Les pink walls de Girdi Qala : une citadelle médiévale au Kurdistan d’Irak

La mission Qara Dagh, dirigée par Régis Vallet (CNRS, IFPO Erbil), travaille depuis 2015 sur les sites de Logardan et Girdi Qala, au Kurdistan d’Irak. Son programme scientifique porte sur la formation des sociétés complexes, l’apparition des politiques territoriales et les processus interculturels sur le long terme (Formation des entités territoriales et échanges interculturels en Mésopotamie, 7e-1er millénaires) (Vallet et al. 2017). Archéorient est l’un des partenaires de ce vaste programme international, en collaboration notamment avec l’université de Liège. Le projet est plus spécifiquement axé sur le Chalcolithique et l’âge du Bronze mais, dès les premières fouilles, des niveaux médiévaux sont apparus. À la demande de son directeur, j’ai rejoint l’équipe de Girdi Qala en 2019 pour prendre en charge l’analyse de ces niveaux.

Le projet MSH-LSE Marges et avant-postes

La campagne 2019 à Girdi Qala s’est déroulée dans le cadre du projet Marges et avant-postes : cultures urbaines comparées à la frontière occidentale et sur un piémont oriental de la ‘umma musulmane, aux Xe-XIIe siècles – une étude archéologique. Ce programme de recherche est soutenu par la MSH-LSE (Université de Lyon, CNRS), grâce au soutien financier du projet IDEXLYON de l’Université de Lyon, dans le cadre du programme “Investissements d’Avenir” (ANR-16-IDEX-0005).

Depuis plusieurs années, avec Sophie Gilotte (CNRS, CIHAM) et d’autres collègues, nous cherchons à apporter un éclairage croisé et interdisciplinaire (archéologique et historique), entre monde musulman oriental et occidental, sur des questions choisies (cf. billets de P. Cressier, S. Gilotte et M.-O. Rousset,, voir ici et ). Notre intérêt pour nos domaines d’étude respectifs ne date pas d’hier ; j’ai moi-même débuté ma carrière d’archéologue du monde musulman médiéval par l’Espagne et Sophie Gilotte a participé à plusieurs fouilles en Syrie, notamment sur le site d’al-Hadir à côté d’Alep (Rousset 2012). Le projet présenté ici interroge les différences et similitudes structurelles, économiques et culturelles entre les sites d’Albalat (Espagne) et Girdi Qala (Kurdistan d’Irak) au XIe-XIIe s., par rapport aux modèles urbains islamiques contemporains. Il porte sur les réponses apportées dans ces deux sites de passage, avant-postes opposés du même monde, à des questions similaires dans la structuration matérielle et culturelle de la « ville » et de la société et dans l’exploitation de son environnement.

Le site d’Albalat (Espagne, Estrémadure) est fouillé depuis 2009 par Sophie Gilotte en raison de sa position de verrou militaire sur le Tage, frontière naturelle entre les mondes chrétiens et musulmans aux Xe-XIIe siècles. Les fouilles ont révélé une véritable agglomération, en liaison avec son environnement naturel de part et d’autre du fleuve et un centre artisanal, commercial et d’échange à la frontière avec les royaumes chrétiens (voir, entre autres, Gilotte et Cáceres Gutiérrez 2017 et Albalat (Romangordo, Cáceres), Casa de Velasquez). Une première mission commune, d’étude du matériel archéologique, a eu lieu sur ce site, en juin 2019. La mission d’automne en Irak devait permettre de travailler ensemble sur ce terrain, mais du fait d’impératifs de calendrier de part et d’autre, les échanges de vues et de compétences sur le site irakien n’ont pu être réalisés cette année. Pendant qu’à Albalat, le travail de Sophie Gilotte et son équipe permettait de compléter le dégagement d’un quartier d’habitation et notamment d’un grand four alimentaire, se déroulait en parallèle la campagne d’Irak.

Pourquoi fouiller à Girdi Qala ?

En dépit des développements récents de l’archéologie dans la région (Kopanias et MacGinnis 2016), le Sud du Kurdistan reste peu documenté, quelle que soit la période considérée. Or, cette région constitue un laboratoire idéal pour l’étude des implantations humaines dans des zones qui peuvent être considérées comme marginales du point de vue géographique, ici les piémonts montagnards du Zagros.
Le site de Girdi Qala est situé sur la limite ouest du « territoire tribal des Kurdes » (James 2007), à la lisière sud-ouest des montagnes du Zagros, dans la partie orientale de la plaine de Chamchamal, sur la rive ouest de la rivière Tavuq Cay, à la confluence avec l’un de ses affluents (fig. 1). L’étude de cette zone est essentielle pour comprendre les échanges avec l’Iran. Le site lui-même borde l’un des principaux axes de pénétration à l’intérieur du massif montagneux qui sépare la plaine de Mésopotamie du plateau iranien : l’ancienne grande route vers l’Iran, sur le même tracé que l’actuelle autoroute 7 qui passe aujourd’hui à proximité du site, joignait Mossoul à Suleymaniyeh. D’où une forte présomption qu’à l’époque médiévale, une forteresse ait été installée là pour contrôler cette route.
L’étude de la documentation écrite ne permet pas de distinguer nettement les types d’implantation ou d’occupation du territoire (implantation militaire/implantation de populations « civiles », James 2007 : 123). Si les textes mentionnent les établissements les plus importants, et notamment des citadelles, très rares sont les constructions défensives à avoir été l’objet de fouilles archéologiques pour la partie irakienne de la région (Rousset 1992 : 43) et le site de Girdi Qala est le premier à livrer des niveaux médiévaux dans la zone entre Kirkuk et Suleymaniyeh.

Fig.1 : carte du Nord de l’Irak montrant la localisation du site de Girdi Qala
(© mission Qara Dagh).

Girdi Qala s’étend sur une surface totale d’environ 10 ha, avec un tell tabulaire de 15 m de haut dont la partie sommitale mesure 80 x 70 m (0,45 ha). Les travaux conduits sur le site depuis 2015 ont permis d’en dresser le plan topographique (fig. 2), d’en déterminer la stratigraphie et de localiser les secteurs comportant, entre autres, des niveaux islamiques (Vallet (ed.) 2015, 2016, 2017 et 2018). Ces niveaux ont été fouillés dans deux sondages (A et B) implantés sur le sommet du tell. La prospection géophysique conduite par Lionel Darras et Christophe Benech (Darras et Benech 2016) a mis en évidence un rempart qui couronne le tell, partiellement mis au jour dans le sondage A (Parayre et Sauvage 2015). Dans ce sondage ont également été fouillés deux fours de potiers qui appartiennent au niveau 2, caractérisé, comme dans le sondage B, par de nombreuses fosses. Celles-ci ont fortement perturbé les niveaux antérieurs, des niveaux d’habitat superposés dont les plus anciens, attribués à la période sassanide, sont fondés sur les vestiges d’un grand bâtiment hellénistique (Colonna d’Istria et al. 2015, 2016, 2017 et 2018).
Une première estimation de la céramique islamique a été réalisée par Mustafa Ahmad (Ahmad 2016). Doctorant à Lyon 2 (CIHAM) sous la direction du prof. Dominique Valérian et co-encadré par moi-même, il rédige un doctorat sur Peuplement et culture matérielle au nord d’Irak à l’époque Islamique (VIIe-XIIIe siècles): le cas de Sulaymaniyah. Trois datations par radiocarbone réalisées en 2015 dans un secteur au pied du tell ont confirmé l’occupation du site au XIIe s.

Fig. 2 : plan topographique de Girdi Qala avec la localisations des sondages A et B et C (© mission Qara Dagh).

La mission de terrain s’est déroulée du 8 septembre au 4 octobre 2019. L’intendance, l’organisation des fouilles, le fonctionnement du chantier et les interventions spécialisées (relevés photogrammétriques, archéobotanique, dessin de céramiques, enregistrement des petits objets) étaient pris en charge par la mission Qara Dagh. L’équipe comprenait en outre un représentant du service des Antiquités de Suleymaniyeh et une étudiante en archéologie à l’université de Suleymaniyeh (fig. 3). L’objectif de cette campagne était une meilleure compréhension des niveaux islamiques de la citadelle de Girdi Qala, niveaux identifiés depuis 2015 par l’équipe de l’Université de Liège dans le sondage B. Les constructions du niveau 1 sont mal conservées et très difficiles à percevoir sur le terrain. C’est pourquoi nous avons opté dans un premier temps pour l’étude des coupes stratigraphiques résultant des travaux précédents, afin de réaliser un premier repérage de ce niveau que nous avons ensuite fouillé de manière extensive au nord et à l’est du sondage B.

Fig.3 : l’équipe de la mission Qara Dagh en 2019 (cliché M.-O. Rousset)

Le niveau 1 a été reconnu sur l’ensemble de la zone dégagée, c’est-à-dire sur une surface d’environ 120 m2 pour environ 0,50 m d’épaisseur. Il se situe immédiatement sous la surface, en pente depuis l’extérieur du tell vers le centre. Une grande partie du plan d’un bâtiment accolé à un rempart a pu être mise au jour ainsi qu’une rue au nord-ouest et les angles d’un deuxième et d’un troisième édifice au nord du premier (fig. 4 et 5).

Fig 4 : vue aérienne des fouilles à Girdi Qala (© mission Qara Dagh).
Fig. 5 : les vestiges du niveau 1 (orthophotographie © mission Qara Dagh).
La fouille du niveau 1 Girdi Qala ou le casse-tête des murs invisibles

Le rempart est construit dans une tranchée de fondation ouverte sur l’extérieur du tell ; il est plaqué contre la face interne de cette tranchée, verticale. Il est édifié en briques crues dont seuls quelques joints verticaux sont perceptibles ; quelques pierres sont incluses dans son appareil. Sa largeur visible est de 1,80 m et sa hauteur conservée, attestée dans la coupe, est de 1,20 m. Son parement extérieur a été mis au jour sur 8,55 m de longueur.
Le mur du rempart, comme ceux du bâtiment qui lui est accolé, sont très mal conservés. Jusqu’à cette dernière campagne, ils sont même restés invisibles. Il faut dire que le matériau dont ils sont constitués est composé de nombreux remplois de brique crue, de quelques pierres, de blocs de terre parfois rubéfiés et d’une brique crue qui a dû être fabriquée pour l’occasion mais qui est devenue pulvérulente du fait de sa proximité avec la surface qui était cultivée jusqu’à récemment. La méthode traditionnelle de fouille de la brique crue, mettre à plat à la truelle et balayer soigneusement, s’est révélée inefficace. Nous avons également testé sans succès le soufflant à feuilles mortes (fig. 6) ou le parasol, pour avoir un éclairage uniforme sur la zone de travail (fig. 7).

Le tracé des murs était impossible à distinguer de la couche d’effondrement du bâtiment. Cependant, malgré la quasi invisibilité des murs mais à force de ténacité, le plan a fini par sortir de terre en combinant fouille et étude des coupes stratigraphiques (les micro-sections sur les pourtours du sondage et la coupe nord du sondage B). Plusieurs indices ont permis de le reconstituer : la limite d’extension des sols de la rue, marquée par l’arrêt des pierres sur un tracé rectiligne, la tranchée de fondation des murs, dans les parties où les sols avaient été détruits par les labours récents et la présence d’un enduit rose formant des traces rectilignes, contre les fantômes de murs (fig. 8). L’un de ces pink walls, pour corser l’affaire, se cachait dans la berme séparant les sondages sud et nord, exactement dans le même alignement que celle-ci !
Petit à petit, nous avons donc pu définir les contours et le mode de construction du bâtiment. Il s’appuie contre le rempart et il a un plan légèrement trapézoïdal ; il mesure 11,25 m de longueur par au minimum 7 m de largeur (côté est) et 6 de ses pièces ont été identifiées.

Fig 8 : enduit rose contre mur en terre crue (cliché M.-O. Rousset).

Les tranchées de fondations des murs sont larges de 0,90 m et plus profondes dans leur partie axiale, sur le tracé du mur qui est construit à partir du fond de la tranchée. Les côtés de la tranchée ont ensuite été remblayés avec des briques crues, du mortier et quelques pierres. Par endroits, des pierres ont été jetées au fond de la tranchée mais cette pratique est loin d’être systématique. Plus souvent, le sommet de la tranchée, à la base des murs, a été recouvert de pierres plates formant une plinthe qui soutient le sol à proximité du mur. Les appareils, au moins dans les parties basses des murs, sont donc très hétérogènes. Les parties des murs qui subsistent en élévation sont construites en brique crue de qualité médiocre, voire de remploi, et présentent des enduits roses, plus épais dans les angles des pièces où ils ont formé des amas lorsqu’ils se sont détachés des murs.

Plusieurs foyers ont été repérés sur les sols des pièces : petites fosses non construites ou installations avec des pierres posées de chant formant des structures rectangulaires. La céramique recueillie dans le bâtiment est peu abondante, très fragmentée et encore mal connue. Plusieurs objets ont été découverts dans les couches de surface : une aiguille et une cuillère en métal, une pointe de flèche, quelques perles et fragments de bracelets en pâte de verre. En bref, rien qui permette d’établir une datation précise du niveau 1. Dans l’une des pièces rectangulaires perpendiculaires au rempart, une petite fosse contenait un remplissage cendreux qui a été prélevé pour flottation par l’archéobotaniste de la mission (Caroline Douché, Museum National d’Histoire Naturelle). L’étude des restes végétaux a révélé la présence de nombreuses céréales ; il pourrait s’agir d’orge. Des échantillons ont pu être exportés pour faire réaliser des datations C14 par AMS (Spectrométrie de Masse par Accélérateur).

Une fois les caractéristiques architecturales du niveau 1 définies, j’ai ensuite épluché les archives et rapports des fouilles conduites par l’Université de Liège dans le sondage B pour repérer les éléments qui pourraient appartenir au plan de l’édifice. Il s’avère que le côté sud du bâtiment pourrait avoir été fermé par un mur dans la partie médiane du sondage B. En l’état actuel des recherches, ce bâtiment semble correspondre à une installation à caractère domestique, au sein d’un périmètre fortifié.

La prochaine campagne sera consacrée au dégagement des structures associées à une première fortification médiévale (niveau 2), dont le rempart de 0,85 m de largeur a été observé dans la coupe stratigraphique du sondage B et dans le sondage A, de l’autre côté du tell. Les traces d’une activité artisanale intensive, visible sous la forme de fosses et de fours de potiers interpellent sur la nature du site aux XIe-XIIe siècles. La production de céramique à l’époque médiévale fait écho à une activité déjà attestée à l’époque chalcolithique sur le même site (Baldi et Naccaro 2015). Qu’est-ce qui justifie le choix de cet emplacement pour ce type d’artisanat par delà les millénaires ? Telle est l’une des stimulantes pistes de recherche pour les prochaines campagnes à Girdi Qala.

Bibliographie

Ahmad A. 2016. Girdi Qala, A brief overview of the late periods’ceramic, in R. Vallet (ed.) : 131-138.

Baldi J. S. et Naccaro H. 2015. Girdi Qala Trench C, Stratigraphy and Architecture, in R. Vallet (ed.) : 47-52.

Colonna d’Istria L. et Mas J. 2015. Girdi Qala, Stratigraphical Trench B, in R. Vallet (ed.) 2015 : 31-36.

Colonna d’Istria L., Devillers A. et Ahmad M. 2016. Girdi Qala, Stratigraphical Trench B, in R. Vallet (ed.) : 121-129.

Colonna d’Istria L., Devillers A., Venier C. et Ahmad M. 2017. Girdi Qala Main Mound, Stratigraphic Trench B, in R. Vallet (ed.) : 81-87.

Colonna d’Istria L., Devillers A., Fiszman S., Gabriel P., Venier C. et Ahmad M. 2018. Girdi Qala, Stratigraphical Trench B, in R. Vallet (ed.) : 87-97.

Darras L. et Benech C. 2016. Magnetic Surveys on the Archaeological Sites of Girdi Qala and Logardan, in R. Vallet (ed.) : 15-20.

Gilotte S. et Cáceres Gutiérrez Y. 2017. AL-BALÂT.
Vida y guerra en la frontera de al-Andalus (Romangordo, Cáceres). Junta de Extremadura, 219 p.

James B. 2007. Le « territoire tribal des Kurdes » et l’aire iraqienne (xe-xiiie siècles) : Esquisse des recompositions spatiales, Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée 117-118 : 101-126.

Kopanias K. and MacGinnis J. (eds.) 2016. The Archaeology of the Kurdistan Region of Iraq and Adjacent Regions, Oxford: Archaeopress.

Parayre D. et Sauvage M. 2015. Girdi Qala Citadel, Trench A, in R. Vallet (ed.) : 23-29.

Rousset M.-O. 1992. L’archéologie islamique en Iraq. Bilan et perspectives, Damas, IFEAD.

Rousset M.-O. 2012. Al-Hadir. Étude archéologique d’un hameau de Qinnasrin (Syrie du Nord, VIIe-XIIe siècles), Qinnasrin I, TMO 59, Lyon.

Vallet R. (ed.) 2015. Report on the first season of excavations at Girdi Qala and Logardan, Directorate of Antiquities of Souleymanieh, General Directorate of Antiquities of Kurdistan Regional Government, 98 p.

Rousset M.-O. 1992. L’archéologie islamique en Iraq. Bilan et perspectives, Damas, IFEAD.

Rousset M.-O. 2012. Al-Hadir. Étude archéologique d’un hameau de Qinnasrin (Syrie du Nord, VIIe-XIIe siècles), Qinnasrin I, TMO 59, Lyon.

Vallet R. (ed.) 2015. Report on the first season of excavations at Girdi Qala and Logardan, Directorate of Antiquities of Souleymanieh, General Directorate of Antiquities of Kurdistan Regional Government, 98 p.

Vallet R. (ed.) 2016. Report on the second season of excavations at Girdi Qala and Logardan, Directorate of Antiquities of Souleymanieh, General Directorate of Antiquities of Kurdistan Regional Government, 166 p.

Vallet (ed.) 2017. Report on the third season of excavations at Girdi Qala and Logardan, Directorate of Antiquities of Souleymanieh, General Directorate of Antiquities of Kurdistan Regional Government, 139 p.

Vallet (ed.) 2018. Report on the fourth season of excavations at Girdi Qala and Logardan, Directorate of Antiquities of Souleymanieh, General Directorate of Antiquities of Kurdistan Regional Government, 209 p.

Vallet R., Baldi J.S., Naccaro H., Rasheed K., Saber S.A. et Hamarasheed S.J. 2017. New evidence on Uruk expansion in the Central Mesopotamian Zagros Piedmont, Paléorient 43/1 : 61-87.

L’auteur

Marie-Odile Rousset est archéologue, chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Odile Rousset. Les pink walls de Girdi Qala : une citadelle médiévale au Kurdistan d’Irak, ArchéOrient - Le Blog, 15 novembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12790


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.