’association Helviorum, responsable de l’Archéosite Randa Ardesca.

Fig. 7 : les ateliers de savoir-faire anciens animés par les associations : travail de la laine (Camin’âne, La Sariette), taille de la pierre (RESTe !) et fresque (Helviorum) (©C. Barge)

D’autres ateliers exposent au public de tout âge des différents métiers de l’archéologie (fig. 8), et sont assurés par Bonne Pioche, association des étudiants en archéologie de Lyon : fausse fouille d’une tombe mérovingienne ; diorama présentant un même lieu à plusieurs périodes de l’histoire, et les métiers de l’archéologie qui interviennent aujourd’hui pour son étude ;  atelier d’archéologie du bâti, apprenant au public à lire l’évolution d’un bâtiment dans les reprises de ses façades. Enfin, une animation de réalité virtuelle (VR), créée par Édouard Maréchal, permet une immersion dans la chapelle restituée du XIIe siècle.

Fig. 8 : les ateliers expliquant les métiers de l’archéologie, assurés par l’association Bonne Pioche et Édouard Maréchal : diorama, archéologie du bâti, fouille, et VR (réalité virtuelle) de la chapelle XII° restituée. (© C. Barge)

La fréquentation a été exceptionnelle : 1200 visiteurs estimés, dont plus d’une centaine de jeunes enfants. De nombreuses personnes sont restées la journée entière, voire revenues le lendemain, quelques passionnés prolongeant même leur visite sur les trois jours.

Les retours ont été plus que chaleureux, et le livre d’or, qui comptabilise plus de 70 messages, souligne la diversité des activités, leur accessibilité pour tous les âges, l’ambiance conviviale, et surtout la richesse de belles rencontres et de nouvelles connaissances (fig. 9).

Fig. 9 : quelques messages du livre d’or (© E. Régagnon)

Templiers en Cévennes ! fut pour l’Antenne d’Archéorient plus qu’une simple manifestation. Même si elle fêtait les 80 ans du CNRS et les Journées Européennes du Patrimoine, elle a été transformée, par le réseau d’amitié qui l’a rendu possible, en une véritable aventure collective. La mobilisation des 72 bénévoles, dont 68 sur les trois jours effectifs de l’évènement, nécessitait l’expression de notre reconnaissance. Le samedi soir, une grande fête en leur honneur a été organisée. Sa réussite tient en grande partie au savoir-faire de ses piliers : Anne Barbier et sa paëlla géante, Christian Carceller et sa maestria de la buvette, et Cécile Alexanian qui nous a donné la chance d’avoir des musiciens avec nous. Seven Airlines, groupe de reggae-rocksteady, a assuré l’animation musicale de la soirée. Ils nous ont offert leur sélection DJ jusqu’à l’après dîner, puis le concert de tout leur répertoire, nous faisant danser jusque tard dans la nuit (fig. 10).

Fig. 10 : Le concert de Seven Airlines, lors de la soirée organisée en remerciement des bénévoles (© C. Barge)

Templiers en Cévennes ! laisse le souvenir d’une belle aventure humaine (vidéo, fig. 11). La nouvelle génération des permanents de Jalès est  fière d’avoir été à la hauteur de ses anciens, qui avaient laissé dans les mémoires il y a exactement 30 ans, les réjouissances du bicentenaire de la Révolution.

Fig. 11 : Templiers en Cévennes ! Réalisation par Clara Barge (© C. Barge).

L’auteur

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Régagnon. Templiers en Cévennes ! Retour sur une aventure collective à Jalès, ArchéOrient - Le Blog, 3 avril 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14832

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.