Archéorient reçoit le Prix Mercier à Avignon

 

F. Abbès, Mme Mercier, D. Stordeur

F. Abbès, Mme R. Mercier, D. Stordeur (© Noëlle Gamand, Huitièm’art)

Le 3 juin 2013, le prix international d’Archéologie Pierre Mercier a été attribué à l’équipe des préhistoriens de l’UMR 5133-Archéorient. La remise du prix s’est déroulée à Avignon, au Palais des Papes, où une petite cérémonie avait été organisée. Son déroulement, comme sa préparation reposait sur les épaules de Stéphanie Pioda, journaliste, chargée de mission de la Fondation, qui en a fait un très agréable moment, apprécié par toutes les personnes présentes. Pour clore en beauté l’événement, un vin d’honneur était offert sur place.

La Fondation archéologique Pierre Mercier a été créée en février 2011 par Madame Raymonde Mercier, en hommage à son fils Pierre, dont la passion pour le Néolithique provençal commençait à se transformer en carrière prometteuse quand survint sa disparition. Son but est de soutenir des actions de recherche, la diffusion des savoirs scientifiques et le rayonnement de l’archéologie méditerranéenne. En 2012, pour la première édition du prix international d’Archéologie Pierre Mercier, la période retenue était le Néolithique et, plus particulièrement, les étapes correspondant à son émergence. Et c’est ainsi que quatre candidatures ont été primées, celle d’Archéorient, présentée par Frédéric Abbès, ayant reçu le premier prix, dit International. Les trois autres prix ont été partagés par deux lauréats post-doc ex aequo pour la bourse d’aide à la recherche : Julie Patrier sur le thème “Conservation et stockage des denrées alimentaires en Anatolie centrale au IIe millénaire avant J.-C.”, et Benjamin Girard-Millereau, “Le mobilier métallique de l’Âge du fer en Provence, VIe-Ie av. J.-C. Contribution à l’étude des Celtes en France méditerranéenne”. Enfin la bourse d’aide à la vulgarisation a été attribuée à Daniel Istria pour soutenir la publication d’une collection de Monographies sur différents sites archéologiques majeurs en Corse.

La cérémonie s’est déroulée en présence de Madame Mercier, de deux académiciens, professeurs au Collège de France, membres de l’Académie des Sciences et Belles Lettres et membres du Comité scientifique de ce prix (le Pr. Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie, et le Pr. Jean Guilaine), de journalistes, d’amis, d’Emmanuelle Vila, directrice de l’unité, accompagnée de la plupart des préhistoriens du Laboratoire Archéorient.

 

Mme Mercier

Mme R. Mercier (© Noëlle Gamand, Huitièm’art )

 En ouverture, Madame Mercier a présenté, de façon émouvante, la Fondation et les raisons qui l’ont poussée à la créer. Jean Guilaine a ensuite exposé les raisons de l’attribution du prix aux néolithiciens de notre Laboratoire. Il a insisté sur le rôle majeur de leur contribution à la connaissance du processus de la Néolithisation, notamment, évidemment, au Proche-Orient. Ce chercheur, spécialiste de la Néolithisation de Chypre et de celle de la France méridionale, a insisté sur le fait que nos travaux se placent dans la tradition des recherches de Jacques Cauvin. La cohésion d’une équipe interdisciplinaire, fondée et animée par lui, enrichie depuis, nourrie par plusieurs missions archéologiques et féconde en publications a été mise en lumière. Ses publications, la collaboration entre ses auteurs, leur niveau scientifique, ont servi de base pour que soit attribué ce prix. Sans compter le projet lui-même qui se réalisera avec les fonds reçus : l’organisation par Frédéric Abbès d’une Rencontre scientifique en 2014.

Prix  Arche¦üologie-25comp

D. Stordeur et M. Zink (© Noëlle Gamand, Huitièm’art)

A la suite de Jean Guilaine, Michel Zink, spécialiste de la littérature médiévale, a pris la parole, pour présenter le prix et ensuite endosser, avec beaucoup d’humour, le rôle de « maître de cérémonie ». Frédéric Abbès et Danielle Stordeur ont été appelés à la tribune pour l’attribution du « diplôme » correspondant au prix (photo), qui a été remis symboliquement à Danielle Stordeur au titre de « figure de proue » de la lignée… Et qui a été tout de suite remis par cette dernière au Laboratoire, puisqu’il lui est destiné.

Prix  Arche¦üologie-18 comp

Danielle Stordeur (© Noëlle Gamand, Huitièm’art)

Prix  Arche¦üologie-22comp

Frédéric Abbès (© Noëlle Gamand, Huitièm’art)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A tour de rôle, Danielle Stordeur puis Frédéric Abbès ont présenté une courte conférence (conference DSFA) sur les apports des membres du Laboratoire à la connaissance du processus de la Néolithisation, le tout illustré principalement par des images provenant des fouilles syriennes. Faute de temps, certains secteurs des recherches du laboratoire Archéorient n’ont malheureusement pas été présentés (travaux en Turquie et en Arménie, travaux spécialisés des doctorants notamment).

Pierre Mercier-2comp

Lauréats et membres de la fondation Pierre Mercier. Mme R. Mercier entre M. Zink à gauche et J. Guilaine à droite  (© Noëlle Gamand, Huitièm’art).

 Pour rappel, la Néolithisation est un évènement majeur de l’histoire de l’humanité. Il s’agit de la transition entre un mode de vie immémorial basé sur la chasse, la pêche et la cueillette, vers une économie de production de subsistance. Cette « révolution » a de nombreuses facettes, qui ont été découvertes successivement. Considéré d’abord comme un progrès technique, le Néolithique a été ensuite défini comme une transformation socio-économique, et c’est seulement sous l’impulsion de Jacques Cauvin en 1994 que l’on considère aujourd’hui cette étape clé dans l’évolution des sociétés humaines comme, aussi, un changement de l’univers mental. C’est une équipe de chercheurs qui, d’abord autour de Jacques Cauvin – réunie et stimulée par lui – puis à sa suite au sein de l’UMR 5133-Archéorient a fait avancer la connaissance de ce moment capital de l’histoire. Tous y ont travaillé ensemble, sur le terrain et en laboratoire, dans un processus indispensable d’échange interdisciplinaire. Plusieurs fouilles modernes ont été dirigées par des membres de cette équipe, sources abondantes de données et d’observations dans lesquelles chacun pouvait puiser, en complétant cette documentation par des lectures et des échanges élargis avec des chercheurs de tout pays.

L’étude de la Néolithisation est donc avant tout l’étude d’une société en mutation profonde. Rechercher le pourquoi de cette mutation, s’interroger sur les solutions qui ont été adoptées pour la permettre, doivent, comme l’exprime Danielle Stordeur, se poser en écho avec notre propre civilisation. Étudier le Néolithique, maîtrise du monde sauvage, c’est aussi étudier notre société actuelle, les excès et les impasses que l’abus de cette maîtrise génère aujourd’hui.

——

Le laboratoire Archéorient était représenté, en plus de Danielle Stordeur, Frédéric Abbès et Emmanuelle Vila, par François Barbot, Eric Coqueugniot, Gérard Der Aprahamian, Daniel Helmer, Marie Le Mière, Françoise Le Mort et Georges Willcox.

Galerie de photos

2013-06-03 14.37.29 HDR 2013-06-03 14.35.57 HDR
2013-06-03 14.35.42 HDR 2013-06-03 16.27.52
2013-06-03 14.39.07 HDR

Pierre Mercier-3comp

(© N. Gamand)

 


Pour citer ce billet : Archéorient (coll.) 2013. Archéorient reçoit le Prix Mercier à Avignon, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 26 juillet 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1372

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search