Paysages du front d’Orient (3). 1916-1920. Coups tordus, cinéma de plein air et histoire du paysage dans les parages du Wadi Ramm.

Le récit autobiographique de T.E. Lawrence, les Sept Piliers de la sagesse (1922) et, surtout, le film qu’il a inspiré, Lawrence d’Arabie (1962) ont popularisé la révolte arabe et les paysages du désert arabique. La méharée à travers le Nefoud, la prise d’Aqaba, les instants où le jeune officier anglais découvre les perspectives grandioses qui s’ouvrent dans les parois gréseuses du Wadi Ramm sont devenues des scènes marquantes du 7e art.

Absente du film, la participation de soldats français à cette équipée est presque inconnue du public. Elle n’a fait l’objet que de rares travaux historiques (Cloarec, 1988 ; Leclerc, 1998). Les mémoires du principal protagoniste, Édouard Brémond (1931), colonel de l’armée française placé à la tête de cette opération, sont presque tombées dans l’oubli.

Pourtant, à l’automne 1914, peu après l’entrée en guerre de l’Empire ottoman, le risque d’opérations militaires turques en direction du canal de Suez conduisit le gouvernement français à fournir une assistance aux Britanniques, qui occupaient l’Égypte. Une petite mission militaire française en Égypte fut ainsi créée officiellement au début de 1915. La même année, la Grande-Bretagne puis la France commencèrent à être attentives aux possibilités qu’offrirait le soulèvement arabe tout à la fois pour fixer en Asie l’effort militaire turc, faire contre-feu au jihad décrété par le sultan, et même hâter le démantèlement de l’Empire ottoman. En mai 1916, les deux pays définissent leurs zones d’influence respectives par les accords Sykes-Picot et c’est dans ce contexte que la petite mission militaire en Égypte devient officiellement la mission militaire française en Égypte, au début du mois d’août 1916. Par la suite, opérant essentiellement en Arabie, elle fut nommée communément mission militaire française au Hedjaz.

Photo 1 – Portrait collectif pris devant la façade de la Mission française : l’émir Fayçal au centre, Nessib Bey el Bakry à sa droite, le capitaine Pisani (képi et barbe) à sa gauche, en mars 1918
© Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.

Anglais et Français fournirent au chérif de la Mecque, Hussein ibn Ali, et à ses fils, en particulier Abdallah et Fayçal, une aide financière destinée aux achats d’armes et de munitions ou au paiement des troupes, et un appui militaire. C’est ainsi qu’à partir de 1916 deux petits détachements, l’anglais sous la conduite de T.E. Lawrence, le français sous celle du colonel É. Brémond, commencèrent à opérer dans le Hedjaz.

Entre Ma’an et Aqaba

L’objectif essentiel était d’empêcher les troupes ottomanes tenant Médine de menacer le pèlerinage de la Mecque et d’opposer une résistance à la révolte conduite par les Hachémites, famille gardienne de la ville sainte depuis le Xe siècle. Il fallait donc les couper de leurs bases arrières et, rapidement, les opérations se concentrèrent sur la ligne de chemin de fer du Hedjaz (Damas-Médine). L’artillerie française, avec ses canons de 65 (photo 2), soutint efficacement la guerre de harcèlement mise au point par T.E. Lawrence : coups de main des troupes bédouines, attaques de garnisons turques ou de trains, sabotages de voies ferrées… Après la prise d’Aqaba, une constante fut aussi de fixer les forces ottomanes autour de Ma’an, sur le plateau, jusqu’au reflux qui permit la prise de Damas, le 1er octobre 1918.

Photo 2 – Installation contre les avions d’une section de 65 de montagne, près de Ma’an en mars 1918 © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.

Mais à présent, renvoyons le lecteur à T.E Lawrence ou E. Brémond pour le récit des raids bédouins ou des faits d’armes et aux historiens pour l’analyse des petites rivalités, des promesses non tenues et des grandes manœuvres géopolitiques anglo-françaises d’alors.

Un siècle plus tard, les clichés pris lors de cette aventure militaire sont certainement son meilleur legs. Les archives françaises en conservent deux collections importantes : un fonds de 405 photographies en noir et blanc à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (base « Mémoire »), la série des 97 autochromes consacrés à la Jordanie et des 94 autres pris en Arabie saoudite dans le fonds des Archives de la Planète, un projet financé par le banquier Albert Kahn au début du XXe siècle et conservé aujourd’hui par la fondation du même nom.

Ce ne sont ni les premières vues du Hedjaz et de la Hismé, ni les plus anciennes, ni même les plus nombreuses. Entre 1907 et 1910, les pères dominicains A. Jaussen et R. Savignac avaient déjà rapporté de leurs trois expéditions archéologiques vers Médaïn Saleh (Hégra) et el-‘Ela (Dédan) une abondante collection de clichés conservés aujourd’hui à l’École biblique de Jérusalem. S’y ajoutèrent d’autres vues prises sur le littoral à Djeddah, Yanbu, el-Wej, jusqu’en 1917.

Mais l’intérêt des photographies faites pendant les opérations militaires tient aux sujets et aux lieux qu’elles représentent. Alors que les religieux ont surtout exploré le Hedjaz nabatéen, on quitte ici les sites archéologiques pour entrevoir de grands panoramas, les paysages du plateau jordanien entre Ma’an et Quweira, les rivages du golfe d’Aqaba, la vie des troupes bédouines et des contingents européens. Et ce sont aussi de beaux clichés : séries panoramiques sur plaques de verre, portraits individuels ou de groupes sur autochromes en couleur : soldats ou officiers, bédouins et druses, émirs avec leur suite soudanaise (photos 3 et 4).

Photo 3 – Combattants druzes des forces arabes du royaume du Hedjaz, Quweira, mars 1918. Autochrome 15511 © Archives de la Planète.
Photo 4 – Esclaves combattants de l’émir Fayçal, Quweira, février 1918. Autochrome 15491© Archives de la Planète.

Ces vues permettent d’apprécier l’aspect des paysages de cette région et de se représenter les conditions de l’action militaire. Sur le plateau, une steppe minérale et rocailleuse domine (Photo 5). Pas un arbre en vue ; toutes les opérations se font à découvert, qui plus est dans de rudes conditions : l’eau est rare (plusieurs clichés montrent le ravitaillement à des puits). Dans les campements blottis dans des vallonnements, le froid nocturne est mordant : certains soldats, souffrant d’engelures, doivent être évacués. La nourriture est peu variée, la fatigue physique importante, même pour des troupes aguerries et sobres dont le gros est originaire du Maghreb ; pour faciliter les relations avec les émirs hachémites, le commandement avait en effet recruté des troupes musulmanes (Photo 6).

Photo 5 – Devant Ma’an. Paysage, camps français et chérifien – mars 1918 © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.
Photo 6 – Fabrication de la guessera (galette de semoule) par les soldats français, Abel-Lesàn, mars 1918 © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.

L’absence de bourgade est frappante et le mode de vie nomade domine l’espace. Quweira n’est alors qu’un petit souk local où les marchands posent leurs étals à même le sol. Sauf sur le littoral, les seuls édifices visibles sont quelques tours de surveillance ottomanes, ou leurs ruines.

Devant le grand escarpement qui borde le plateau au sud et fait plonger dans la Hismé, s’ouvrent d’immenses horizons déserts. À son pied, depuis Quweira, la vue porte jusqu’aux sommets qui dominent le Wadi Ramm (Photo 7). On entre ici dans le domaine des grès aux modelés étranges. Plus au sud encore, le fond du golfe d’Aqaba n’est occupé que par les grands épandages caillouteux qu’y déversent les oueds et par des bosquets de dattiers qui forment une palmeraie lâche autour du fortin turc. Les Anglais y ont installé leurs tentes (photos 8 et 9).

Photo 7 – Devant Quweira, début mars 1918, vue panoramique balayant de l’est au sud. Le quartier général de Fayçal est au pied de l’échine gréseuse au second plan à gauche. Au fond, à droite de la photo, les sommets dominant le Wadi Ramm © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.
Photo 8 – Palmeraie littorale d’Aqaba, mars 1918. Autochrome 15553
© Archives de la Planète.
Photo 9 – Le camp des forces anglo-arabes, au bord du golfe d’Aqaba, février 1918. Autochrome 15483 © Archives de la Planète.
Quweira, 28 février 1918 : cinéma dans la nuit du désert

Les rencontres entre les troupes chérifiennes et les contingents anglais ou français furent l’occasion de parades et de repos, scènes dont témoignent aussi de nombreux clichés. Parmi elles, un moment singulier se détache.

Par une fin d’après-midi, quelques soldats tendent une toile blanche entre deux piquets. À faible distance, d’autres s’affairent autour d’un chevalet supportant une bobine et un projecteur. D’autres encore ont dressé une tente un peu plus loin (Photo 10).

Photo 10 – Camp de Gouéra [Quweira], préparation d’une séance de cinéma : installation du site. 28 février 1918 © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine

Nous sommes à Quweira, dans le camp chérifien et français et, dans le creux de la paroi gréseuse ourlée de magnifiques formes d’érosion, on prépare une projection cinématographique pour l’émir Fayçal. Rejeton hachémite de la famille gardienne des Lieux Saints, homme moderne et cultivé, le prince ne craint pas de voir des images animées. Les ombres s’allongent et le paysage au loin se déploie, déjà décor du film…

1917-2017, changement de décor

Cent ans plus tard, le changement paysager autour de Quweira et Aqaba est saisissant. Les politiques de sédentarisation des années 1960 (Bocco et al., 1993) ont entraîné la régression du mode de vie bédouin et ce d’autant plus que la fixation des frontières jordano-saoudiennes a fait fi des territoires des tribus occupant la région et brisé les complémentarités entre les espaces de parcours. Le pâturage est encore présent de façon résiduelle et soumis, entre autres contraintes, aux impératifs de scolarisation des enfants.

Le long de l’axe Maan – Aqaba, l’urbanisation en archipel a fait émerger une nébuleuse mal structurée. L’autoroute bordée de grappes de bâtisses à l’implantation anarchique est longée par une grosse tranchée où des conduites hydrauliques doivent acheminer l’eau des forages vers Amman. Des activités agricoles spéculatives – périmètres irrigués, élevages intensifs de volailles – occupent les espaces plans et embauchent une main d’œuvre saisonnière égyptienne ou soudanaise. L’immensité paysagère des glacis est interrompue, de loin en loin, par des clôtures et des grillages. L’arbre, groupé en bosquets ou en vergers près des fermes, a fait son apparition tandis que la steppe s’est clairsemée, surpâturée par le bétail (photo 11 et 12).

Photo 11 – Sur l’autoroute, entre Ma’an et Aqaba, avril 2013 © N. Jacob-Rousseau.
Photo 12 – Haute plaine d’el Hismek [Quweira], paysage : rochers gréseux, 19 mars 1918 © Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. Même site, le 28 mai 2011. Noter la régression de la végétation steppique (surpâturage, cultures annuelles) © N. Jacob-Rousseau.

À Aqaba, aucun visiteur ne peut plus imaginer la sérénité qui émanait de la palmeraie dunaire d’antan. Elle a disparu sous la frénésie de construction et la concurrence que se livrent cette station balnéaire et sa jumelle Eilat. Une nappe de lotissements, de grands ensembles de standing, de projets de marinas, de polders et plateformes logistiques achève de boucler le littoral et, au mépris du danger, occupe les lits d’oueds trop rarement en eau pour qu’on leur prête attention.

Et par-dessus tout, avec la dégradation du paysage, frappe sa perte de capacité à satisfaire la recherche de dépaysement orientaliste que le touriste ne peut plus trouver que dans la zone protégée du Wadi Ramm. Mais, sillonné de jeeps et pris d’assaut par des cordées de varappeurs, le site lui-même n’est pas exempt de dégradations environnementales, ni ses populations épargnées par les difficultés socio-économiques ou la folklorisation.

En adjoignant aux fonds photographiques évoqués plus haut les clichés pris par les Anglais, mais aussi par d’autres explorateurs ou archéologues qui traversèrent la région à partir de la fin du XIXe siècle, on dispose d’un matériau abondant pour une histoire des paysages du Hedjaz qui reste encore à écrire. L’échantillon présenté ici montre qu’elle pourrait être un apport intéressant à la connaissance des environnements, de leurs dynamiques et de leur aménagement depuis un siècle, mais aussi un support de réflexion sur la perception que nous en avons.

Références

Bocco R., Jaubert R., Métral F. (éd.) 1993. Steppes d’Arabies, États pasteurs, agriculteurs et commerçants : le devenir des zones sèches, PUF – Cahiers de l’IUED, Paris-Genève.

Brémond E., 1931. Le Hedjaz dans la guerre mondiale, Paris, Payot.

Cloarec V. 2010 (3e éd.). La France et la question de Syrie (1914-1918), Paris, CNRS éditions.

Leclerc C. 1998. Avec T.E. Lawrence en Arabie. La mission militaire française au Hedjaz, 1916-1920. Paris, L’Harmattan.

L’auteur

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Nicolas Jacob-Rousseau. Paysages du front d’Orient (3). 1916-1920. Coups tordus, cinéma de plein air et histoire du paysage dans les parages du Wadi Ramm., ArchéOrient - Le Blog, 31 janvier 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/13925

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.