Back to Black : quand les glaciers fondent, les archéologues prennent de la hauteur

Mais où sont les neiges d’antan ?

Les neiges « éternelles » de nos cours de géographie ne sont plus ce qu’elles étaient… Chacun peut le constater ces dernières années dans les Alpes : les névés fondent plus vite en été, les glaciers « noircissent » car ils se couvrent de débris rocheux qu’ils ne peuvent plus évacuer vers l’aval… Le recul des glaciers alpins a débuté vers 1850, après l’apogée du Petit Age Glaciaire. Mais, jusqu’à la fin du 20e siècle, ce recul était relativement lent. Il s’accélère désormais de manière spectaculaire (par exemple, le glacier de la Girose dans les Écrins perd en moyenne plus d’un mètre d’épaisseur par an), avec pour corolaires : une instabilité des versants, la diminution des eaux de surface, mais aussi, comme cela a été observé dans les Écrins, un verdissement de la montagne (cf. Podcast ” Le temps d’un bivouac” sur les glaciers) . Ces blanches étendues rétrécissent d’année en année, libérant des surfaces considérables pour l’observation archéologique.

Car en 1991, la découverte d’Ötzi, la momie du Tisenjoch à la frontière Autriche/Italie, nous l’a appris : ces espaces englacés et enneigés sont des conservatoires pour des objets putrescibles ou non, mais aussi, parfois, pour des corps entiers. La découverte était spectaculaire : la plus vieille momie européenne (environ 5300 ans), le plus haut site (3210 m), l’individu le mieux conservé pour cette période avec son équipement. Mais nous savions déjà que les biens, les idées et les hommes franchissaient les cols, parfois à haute altitude, et ce depuis le retrait glaciaire au moins. Alors, que nous disait Ötzi, au fond ? Deux choses : que la prospection des cols englacés pouvait permettre de donner corps à ces déplacements, de documenter en détail les itinéraires, les passages préférentiels, les modalités même de passage ; et ensuite, qu’il y avait urgence à mettre en place cette archéologie (post)glaciaire en Europe, car la fonte des neiges et des glaces pérennes vouait à court ou moyen terme ces vestiges fragiles à une disparition totale. Une archéologie d’urgence, donc, dans des milieux hostiles à la vie humaine.

Ötzi, Schnidi et le mercenaire

Le message fut bien compris en Suisse quand en 2003, année de forte chaleur, le Schnidejoch à la frontière des cantons de Bern et du Valais, commença à livrer des mobiliers anciens. A 2750 m d’altitude, la présence résiduelle de glaces et de névés avait permis la conservation de centaines d’objets, qui furent peu à peu collectés jusqu’à la fonte totale du « congélateur » qui les contenait. Si « Schnidi », l’homme du Néolithique qui perdit sa jambière, son arc, son carquois et autres matériels sur ce col, ne fut pas retrouvé, la moisson fut tout de même considérable, avec des témoins de passage échelonnés du Néolithique moyen -5e millénaire BCE- à l’actuel (Hafner 2012, Hafner dir. 2015). Et, par contrecoup, elle mit en lumière des découvertes antérieures ; les arcs néolithiques de la Lötschenpass (2680 m), le « mercenaire » (sans doute un marchand) disparu au 16e siècle avec son mulet sur le glacier du Théodule à environ 3000m d’altitude, etc. Aujourd’hui, la surveillance de nombreux cols glaciaires valaisans permet de documenter de manière précise des passages d’altitude depuis le Néolithique (Curdy et al. 2016). Ces découvertes complètent les investigations qui sont effectuées sur des cols de plus basse altitude, donc non englacés, où seuls les mobiliers imputrescibles sont conservés (Curdy et al. 2010). Ainsi, des fonds de vallées aux cols se dessinent peu à peu les itinéraires de montagne – et les acteurs de ces déplacements.

Le potentiel français

Et en France ? En 2003 aussi, sur le petit glacier du passage du Colerin (GPC) à Bessans en Savoie, un alpiniste découvre un pieu de bois conservé sur 80 cm de long (fig. 1). Une extrémité est sculptée et représente un personnage masculin en robe, qui pourrait tout aussi bien être un moine, un saint médiéval ou un personnage gaulois. Publiée en 2004, cette découverte passa totalement inaperçue dans les milieux scientifiques (Tracq 2004, 2017). J’en eus connaissance en 2006 et, en 2007, une montée au Colerin, à 3200m d’altitude, permit de constater ce qui n’était que trop prévisible : de nombreux bois jonchaient la surface du glacier ou étaient libérés par l’éboulis sous le col (fig. 2). En 2008 et 2009, deux campagnes de prospection permirent de décompter au total environ 200 bois de tous genres, 2 fragments de cuirs et moults fragments de métal (douilles de balle, boîtes de conserve, etc.). L’affaire était entendue : ce passage connu seulement par les populations locales, qui requiert 8 à 10h de marche pour rallier les deux villages les plus proches de part et d’autre de la ligne de crête, recelait des vestiges tangibles et fragiles de fréquentations anciennes. Oui, mais depuis quand ? Les premières dates radiocarbone permirent de remonter jusqu’au Second Age du Fer, soit bien au-delà des textes qui attestaient de passages depuis le 14e siècle (Tracq & Inaudi 1998, Inaudi & Tracq 2019). La démarche archéologique montrait ainsi toute sa pertinence pour éclaircir le « depuis toujours » de la tradition orale.

Fig. 1 : Le glacier du passage du Colerin à Bessans (Savoie), vu vers l’ouest depuis le col le 12 septembre 2018. Un lac de fonte s’est développé en partie basse ; la moraine frontale est bien visible au-delà du glacier. Cliché Eric Thirault.
Fig 2 : Glacier du passage du Colerin, 14 septembre 2007. Bois visibles au contact entre l’éboulis issu du col et le glacier. Cliché Eric Thirault.

Il fallut alors prendre du recul pour comprendre l’enjeu d’une telle découverte. Certes, les exemples suisses et autrichiens étaient là pour nous guider. Mais, le cas du Colerin s’inscrit dans un contexte spécifique : il s’agit d’un de ces cols englacés, tous placés entre 3000 et 3400 m d’altitude, qui jalonnent la crête qui partage les eaux entre le bassin du Rhône et celui du Pô, c’est-à-dire, grosso modo, entre la Savoie (France) et le Piémont et le Val d’Aoste (Italie). Ces cols sont placés entre deux cols célèbres, le Petit Saint-Bernard au nord, qui relie la Tarentaise au val d’Aoste (2190 m) et le col Clappier / Mont-Cenis au sud-ouest (2480/2085 m), qui relie la Maurienne au Val de Suse. Ces deux passages sont connus et assidûment fréquentés au moins depuis l’Antiquité et leur importance historique n’est plus à démontrer (rappelons juste que le contrôle du passage du Mont-Cenis a assuré la fortune du duché de Maurienne puis de la Maison de Savoie). Entre les deux grandes vallées italiennes, une série de courtes vallées s’enfoncent au cœur des reliefs pour venir buter contre la haute barrière des massifs centraux. Le Colerin et les cols voisins permettent justement de franchir ces hauts reliefs  au plus court en temps et en distance. Ils ont été, depuis le Moyen-Age, le lieu de « commerces » divers : marchandises et bêtes de tous ordres. Le Saint-Suaire franchit l’un de ces passages à deux reprises, pour transiter de discrète manière entre Chambéry et Turin, en 1535 et en 1578 (Tracq & Inaudi 1998, Inaudi & Tracq 2019).

Prendre de la hauteur

En 2017, un projet porté par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée permit d’augmenter le nombre des datations radiocarbone sur le Colerin : les 15 mesures actuellement disponibles permettent de reculer la fréquentation de ce passage au tout début de l’Age du Fer, vers 800 BCE. Néanmoins, cette série représente moins de 8 % du corpus mobilier disponible en 2017 et il n’est pas certain que toute l’amplitude temporelle des vestiges en présence soit établie. Dès lors, l’intérêt pour cette enquête glaciaire était relancé et en 2018, une nouvelle campagne de prospection fut organisée avec l’accord de la commune de Bessans et du Service régional de l’Archéologie (Ministère de la Culture) et le soutien financier de cette institution ainsi que du Conseil Départemental de la Savoie. Les résultats dépassèrent nos espérances : un deuxième col, celui de l’Autaret (3072 m), livra des vestiges organiques. La campagne 2019 qui vient de s’achever nous a permis d’approfondir le travail sur ces deux passages transalpins.

Une fois étalés sur une table, les vestiges ne sont pas spectaculaires. Mais le simple fait de les collecter procède déjà d’une investigation ardue : il faut acheminer le matériel de travail depuis le parking sous le refuge, à 2100 m d’altitude, sur chacun des cols, ce qui représente entre 8 et 10h de marche aller-retour. En 2018, nous avions opté pour des sessions de travail quotidiennes à partir du refuge d’Avérole, 2210 m. Harassant… En 2019, nous avons installé un camp de base plus près de chacun des cols, ce qui a considérablement réduit les temps de déplacement quotidien et le poids du portage (fig. 3).

Fig. 3 : Le camp de base sous le Colerin, altitude 2900 m, le 25 septembre 2019. Le plus dur est de sortir de son duvet… Cliché Eric Thirault.

Mais l’héliportage escompté initialement n’a pas pu avoir lieu et le portage à dos d’ânes s’est révélé impossible à cause de passages délicats… De fait, les ânes, c’était nous ! Le travail au Colerin s’est révélé épuisant : montée très raide, forts vents, pluie et grésil, couverture neigeuse sur le glacier. Néanmoins, un relevé topographique a pu être réalisé par Damien Laisney (MOM, Lyon) et une prospection attentive des moraines frontales et de la surface du glacier a livré son lot de découvertes (fig. 4 et 5).

Fig. 4 : Quelques heures plus tard, prospection et relevé GPS sur le glacier, altitude 3150 m.
Cliché Eric Thirault
Fig. 5 : Colerin, 25 septembre 2019 : une cheville osseuse et son étui corné en place, encore englacé avant prélèvement. Cliché Eric Thirault.

Pour le col de l’Autaret, les conditions de travail ont été plus clémentes et le camp de base, installé à 2600 m environ sur le dernier replat herbeux avant les délaissées glaciaires, avait belle allure (fig. 6 et 7).

Fig. 6 : Le vallon de la Lombarde, qui donne accès au col de l’Autaret, encore invisible au fond à gauche. Cliché Eric Thirault, 26 septembre 2019.
Fig. 7 : Le camp de base sous l’Autaret, sur une croupe rocheuse agrémentée de replats herbeux. Une « pierre à fusil », témoin de passage et/ou de bivouac ancien, a été collectée ce jour-là sur le replat. Cliché Eric Thirault, 26 septembre 2019.

Le travail n’en a pas été moins intense : prospection fine de tout le cirque glaciaire de Derrière le Clapier, relevé topographique des zones archéologiques (Damien Laisney), couverture photographique par vues obliques et cerf-volant en vue d’une restitution photogrammétrique (Olivier Barge, Archéorient), carte géomorphologique du cirque (Philip Deline, Université de Savoie, UMR Edytem). Ce travail d’équipe a permis de progresser considérablement dans notre connaissance de la fréquentation de ces passages – et des raisons de la conservation des vestiges (fig. 8).

Fig. 8 : Une découverte remarquable sous le col de l’Autaret : une planche ovale biseautée, qui correspond probablement à un fond de tonnelet, posée sur la moraine du glacier disparu, en limite du névé. Cliché de la découverte en place, 15 août 2018, Eric Thirault.
Et tout cela pour quoi ?

Un bilan brut : au Colerin, plus de 350 objets collectés ; à l’Autaret, plus de 170. Il s’agit très majoritairement de bois : des branches, des branchettes, des brindilles, avec ou sans écorce, aux extrémités brisées ou coupées à la hache. Certains bois sont travaillés avec une extrémité segmentée au moyen de petits enlèvements, certains fûts sont régularisés. D’autres bois sont des fragments d’outils ou d’instruments, le plus souvent difficiles à interpréter : bras de portage, systèmes de claies, fond de tonnelet, etc. Il s’y ajoute quelques éléments en cuir, une poignée de tessons néo/protohistoriques, un capriné  ovicapridé encore à moitié pris dans la glace, des cornes (fig. 5), des poils, des fragments de peau… Un bric-à-brac hétéroclite et manifestement diachrone pour lequel les études de laboratoire ne font que commencer. Difficile, dans ces conditions, de proposer des interprétations clé en main et univoques. Le chemin de la connaissance est encore long et … pentu.

Néanmoins, je souhaite revenir sur l’interrogation première : à quoi sert cette archéologie « (post)glaciaire » ? D’abord, la quête n’est pas terminée : tant qu’il y aura des névés et un glacier, le « congélateur » conservera des mobiliers qui seront peu à peu mis au jour. Il faut donc persévérer dans la collecte, année après année, avec l’espoir toujours présent de la révélation de mobiliers plus anciens et/ou plus rares. Ensuite, il faut se rendre à l’évidence : tant qu’il y a du froid solide, il y a possibilité de conservation des vestiges archéologiques putrescibles. L’enjeu est donc de taille, et il y a urgence : prospecter tous les cols englacés durant le Petit Age Glaciaire, afin d’établir leur potentiel scientifique et patrimonial.

Fig. 9 : Le col de l’Autaret, vu depuis la France. La croix de bois, millésimée 1861, marque la frontière et le point précis de franchissement de la ligne de crête.
Cliché Eric Thirault, 27 septembre 2019.

Enfin, ces mobiliers nous en disent long sur les itinéraires d’altitude : les passages de col sont des points névralgiques sur le parcours. Ils peuvent être dangereux par mauvais temps. En tout état de cause, il convient de s’accorder les faveurs des puissances supérieures à l’homme qui gouvernent ces espaces sauvages pour les intégrer, autant que faire se peut, dans le cercle du connu, de l’humanisé, du « fréquentable ». La statue du Colerin était probablement plantée au col, gardienne du passage, tout comme la croix du col de l’Autaret, plantée en 1861, qui  tout à la fois humanise et sacralise le franchissement de la ligne de crête… et  sert de  limite administrative (fig. 9). On retrouve là l’ambivalence des cols, tout à la fois lieux de passages et frontières.

Fig. 10 : Excursus socio-touristique. La société du risque, ou comment informer, prévenir, interdire… Cliché Eric Thirault, 26 septembre 2019.

Bibliographie

CURDY P., BULLINGER J., CROTTI P., VALSECCHI V., TINNER W. 2010. Recherches archéologiques dans les régions du Simplon et de l’Albrun (Valais et Piémont), du Mésolithique à l’époque romaine, in S. Tzortzis et X. Delestre dir, Archéologie de la montagne européenne : actes de la table ronde internationale de Gap, 29 septembre – 1er octobre 2008, Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine 4, Paris / Aix-en-Provence, Errance / Centre Camille Jullian, 185‑195.

CURDY P., ESCHMANN-RICHON M., LUGON R. et ROGERS S. 2016. Evaluation du potentiel archéologique sur les cols des Alpes pennines et lépontines (canton du Valais, Suisse), in Daudry D. dir. – Actes du XIVe Colloque sur les Alpes dans l’Antiquité, Evolène (Valais, Suisse), 2-4 oct. 2015 (Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines, XXVII), Aoste, Société Valdôtaine de Préhistoire et d’Archéologie, 247-262.

HAFNER (Dir.) A. 2015. Schnidejoch und Lötschenpass. Archäologische Forschungen in den Berner Alpen / Schnidejoch et Lötschenpass. Investigations archéologiques dans les Alpes bernoises, Bern, Archäologischer Dienst des Kantons Bern.

INAUDI G., TRACQ F. 2019. Entre Savoie et Piémont. Histoires de bergers, de guides et de contrebandiers, Ed. Il Punto, Torino.

THIRAULT E. 1999. Franchir la crête : de l’Histoire à la Préhistoire dans les Alpes occidentales., in Beeching A. dir. — Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998). Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, Valence, 19-37.

TRACQ F. 2004. La statue surgie du glacier, Panorami 52, 17-22.

TRACQ F. 2017. La statue du glacier du Colerin. Une extraordinaire découverte à 3000 m d’altitude, Bessans Jadis et Aujourd’hui 77, 37‑46.

TRACQ F., INAUDI G. 1998. Bergers, contrebandiers et guides entre Savoie et Vallées de Lanzo, Torino, Il Punto.

L’auteur

Eric Thirault est Professeur de Préhistoire – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Éric Thirault. Back to Black : quand les glaciers fondent, les archéologues prennent de la hauteur, ArchéOrient - Le Blog, 8 novembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12640

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.