Du « terrain » dans les années 1980 au « terrain » dans les années 2010 : deux approches scientifiques éloignées. 3/3

3ème partie : comme si on y était… De nos jours, tout se voit

Les deux précédents billets portaient sur les difficultés de travail dans les années 1980 dans une région – le Grand Erg occidental en Algérie, appelé Erg dans la suite du texte – lorsque l’information manquante était palliée par un long travail de prospection sur le terrain. Puis les premières données satellitaires ont permis d’aller plus loin. De nos jours, leur accumulation est telle que c’est leur gestion qui pose problème. Montrer tout ce qui serait faisable maintenant est déjà presque impossible.

Cela conduit à limiter ce billet a une étude de cas à deux échelles, l’une « locale » et l’autre plus générale. La première traite du site emblématique d’Hassi-Cheikh, objet principal du premier billet, la seconde de l’extension des paléolacs du Grand Erg occidental, objets du second billet. (Voir la localisation des sites dans le 1er billet)

Le site d’Hassi Cheikh

Ce site, et ses environs, ont été décrits dans le premier billet. Il a été étudié durant plusieurs années (Callot 1988, 1991) avec la carte topographique au 1/200 000e pour seule aide au repérage (fig.1).

Fig. 1 : extrait de la carte topographique Hassi bou Zid autour d’Hassi Cheikh. Le rectangle en rouge correspond à l’aire de la figure 2

L’apport des photographies aériennes a déjà été montré dans le deuxième billet. Elles sont d’une grande aide pour se déplacer dans des secteurs aussi complexes, mais il n’était pas possible d’en avoir pour toute la région étudiée, pour des raisons de coût et d’autorisation d’achat en Algérie. Elles m’ont en fait peu servi dans ce secteur, car lorsque je les ai obtenues, je l’avais exploré sans elles, avec bien des difficultés. Elles n’ont fait que confirmer ce que je savais et m’ont permis de trouver des « raccourcis » intéressants.

En revanche, elles n’ont pas été utiles pour trouver de paléolacs, objet de mes recherches. C’était en plus un peu tard pour les étudier. En effet, j’y ai déjà fait allusion dans le 2ème billet, ces photos en noir et blanc sont suffisamment précises pour les indiquer, mais ils restent « invisibles » sur les clichés, car les « coupes » verticales n’apparaissent pas.

Cette particularité est particulièrement frappante à Hassi-Cheikh (fig. 2). Aucun affleurement n’apparaît sur la photographie aérienne, malgré un travail d’amélioration du cliché. En revanche, elle permet de trouver aisément un passage pour monter sur le plateau situé à l’ouest en direction de la grande cuvette parallèle de Daïet el Melah. C’est durant la phase de prospection que cette photo aurait été d’un grand secours.

Fig. 2 : photographie aérienne de la partie septentrionale de la dépression d’Hassi Cheik.

L’apparition sur Internet de sites gratuits d’imagerie comme Google Earth a complètement changé la donne en mettant à disposition des images EN COULEUR. Leur rendu est en général de médiocre, voire très médiocre, qualité. Mais il est suffisant pour distinguer les éléments principaux. Il était possible auparavant d’accéder à ces données en couleur, mais leur coût en limitait l’usage à des études ponctuelles ou à de grands programmes de recherche richement dotés…

Fig. 3 : Images Google Earth des dépressions d’Hassi-Cheikh et de Daïet el Melah. En 1, dépôts d’eau salée, en 2, dépôts de sel gemme. Le point rouge situe le puits d’Hassi Cheikh

La figure 3 montre une image du même site. Elle souligne les différences de qualité entre images Google Earth. La partie est (du haut) distingue bien les aires sableuses et non sableuses. La partie ouest (du bas) est presque un camaïeu ocre. Mais dans les deux cas, des zones claires, presque blanches, sont visibles. Elles indiquent toutes des sédiments lacustres déposés au fond des dépressions du Mechfar. En revanche, comme sur les cartes, la nature des sédiments n’est pas reconnaissable : ils sont tous blancs. Un tel document rend aussi compte de l’extrême complexité de la topographie que les cartes ne peuvent pas représenter.

Dans certains secteurs, la définition des images est étonnante. Sur la figure 4, la daïa d’Hassi-Cheikh est à une échelle un peu moins précise que celle de la photographie aérienne sur la figure 2. Cela permet de voir l’ensemble de la dépression. Les dépôts lacustres clairs soulignent la division du site en trois cuvettes.

Fig. 4 : Image Google Earth du 06/04/2014 de l’ensemble de la dépression d’Hassi-Cheikh. Le rectangle correspond à la figure 5
Fig. 5 : Image Google Earth du 06/04/2014 de la partie nord de la dépression d’Hassi-Cheikh

Plus précise, la figure 5 est centrée sur la cuvette nord, la plus petite, mais la plus intéressante : le puits et les dépôts lacustres à diatomées s’y trouvent. Les limites contournées des affleurements soulignent la complexité de la micro topographie du fond de la dépression, avec quelques dunes par-dessus pour rendre les choses moins simples.

Fig. 6 : Image Google Earth du 06/04/2014 du centre de cuvette nord de la dépression d’Hassi-Cheikh. Le rectangle correspond à la figure 7

On peut faire mieux : le rectangle dans la figure 5 montre l’aire de la figure 6, d’environ 500 x 300 m. La finesse des détails est impressionnante. Autour du point A qui indique le centre de la cuvette, le puits d’Hassi-Cheikh est au sud (à droite), une petite kouba (bâtiment religieux) au nord (à gauche) et le plus gros « rocher » d’Hassi Cheikh, la Servante, au nord-ouest. Les diatomites décrites dans un premier billet sont la bande contournée à l’est (en haut). C’est presque « comme si on y était ! », surtout si on agrandit l’image jusqu’à la précision maximale de la figure 7, où on pourrait compter les buissons.

Fig. 7 : Image Google Earth du 06/04/2014 du centre de cuvette nord de la dépression d’Hassi-Cheikh avec les éléments visibles sur la figure 8.

La figure 8 a été prise de la flèche indiquée sur la figure 6. On y voit l’alignement du puits et de la « Servante » (fig. 9), la kouba à droite. Le gisement de diatomées émerge de la dune. On remarquera que les niveaux « blancs » sont bien moins visibles sur le terrain que sur l’image, qui permet d’accentuer des contrastes de teintes peu visibles, surtout en vue oblique.

Fig. 8 : partie nord de la dépression d’Hassi-Cheikh prise de la flèche
indiquée sur la figure 6. © Y. Callot
Fig. 9 : le rocher de la Servante, qui doit son nom à la très belle légende du site. © Y. Callot

Ce « zoom » avant sur Hassi-Cheikh suffit à montrer que la recherche n’est plus la même depuis l’apparition de ces données d’imagerie. Qu’en est-il des paléolacs de l’Erg ?

Les paléolacs du cœur du Grand Erg occidental

Le second billet était consacré à la découverte et l’étude dans l’est de l’Erg de paléolacs originaux. Elle avait été déjà facilitée par l’usage d’images satellitaires Spot assez précises pour se déplacer dans les grandes dunes de l’Erg. L’étude s’était limitée à quelques sites trouvés le long de l’itinéraire de traversée de ces dunes, donc « non choisis ». Cela n’avait pas empêché d’obtenir des résultats importants sur le plan paléoclimatique (Callot et Fontugne 1992, 2008). Et ses conclusions supposaient la généralisation des paléolacs partout où les conditions nécessaires à leur formation étaient réunies.

Pour le vérifier, les figures 10 à 14 montrent à différentes échelles un secteur situé à l’ouest de l’itinéraire de la découverte des paléolacs, dans le « vrai centre » de la partie nord-orientale de l’Erg. Elles montrent la finesse des images, puisque sur la figure 14, la plus précise, on voit même des blocs effondrés au pied d’un petit abrupt.

Fig. 12 : partie centrale de la figure 11
Fig. 13 : Détail des buttes de la figure 12
Fig. 14 : Centre de la figure 13. Blocs effondrés au pied d’un petit abrupt

Les taches blanches omniprésentes montrent que les dépôts lacustres existaient dans TOUS les « chaudrons » et les dépressions interdunaires plus vastes d’une certaine profondeur. Leur absence dans certains cas est due à l’érosion éolienne intense qui ne laisse que des lambeaux d’affleurements dans les sites observés, comme on le voit sur les photographies des deux billets précédents. Mais elle les a détruits complètement dans nombre d’autres.

Est-il utile de préciser qu’avec un bon véhicule tout-terrain, de pareilles images, plus un GPS (un vrai), se déplacer dans cette région devient presque une promenade comparée aux difficultés rencontrées trente ans auparavant. Encore faut-il savoir les lire pour en extraire quelques informations essentielles comme : « si ça passe dans un sens, en sera-t-il de même si on se trouve contraint de revenir par le même chemin ? ».

Et après ?

Ces résultats si remarquables donnent un vertige intellectuel. La somme de données disponibles sur les images les plus précises (figs. 13-14), si on la rapporte à la seule image originale (fig. 10) où la figure 13 est presque invisible est déjà considérable. Si on la rapporte à l’ensemble de l’Erg, elle dépasse notre entendement. Pas « celui des ordinateurs ».

On serait tenté de penser que l’on peut se passer du terrain tant les données sont précises… sauf pour prélever des échantillons. La fin de la phrase touche l’endroit qui fait mal. La tache blanche d’un paléolac ne donne pas sa nature. Or, l’hydrologie de l’Erg à l’Holocène comportait deux nappes superposées, celle de la Hamada, salée, et celle de l’Erg, d’eau douce. Si dans une bonne partie de l’Erg, on peut déterminer à laquelle appartient un paléolac, il est impossible de trancher dans d’autres secteurs. Cela est réalisable, mais avec de vraies images satellitaires (pas des données fournies par Google Earth), donc un coût élevé.

L’imagerie spatiale conduit à un constat sur les travaux anciens décrits dans les deux premiers billets : ils étaient fondés sur une infime partie des deux systèmes de paléolacs qui ont été découverts. Ce n’est pas rédhibitoire, car si les objets étudiés ont des caractères distinctifs marqués, la partie peut être représentative du tout.

 L’abondance de ces paléolacs, à l’opposé de leur découverte au début des années 1980, implique des approches nouvelles, capables de traiter l’abondance des données. Cela dépasse le cadre d’un billet, mais promet de belles recherches dans les années à venir.

Enfin, reste le vécu d’un tel travail : on en a bavé, mais qu’est-ce qu’on s’est tous passionnés, amusés à courir le désert, et moi à apprendre à percevoir les indices de proximité d’un site « lacustre ». Je me rappelle encore les rires de mes compagnons dans l’Erg lorsqu’un peu aguerri après trois ou quatre ans de travail, je déclarais soudain en conduisant :

« Ça sent le paléolac ! »

C’était souvent le cas. Mais rarement intéressant…

Bibliographie

Callot Y 1988. Évolution polyphasée d’un massif dunaire subtropical : le Grand Erg Occidental (Algérie), Bull. Soc. Géol. de Fr., Paris, 8, IV-6, 1073-1079

– 1991. Le Grand Erg Occidental (Algérie). Histoire d’un massif de dunes. – Science et changements planétaires – Sécheresse, 2, 1, 26-39.

Callot Y., Fontugne M. 1992. Les étagements de nappes dans les paléolacs holocènes du nord-est du Grand Erg Occidental (Algérie). C. R. Acad. Sci., Paris, 315, II, 471-477.

– 2008. Les sites lacustres d’âge holocène dans l’est du Grand Erg occidental (nord-ouest du Sahara algérien). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, 187-200.

L’auteur

Yann Callot est Professeur émérite de Géographie – Université Lumière – Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, Antenne de Jalès, Ardèche

Pour citer ce billet : Yann Callot. Du « terrain » dans les années 1980 au « terrain » dans les années 2010 : deux approches scientifiques éloignées. 3/3, ArchéOrient - Le Blog, 10 janvier 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/13584

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.