Antenne CNRS à la commanderie de Jalès : de la vitalité dans les vieilles pierres

Pour arriver aux locaux du laboratoire Archéorient, ne croyez pas que vous arpenterez nécessairement un trottoir bitumé. Smartphone en main, appli google au bout des yeux, c’est facile de trouver la rue Raulin dans le 7° arrondissement de Lyon. Mais, avez-vous bien lu l’adresse de votre rendez-vous ? S’il se trouve à l’Antenne d’Archéorient, votre prothèse d’itinéraires ne sera plus le bon recours. Quittez vos talons hauts, attrapez vos baskets, empoignez votre valise, vous allez vivre une des surprises que vous réserve le labo : l’expérience de Jalès.

Pour se rendre à Jalès, il faut un peu anticiper. L’Antenne d’Archéorient n’est pas en milieu urbain. N’est pas non plus proche d’un arrêt de bus. La première gare est à une heure de route, et lorsque, au volant de votre voiture vous demanderez Berrias et Casteljau à votre GPS préféré, il vous calculera un point exactement entre le village de Berrias et celui de Casteljau… en pleine garrigue (fig. 1).

Fig. 1 : Confiance aveugle au GPS : le meilleur moyen de se perdre (@Google Map)

N’attendez donc pas de laisser votre pot d’échappement dans une ornière pour (re)découvrir que les bonnes vieilles cartes routières sont nos meilleures compagnes de voyage. Depuis Lyon, vous avez tout un choix d’itinéraires pour vous rendre à votre rendez-vous. Vallée du Rhône, Vivarais, Massif Central, du rapide au touristique, du racket de Vinci aux petits itinéraires bordés de vert, faites votre choix. Vous savez que de toute façon vous ne mettrez pas moins de deux heures et demie pour arriver, autrement dit votre demi-journée de travail est reportée à plus tard.

On ne se rend donc pas à l’Antenne d’Archéorient pour une petite réunion entre deux autres. Ici, le séjour d’au moins une nuit est préférable, et c’est pourquoi une place à l’hébergement du labo vous attend. Vous avez changé de contexte. Ici, l’air est pur, la nuit est étoilée, et le silence naturel. Vous êtes à la commanderie templière de Jalès, bâtie au XII° siècle, et dont la partie nord, propriété du département d’Ardèche, héberge l’Antenne CNRS d’Archéorient (fig. 2).

Fig. 2 : La commanderie templière de Jalès dans son environnement. La partie nord (façade à l’ombre) héberge le laboratoire Archéorient (©O. Barge)

C’est une succession de chances qui a permis l’existence de cette antenne en ces lieux. En 1985, Jacques Cauvin recherche des locaux pour installer sa nouvelle équipe, spécialisée dans la néolithisation au Proche Orient. Déjà implanté en Sud-Ardèche, il voudrait y rester. Par ailleurs, le Syndicat des Eaux et de l’Assainissement (SDEA) vient d’acheter des parcelles incluant la commanderie, mais n’a pas d’utilisation des bâtiments. Le contrat de location commence, entre le CNRS et le Conseil départemental de l’Ardèche.

Lorsque les chercheurs s’installent à la commanderie, ils commencent par retrousser leurs manches : peinture, défrichement, aménagements : d’habitation privée, les locaux deviennent bureaux, bibliothèque, réserves de collections archéologiques, laboratoires. Les collaborations de ce nouvel Institut de Préhistoire Orientale (IPO) sont nombreuses et internationales. Il est donc également aménagé un petit hébergement : simple, économique, il résout d’un coup toutes les contraintes logistiques pour laisser place au travail.

Les activités du CNRS à Jalès seront consacrées à l’étude du Néolithique pendant presque un quart de siècle. Administrativement, cette équipe est d’abord rattachée au Centre de Recherche Archéologique de Sophia Antipolis (CRA devenu CEPAM). Déjà intégrée à la Maison de l’Orient Méditerranéen, elle fusionne finalement avec le GREMMO. A la création d’Archéorient en 2003, Jalès devient l’antenne de cette UMR. C’est dans ce vivier que l’équipe originelle trouvera sa relève de permanents sur site, qui développeront de nouvelles activités à la commanderie.

Aujourd’hui, l’Antenne de Jalès est d’avantage tournée vers l’accueil des étudiants et des chercheurs. Ses ressources et celles de son environnement permettent une mise en place optimale de stages, en particulier de stages pratiques ou de terrain. Traitement des échantillons archéologiques, élaboration de collections de référence, taille de silex, les étudiants sortent également des murs, pour du relevé archéologique (fig. 3), ou des visites thématiques aussi variées que la géomorphologie ou le développement rural. Chaque année, c’est entre 10 et 15 stages, pour plus de 140 étudiants géographes ou archéologues, qui se déroulent à Jalès.

Fig. 3 : Stage de relevé de terrain pour les Master 1 Archéologie, Sciences pour l’Archéologie – Université Lyon 2 (©E. Régagnon).

Les locaux et les modalités de séjour à l’Antenne offrent des conditions idéales pour les réunions de travail. Rassemblant des collègues souvent éparpillés dans des laboratoires différents, en France et dans le monde, une jonction à Jalès où l’hébergement est gratuit permet de substantielles économies pour les organisateurs. Hors de leur cadre habituel et partageant les moments du quotidien, les participants sont entièrement disponibles pour le travail et créent des liens plus fertiles que ceux que permettent une entrevue cloisonnée. Ce contexte particulier est d’autant plus apprécié par les missions ; revivre ensemble recrée l’esprit de groupe, et c’est forte de son identité que l’équipe travaillera sur ses dossiers en cours (fig. 4).

Fig. 4 : Réunion des auteurs de la Monographie Tell Aswad (Editeur J.A. Sanchez Priego, dir. site D. Stordeur) : le déjeuner (©B. Taha)

L’expérimentation archéologique est une autre activité emblématique de l’Antenne de Jalès. La technologie lithique est presque une tradition, développée dès les débuts de l’Antenne par G. Deraprahamian et D. Helmer. Frédéric Abbès, qui a rejoint l’équipe de J. Cauvin dès 1989, a maintenu cette recherche très vivante, et plusieurs de ses étudiants prennent à leur tour la relève (fig. 5).

Fig. 5 : Expérimentation en taille de silex. C. Ménager, doctorante d’Archéorient, en plein travail (©F. Pichon)

Depuis 2017, P. Abrahami (aujourd’hui professeur à l’Université de Lille) et C. Michel (CNRS HAROC) ont initié à Jalès un séminaire sur les couleurs dans les textes cunéiformes associé à des sessions d’expérimentation, Dyes and Coloured Textiles in Cuneiform Texts. Ces rencontres ont déclenché  la reprise des cultures expérimentales à Jalès, autrefois développées par G. Willcox dans ses recherches archéobotaniques. Maintenant, c’est un petit jardin tinctorial qui est entretenu par les permanents de l’antenne (fig. 6). Plusieurs plantes citées dans les textes cunéiformes y sont cultivées et fournissent au groupe de travail les colorants de leurs expérimentations. La laine, paysanne, est fournie par les bergers d’Ardèche par le biais d’une association locale. Ces travaux aident à retrouver les méthodes de teinture et à identifier les ingrédients cités dans les textes, permettant de progresser dans la compréhension du vocabulaire.

Fig. 6 : Une récolte du jardin tinctorial de Jalès, carthame d’Egypte et camomille (©E. Régagnon).

Les équipements scientifiques de Jalès offrent aussi l’opportunité de « simples » séjours de recherche. L’Antenne compte d’abord de nombreuses collections de référence, en archéozoologie, botanique, malacologie. D’autres sont en construction, notamment minéralogique et d’ostracodes. Les étudiants peuvent ainsi s’exercer à l’identification des éléments, et comme les chercheurs, venir s’y référer lors d’une étude (fig. 7a).

Par ailleurs l’Antenne abrite plusieurs collections archéologiques, sous forme d’outillage lithique et osseux, d’objets archéologiques variés, de restes animaux ou végétaux, ainsi que des carottes sédimentaires, tous issus de sites où sont intervenus les chercheurs du laboratoire. La carothèque s’inclut dans un nouveau pôle d’activités développé par Jean-Philippe Goiran. Orienté vers l’analyse des sédiments, il permet désormais de procéder aux premiers traitements et examens des échantillons, en utilisant les ressources d’un matériel de pointe comme centrifugeuse, loupe binoculaire, et spectromètre (fig. 7b).

Fig. 7a : Les archéozoologues d’Archéorient et leur collection de référence à Jalès (©C. Hemar)
Fig7b : Le pôle d’analyses sédimentaires développé par J.P. Goiran
(©O. Barge)

Les compétences scientifiques réunies à Jalès sont donc variées et dynamiques. Elles s’intègrent en synergie dans les activités de la maison mère de Lyon, mais Archéorient a également à cœur de les tisser avec et pour le bénéfice de la collectivité locale. C’est pourquoi le laboratoire a initié en 2015 une étude archéologique de la commanderie de Jalès. Dirigée sur le plan scientifique par L. D’Agostino, médiéviste, sa coordination est assurée par Archéorient qui met également sa structure, ses équipements et ses compétences à son service. C’est ainsi que la connaissance de l’histoire de la commanderie est en pleine progression, et que plusieurs expériences méthodologiques ont pu être menées à Jalès, comme de la prospection géophysique murale ou de la structuration sous SIG d’informations issues des archives médiévales. Le laboratoire veille également à la valorisation grand public de cette étude : plusieurs conférences annuelles ont lieu chaque année dans les réseaux locaux. En 2019, un évènement labellisé “80 ans du CNRS” a été organisé par le laboratoire, permettant de faire connaître au grand public les toutes nouvelles découvertes sur la commanderie. Réunissant 22 partenaires et s’appuyant d’abord sur le réseau local et associatif, cette manifestation s’est déroulée pendant les 3 jours des Journées Européennes du Patrimoine, et a rassemblé 1 200 visiteurs (fig. 8).

Fig. 8 : Visiteurs à la manifestation Templiers en Cévennes ! lors des JEP 2019 (©Y. Callot)

Du monde urbain où nous confinent souvent nos laboratoires de recherches, l’unité CNRS à Jalès paraît bien lointaine, et bien isolée. Mais sur place on est vite convaincu de l’inverse. Dans son environnement rural et ses locaux exceptionnels, l’Antenne d’Archéorient permet de renouer avec des conditions de travail idéales. Chaque année, ce sont plus de 200 chercheurs et étudiants qui séjournent à Jalès, pour une moyenne annuelle de 1500 nuitées par an.

Fig. 9: Nationalité des étudiants et chercheurs ayant séjourné à Jalès ces 3 dernières années (©E. Régagnon)

Issus surtout des universités (12 françaises, 17 étrangères en 2019), les visiteurs représentent aussi une dizaine de laboratoires du CNRS. La médiane d’âge de fréquentation est de 29 ans, et l’on compte en moyenne une vingtaine de nationalités, de tous les continents (fig. 9). Les collaborations éclectiques des chercheurs ne rassemblent pas que des archéologues : entre 15 et 20 disciplines profitent chaque année des ressources de la seule unité de recherche CNRS existant en Ardèche.  

L’Antenne d’Archéorient est une surprise pour ceux qui la découvrent pour la première fois. C’est de fait une chance pour l’activité vivante de la recherche, à qui l’on souhaite longue vie.

Les auteurs

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Olivier Barge est Ingénieur de Recherche au CNRS. Géographe et cartographe, il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, basé à l’antenne de Jalès.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Régagnon et Olivier Barge. Antenne CNRS à la commanderie de Jalès : de la vitalité dans les vieilles pierres, ArchéOrient - Le Blog, 28 février 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14510

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.