Nouvel éclairage sur une momie de crocodile au Synchrotron de Grenoble

Entre le Nouvel Empire et la période romaine, les Égyptiens ont momifié des millions d’animaux. La majeure partie de ces momies sont, ce que l’on pourrait appeler : des « momies votives ». Elles ont été produites en très grandes quantités, ce qui pose la question de l’approvisionnement en animaux nécessaires à cette « industrie ». Les égyptologues ont proposé plusieurs hypothèses :

  1. d’après des sources textuelles et archéologiques, les corps d’animaux déjà morts seraient utilisés pour la préparation de momies.
  2. Étant donné la très grande quantité de momies votives qui semblent avoir été produites par les Égyptiens, l’hypothèse la plus plausible et la mieux documentée est l’élevage d’animaux à des fins d’embaumement. Dans le cas des crocodiles, une nurserie a été découverte dans le temple de Medinet Madi dans la région sud-ouest du Fayoum en Égypte. On peut également ajouter à cette catégorie de jeunes crocodiles qui auraient été capturés dans leur environnement puis nourris et élevés dans des structures particulières.
  3. Pour finir, l’hypothèse de la chasse comme un moyen d’approvisionnement pour la momification a été suggérée. Mais cette hypothèse n’est pas fondée sur suffisamment de preuves archéologiques (excepté dans le cas des poissons pêchés dans leur habitat naturel).

Les technologies modernes d’imagerie tridimensionnelle permettent d’approcher la question sous un angle nouveau. C’est ainsi que dans le cadre du projet MAHES (Momie Animales et Humaines ÉgyptienneS), qui étudie les momies du Musée des Confluences de Lyon, le Synchrotron de Grenoble (European Synchrotron Radiation Facility – ESRF) a permis le scan d’une momie de crocodile avec une telle précision qu’une autopsie virtuelle a pu être menée. Les résultats de cette étude tendent à prouver que ce crocodile fut chassé dans son environnement naturel puis rapidement momifié.

Une autopsie virtuelle
  • Méthode

La momie de crocodile MHNL 90001591 est datée de la période romaine (1935 ± 30 BP, 1- 130 cal. AD). La momie, ainsi que le crocodile, mesurent 112 cm puisque les bandelettes ont été retirées au niveau de la tête et de la queue du crocodile, certainement lors de précédentes études sur la collection du musée des Confluences. Afin d’étudier cette momie, les chercheurs ont eu recours à la microtomographie à rayonnement X Synchrotron. Cette technique se place dans la lignée des techniques d’imageries non destructives et non invasives déjà utilisées par le passé comme la radiographie, le scanner médical, l’IRM ou encore le CT scan conventionnel. Ces techniques ont toutes des spécificités propres mais la technique appliquée à cette étude a la particularité d’acquérir des images avec une résolution beaucoup plus fine (Fig. 1).

Figure 1: Comparaison entre des images faites par scanner médical (partie haute de la première image) et par PPC-SRµCT (partie basse de la première image ainsi que les suivantes). (Image tirée de Porcier et al. 2019) CC BY-NC-ND 4.0

La microtomographie à rayonnement X Synchrotron en contraste de phase de propagation (PPC-SRµCT) nécessite un faisceau qui ne peut être obtenu que dans un synchrotron. Les différentes propriétés de ce faisceau très particulier, ainsi que la distance possible entre le spécimen étudié et la position du détecteur permettent cette résolution bien supérieure, par exemple, à celle des techniques d’imagerie médicale. Ces paramètres permettent également la réalisation d’une étude multi scalaire. Les tailles de voxel (un voxel est un pixel en trois dimensions, ou encore Volumetric Pixel) utilisée pour les scans de cette étude sont de 90 µm, 24 µm, 13 µm et 3 µm (Vidéo 1).

Vidéo 1: Différents éléments de la ligne de lumière BM05 qui ont permis le scan de la momie de crocodile.
(Vidéo tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

  • Archéozoologie virtuelle

Notre technique d’imagerie nous permet de voir à travers les différentes couches de tissus de la momie mais aussi de voir à l’intérieur de l’animal lui-même (Fig. 2). Le corps du crocodile a été scanné à 90 µm de taille de voxel. Il est très bien préservé, aucune trace de putréfaction n’est à signaler et il n’a pas été éviscéré.

Vidéo 2: Rendus virtuels généraux de la momie MHNL 90001591. (Image tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

Fig. 2: Vues générales de la momie de crocodile. Photo (a), rendu virtuel de la totalité de la momie (b), rendu virtuel extérieur du crocodile (c), rendu virtuel des muscles (d), rendu virtuel des organes de l’animal (e) et rendu virtuel du squelette du spécimen (f). (Image tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

Les observations nous permettent de connaître le sexe de l’animal. Puisque la momification préserve les tissus mous, il nous a été possible de reconnaître les organes mâles du crocodile (Vidéo 3).

Vidéo 3: Rendu virtuel des organes reproducteurs du crocodile de la momie MHNL 90001591.
(Vidéo tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

Les données à plus haute résolution (13 µm de taille de voxel) ont permis d’estimer l’âge de ce crocodile à sa mort. Comme c’est un reptile, il est possible de voir dans ses os des lignes d’arrêt de croissance qui se forment tous les ans. Sur la base de l’observation de ces lignes il est possible d’estimer l’âge de ce crocodile à 3,5 ans.

La tête de notre spécimen est recouverte d’une couche épaisse de baume. Celui-ci cache une impressionnante fracture du crâne qui touche plusieurs des os du crâne (Fig. 3, Vidéo 4).

Vidéo 4: Rendus virtuels et détails de la fracture du crâne du crocodile de la momie MHNL 90001591.
(Vidéo tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

Fig. 3: Photographie en lumière visible (a) et en lumière ultra violette (b), rendus virtuels (c) et détails (d) de la fracture du crâne du crocodile de la momie MHNL 90001591. (Image tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

L’estomac du crocodile ayant été préservé, il a été possible de connaître son contenu stomacal grâce à un scan à 24 µm de taille de voxel (Vidéo 5). Il se compose en majorité de fragments d’insectes, d’une punaise d’eau géante, de coquilles d’œuf molles (pouvant appartenir à des lézards ou des petit serpents), de vertèbres de poissons, de fragments de plumes, d’éléments végétaux mais aussi d’un rongeur complet (Fig. 4). Celui-ci n’est que très peu digéré et un scan à plus haute résolution (3 µm de taille de voxel) se concentrant sur les dents de l’animal a permis de déterminer ce spécimen comme appartenant au genre mus (une souris). La détermination spécifique n’a pu être plus précise du fait de l’âge avancé du rongeur dont les dents étaient très abimées et usées.

Vidéo 5: Rendus virtuels et détails du contenu stomacal du crocodile de la momie MHNL 90001591.
(Vidéo tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0

Fig. 4: Rendus virtuels du contenu stomacal de la momie. On peut reconnaître une punaise d’eau géante (a), des fragments d’insectes (b), des vertèbres de poissons (c), des fragments de plumes (d), des œufs à coquille molle (e), des fragments végétaux (f) ainsi qu’une souris complète du genre mus (g). (Image tirée de Porcier et al., 2019) CC BY-NC-ND 4.0
Discussion des résultats
  • Cause de la mort

La cause de la mort la plus probable est la fracture crânienne. Elle a sans doute touché le cerveau et est donc létale. D’après notre compréhension de cette fracture, elle est due à un coup unique, venant de la droite de l’animal, à l’aide d’un objet cylindrique de 2 cm de diamètre et recourbé (Fig. 5). La dépression causée par cette fracture a été comblée post mortem afin de redonner une apparence intacte à la tête de l’animal.

Fig. 5 : Illustration de l’hypothèse d’abattage selon la fracture crânienne. Illustration réalisée par Nicko Van Der Linden (https://nickolai.artstation.com/) sous la direction de Camille Berruyer
  • Contenu stomacal

La diversité du contenu stomacal de ce crocodile est compatible avec le régime alimentaire d’un spécimen sauvage d’âge similaire (3,5 ans). À savoir : principalement composé d’insectes avec l’ajout progressif de petits mammifères. Certains fragments d’élytres d’insectes présentent des marques de dents, ce qui montre qu’il s’agit bien du régime alimentaire d’un animal sauvage, plutôt que contrôlé par la main de l’homme. Le faible degré de digestion de la souris ainsi que de la punaise d’eau géante montrent que le crocodile a été tué peu de temps après les avoir ingérées : il ne fut donc pas capturé vivant et tué plus tard.

  • Momification

Le corps de l’animal ne présente pas de traces de putréfaction ni d’insecte nécrophage ce qui montre que la momification a commencé peu de temps après la mort de l’animal. Pour le crocodile MHNL 90001591, les étapes de la momification ont consisté à dessécher le corps entier (non-éviscéré) dans du natron, reconstituer la voûte crânienne et appliquer un baume composé de résine et d’huiles avant d’ajouter les bandelettes de lin.

Conclusion

Les différents résultats de cette étude tendent vers l’hypothèse que ce crocodile a été tué dans son environnement naturel avant d’en faire une momie : la chasse pourrait donc bien avoir été utilisée pour fournir des corps de crocodiles pour la momification. En revanche, il n’est pas possible de démontrer si le crocodile MHNL 90001591 était strictement sauvage ou bien s’il vivait en semi-liberté dans une zone délimitée bordant le Nil.

Avec ce seul exemple provenant de l’époque romaine, il est impossible de dire si la chasse aux crocodiles fut un évènement exceptionnel ou s’il nous faut considérer la chasse comme un moyen courant d’approvisionnement pour la momification animale. Nous ne pouvons également pas exclure que la chasse de ce crocodile réponde à une demande spécifique ou à une pratique rituelle particulière. Si l’analyse d’autres cas apporte des résultats similaires, il pourra être possible de reconsidérer les idées que nous avons à propos des processus d’acquisition de corps d’animaux, des modalités de momification ainsi que des pratiques rituelles qui lui sont liées.

Les résultats de cette étude récemment publiée (Porcier et al. 2019) montrent une nouvelle fois l’importance des recherches pluridisciplinaires en archéologie, résultant du dialogue entre les sciences humaines et les sciences dures.

Ce billet dérive de l’article récemment publié :

Porcier S., Berruyer C., Pasquali S., Ikram S., Berthet D., Tafforeau P., 2019. Wild Crocodiles Hunted to Make Mummies in Roman Egypt: Evidence from Synchrotron Imaging. Journal of Archaeological Science 110.

L’auteur

Camille Berruyer est doctorante en archéozoologie de l’Université Lyon 2, rattachée au Laboratoire ArchéOrient (UMR 5133) et à l’European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble.

Pour citer ce billet : Camille Berruyer. Nouvel éclairage sur une momie de crocodile au Synchrotron de Grenoble, ArchéOrient - Le Blog, 22 novembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12933

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.