Nur Balkan-Atlı : la recherche préhistorique en Anatolie avec le sourire aux lèvres

Ces derniers mois, le souvenir de cette phrase prononcée en français, me revient souvent à l’esprit:

Je suis désolée, mais j’entends chaque soir les sirènes des bateaux, les cris des mouettes, le bruit de la mer… comme si j’étais au bord du Bosphore à Istanbul.

Telles étaient les paroles de Nur Balkan-Atlı, jeune étudiante parmi les fouilleurs néophytes, à propos des nuits dans une zone désertique de Syrie marquées par un profond silence. Cela devait être septembre 1979, nous avions commencé les campagnes de fouilles dans la cuvette d’El Kowm près de Palmyre. C’était une mission du Ministère français des Affaires étrangères sous la responsabilité du professeur Jacques Cauvin et nous travaillions sur différents sites archéologiques sous la direction de Marie-Claire Cauvin ou de Danielle Stordeur. La mission était tout à fait innovante car, en plus des diverses découvertes scientifiques totalement inédites pour la préhistoire et les débuts de l’Holocène, nous étions enthousiasmés par la découverte d’une région reculée du Proche-Orient, à mi-chemin entre le désert et la steppe, contemplant avec curiosité et intérêt les modes de vie traditionnels – encore actuels alors – des populations nomades. Ainsi, les formes architecturales des nomades récemment sédentarisés ont été l’objet d’une étude approfondie par Olivier Aurenche et son équipe, dans laquelle Patrick Desfarges s’est rapidement distingué. Nous, jeunes archéologues, découvrions un monde inconnu, avec naïveté et respect, mais aussi avec beaucoup de plaisir et d’admiration pour les modes de vie ancestraux que nous observions.

Mission El Kowm (Syrie 1985). De gauche a droite: C. Maréchal, D. Helmer, I. Kowatli, D. Stordeur et N. Balkan. © Archives de fouilles de la Mission El Kowm.

Nur Balkan, est rapidement devenue, au sein de l’équipe de cette époque, familièrement appelée l’URA 17 (Unité de recherche associée n° 17 du CNRS « Débuts de la sédentarisation dans le Moyen-Euphrate »), une personne bien-aimée, une chercheuse admirée et surtout une amie sur laquelle on pouvait compter.

D’éducation anglophone, grâce à sa formation et ses études primaires à Istanbul, elle avait choisi Paris pour poursuivre son doctorat. Elle s’était inscrite à l’Université Paris I, dans le cursus d’archéologie orientale, sous la direction scientifique de Jean-Louis Huot, avec qui elle a entretenu une longue relation d’amitié tout au long de sa vie. Mais il est également vrai que son désir d’étudier le Néolithique d’Anatolie l’a conduite à rencontrer très vite, suivant les conseils de J.-L. Huot, le professeur Jacques Cauvin, qui l’a accueillie dans son équipe basée à Lyon et en Ardèche. L’amour de Nur pour la ville de Paris des années 1970 a fait qu’elle ne l’a pas quittée pendant son séjour en France et y a vécu jusqu’à son retour en Turquie à la fin de sa formation doctorale.

Nur a soutenu sa thèse en 1985 à l’Université de La Sorbonne. Il s’agissait d’une recherche dont l’objectif principal était de présenter un état des lieux « ordonné » ainsi qu’une synthèse des connaissances sur la Néolithisation de la partie sud de la péninsule anatolienne : travail bibliographique, mais aussi étude et révision de nouvelles collections archéologiques. Ses résultats et ses conclusions allaient constituer un solide socle pour les recherches en préhistoire récente des années qui allaient suivre, notamment pour les fouilles de sauvetage organisées en raison de l’édification de plusieurs barrages le long de l’Euphrate. Cette thèse a été à l’origine de la monographie, « La néolithisation de l’Anatolie », publiée en 1994, avec un retard considérable en raison de problèmes éditoriaux, dans la collection Varia Anatolica VII de l’Institut des études anatoliennes d’Istanbul. Varia Anatolica est une revue et collection prestigieuse, capitale pour l’archéologie orientale, car elle rassemble les contributions et les résultats scientifiques des missions archéologiques françaises en Turquie, ainsi que les études doctorales et les thèses qui s’en dégagent.

A son retour à Istanbul après sa thèse, Nur a entamé une nouvelle étape de sa vie. D’une part, elle s’est investie dans l’enseignement et a assumé des responsabilités dans la gestion universitaire du département de Préhistoire de l’Université d’Istanbul. D’autre part, elle a créé et développé ses propres axes de recherche, se consacrant plus particulièrement à l’analyse des industries lithiques anatoliennes, surtout en ce qui concerne l’obsidienne, tout ceci dans une continuité scientifique qui a participé à renforcer ses liens avec l’équipe du CNRS et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) à Lyon. Ce furent des chemins multiples mais un seul objectif : contribuer à une meilleure connaissance du Néolithique en Anatolie.

Mission El Kowm (Syrie 1985). De gauche à droite : E. Vila, J. Trincat et N. Balkan.© Archives de fouilles de la Mission El Kowm.

C’est en 1987 que Nur a commencé l’enseignement et la recherche à l’Université d’Istanbul.  En 1995, elle devient professeur adjoint, puis, en 2000, professeur. Sa carrière dans ce département et son action dans cette université lui ont permis de participer activement au développement de l’une des institutions les plus actives pour la préhistoire récente de l’Anatolie. Elle a eu comme collègues et amis une longue liste de chercheurs pionniers de l’archéologie anatolienne tels que Halet Çambel, Ufuk Esin et Mehmet Özdoğan, ou encore des chercheurs actuellement en poste au département tels que Mihriban Ösbaşaran, Semra Balcı et Erhan Bıçakçı. Enfin, elle a elle-même contribué à la formation et au soutien de jeunes chercheurs qui sont actuellement au début de leur carrière scientifique, comme Çiler Altinbilek et Nurcan Kayacan.

En ce qui concerne les chercheurs de la MOM ou plus généralement de l’environnement scientifique de cette institution, c’est avec Marie-Claire Cauvin qu’elle a partagé une  longue amitié et des travaux scientifiques approfondis sur l’étude de l’obsidienne en Anatolie. Elles ont initié une approche intégrée pour l’étude de cette matière première lithique qu’elles ont abordée depuis l’analyse des gîtes et des affleurements, jusqu’à l’étude des outillages, de leur morphologie et de leur usage. Nur s’est beaucoup intéressée aux questions de diffusion car, comme il est bien connu aujourd’hui, l’utilisation de cette matière lithique d’origine volcanique illustre d’une manière exemplaire l’existence des réseaux d’échange et de communication complexes dès les périodes préhistoriques entre la partie la plus septentrionale et les régions méridionales du Moyen-Orient. En outre, Nur a également développé des recherches sur la technologie et la morphologie des outils fabriqués en obsidienne, comme par exemple les types spécifiques à la région « Çayönü Tools » ou plus généralement sur des aspects techniques tels que l’amélioration technique avec le chauffage de l’obsidienne.

Nur Balkan a été un pilier très actif dans ces thématiques de recherche auxquelles ont collaboré des chercheurs de la MOM et / ou de l’Institut de Préhistoire Orientale de Jalès, et, comme cela arrive souvent, le côté professionnel est devenu également le germe d’amitiés et de projets scientifiques avec de nombreux collègues,  tout au long de sa vie. Nous pouvons rappeler Marie Le Mière, Danielle Stordeur, Eric Coqueugniot, Olivier Aurenche, Emmanuelle Vila,  Frédéric Abbès, Abro Der Aprahamian, … une longue liste qui est clairement incomplète. L’amitié était l’une des valeurs les plus importantes de la vie de Nur et elle était très attentive à tous.

La dynamique intense de sa recherche est non seulement visible dans son approche analytique de l’industrie lithique de plusieurs gisements en Anatolie (Açıklı Höyük, Değirmentepe, …) mais aussi dans l’élaboration de projets  innovants et passionnants comme celui de l’étude des affleurements d’obsidienne en Cappadoce et la fouille et l’analyse de l’atelier de taille de Kömürcü-Kaletepe (Anatolie centrale). Nur a d’abord eu comme collaborateurs scientifiques des chercheurs de la MOM, puis elle a établi plus particulièrement avec Didier Binder une collaboration de longue durée très étroite. Les campagnes de fouille dans les hauteurs de la Cappadoce ont permis la constitution d’une équipe de jeunes étudiants/es, doctorants/es, collaborateurs qui ont contribué à créer une réelle « école » d’archéologie. Ses yeux brillaient toujours quand elle parlait de la maison de fouilles de Kaletepe et des nuits avec chansons et guitares, de la bonne ambiance et de la fraternité entre tous les participants. Ses recherches sur les ateliers près des affleurements d’obsidienne étaient très novatrices pour l’archéologie néolithique du Proche-Orient. En plus de ses compétences scientifiques, son sens des responsabilités et ses grandes qualités humaines l’ont conduite à assumer rapidement des tâches de représentation et de direction dans des projets archéologiques dans toute la région de la Cappadoce et, dans le domaine universitaire, au sein du département de préhistoire de l’Université d’Istanbul. Sa rencontre et son mariage avec Korkut Atlı ont été la source d’un grand bonheur, période particulièrement heureuse qui, malheureusement, n’a pas duré longtemps compte tenu de la disparition soudaine et trop précoce de ce dernier.

Çafer Team 1982: Équipe de fouille de Cafer Höyük en 1982. Au premier rang, au milieu N. Balkan avec sur sa gauche S. Calley et plus à droite Jacques Cauvin.Tout à l’arrière, J. Trincat et M.C. Cauvin dans l’encadrement de la porte. © Archives de fouilles de la Mission Cafer Hoyuk.

Personnellement, nous avons partagé ensemble, en plus d’une amitié profonde et étroite qui a duré plus de 35 ans, deux projets archéologiques intenses, avec de longues périodes de mission sur le terrain pour les fouilles archéologiques, ce qui a aussi contribué à alimenter le lien fort qui existait entre nous. Le premier projet,  à Cafer Höyük, date du début de notre activité professionnelle (1981-1986) ; le second, à Akarçay Tepe, sur l’Euphrate, près de Sanliurfa dans la première décennie des années 2000, date presque de la fin de notre activité.

Çafer 1983 : Moment de détente dans le souk de Malatya après l’achat de chaussettes. J. Trincat à gauche, N. Balkan et M. Molist à droite.
© Archives de fouilles de la Mission Cafer Hoyuk.

Mais dans une perspective plus générale, il faut souligner le rôle très important de Nur Balkan-Atlı dans les projets de la MOM en Turquie, tels que ceux qui ont été développés à Cafer Höyük, sous la direction de J. Cauvin et O. Aurenche et ceux développés avec M.-C. Cauvin pour l’étude des obsidiennes en Cappadoce. On se souviendra avec mélancolie de l’efficacité et de la ténacité de la jeune Nur, dans la première moitié des années 1980, facilitant les questions administratives et les contacts de Jacques et Olivier, auprès des gouverneurs de la ville de Malatya, ou encore de sa capacité à atténuer les tensions avec les patrouilles militaires qui, sans avertissement, s’étaient présentées la nuit à plusieurs reprises à la maison de fouille. La même Nur avec qui, pendant la journée de travail, on avait  partagé la fouille du secteur Est du site et effectué une analyse stratigraphique détaillée des niveaux de maison PPNB. Il ne faut pas oublier non plus, ses « excursions » dans les souks avec Jacqueline Trincat, à la recherche des chaussettes de couleur vive et des combinaisons gaies et enthousiastes, qui ensuite étaient comme des notes joyeuses dans la haute vallée de l’Euphrate brûlée par le soleil.

Çafer 1984 : La vallée de l’Euphrate dans la région de Malatya. De gauche à droite, en haut : M.-C. Cauvin, O. Aurenche, M.-C. Nierlé, B. Bireaud ; en bas : S. Calley, N. Balkan, et M. Molist.
© Archives de fouilles de la Mission Cafer Hoyuk.

Nur Balkan-Atlı, une excellente chercheuse, une travailleuse acharnée, une personne responsable, tenace, mais aussi sereine et  pondérée, toujours prête à aider, toujours à la recherche de solutions pour les problèmes qui pouvaient survenir sur le terrain de fouille ou dans les locaux de la faculté… Une grande combattante le sourire aux lèvres, aux yeux doux, parfois cachés sous les lunettes de soleil, une vraie préhistorienne au grand cœur qui nous manquera beaucoup !!!

L’auteur

Miquel Molist est professeur de préhistoire à L’Université Autonome de Barcelone (Catalogne, Espagne). Il a eu depuis 1981 une collaboration étroite avec la MOM, en particulier avec les formations/équipes de Préhistoire de la MOM.

Pour citer ce billet : Miquel Molist. Nur Balkan-Atlı : la recherche préhistorique en Anatolie avec le sourire aux lèvres, ArchéOrient - Le Blog, 24 janvier 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/13825

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Danielle Stordeur dit :

    Ce texte est magnifique, complet, juste, chaleureux, digne de ce que Nur Balkan mérite.
    Et il évoque aussi d’autres belles figures disparues, qu’on aime voir nommer avec elle, et avec nous tous
    Merci Miguel d’y avoir mis toute ta mémoire, ton intelligence et ton cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.