L’Institut français du Proche-Orient à Erbil et le développement de la recherche en sciences humaines et sociales en Irak

L’antenne d’Erbil de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) est à ce jour, en Irak, le seul institut de recherche dédié aux sciences humaines et sociales, de l’Antiquité à nos jours.

L’Ifpo est un établissement de recherche du réseau des Instituts français de recherche à l’étranger (IFRE) du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et une Unité Mixte à l’étranger (UMIFRE) du CNRS. Il a donc une double tutelle et sa direction est implantée à Beyrouth (Liban). Il a été créé en 2003 à partir de la fusion de trois instituts : l’Ifapo (Institut français d’archéologie du Proche-Orient), créé en 1946 au Liban, et présent en Syrie et en Jordanie, dédié à la recherche en archéologie et en histoire ancienne ; l’Ifead (Institut français d’études arabes de Damas), fondé en 1922 et consacré à la langue arabe et aux études sur les périodes médiévale et moderne ; le Cermoc (Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain) créé en 1977 à Beyrouth, présent aussi à Amman, dédié aux études contemporaines.

Ces trois instituts sont à l’origine des trois départements actuels, Archéologie et histoire de l’Antiquité (DAHA), Études arabes, médiévales et modernes (DEAMM), et Études contemporaines (DEC), chacun disposant d’une direction scientifique.

L’Ifpo a une vocation régionale : sa zone de compétence comprend le Liban (Beyrouth), la Jordanie (antenne à Amman), la Syrie (deux antennes à Damas et Alep), les Territoires palestiniens (antenne à Jérusalem) et l’Irak (antenne à Erbil, sur le territoire du Gouvernement régional du Kurdistan).

L’Ifpo couvre ainsi à la fois un large champ disciplinaire et une longue durée chronologique, sur une zone géographique étendue à cinq pays. Cette situation lui permet de développer des programmes de recherche, de formation à la recherche et de diffusion des connaissances et des fonds documentaires, sur l’ensemble des disciplines en Sciences humaines et sociales, ou de manière interdisciplinaire, en coopération avec les institutions locales et internationales.

Fig. 1 : la maison Chalabi, située sur la citadelle d’Erbil, où est hébergé l’Ifpo (© Ifpo)

L’antenne de l’Ifpo à Erbil est située dans la Maison Chalabi, une demeure traditionnelle ottomane construite sur la citadelle d’Erbil, lieu patrimonial au cœur de la capitale administrative de la région du Kurdistan irakien. Le responsable de l’antenne est un chercheur recruté par le MEAE, pour mener ses propres recherches en Irak. Le CNRS envoie en mobilité des chercheurs qui en font la demande pour mener leurs travaux de terrain en lien avec les institutions du pays. L’antenne accueille aussi des étudiants en master ou doctorat qui bénéficient d’une Aide à la Mobilité Internationale (AMI) pour mener le terrain de leur projet de thèse. Elle a vocation à accueillir aussi pour des séjours de recherche des chercheurs et des étudiants avancés et des post-doctorants (bourse Atlas) venant de France ou d’institutions internationales, principalement européennes. Ensemble, les chercheurs de l’antenne animent des projets scientifiques, des cycles de conférences et des évènements scientifiques (ateliers, journées d’étude, séminaires, colloques internationaux), en partenariat avec les institutions locales.

L’antenne a un rôle d’appui à la recherche en offrant aux chercheurs locaux ou de passage un certain nombre de ressources. En premier lieu des ressources documentaires, grâce à sa bibliothèque qui rassemble plus de 1300 ouvrages sur l’ensemble des disciplines SHS, de l’Antiquité à l’Irak contemporain. L’Ifpo propose également un appui logistique aux archéologues par le prêt de matériel topographique. Enfin, à partir du printemps 2020, l’Ifpo proposera aux chercheurs de passage un hébergement dans l’antenne.

Fig. 2 : la bibliothèque de l’Ifpo (© Ifpo)

En 2017, l’Ifpo à Erbil a organisé le premier stage linguistique intensif de langues kurdes (niveaux débutant et intermédiaire). Ce stage offrait une formation linguistique aux deux principaux dialectes kurdes, le Soranî et le Kurmancî, tout en sensibilisant à d’autres langues de la région (soureth et turkmène) ainsi qu’à l’histoire et à la civilisation du Kurdistan et de l’Irak. La relance de ce stage est programmée, dans la mesure où les conditions sécuritaires le permettront.

Dans le domaine de l’archéologie, le Kurdistan irakien est devenu depuis le début des années 2010 un terrain très attractif, à la fois en raison de conditions de sécurité très favorables en comparaison avec le reste du territoire irakien, et parce que la région étant restée fermée de longues décennies, son exploration en est de fait très intéressante. De nombreuses missions étrangères ont développé des programmes dont plusieurs sont menés par des équipes françaises. L’Ifpo a soutenu dès sa création le programme de prospection de la Mission archéologique française du Gouvernorat de Suleymaniyeh, dirigé par Jessica Giraud, alors chercheuse à l’antenne d’Erbil (2011-2015). Ce programme, toujours en cours, est l’un des plus anciens au Kurdistan irakien depuis sa réouverture. Il a permis de mettre en lumière les dynamiques de peuplement de cette région de Mésopotamie du Nord. Il a été le terrain d’une longue formation auprès des étudiants français et irakiens et des chercheurs de la Direction générale des Antiquités du Kurdistan. Ces formations se poursuivent encore, étendues à la cartographie, au SIG et aux techniques de fouilles, toujours pilotées par Jessica Giraud et la société Archaïos, avec l’appui de l’Ifpo, du CNRS, de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et des financements du Fonds de solidarité pour les projets innovants – FSPI (projet « Revitaliser la valorisation du patrimoine archéologique de l’Irak » du MEAE).

Dans le cadre de ce même projet FSPI a été relancée la Mission archéologique française dans le sud de l’Irak, sur les sites de Larsa et Oueili, sous la direction de Régis Vallet, chercheur CNRS en mobilité à l’Ifpo d’Erbil (responsable d’antenne de 2017 à 2018). Au-delà des fouilles de ces sites de la Mésopotamie ancienne, ce programme vise également à la mise en place d’outils pour la sauvegarde du patrimoine dans un contexte post-conflit. La société Iconem associée au projet a effectué par exemple des couvertures numériques des sites, ainsi qu’à Khorsabad dans la plaine de Ninive, sur lequel une équipe de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne dirigée par Pascal Butterlin devrait engager dans les temps à venir une exploration archéologique.

L’Ifpo soutient par ailleurs plusieurs autres projets archéologiques au Kurdistan irakien. La mission archéologique du Qara Dagh, créée en 2014 sous la direction de Régis Vallet, travaille à Girdi Qala et Logardan (Gouvernorat de Suleymaniyeh). Aujourd’hui dirigée par Johnny Baldi (CNRS, UMR 5133 Archéorient) ses travaux se concentrent sur l’occupation de la région de Chamchamal, sur le temps long, du IVe millénaire à la période islamique.

Depuis 2019, l’Ifpo soutient également la Mission archéologique d’Amyan, dans le Kurdistan irakien, dirigée par Barbara Couturaud, chercheuse à l’Ifpo et responsable de l’antenne d’Erbil (depuis 2018). Ce site multipériode, localisé dans la plaine d’Akre (gouvernorat de Dohuk) devrait nous nous documenter sur une région très peu explorée, voisine de la Jezireh syrienne, dans l’arrière-pays très fertile de Ninive, qui a connu une importante occupation, du Néolithique à la période islamique. Ce site est un terrain favorable pour la compréhension des dynamiques d’occupation du nord de la Mésopotamie, plus particulièrement au Bronze ancien.

Dans le domaine des études médiévales, l’Ifpo soutient à l’heure actuelle un axe de recherche portant sur le peuplement chrétien en Irak et plus particulièrement au Kurdistan irakien à l’époque médiévale. Un colloque transversal a été organisé par Narmin Ali Amin (Univ. Salahaddin d’Erbil, chercheuse associée à l’Ifpo), Julie Bonnéric (chercheuse associée à l’Ifpo) et Barbara Couturaud au printemps 2019, intitulé « Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam ». Deux publications sur le christianisme en Irak et au Kurdistan sont prévues ainsi que la tenue d’un séminaire. Toujours dans le domaine de l’histoire des religions, un colloque interdisciplinaire sur le zoroastrisme doit se tenir en juin, sous réserve que les conditions sécuritaires le permettent.

Fig. 3 : affiche du colloque Le christianisme en Irak au tournant de l’Islam (© Ifpo)

Les questions patrimoniales ont été au cœur du programme « Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit : enjeux et approches des patrimoines et des identités culturelles en situation de guerre et de déplacements forcés », qui a donné lieu à un colloque et plusieurs séminaires de recherche organisés en 2016 en partenariat avec l’université américaine de Suleymaniyeh, dans lesquels sont intervenus plusieurs chercheurs de l’Ifpo, tels que Soizik Bechetoille (architecte à l’Ifpo-Amman depuis 2016), Géraldine Chatelard (chercheuse associée à l’Ifpo), Boris James (chercheur et responsable d’antenne à Erbil entre 2014 et 2018) et Caecilia Pieri (chercheuse associée à l’Ifpo).

Dans le domaine des études contemporaines, et dans le cadre du programme CirCoMo, Thierry Boissière, chercheur à l’Ifpo-Beyrouth (2015-2019) et Boris James ont organisé en 2019 à Erbil en partenariat avec Mahmood Khayat de l’Université Salahaddin (et chercheur associé à l’Ifpo) un colloque intitulé « Flux et consommation dans les villes du Moyen-Orient : une approche multidisciplinaire ». Des chercheurs européens, iraniens, arabes et kurdes, y ont exploré les formes de circulation économique et les modes de consommation dans les villes de Beyrouth, Dubaï, Istanbul, Téhéran et Erbil, et mis en évidence les effets et les défis de l’économie sur la transformation des paysages urbains.

À l’automne 2020 sera organisée à Erbil la rencontre « Explorer les frontières sociales en Irak », avec le soutien du Fonds d’Alembert, organisée par Barbara Couturaud et Cyril Roussel, chercheur CNRS en mobilité à Erbil (depuis 2019), première étape d’un programme sur les frontières sociales et les dynamiques de migrations en Irak et au Kurdistan irakien. Dans ce cadre, les travaux menés actuellement par Alexia Al-Azzawi Martin, doctorante en histoire bénéficiant d’une Aide à la mobilité internationale, permettront de mettre en lumière la « question tribale ».

En moins de dix ans, l’antenne de l’Ifpo à Erbil a montré sa capacité à développer d’importants projets scientifiques et programmes de fouilles archéologiques sur l’Irak et le Kurdistan irakien, permettant ainsi à cette région du monde de revenir au cœur de la recherche en sciences humaines et sociales.

Les auteurs

Barbara Couturaud est archéologue, spécialiste de la Mésopotamie au Bronze ancien, chercheuse MEAE et responsable de l’antenne de l’Ifpo à Erbil depuis septembre 2018.

Michel Mouton est archéologue, spécialiste de la péninsule arabique antique, directeur de recherche au CNRS (UMR 7041 ArScAn) et directeur de l’Ifpo depuis septembre 2017.

Pour citer ce billet : Barbara Couturaud et Michel Mouton. L’Institut français du Proche-Orient à Erbil et le développement de la recherche en sciences humaines et sociales en Irak, ArchéOrient - Le Blog, 13 mars 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14760

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.