Une seconde vie pour les archives archéologiques : les amateur.e.s à la rescousse !

Comment, dans la foulée d’autres disciplines, amorcer une réévaluation des rapports entre amateurs, chercheurs et professionnels de l’archéologie en France : transcrire et documenter des archives de fouilles.

La recherche archéologique sur le site celtique de Bibracte-Mont Beuvray a plus de 150 ans.

Elle s’est déroulée en deux phases. De 1865 à 1907, X. Garenne, J.-G. Bulliot puis J. Déchelette dirigent les premières fouilles.  Puis en 1984, les recherches reprennent avec l’élaboration d’un projet « Bibracte, Centre Archéologique Européen », alliant centre de recherche et musée. Pour la période ancienne, l’ensemble des manuscrits connus à ce jour et souvent cités n’a fait l’objet que de transcriptions partielles sans uniformisation de la prise de donnée. Aujourd’hui, les technologies contemporaines et en particulier l’intelligence artificielle  (IA) offrent de nouvelles solutions pour automatiser cette transcription. Pour autant, l’intervention humaine est encore déterminante dans le processus. Aussi avons-nous envisagé de mobiliser les compétences des amateurs et passionnés de la recherche historique pour contribuer, avec les chercheurs, à la transcription, à la documentation et à la publication de ces données archivistiques. Dans cet esprit, le projet collaboratif « Bulliot, Bibracte et moi » a été construit, proposé et accepté lors de l’appel à projets Services numériques innovants 2019 financé par le ministère de la Culture. Ce projet est porté par Archéorient en partenariat avec Bibracte EPCC, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Joseph-Déchelette de Roanne et la Société éduenne des lettres, sciences et arts.

Des clefs de lecture pour l’archéologie au XIXe siècle : les perspectives scientifiques du projet « Bulliot, Bibracte et moi »

Jacques-Gabriel Bulliot nous a laissé des carnets de fouille (1864-1887) qui sont des documents scientifiques incontournables pour comprendre les premiers pas d’une science alors nouvelle, l’archéologie, et aussi pour tous ceux qui travaillent et s’intéressent à Bibracte :

Fig 1 : Une page d’un des carnets de fouilles de J.-G. Bulliot © Ville de Roanne – Musée Joseph Déchelette – Bibliothèque
  • la publication  d’un texte lisible (transcription d’un manuscrit), interrogeable (recherche plein texte) et indexé (référentiel des toponymes, des croquis et objets) constitue un résultat en soi.
  • la publication numérique des archives de fouilles anciennes donne accès aux sources du savoir archéologique du XIXe siècle. Elle permet d’interpréter des sources non exploitées (localisation sur le terrain des objets et structures inventoriés mais non situés, compréhension du site et de son histoire, croisement des données anciennes et récentes). Elle offre aussi des perspectives d’étude sur la construction des pratiques et des méthodes anciennes (comment fouillait-on au XIXe siècle ? Comment décrivait-on les données ? Quelles étaient les sources ?), et de compréhension de l’évolution du vocabulaire archéologique, dont on peut par exemple relever la spécialisation progressive (ex. : « poterie rouge fine » devient « sigillée ») ou les premières occurrences d’un terme aujourd’hui désuet (ex. : scaïole).
  • du point de vue de la génétique ou de la « fabrique » des textes (étude de la genèse des écrits à partir des manuscrits brouillons), il est possible de comparer les notes prises sur le terrain avec les publications éditées pour comprendre l’élaboration des textes scientifiques au XIXe siècle. Dans une perspective épistémologique, on peut ainsi étudier la résonance ou l’intertextualité des sources anciennes dans les études contemporaines et mettre en évidence des nuances et des distorsions dans le remploi de concepts et de termes d’un texte à l’autre.

Ainsi, l’édition numérique des carnets de fouille du mont Beuvray réactualise les sources scientifiques anciennes au service d’une meilleure élaboration des publications récentes. En effet, il n’est pas rare de constater que les incohérences de références aux sources sont dues non pas à des erreurs d’interprétation mais plutôt à l’absence de clé de lecture des manuscrits originaux.

Intelligence artificielle et transcription de corpus manuscrits

Le dispositif s’appuie sur l’intelligence artificielle avec l’utilisation de Transkribus, une plateforme de transcription automatique de textes manuscrits, développée depuis 2015, à l’université d’Innsbruck (Autriche), dans le cadre du projet européen READ (Recognition and Enrichment of Archival Documents, financement H2020). Le moteur de reconnaissance de texte manuscrit (Handwritten Text Recognition ou HTR) doit être préparé avec des données d’apprentissage, obtenues par la transcription de 20 000 mots environ, en établissant la correspondance ligne à ligne entre l’image du texte numérisé et sa transcription.

Fig 2 et Fig. 3 : Page de la fig. 1 préparée pour la transcription puis transcrite dans Transkribus © E. Perrin –Transkribus – Universität Innsbruck

On doit donc tout d’abord transcrire une centaine de pages afin de configurer le moteur de reconnaissance en fonction de l’écriture de Jacques-Gabriel Bulliot. Une fois le reste des carnets transcrits automatiquement, il faut encore vérifier et corriger cette transcription. L’interaction homme-machine peut se poursuivre en proposant des échantillons de plus en plus importants pour améliorer le moteur de reconnaissance au fur et à mesure de l’avancée du projet.

Transcrire et documenter : une œuvre collective

La mise en œuvre de « Bulliot, Bibracte et moi » constitue aussi une expérience originale de science participative impliquant des amateurs férus d’archéologie, habitants du territoire ou simples curieux. Lors de deux premiers ateliers en 2019, une vingtaine de volontaires différents se sont retrouvés, d’abord au musée de Bibracte, fin septembre, puis au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie Joseph-Déchelette de Roanne, mi-novembre.

Fig 4 et Fig. 5 : Premier atelier du projet, lors des Journées européennes du patrimoine à Bibracte © Bibracte, A. Maillier

Ces ateliers ont jeté les bases d’un projet construit collectivement : une large place a été faite à la capacité d’initiative et au regard critique des participants pour identifier et résoudre les difficultés méthodologiques de la transcription et de l’usage de la plateforme Transkribus. Une ultime phase de documentation permettra au couple « chercheur-amateur » d’enrichir conjointement le corpus par l’ajout de métadonnées, en s’appuyant sur les connaissances scientifiques des uns et, au-delà de la familiarité des autres avec les patronymes et toponymes de la région, sur leur acquisition progressive des vocabulaires de l’archéologie (l’ancien et le moderne, cf supra).

Fig 6 : La même page de transcription enrichie de métadonnées © E. Perrin –Transkribus – Universität Innsbruck

La transcription ainsi « augmentée » des carnets sera ensuite mise en ligne sur la bibliothèque scientifique numérique Persée reliée au web sémantique, en liaison avec les publications imprimées de Bulliot. Enfin, les outils de Persée permettant de segmenter les pages pour en isoler les croquis – annotés grâce aux outils IIIF –, le rapport au texte sera documenté. Les données de ces deux corpus seront alors rapprochées d’autres sources :

  • des publications scientifiques d’époque présentant les résultats des fouilles, des plans du site et du terrain et des planches typologiques ; ce corpus, archivé à Bibracte et disponible en version numérique (image + texte issu d’un OCR – Optical Character Recognition), sera mis en ligne sur Persée dans une « Perséide Bibracte » ;
  • des publications scientifiques relatives aux fouilles réalisées à nouveau sur le site depuis 1984, éditées dans la collection « Bibracte » du centre archéologique européen.

À la différence d’autres projets participatifs, le travail fastidieux sera ici confié à la machine, le projet laissant aux amateurs une place essentielle dans les tâches habituellement dévolues aux chercheurs : la méthodologie, le contrôle de la transcription finale et son enrichissement/balisage. En laissant de l’autonomie à l’équipe, les « chercheurs-sachants » se sont avant tout positionnés comme des « facilitateurs » outillant et synthétisant les débats.

Fig 7 : À Bibracte, chercheur et amateurs côte-à-côte © Bibracte, A. Maillier

À Bibracte, le récit des fouilles anciennes transcrit des carnets de J.-G. Bulliot entrera en résonance avec la muséographie des lieux et le discours de médiation. L’ensemble constituera un dispositif de médiation pionnier, visant à une profonde appropriation de son site-musée par le public du territoire… et plus largement par les presque 50 000 visiteurs annuels.

Un carnet de recherche accompagne le projet scientifique

Disponible à l’adresse bbm.hypotheses.org/, il compte parmi les différents moyens mis en place pour faciliter le travail de transcription, assurer une communication régulière autour du projet et valoriser les travaux de l’équipe de transcription.

Il met à disposition des documents utiles au projet : méthodologie de la paléographie et de l’édition de manuscrits, liste des carnets à transcrire, chronologie des fouilles de Jacques-Gabriel Bulliot, plans et guides du mont Beuvray, ressources onomastiques et bibliographiques permettant de rechercher ou de vérifier l’occurrence d’un toponyme, d’un patronyme, d’un mot ou d’une expression.

Fig 8 : Plan du Beuvray levé à l’époque des fouilles de J.-G. Bulliot © Bibracte

Enfin, il permet de valoriser les travaux de l’équipe de transcription avec la publication d’extraits thématiques des textes transcrits. Le premier billet de ce genre est la traduction annotée d’un poème en latin issu de l’Album des visiteurs du Beuvray.

Fig 9 : Poème en latin dédié à J.-G. Bulliot par l’un de ses visiteurs © Société éduenne des Lettres, Sciences et Arts, Autun

Au-delà de la transcription des carnets de fouille de Jacques-Gabriel Bulliot, le carnet peut être enfin le support de travaux complémentaires à la recherche en cours, tels l’étude du réseau de relations scientifiques ou mondaines de Jacques-Gabriel Bulliot, un référentiel des toponymes du mont Beuvray ou un lexique du vocabulaire archéologique du XIXe siècle.

« Bulliot, Bibracte et moi » : pourquoi et comment ça marche ?

L’atelier de recherche culturelle Particip’Arc dont Archéorient est un acteur régulier depuis deux ans, s’est efforcé d’éclaircir la magie de l’engagement d’amateurs au service d’un univers qui, en tant que discipline scientifique, leur est au départ étranger.

Selon les situations personnelles et collectives, les raisons d’agir dans un dispositif participatif peuvent être, pour un volontaire, très diverses : allant de l’effet d’opportunité lié à une réelle passion jusqu’à l’envie de relever un défi, au souci de « l’image de soi », ou à la force d’entraînement de l’action collective, ce sentiment de « faire ensemble ». L’expérience montre que les émotions (satisfaction de participer à un projet collectif, élan individuel porté par cette participation ou plaisir de mener une enquête, p. ex.) sont des moteurs aussi puissants que l’envie de « faire de la science » ou d’inventer un dispositif de médiation. « Chaque participant vient chercher ce qui lui convient » (K. Fort, créatrice du jeu de traitement automatique du langage (TAL) ZombiLingo ).

La réalisation concrète du projet, qui dépend des raisons d’agir, se négocie au mieux « de pair à pair » entre institution et participants, pour l’élaboration collective d’un protocole de traitement des carnets, puis d’utilisation des résultats, en s’appuyant sur les attentes et les expertises propres de chacun. Un « contrat » implicite ou explicite (charte du participant) passé avec chacun reflète l’état de cette « négociation » ; il garantit l’agilité du déroulé et l’association des volontaires, en bout de processus, à la valorisation des résultats. Il pose en particulier des règles sur l’usage et le partage des données issues du projet et sur leur publication. In fine, le projet, considéré comme un tout, est un « commun », qui ne peut être confisqué au profit de quelques-uns, fût-ce l’institution.

Fig 10 : L’emblème de la « team Bulliot » © Bibracte

Et après ? Science participative et archéologie

Anticiper « l’après », c’est gérer la dialectique projet/après-projet. Que deviendra, à terme, la communauté instituée par le projet ? Quels usages pour les carnets transcrits et documentés ? Quel avenir pour le partenariat noué : émergence de nouvelles pratiques culturelles ? Reproductibilité du dispositif ou de l’expérience collective sur d’autres corpus ?

Depuis les années 2000, l’effervescence du web et des supports nomades a imposé progressivement la nécessité de transformer une relation unilatérale (émetteur vers récepteur) avec la société vue comme un ensemble flou, en une forme de dialogue, plus ou moins équilibré, avec un corps social revisité, à la fois collectif et individualisé. En archéologie – discipline dont les rapports au récit collectif et au corps social dans son ensemble sont des plus étroits –, à quelles conditions des amateurs – pas seulement des étudiants – peuvent-ils aujourd’hui servir effectivement la science ? En France, la professionnalisation des fouilles associée au fort développement de l’archéologie préventive et, dans la plupart des régions, la quasi-disparition des autorisations de fouille « non académiques » ont asséché les activités des sociétés savantes et associations de passionnés-bénévoles. La discipline se voit ainsi confrontée à un double défi, social et scientifique : à défaut de professionnaliser ces amateurs (qui, pour l’essentiel, souhaitent le rester), il y a matière à proposer une voie pour les intégrer dans une nouvelle articulation des rôles entre scientifiques et non scientifiques : une pratique co-construite, bien au-delà du crowdsourcing qui n’en serait que la première étape, selon une méthodologie solide mettant en œuvre des compétences « amateures » formées et réévaluées en continu (Girard 2019).

Fig 11 : Amateurs, mais engagés corps et âme (Roanne, nov. 2019) © Ph. Chassignet

Au XXIe siècle, une archéologie « augmentée » ?

Depuis une dizaine d’années, la « multitude » et Internet sont désormais très largement mis à contribution pour des traductions ou des transcriptions participatives (voir par exemple le projet Ancient Lives hébergée sur la plateforme de « citizen science » Zooniverse). Au Danemark, le pari collaboratif s’applique même au « terrain » : l’usage du détecteur de métaux est libre – sauf dans certains espaces protégés – et la législation a favorisé les échanges entre découvreurs-amateurs et musées, appuyés par une politique systématique d’éducation du public… pour le plus grand bien de la connaissance du territoire archéologique danois (Tier Christiansen 2016). Dans le même esprit, l’université de Leyde (Leiden) et le Service du Patrimoine du Gelderland (une province des Pays-Bas) ont récemment repris le principe de la prospection aérienne participative en mettant en ligne sur Zooniverse le relevé LIDAR (sorte de radar 3D capable de transpercer un couvert forestier) d’une région entière : le Veluwe (± 1 000 km2), au centre du pays. Dans cette Heritage Quest, le défi proposé aux internautes était l’identification des tumulus funéraires qui font la réputation archéologique de la région, mais dont la localisation du plus grand nombre restait inconnue. Le défi a été relevé en quelques semaines… et sera élargi prochainement à une autre région. Mieux que la mise en ligne de la carte archéologique : la création de cette carte par une armée de « détectoristes satellitaires » ! L’exemple du Danemark montre qu’une politique active de dialogue et d’éducation, source de confiance réciproque, est indispensable à cette évolution. Si la science participative y contribue, l’exemple du Muséum national d’Histoire naturelle en écologie (Prévot et al. 2016) montre que contribuer à la connaissance et la partager influe, au-delà de tel ou tel projet, sur le comportement social des participants : une « raison d’agir », pour le monde scientifique, réside désormais dans l’impact global de ces projets collectifs sur la société.

C’est le sens du projet « Bulliot, Bibracte et moi » : mener en co-construction avec les participants et les habitants du territoire un projet scientifique de documentarisation, d’étude et de publication dans le Web sémantique de cette archive centenaire désormais « nativement numérique ».

Fig 12 : La « team Bulliot » vous salue bien (Roanne, nov. 2019) ! © Bibracte, C. Depalle

Bibliographie

Girard J.-P. parution janvier 2020, L’archéologie à l’âge du “faire”, Culture & Recherche numéro spécial « Recherche culturelle et science participative ».

Prévot A.-C., Dozières A., Turpin S., Julliard R. 2016, Les réseaux volontaires d’observateurs de la biodiversité (Vigie-nature) : quelles opportunités d’apprentissage ?, Cahiers de l’action 2016/1 (n° 47).

Tier Christiansen T. 2016, Recreational metal detecting and archaeological research: critical issues concerning danish metal-detector finds, in Martens & Ravn (ed.) Pløyejord som kontekst, Kristiansand, Portal Forlag.

Collectif 2019, Particip’Arc – Recherche culturelle et science participative, Rapport de l’Atelier de recherche culturelle Particip’Arc, 2018-2019, Ministère de la Culture et Muséum national d’Histoire naturelle. [En ligne] https://www.participarc.net/

Les auteurs

Jean Pierre Girard est expert indépendant en conception et accompagnement numérique de projets culturels et archéologiques, cheville ouvrière de la création du consortium et du projet HyperThésau.

Emmanuelle Perrin, post-doctorante du projet HyperThesau (labex IMU) au sein du  laboratoire Archéorient, formée aux humanités numériques, participe à la coordination scientifique du projet Bulliot, Bibracte et moi.

Jean-Paul Guillaumet est directeur de recherche honoraire CNRS (Artehis, Université Bourgogne Franche-Comté). Archéologue, spécialiste de l’âge du fer, il est le fondateur du Centre archéologique européen de Bibracte (Glux-en-Glenne, Nièvre).

Philippe Chassignet, archéologue et ingénieur d’étude contractuel au CNRS rattaché au laboratoire Archéorient, fait partie de l’équipe de coordination scientifique du projet Bulliot, Bibracte et moi.


Pour citer ce billet : Jean-Pierre Girard, Emmanuelle Perrin, Jean-Paul Guillaumet, Philippe Chassignet. Une seconde vie pour les archives archéologiques : les amateur.e.s à la rescousse !, ArchéOrient – Le Blog , 6 décembre 2019. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/13123


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

  1. 20 juillet 2020

    […] J.-P. Girard, E. Perrin, J.-P. Guillaumet, P. Chassignet, « Une seconde vie pour les archives archéologiques : les amateur.e.s à la rescousse ! », ArchéOrient – Le Blog , 6 décembre 2019 [lire en ligne]. […]

Répondre à Marion Wesely Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search