Le « terrain » des années 1980 aux années 2010 : deux approches scientifiques éloignées. 1/3

1ère partie : « de notre temps… »

À la mémoire de Jean-Michel AJOT, petit-frère de Foucault à El-Abiodh-Sidi-Cheikh, décédé en août 2019, sans lequel rien de ce qui est écrit ici n’aurait existé.

Et à Raymond BAUDRY, autre petit frère, toi qui fus tant de fois mon merveilleux compagnon de route et interprète dans le Grand Erg occidental.

D’notre temps c’était mieux

Il est assez fréquent chez les personnes « âgées » de se lamenter sur le présent en déroulant la rengaine classique : d’notre temps, c’était mieux.

Il est un domaine où je m’inscris en faux là-dessus : celui de la recherche scientifique, au moins dans ses aspects techniques (je n’évoquerai pas la spécialisation croissante des chercheurs en « chercheurs de financements »). Les outils dont nous disposons sont devenus si remarquables qu’ils ont changé du tout au tout les possibilités de travail. J’illustrerai cette « révolution » par le récit d’une recherche réalisée au Sahara dans les années 1980, qui sera l’objet d’un premier billet. Deux autres compareront ce travail avec ce qui serait possible actuellement.

 Un terrain « difficile »

À la fin de 1981, alors que j’étais coopérant en Algérie, Pierre Rognon, professeur à Paris 6 (Pierre et Marie Curie) me propose d’entreprendre sous sa direction une thèse d’État portant sur la dynamique éolienne et les déplacements de sable dans le nord-ouest du Sahara algérien (fig. 1). Le « Barrage Vert », énorme projet de lutte contre l’ensablement, rend le sujet d’actualité. J’accepte et m’inscris donc. Ma première incursion sur le terrain a lieu en janvier 1982. Je réalise que le sujet est si simple à traiter qu’il n’y a pas là matière suffisante pour une thèse d’État.

Fig. 1 : Croquis de localisation. L’encadré correspond à la figure 2. © Y. Callot

Lors de cette première mission, un hasard incroyable me fait rencontrer Jean-Michel Ajot, petit-frère de Foucault à El-Abiodh-Sidi-Cheikh, petite ville située au contact entre le Sahara et les Monts des Ksour. Il a été nomade durant sept ans et se passionne pour le désert.

À ma seconde visite, fin mars, il me parle incidemment d’un site, Daïet-Hassi-Cheikh (la dépression du puits de Sidi-Cheikh) à 200 km à vol d’oiseau vers le sud. Il y a vu d’étranges colonnes de roche dans une dépression. Il a toujours souhaité comprendre les causes de leur formation. Je ne connais rien là-dessus, mais Jean-Michel est si convaincant que je lui propose d’y aller avec lui. J’échantillonnerai en même temps des sables pour tenter d’en trouver la provenance. Je reviens deux semaines après, et nous partons vers le site (fig. 2)

Fig. 2 : Localisation de la zone de travail.
L’encadré indique la région où s’est déroulé l’essentiel de l’étude.

Il se trouve dans une zone si particulière que les nomades lui ont donné un nom : le Mechfar, région de contact entre les grands plateaux rigoureusement plans du piémont de l’Atlas saharien, appelés hamadas et les dunes jointives du Grand Erg occidental (80 000 km2 !), infranchissable en voiture à l’époque. C’est un chaos topographique, mélange de lambeaux de plateaux étagés disséqués par de grandes dépressions fermées allongées, appelées Daïas, avec des massifs de dunes surimposés sur le tout. Hassi-Cheikh y est. Un seul document est disponible pour s’y retrouver : la carte topographique de l’I.G.N. au 1/200 000e, soit 1 cm pour 2 km, l’échelle des atlas routiers Michelin (figure 3-4).

Fig.°3 : La région d’Hassi-Cheik : un terrain impossible. Le trait bleu indique l’itinéraire approximatif. Extrait de la carte IGN au 1/200 000ème Hassi-Bou-Zid NH-31-XX. (1963-64)
Fig. 4 : Même carte que précédemment : Détail de la région d’Hassi Cheikh. Les zones à tiretés ou pointillés brun clair correspondent aux surfaces ensablées. Celles à pointillés bleus aux fonds de dépressions. Les carrés violets font 10 km de côté. Les flèches indiquent des courbes de niveau de dépressions fermées. Les carrés en tiretés horizontaux bruns indiquent des « efflorescences gypseuses… ».

L’accès est si difficile que, lors de ma première venue (fig. 3), pour aller du point rouge, emplacement d’un camp, à Hassi Cheikh – environ 18 km à vol d’oiseau –, il a fallu, par l’itinéraire indiqué sur la carte, presque une journée et 45 km de tours et détours. Cela a pris tant de temps que nous avons failli renoncer, car il fallait revenir avant la nuit dans des secteurs où l’on pouvait rouler sans (trop) se perdre. Le site, exceptionnel (fig. 5), n’a pu être que repéré. Cela a permis néanmoins de découvrir autour du puits (fig. 6) des affleurements de sédiments blancs. Ils se sont révélés être des diatomées (micro-algues unicellulaires) d’eau douce et épiphytes (vivant sur les plantes), associées à une faune de Bullins et de Planorbes (fig. 7), gastéropodes eux aussi des eaux très douces. Il s’agissait d’un paléolac.

Fig. 5 : Vue partielle de la cuvette méridionale d’Hassi Cheikh. © Y. Callot
Fig. 6 : le puits d’Hassi-Cheikh, bordé sur un de ses côtés par des affleurements blancs de sédiments lacustres. © Y. Callot
Fig. 7 : la surface des sédiments autour du puits, parsemée de Bullins et de Planorbes. © Y. Callot

Ces détails presque triviaux montrent à quel point certaines trouvailles sont liées au hasard : une rencontre, le choix de ne pas renoncer, la chance qui a probablement contribué à pallier l’imprécision de la carte. L’autre chance fut d’avoir déjà vu en 1975, presque par hasard, un paléolac dans le Sahara méridional, à Fachi, au sud du Ténéré. Cela m’a permis de subodorer à quoi j’avais affaire.

Changement de sujet de thèse…

Cette petite découverte a été déterminante pour la suite de mon travail : au moment où je découvrais la maigreur de mon projet initial, elle m’a fourni un nouveau sujet d’étude qui a constitué l’essentiel de ma thèse.

J’eus une chance supplémentaire et essentielle : avoir un directeur de thèse, Pierre Rognon, très impliqué dans son encadrement et grand connaisseur du Sahara. Ne travaillant pas du tout sur ce domaine, je n’ai pas perçu d’emblée l’importance de ma découverte. C’est lui qui m’a appris que des paléolacs, presque toujours holocènes, étaient connus au sud du Sahara, mais que cela faisait vingt ans qu’on les cherchait au nord. Je me souviens encore du jour, quelques mois après, où je suis revenu avec de nouvelles données. Il m’a dit : « quand on fait une découverte pareille, on ne la laisse pas aux autres… ».

Des conditions de travail particulières

C’était parti à la recherche de dépôts de paléolacs pour une thèse d’exploration. Le terme correspond au contexte et à la méthode utilisée :

  • Aucune référence bibliographique là-dessus. C’est passionnant, mais on ne peut s’appuyer sur rien, sauf des points de comparaison comme les travaux contemporains sur des paléolacs du Fezzan et du Bassin de Taoudenni (Petit-Maire, 1982, Petit-Maire & Riser, 1983)
  • Aucune possibilité de trouver les sites, sauf à y aller voir. Les cartes (fig. 3-4) indiquent parfois des « efflorescences gypseuses » en tiretés horizontaux bruns mais le terrain montra que le figuré désigne toutes sortes de dépôts, y compris gypseux. Cela m’imposa un très long travail de terrain fondé sur :
  • une réflexion sur l’origine des lacs. En l’absence de toute trace d’écoulement – la région est dite aréique – l’eau ne pouvait provenir que de remontées de nappes souterraines formant des plans d’eau lorsqu’elles recoupaient le fond de dépressions fermées.
  • donc la recherche de points bas dans les dépressions les plus profondes, susceptibles d’avoir été affectées par le phénomène, en s’aidant des flèches indiquant sur les cartes une dépression fermée. La rareté des points cotés, l’équidistance de 50 m des courbes de niveau (avec parfois heureusement des courbes intercalaires de 25 m), l’imprécision des cotes en raison d’une géodésie trop espacée, tout rendait cette quête hasardeuse et cela n’apportait pas grand-chose.

Une autre démarche se révéla souvent plus « gagnante » : aller dans les dépressions à puits. Elles contenaient souvent des dépôts lacustres, comme on l’a vu à Hassi Cheikh, mais aussi à Hassi Zirara (fig. 8), 12 km (en ligne droite…) au sud d’Hassi Cheikh (fig. 3) ou à Hassi Medjna (fig. 9).

Fig .8 : Affleurement lacustre dans la dépression des trois puits d’Hassi Zirara.
© Y. Callot

Enfin, j’ai pu, quelques années après, acheter des photographies aériennes en noir et blanc, à l’échelle du 1/50 000èe. Cela n’a été possible que dans quelques secteurs en raison du grand nombre de photos qu’il aurait été nécessaire d’obtenir pour couvrir la région et du coût très élevé des tirages. Si elles ont été très utiles pour se déplacer, les moindres détails apparaissant dessus, elles n’ont pas permis de repérer les affleurements lacustres. Les coupes verticales recherchées pour les levés n’apparaissent pas sur les photographies prises du ciel. On peut parfois les trouver grâce à leur ombre lorsqu’on connaît leur existence et que la coupe est bien orientée.

Je suis retourné souvent à Hassi Cheikh et dans les dépressions alentour. Conter la suite prendrait des pages et des pages. Là encore, le hasard a pu m’aider. Cela ne compensa pas les énormes difficultés liées à l’impossibilité de savoir où se trouvaient des dépôts. Des mois furent consacrés à parcourir la région pour examiner autant de dépressions que la durée du terrain le permettait. Pour vingt reconnues, une se révélait intéressante.

Ce travail de fourmi permit néanmoins la réalisation de la thèse (Callot 1987) et de publications (Callot 1984, 1988, 1991 ; Fontes et al. 1985) montrant qu’il s’agissait de dépôts lacustres correspondant à l’optimum humide holocène au nord du Sahara. Il a aussi démontré l’importance des conditions locales dans le fonctionnement de ces paléolacs. Ils évoluent si différemment les uns des autres qu’il faut en comparer plusieurs pour faire émerger des « tendances » paléoclimatiques du « bruit de fond » des contraintes locales. Cela m’a consolé de m’être fait « piquer » ma découverte dans un important article uniquement consacré aux sites du Mechfar, publié dans Nature (Fontes et al. 1985). Les deux premiers auteurs m’avaient rétrogradé en troisième place et avaient retiré du manuscrit la phrase précisant que j’étais l’inventeur de tous les sites étudiés… Mais ils avaient également inféré de la coupe exceptionnelle du puits d’Hassi Medjna (fig. 9), objet principal de l’article, une interprétation paléoclimatique pour le Nord-Sahara. Las, au fur et à mesure de l’avancement de la thèse, ce paléolac se révéla totalement atypique. Son « histoire » ne représente que lui-même, quelques hectares d’eau… Et toute l’interprétation est fausse. Ces chercheurs de labo avaient négligé les incertitudes d’un transfert d’échelle d’une telle ampleur.

Fig. 9 : Hassi-Medjna. La coupe de gauche en contre-jour a servi à une interprétation paléoclimatique fausse du Nord-Sahara. © Y. Callot

À l’issue de la thèse, mon sentiment d’inachevé était tel que la prospection s’est poursuivie jusqu’au début de 1991. À partir de 1988, j’ai élargi la recherche à l’étude de paléolacs situés dans le « cœur » de l’Erg, dans lequel il m’avait été impossible de pénétrer auparavant par inexpérience des déplacements dans un milieu aussi hostile. Elle a permis la découverte de nouveaux paléolacs complètement différents (Callot & Fontugne 1992, 2008).

Fig. 10 : Principaux paléolacs du Mechfar et du Grand Erg Occidental étudiés de 1983 à 1991. – 10A : Partie centrale et orientale du Mechfar – 10B : Paléolacs de la région d’Hassi Cheikh 1 : Erg à dunes continues. – 2 : Erg à dunes discontinues. – 3 : Chebkha du Mzab (Plateau de Ghardaïa). – 4 : Oueds atlasiques. – 5 : abrupts. – 6 : bords de dépressions peu marqués. – 7 : Dépressions à dépôts unique- ment évaporitiques. – Les numéros correspondent à la classification des paléolacs du Mechfar du tableau I, les lettres aux sites ayant été l’objet des études les plus approfondies. © Y. Callot

Au final, après presque un an de présence sur le terrain, une cartographie (fig. 10) et un tableau (tabl. 1) des paléolacs reconnus de 1983 à 1991 ont pu être réalisés, soit au total 70 sites importants. Mais les 14 derniers (hormis le Chott ech Chergui), ont été découverts et étudiés après la soutenance de thèse. Cela n’a été possible que grâce à des conditions de travail déjà meilleures, comme nous le verrons dans le prochain billet.

Tableau I : inventaire et caractéristiques des paléolacs du Grand Erg occidental étudiés de 1983 à 1991. © Y. Callot

Bibliographie

Callot Y. 1984. Dépôts lacustres et palustres quaternaires de la bordure nord du Grand Erg Occidental (Algérie). – C.-R. Acad. Sciences, Paris, II, 299, 19, 1347-1350.

– 1987. – Géomorphologie et paléoenvironnements de l’Atlas saharien au Grand Erg occidental : dynamique éolienne et paléo-lacs holocènes. – Thèse Doct. État Sciences, Université Pierre et Marie Curie (Paris 6), Mém. des Sc. de la Terre, 87-21.

– 1988. Évolution polyphasée d’un massif dunaire subtropical : le Grand Erg Occidental (Algérie), Bull. Soc. Géol. de Fr., Paris, 8, IV-6, 1073-1079.

– 1991. Le Grand Erg Occidental (Algérie). Histoire d’un massif de dunes. – Science et changements planétaires – Sécheresse, 2, 1, 26-39.

Callot Y., Fontugne M. 1992. Les étagements de nappes dans les paléolacs holocènes du nord-est du Grand Erg Occidental (Algérie). – C.-R. Acad. Sciences, Paris, 315, II, 471-477.

– 2008. Les sites lacustres d’âge holocène dans l’est du Grand Erg occidental (nord-ouest du Sahara algérien). – Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, 187-200.

Fontes J.C., Gasse F.,Callot Y., Plaziat J.-C., Carbonel P., Dupeuble P.A., Kaczmarska I. 1985. Freshwater to marine-like environment from Holocene lakes in northern Sahara.  Nature, Londres, 317, 6038, 608-610.

Petit-Maire N. (Éditeur) (1982) : Le Shati, lac pléistocène du Fezzan (Lybie), C.N.R.S. Paris.

Petit-Maire N., Riser J. (éd.) (1983) Sahara ou Sahel ? Quaternaire récent du Bassin de Taoudenni (Mali), Imprimerie Lamy, Marseille.

L’auteur

Yann Callot est Professeur émérite de Géographie – Université Lumière Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, Antenne de Jalès, Berrias, Ardèche

Pour citer ce billet : Yann Callot. Le « terrain » des années 1980 aux années 2010 : deux approches scientifiques éloignées. 1/3, ArchéOrient - Le Blog, 13 décembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/13327

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search