Néolithisation et Néolithique en Syrie : 50 ans de recherches archéologiques de la mission el-Kowm-Mureybet

En 1978, Jacques Cauvin publiait « les premiers villages de Syrie-Palestine ». L’ouvrage était une première synthèse des connaissances sur la néolithisation du Levant. Jacques Cauvin y traçait les grandes lignes qui allaient orienter sa recherche sur les origines de la néolithisation et la révolution des symboles au néolithique. Les fouilles des sites de Mureybet (1971-1974) et Cheikh Hassan (1976) dans la vallée de l’Euphrate en Syrie y ont prit une large place. C’est en effet à partir de Mureybet que l’histoire des origines de la néolithisation du Levant Nord a été construite.

1978 est aussi la date de création de la Mission Permanente d’El Kowm-Mureybet (MPK) au Ministère des affaires étrangères (actuel MAEDI), fondée là encore par Jacques Cauvin. C’était déjà en soi la concrétisation de plus de dix ans de présence en Syrie et au Liban. Cette mission offrait un nouveau cadre à la recherche sur la néolithisation du Proche-Orient en réunissant une équipe pluridisciplinaire de jeunes chercheurs aguerris à Mureybet. La compréhension de la néolithisation est devenue une quête permanente au centre de toutes les fouilles et de toutes les études de la mission MPK.

La néolithisation du Proche Orient et de la Méditerranée orientale

C’est au sein de la dernière culture épipaléolithique du Proche-Orient, le Natoufien, au XIIe millénaire, que prend naissance le Néolithique. Les Natoufiens occupent parfois des sites de façon pérenne avec des constructions en dur. Cette nouvelle manière de marquer un territoire est sans doute le début de la sédentarité. Au Xe millénaire, leurs descendants directs, les Khiamiens, sont toujours chasseurs cueilleurs, mais ils s’illustrent par des innovations techniques et culturelles importantes, telle que l’invention de la pointe de flèche, qui caractérisera par la suite toutes les cultures néolithiques. On leur doit un développement des villages construits en dur impliquant une organisation collective avec l’attestation, pour la première fois, de travaux de terrassement et de bâtiments communautaires. A Wadi Tumbaq 1, une maison à deux niveaux englobe un rocher sur lequel est sculptée une tête de chouette. À la période suivante, durant le PPNA (Pré-Poterie Néolithique A), au IXe millénaire, les faits marquants sont la mise en place de pratiques agricoles et un développement spectaculaire de l’architecture et de l’organisation de l’espace construit, incluant les premières maisons rectangulaires, une différenciation sociale et des bâtiments collectifs complexes. L’art animalier révèle une symbolique structurée, tout comme l’existence de pictogrammes. Au PPNB ancien, durant le VIIIe millénaire (Pré-poterie Néolithique B), l’élevage apparaît au sein de villages désormais agricoles. Au PPNB moyen et récent au VIIe millénaire, le Néolithique se diffuse sur une plus grande partie du Proche-Orient et des gros villages apparaissent. Au PPNB final, au VIe millénaire, la steppe est occupée par des populations sédentaires cohabitant avec des populations pratiquant un nomadisme pastoral. C’est l’époque où apparaissent dans certains centres les premières céramiques. La néolithisation fait alors place au Néolithique.

L’histoire de la MPK, mission des affaires étrangères dirigée par D. Stordeur de 1990 à 2010 puis sous ma responsabilité, est liée intimement à celle de la reconstitution de la néolithisation. Les zones prospectées et fouillées par cette mission en ont été autant de jalons.

Fig. 1 : Localisation des chantiers de fouilles de la MPK
L’Oasis d’El Kowm

Après les fouilles de Mureybet et de Cheikh Hassan dans le Nord de la vallée de l’Euphrate, la MPK s’est déplacée en Syrie intérieure dans l’Oasis d’El Kowm. La diffusion du Néolithique au Proche-Orient et les modes de vie en milieu aride induisent alors de nouvelles problématiques. Deux sites PPNB récent/final, El Kowm 2(sédentaire) et Qdeir (nomade) les alimentent. Leur exploration fournit des données nouvelles sur la diffusion du Néolithique et sur les modalités d’occupation d’un même territoire, la steppe aride. La confrontation et la collaboration entre nomades et sédentaires sont au cœur de la recherche. De fait, c’est la mise en place du paysage moderne de la steppe qui est étudiée. La mission se consacre aussi à une longue série de prospections archéologiques dans la cuvette d’El Kowm. De nombreux sites sont cartographiés, allant de l’Épipaléolithique au PPNB final, et parfois fouillés (El Kowm 1, Umm el Tlel), sondés (Aïn Juwal, Aarida sud, Aarida 7) ou soumis à un ramassage concerté et systématique des vestiges lithiques (Nadaouiyeh 2).

Retour sur l’Euphrate

En 1993, le site de Cheikh Hassan est rouvert après une coupure de 17 ans pendant laquelle le site avait été confié à l’équipe allemande du Pr. Johannes Boese qui a travaillé sur les occupations de l’Âge du Bronze. Une seule campagne de fouilles (direction D. Stordeur) aura lieu, la montée des eaux de l’Euphrate consécutive à la construction d’un barrage hydraulique et à la formation du lac Assad ayant détruit le site la même année. Sont mis au jour des habitats et un atelier de taille de silex du PPNB ancien. De 1995 à 1999 sera ensuite menée la fouille d’un autre site menacé par la construction d’un nouveau barrage, Jerf el Ahmar. Ce site fouillé en extension montrera l’extrême richesse et la sophistication des cultures PPNA du Levant Nord : organisation sociale complexe révélée par l’architecture et la structuration de l’habitat, pratiques collectives, innovations techniques dans les outillages en pierre et l’architecture, et le développement d’une expression artistique nouvelle.

Fig. 2 : Jerf El Ahmar (D. Stordeur)
L’Oasis d’El Kowm encore et toujours

En 1999, une partie de l’équipe avec une participation forte d’étudiants syriens reprend les fouilles de Qdeir sous ma direction. L’enjeu, cette fois, est la fouille d’un atelier de taille de silex parfaitement conservé. Le site deviendra, l’année suivante, chantier école pour les étudiants de l’université de Damas. La fouille se terminera en 2003.

La Damascène

De 2001 à 2007, l’équipe de D. Stordeur fouille Tell Aswad près de Damas. Le premier objectif est de vérifier l’existence d’une culture PPNA, l’Aswadien. Il apparaît vite que le site n’est occupé qu’au PPNB ancien et moyen. Ce gros village sédentaire, situé près d’un lac, développe l’agriculture et l’élevage avec mise au travail du bœuf. Des pratiques funéraires complexes sont analysées à grande échelle, révélant l’existence d’aires funéraires, un déplacement et regroupement des restes humains, des dépôts de crânes surmodelés. Le site contribue ainsi à un renouveau des problématiques liées au PPNB.

Fig. 5 : Crânes surmodelés de tell Aswad (D. Stordeur)
Les montagnes du Bal’as

Dans le même temps, une deuxième équipe de la mission sous ma direction se lance dans des prospections dans les montagnes de l’Amour et du Bal’as. Il s’agit alors de retrouver des occupations du début du Néolithique dans des zones réputées vides. Sur la base de nouveaux critères de distinction reposant sur la technologie lithique, des centaines de sites épipaléolithiques et néolithiques sont identifiés dont une trentaine du début de la néolithisation. À la suite des prospections, la mission se fixe dans les montagnes du Bal’as. Wadi Tumbaq 1 (du Khiamien au PPNB), Wadi Tumbaq 2 (Chalcolithique), Wadi Tumbaq 3 (du Khiamien à l’Âge du Bronze), Jarette Gazella (PPNB) fouillés sous ma direction, et Wadi Fad’an (Khiamien et PPNA) fouillé par Virginie Huyard sont les principales opérations entreprises de 2003 à 2010. Ces découvertes ont permis l’élaboration d’un nouveau scénario de formation du Néolithique. Ainsi, loin d’être un phénomène isolé, le processus néolithique a affecté très tôt et différemment l’ensemble des populations du Levant, chacune l’adoptant à son rythme. Le point commun de ces premières communautés est l’adoption d’un monde symbolique commun. Ainsi, au-delà de particularismes parfois forts entre les régions qui se néolithisent, elles adoptent toutes des représentations symboliques communes ou dominent un art animalier et géométrique.

La mission d’El Kowm-Mureybet en quelques dates.
* Fouilles :
– El Kowm 1, 1978-1979
– El Kowm 2, 1978-1985
– Nadaouiyeh, 1979
– Umm el Tlel, 1978-1979
– Qdeir, 1980, 1989-1993, 1997, 1999-2005
– Tell Cheikh Hassan, 1993
– Jerf el Ahmar, 1995-1999
– Tell Aswad, 2001-2007
– Wadi Tumbaq 1, 2003-2008
– Wadi Tumbaq 2, 2003-2004
– Wadi Tumbaq 3, 2008-2010
– Jarette Gazella, 2005, 2007
– Wadi Fad’an, 2008-2009
* Prospections de 1978 à 2007
Vallée nord de L’Euphrate, la cuvette d’El Kowm, l’Amour, le Bal’as

La mission d’El Kowm, c’est aussi la création de salles de Préhistoire dans les musées de Damas (Musée national), de Palmyre et de Beyrouth (salle de l’Université Saint Joseph).

C’est également une réserve archéologique où sont stockés principalement des restes lithiques, fauniques et des échantillons de sédiments en provenance de Syrie et du Proche-Orient (Jalès- antenne d’Archéorient en Ardèche). La vocation de ces collections est d’être ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique. Elles constituent un patrimoine inestimable retraçant la néolithisation du Proche-Orient (consultable sur demande auprès de la direction de la MPK).

En 2010, les opérations de terrain se sont arrêtées provisoirement en raison de la situation politique en Syrie. La mission s’est recentrée sur la publication d’articles et d’ouvrages et l’aide aux étudiants, notamment ceux en provenance de Syrie. Les recherches en laboratoire (Lyon, Paris, Jalès, Nice) et la formation d’étudiants syriens sont au centre des investissements des chercheurs de la MPK en attendant leur retour sur le terrain.

Bibliographie choisie et donc sélective de la MPK

Abbès F. 2019. Vivre la steppe, Qdeir, un campement néolithique en Syrie, Editions de la Sorbonne, Paris.

Ayoubi R. 2013. Humaines ou animales ? Des figurines ambiguës à Tell Aswad, ArchéOrient-Le Blog, 4 octobre 2013. [En ligne]http://archeorient.hypotheses.org/1727

Cauvin J. 1978. Les premiers villages de Syrie-Palestine, du IXème au VIIème millénaire avant J.C., Collection de la Maison de l’Orient Méditerranéen Ancien n°4, Série Archéologique 3.

Cauvin, J. 1994. Naissance des divinités, Naissance de l’agriculture. La Révolution des Symboles au Néolithique, CNRS-Editions, Paris.

Helmer D. 1992. La domestication des animaux par les hommes préhistoriques, Masson, Paris.

Khawam R. 2015. Les pratiques funéraires de l’horizon PPNB ancien à Tell Aswad (Syrie), ArchéOrient – Le Blog, 12 juin 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/4247

Stordeur D. (éd.) 2000. Une île dans le désert : El Kowm 2 (Néolithique précéramique, 8 000-7 500 BP, Syrie), CNRS-Editions, Paris.

Stordeur D. 2015. Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 av. J.C.). L’architecture, miroir d’une société néolithique complexe, CNRS Editions, Paris.

Stordeur D. 2015. Le village de Jerf El Ahmar (Syrie, 9500-8700 CAL BC). Ou comment interroger l’architecture pour comprendre la société qui l’engendre, ArchéOrient – Le Blog, 10 avril 2015. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/3900

Willcox G. 2014. Les premiers indices de la culture des céréales au Proche-Orient. In La transition néolithique en méditerranée. Sous la direction de Claire Manen, Thomas Perrin et Jean Guilaine, Errance Arles, 47-58.

Willcox G. 2014. Food in the Early Neolithic of the Near East. In Lucio Milano (ed.) Paleonutrition and food practices in the ancient Near East. History of the Ancient Near East: Monographs (Padova). Vol. XIV, 1-10.

L’auteur

Frédéric Abbes est ingénieur de recherche au CNRS (UMR 5133, Archéorient). Il est spécialiste des technologies lithiques néolithiques et de la néolithisation du Proche-Orient.

Pour citer ce billet : Frederic Abbes. Néolithisation et Néolithique en Syrie : 50 ans de recherches archéologiques de la mission el-Kowm-Mureybet, ArchéOrient - Le Blog, 20 mars 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14770

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.