L’archéologie française au Soudan : la SFDAS, 50 ans d’histoire.

La SFDAS : Section Française de la Direction des Antiquités du Soudan

Fondée en 1967 sur une initiative de Jean Vercoutter, la SFDAS (fig.1) a été officiellement créée en 1969. Elle a été dirigée successivement par André Vila (1969-1975), Francis Geus (1975-1984), Jacques Reinold (1984-2000), Francis Geus (2000-2004), Vincent Rondot (2005-2009), Claude Rilly (2009-2014), Vincent Francigny (2014-2018) et depuis 2019, Marc Maillot. Chargée de coopérer avec la Direction des Antiquités soudanaises dans ses activités de terrain, fouilles et prospections, elle a participé aux opérations de sauvetage de la campagne de Nubie, qui précéda la mise en eau du lac de retenue du barrage d’Assouan dans les années 1960.  Elle fut ensuite chargée de poursuivre le recensement systématique des sites de la vallée du Nil au sud de ce lac. Elle a également effectué plusieurs fouilles programmées, notamment à Missiminia (nécropoles napatéenne, méroïtique, groupe X et chrétienne), el-Kadada (nécropole néolithique, méroïtique et post-méroïtique), Kadrouka (tertre funéraire néolithique) et el-Hobagi (tumuli post-méroïtiques). Elle est aujourd’hui présente sur l’ensemble de la vallée du Nil Moyen, avec les sites archéologiques de Saï, Sedeinga, el-Hassa et Soleb.

Fig. 1 : Affiche du Cinquantenaire de la SFDAS ©SFDAS

La SFDAS (UMIFRE 4) constitue l’un des 27 IFRE (Institut Français de Recherche à l’Etranger) dépendant de la Sous-Direction des sciences sociales et de l’archéologie du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères en partenariat avec le CNRS, intégrée depuis le 1er janvier 2010 dans l’USR 3336 du CNRS « Afrique ». La SFDAS est régie par le « Protocole relatif à la coopération en matière archéologique » de « l’Accord de coopération culturelle et technique entre le gouvernement de la République démocratique du Soudan et le gouvernement de la République française », signé à Khartoum le 22 décembre 1969. Il y est précisé que la SFDAS « est intégrée au Service des antiquités du Soudan » (désormais National Corporation for Antiquities and Museums, NCAM), qu’elle « a pour rôle de procéder à des fouilles et relevés topographiques ainsi qu’à des travaux de laboratoire et de documentation » et que son directeur « est responsable de son département devant le directeur des Antiquités ». C’est ce statut mixte qui lui garantit entre autres la mise à disposition à titre gracieux de locaux dans le Musée national du Soudan.

La SFDAS engage en propre des fouilles ou des prospections dont elle assure la publication et coopère aux programmes scientifiques et archéologiques engagés par la NCAM. Elle contribue à la formation des responsables du patrimoine soudanais (Antiquities Officers) par des bourses en France et des formations locales dans l’école de fouilles franco-soudanaise à el-Hassa. Enfin, elle accueille des étudiants inscrits en master ou en doctorat en archéologie soudanaise dans les universités françaises par des allocations d’aide à la mobilité internationale (AMI) pour des durées longues (9 mois) ou brèves (2 mois). La SFDAS joue un rôle phare dans la coopération franco-soudanaise, étant donné les liens relativement lâches entre les deux pays, qui s’expliquent pour des raisons historiques. Le fait que les fonctionnaires les plus importants du Service des Antiquités du côté soudanais soient docteurs d’universités françaises et parfaitement francophones montre bien comment la France a ici réussi une coopération scientifique exemplaire et de long cours. La solidité de cette relation entre la SFDAS et le Service des Antiquités du Soudan est ainsi établie pour encore de nombreuses années. La formation en France des archéologues soudanais sera poursuivie pour assurer la pérennité de cet atout majeur, et les chantiers archéologiques placés sous le patronage de la SFDAS sont à ce titre un exemple de coopération bilatérale.

Fig. 2 : Exposition de Claude Iverné à l’Institut français du Soudan ©SFDAS

En 2019, la SFDAS célèbre ses cinquante ans d’existence. Une semaine complète de manifestations consacrées à la SFDAS et au patrimoine soudanais s’est tenue du 15 au 20 septembre 2019 à l’Institut Français de Khartoum et au Musée National du Soudan, ces évènements étant placés sous l’égide de l’Ambassade de France. Cette semaine, composée de conférences archéologiques assurées par les plus grands spécialistes et anciens directeurs de la SFDAS, s’est ouverte avec une exposition  consacrée à l’archéologie française à l’Institut Français, autour du travail de Claude Iverné, membre associé de la SFDAS (fig. 2). Photographe majeur sur le Soudan, Claude Iverné est lauréat du prix Henri Cartier-Bresson 2015 pour l’ensemble de son travail soudanais. Certains des plus importants clichés des monuments du patrimoine soudanais sont à porter au crédit de Claude Iverné, et son dernier ouvrage en date, Bilad es-Sudan, édité par Xavier Barral en 2018, prouve l’importance de son travail pour la reconnaissance du Soudan auprès de la communauté internationale. La photographie de Claude Iverné, après vingt ans de carrière dédiée au Soudan et en plein essor grâce à l’obtention du prix HCB, a trouvé sa pleine ampleur au sein du cinquantenaire de la SFDAS.

Le cinquantenaire de la SFDAS

À l’occasion de cette semaine spéciale, trois objets archéologiques majeurs, provenant de fouilles françaises, ont été rendus au Musée national du Soudan, le 19 septembre 2019 : un relief de la Candace d’el-Hassa, la stèle méroïtique de la dame Ataqelula, mise au jour en 2016 dans la nécropole de Sedeinga et un panneau sculpté du premier temple de Soleb, restauré en 2017. Ce programme, ici conçu comme le  point culminant du cinquantenaire de la SFDAS, est en réalité un processus naturel et permanent de coopération avec le Musée National du Soudan, qui centralise la plupart des chefs-d’œuvre du patrimoine soudanais découverts sur les sites archéologiques. A titre d’exemple, en 2017, la SFDAS avait déjà procédé au rapatriement et au rendu d’un sarcophage en bois encollé de toile de lin peinte. Ce sarcophage méroïtique provient de la nécropole de Sedeinga et avait été envoyé en France pour y être restauré. Le travail de laboratoire a permis d’identifier trois ensembles distincts du sarcophage que sont le couvercle et les deux grands côtés. Le tout est désormais présenté à plat, sur trois panneaux en bois isorel.

La Candace, fameux personnage royal et reine-mère à l’époque méroïtique (IIIe s. av. J-C – IVe s. ap. J.-C.), est régulièrement représentée sur les parois et façades de temples soudanais. A el-Hassa, en plein cœur du royaume, elle apparaît dans la décoration en plâtre peint de la façade sud du temple à Amon. La composition à laquelle elle appartenait figurait une scène rituelle où elle donne l’accolade au dieu Amon, patron des rois kouchites. Après l’écroulement du pylône, il est probable que le relief fut symboliquement enfoui par le clergé du temple afin de protéger la valeur symbolique de l’image des vols et destructions.

La société Restaurierung am Oberbaum, qui travaille pour le compte du Staatliche Museum Ägyptischer Kunst de Munich, a réalisé le travail de restauration du relief représentant la Candace. L’équipe était constituée de Dunja RÜTT et Maria FASSHAUER, qui ont été ponctuellement assistées par Thomas LUCKER et Jan HAMMAN. L’opération a permis de détecter deux états différents de la représentation de la reine : le premier avec une robe à bandes bleues, le deuxième avec une robe jaune à écailles rouges. Cette découverte est d’importance car le passage à un décor plus classique ou « égyptisant » pour la robe de la candace semble correspondre aux transformations architecturales progressives du temple d’Amon à el-Hassa, dont le plan reprend les éléments classiques de l’architecture pharaonique.

Fig. 3 : Panneau de Soleb ©SFDAS

Le panneau de Soleb (fig. 3)avait été découvert brisé en petits morceaux durant les fouilles de Soleb par la mission Schiff Giorgini, dans les années 1960. Il a été restauré il y a deux ans dans le cadre du projet QSAP (Qatar-Sudan Archaeological Project) Soleb, dirigé par Claude Rilly,. Il s’agit d’un des rares témoins du premier état du temple de Soleb, bâti sous le règne du pharaon Amenhotep III, vers 1460 avant notre ère. Il représente ce roi exécutant une libation d’eau fraîche devant le dieu Nebmaâtrê, qui n’est autre que la forme divinisée du même pharaon. La qualité extraordinaire de la gravure, notamment celle des hiéroglyphes, est caractéristique du règne d’Amenhotep III, qui est une des plus brillantes périodes de l’art égyptien. Ces monuments pharaoniques bâtis sur le sol soudanais ont exercé une profonde influence sur les civilisations locales, les royaumes de Napata et de Méroé : ainsi le nom de Nebmaâtrê sera-t-il réutilisé comme nom de couronnement par deux des rois de Méroé.

Fig. 4 : Stèle funéraire de la dame Ataqelula ©SFDAS

La stèle funéraire de la dame Ataqelula (fig. 4) est sans aucun doute la plus belle inscription méroïtique trouvée à ce jour à Sedeinga, un site qui en a pourtant livré plusieurs dizaines. Elle a été exhumée lors des fouilles du Secteur II de la nécropole. Elle date de la fin du IIe siècle ou du début du IIIe siècle de notre ère et commémore une femme issue d’une puissante famille de Sedeinga, avec des ramifications danstout le royaume. Ataqelula était en effet la fille d’un prêtre de Kerma et comptait parmi ses ancêtres des membres de la famille régnante de Méroé. La stèle a été retrouvée en position verticale, coincée par les briques de la chapelle funéraire II T 355 qui s’était effondrée. Cette position lui a évité l’humidité du sol et l’érosion du vent, ce qui explique son étonnant état de conservation. Elle a notamment gardé une grande partie de ses pigments et l’on peut voir ainsi que les lettres sont teintées de rouge et les lignes marquées en bleu, une couleur très fragile qui généralement a disparu.

Les missions archéologiques de la SFDAS

Les recherches actuellement menées par la SFDAS portent sur trois périodes que sont le Néolithique, la conquête égyptienne de la Nubie et les royaumes de Napata et Méroé. C’est principalement par les fouilles et les prospections que les programmes de recherche de la SFDAS sont mis en application. Ses axes de recherche ont fait l’objet de missions sur le terrain, doublées de missions d’études sur des collections au Musée National du Soudan. Ces missions ont permis de progresser sur les problématiques historiques, mais aussi d’expérimenter de nouvelles approches méthodologiques comme cela a été le cas dans le programme d’étude de la population de l’île de Saï, site archéologique dont la direction est assurée par Vincent Francigny (CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée).

La thématique développée pour le Néolithique se concentre principalement sur le gisement archéologique de Kadruka et sur la documentation de la mission autrefois dirigée par Jacques Reinold. Le volet préhistoire porté par des fouilles dans la région de Kadruka a confirmé, avec une amplitude inattendue, la présence d’habitats du IVème millénaire avant notre ère. Cette mission est portée par une équipe internationale, dirigée par Olivier Langlois (CEPAM, Nice), Philippe Chambon (MNHN, Paris) et Pascal Sellier (MNHN, Paris).

Le projet sur la conquête de la Nubie par les égyptiens, qui s’est poursuivi avec la fouille de la ville antique à Saï, laisse déjà entrevoir une réécriture minutieuse et documentée de cet évènement majeur. C’est aussi l’occasion de traiter une documentation purement égyptienne (architecture, textes, décors et culture matérielle). Sur le site de Saï, les premières études menées sur la ville égyptienne et son mobilier archéologique (notamment céramique) ont tendance à montrer qu’il existerait un vide d’occupation entre la période égyptienne et la période chrétienne. Cette première conclusion ne vaut cependant que pour les zones sondées au nord du site et il pourrait en être autrement dans d’autres quartiers de la ville. Cependant, une nouvelle analyse en cours de vestiges architecturaux qualifiés de méroïtique et mis au jour dans les années 70 semble remettre en question cette datation. Il se pourrait donc qu’aucun véritable horizon archéologique napatéen ou méroïtique n’existe en fait sur les niveaux supérieurs de la ville antique, et que les sites liés à ces époques soient à rechercher à d’autres endroits de l’île.

Les recherches sur le patrimoine datant de l’Antiquité tardive sont principalement représentées au Soudan par l’archéologie du royaume de Méroé. Les sites royaux aux vestiges monumentaux furent longtemps les principales cibles d’intervention des équipes travaillant en Nubie ou dans le Boutana. Depuis une quinzaine d’années cependant, les archéologues ont investi les sites satellites construits autour de l’ancienne capitale, affinant nos connaissances sur les modèles de développement urbain, l’architecture, l’économie et les réseaux commerciaux, ainsi que la théologie prônée par les élites provinciales.

Fig. 5 : Les béliers d’el-Hassa ©SFDAS

Dans ce cadre d’étude prometteur, la France a ouvert deux missions de fouilles dans les années 2000 dans la région de Shendi, au Nord-Est de Khartoum : l’une à el-Hassa (concession de la SFDAS ; fig. 5) et l’autre à Mouweis (concession du Musée du Louvre). Il s’agissait de renforcer la visibilité de la coopération archéologique française au Soudan sur le terrain, la plupart des opérations françaises étant menées jusqu’alors dans les territoires plus éloignés de Nubie. Les deux projets ont en commun de documenter des relais du pouvoir possédant un temple dédié au dieu Amon, plusieurs édifices palatiaux ainsi que des zones de productions artisanales. Fin 2019, il est cependant prévu de cesser les recherches sur le site de Mouweis, le Louvre souhaitant concentrer ses efforts sur le site d’el-Hassa, qui deviendrait ainsi sa nouvelle concession au Soudan (le site avait été ouvert à la fouille par l’ancien directeur de la SFDAS Vincent Rondot, qui dirige aujourd’hui le département des antiquités égyptiennes du Louvre).

Sur les sites de Saï et de Sedeinga, sur lesquels la question de l’étude des sanctuaires et des habitats kouchites tardifs se pose également, peu de recherches avaient été menées en ce sens jusqu’à cette année. En 2018, à Sedeinga, fouille dirigée par Claude Rilly (CNRS, UMR 8135 LLACAN, professeur à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes) et Vincent Francigny, une première prospection magnétométrique aux abords du temple égyptien et des cultures a en effet été conduite. Une seconde phase doublée de carottages devrait avoir lieu en 2019, l’ensemble devant permettre de déterminer si des vestiges urbains ont réellement survécu.

Devenu le deuxième volume sur le continent africain, après l’Égypte, en termes de missions archéologiques françaises, le Soudan confirme donc son potentiel pour la recherche autant qu’il souligne sa fragilité à protéger seul un patrimoine aussi vaste qu’exceptionnel. Grâce à des financements extérieurs importants et une politique de publication et de communication dense, la SFDAS a su conforter sa place unique au sein de la coopération scientifique avec le Soudan. C’est tout le sens des projets transversaux que la SFDAS mène actuellement, notamment avec le réseau EUNIC (European Union National Institutes for Culture). La SFDAS est ainsi associée à l’Union Européenne, à l’Institut Français du Soudan (IFS) et au service des antiquités soudanais (NCAM) dans le cadre d’un programme visant à promouvoir l’histoire et l’archéologie soudanaise auprès du public soudanais. Le projet vise à créer une application mobile interactive offrant un contenu visuel et sonore accompagnant les visiteurs du musée national de Khartoum. Il s’agira de cibler dans un premier temps quelques pièces archéologiques majeures d’une même période, en l’occurrence la période napatéenne, pour offrir une expérience interactive à reproduire à plus large échelle. Par ailleurs, la NCAM, avec le soutien de la SFDAS, vient de déposer un projet de protection et de valorisation du patrimoine soudanais auprès de la fondation Aliph (Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit), en cohérence avec ses missions traditionnelles. Enfin, l’intégration de l’IFRE aux objectifs fixés par notre diplomatie et l’ambassade de France a continué de se renforcer, permettant ainsi la tenue de grands évènements bilatéraux, telle la grande exposition prévue par le musée du Louvre en 2020 sur le royaume de Napata, en collaboration avec l’ambassade de France et la SFDAS.

L’auteur

Marc Maillot est directeur de la SFDAS, spécialiste d’architecture et urbanisme antique. Il est membre associé de l’UMR 8167 (CNRS/Sorbonne Universités, Paris) et professeur assistant en anthropologie de l’Université Centrale de Floride, Etats-Unis.

Pour citer ce billet : Marc Maillot. L’archéologie française au Soudan : la SFDAS, 50 ans d’histoire., ArchéOrient - Le Blog, 21 février 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14435

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.