Une exposition à Bakou : « Dix ans de fouilles archéologiques franco-azerbaïdjanaises »

Le 4 juillet 2019, dans le cadre de la 43e session du Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, une exposition consacrée au 10e anniversaire des fouilles archéologiques franco-azerbaïdjanaises a été inaugurée au Musée National des Beaux-Arts d’Azerbaïdjan. Elle s’est terminée le 20 Septembre. Les panneaux sur les missions codirigées par des membres de l’équipe Archéorient ont été retravaillés pour une exposition qui est actuellement visible à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Elle présentait les résultats scientifiques des trois missions archéologiques franco-azerbaïdjanaises (Fig. 1) :

  • La « mission Boyuk Kesik » qui, depuis 2004, a mené des fouilles sur deux sites protohistoriques, Soyuq Bulaq, district d’Ağstafa, et Mentesh Tepe, district de Tovuz. Elle est co-dirigée par F. Guliyev, Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan – Institut d’archéologie et d’ethnologie, Bakou, et B. Lyonnet, CNRS, Orient et Méditerranée, Paris, à laquelle a succédé G. Palumbi, CNRS CEPAM, Nice, qui fouille depuis 2016 les sites de Kiçik Tepe, district de Tovuz, et de Qaraçinar, district de Goranboy.
  • La « mission archéologie du bassin de l’Araxe » qui, depuis 2006, travaille au Nakhchivan, république autonome au sein de l’Azerbaïdjan, co-dirigée par V. Bakhshaliyev, Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan au Nakhchivan et C. Marro, CNRS Archéorient-MOM, Lyon.
  • La « mission du Lenkoran » qui a débuté en 2012 et fouille actuellement la nécropole de Monidigah, co-dirigée par A. Alakbarov, Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan – Institut d’archéologie et d’ethnologie, Bakou, et M. Casanova, Université Lumière Lyon 2, Archéorient-MOM, Lyon.
Fig. 1 : Carte de l’Azerbaïdjan avec les différents sites archéologiques fouillés par les missions franco-azerbaïdjanaises (O.B. MOM 2005 & Arkeoservice 2019).

Cette exposition qui visait à sensibiliser un large public à l’archéologie prenait appui tant sur les découvertes archéologiques elles-mêmes que sur les résultats des analyses scientifiques menées dans tout un champ de sciences annexes, illustrant l’aspect pluridisciplinaire de la discipline. Sa vocation pédagogique pour intéresser les jeunes dans les multiples aspects de l’archéologie a été un des axes prioritaires des organisateurs.

C’est ainsi que deux salles ont été entièrement consacrées à la présentation des nouvelles techniques utilisées en archéologie par le biais de panneaux expliquant les pourquoi des méthodes et de leurs applications. Un chantier de fouilles a aussi été reconstitué et les outils de l’archéologue ont été présentés (Fig. 2).

Fig. 2 : Salle de présentation des méthodes modernes en archéologie et leurs applications
(© Institut Français Bakou).
L’archéologie en Azerbaïdjan

Le Caucase se distingue par sa situation géographique particulière : entre mer Noire et mer Caspienne, entre l’Asie et l’Europe, il joue un rôle de chaînon terrestre et maritime, reliant des cultures et des sociétés radicalement différentes.

Ce double aspect était déjà apparu aux anciens Grecs, pour lesquels le Caucase représentait à la fois un des piliers du monde et sa limite extrême. Plus récemment, l’image du Caucase renvoyée par l’archéologie du 20e siècle était celle d’une région périphérique, située en dehors des grands développements socio-culturels du Proche et Moyen-Orient protohistorique. Son rôle a souvent été réduit à celui d’un fournisseur de matières premières, en premier lieu métaux et obsidienne, à destination des communautés d’Iran, de Syrie et de Mésopotamie.

Même si les communautés caucasiennes ont certes été influencées par leurs voisins, il ne faut pas oublier que cette région était aussi le centre d’élaboration de savoir-faire techniques sophistiqués ainsi que de modèles socio-culturels très originaux, indépendants des trajectoires développées par leurs contemporains. C’est le cas de la culture Kuro-Araxe, par exemple, qui a impacté de manière parfois profonde des régions fort éloignées s’étendant jusque dans le Zagros iranien, l’Anatolie ou la Palestine.

L’ambition de cette exposition était de montrer l’originalité des cultures protohistoriques du Caucase et leur capacité à se mettre en relation avec les populations contemporaines des régions voisines tout en développant leurs propres trajectoires.

L’Azerbaïdjan est un témoin de la richesse et de l’originalité de ces développements. Les vestiges présentés illustrent différents aspects des cultures du Néolithique, du Chalcolithique, des Âges du Bronze et du Fer, mis au jour au cours de dix années de fouilles archéologiques franco-azerbaïdjanaises.

Les découvertes archéologiques des missions archéologiques franco-azerbaïdjanaises

Après une salle d’introduction, les trois premières salles étaient consacrées à chacune des missions avec la présentation d’objets replacés dans leur contexte de découverte grâce à des cartes, des panneaux explicatifs et des vidéos.

La mission archéologie du bassin de l’Araxe

La première salle était consacrée aux découvertes réalisées au Nakhitchevan sur les sites de Kültepe I (Néolithique), de la mine de sel de Duzdagi (Chalcolithique/Âge du Bronze/Âge du Fer) et sur les sites archéologiques d’Ovçular Tepesi et de Zirinçlik (Chalcolithique/Âge du Bronze) (Fig. 3).

Fig. 3 : Salle consacrée à la mission archéologie du bassin de l’Araxe
(© Institut Français Bakou).

Les objets exposés illustraient les recherches entreprises sur l’exploitation des matières premières par les sociétés protohistoriques (néolithiques, chalcolithiques et de l’Âge du Bronze). Il s’agissait tout à la fois de comprendre le rôle des sociétés du Caucase dans le développement de certaines innovations techniques ou zootechniques, comme la métallurgie extractive ou la sélection d’espèces lainières de moutons pour fabriquer des tissus en laine, mais aussi de souligner le rôle de ces sociétés, en particulier celui des groupes de pasteurs semi-nomades, dans la diffusion de ces innovations vers les pays du Proche et Moyen-Orient (Iran, Mésopotamie, Levant).

Des céramiques, des obsidiennes taillées, des objets métalliques et/ou reliés à la production métallurgique et des outils en relation avec l’exploitation du sel étaient exposés accompagnés de grandes photographies de la région.

C’est au cours du Chalcolithique (ca. 5000-3500 av. n.è.), que les populations du bassin de l’Araxe connaissent de fortes mutations économiques qui semblent aller de pair avec des innovations technologiques remarquables, comme la métallurgie extractive. Celle-ci était largement illustrée dans l’exposition par les découvertes de minerais, tuyères, moules et objets métalliques provenant des sites de Zirinçlik et d’Ovçular Tepesi dont une tombe d’enfant en jarre contenant trois haches en cuivre déposées en offrande.

Enfin, des objets reliés à l’exploitation du sel de la mine de Duzdagi – exploitée dès le Chalcolithique et donc l’une des plus anciennes connues – étaient exposés : différents types d’outils en pierre (marteaux, pilons, meules…) utilisés durant la période Kuro-Araxe (4e millénaires av. n.è.) alors que l’extraction du sel se faisait de façon individuelle au moyen d’un marteau en pierre à bout pointu dans de petites cellules plus ou moins circulaires (Fig. 4).

Fig. 4 : Outils et sel de la mine de Duzdagi, Nakhchivan
(© Institut Français Bakou).

La mission Boyuk Kesik

La seconde salle était dédiée aux découvertes faites dans les régions d’Ağstafa et de Tovuz   sur les sites de Soyuq Bulaq et de Mentesh Tepe (Fig. 5).

Les fouilles entreprises sur ces deux sites visaient à éclairer une période charnière, le Chalcolithique (5e et 4e millénaires avant notre ère), qui, en Azerbaïdjan, était jusque là très mal connu et souvent confondu avec le Néolithique en raison de problèmes chronologiques liés à l’absence de datations au radiocarbone.

Fig. 5 : Salle consacrée à la mission Boyuk Kesik (© Institut Français Bakou).

Les objets mis au jour dans les kourganes du cimetière de Soyuq Bulaq comprennent de riches trouvailles en or, cornaline et coquillage ainsi qu’un couteau-poignard en cuivre et un sceptre de pierre à tête d’équidé démontrant l’existence d’une société mobile hiérarchisée, liée tant à la région du lac d’Urmia (Iran) qu’au Caucase Nord (culture de Maikop). Ces kourganes sont datés entre 3900 et 3600 av. n. è. par radiocarbone et sont les plus anciens connus à ce jour au sud Caucase (Fig. 6).

Fig. 6 : Détails sur les objets du cimetière de Soyuq Bulaq
(© Institut Français Bakou).

De 2008 à 2015, la mission a fouillé l’établissement de Mentesh Tepe. Il offre une succession d’occupations depuis le Néolithique (ca. 5800 av. n. è.) jusqu’à l’Âge du Bronze (ca. 2300 av. n. è.) entrecoupées de phases d’abandon.

Dans le village néolithique, une tombe contenant 30 individus est unique à ce jour au Caucase sud et a permis de nombreuses recherches en anthropologie et génétique. Ces travaux étaient illustrés dans les salles consacrées aux techniques modernes utilisées en archéologie.

La découverte d’un grand bâtiment chalcolithique (4300-4100 av. n. è.) à l’architecture rectangulaire inconnue jusqu’alors dans cette région, a permis de mettre en évidence des activités artisanales très développées, tant métallurgiques que céramiques.

Enfin, deux kourganes situés chronologiquement au début et à la fin de la période Kuro-Araxe ont également permis d’approfondir nos connaissances sur les rituels d’inhumation. Le dernier, daté de ca. 2400 avant notre ère, était une tombe à char contenant trois personnes dont deux richement parées.

La participation d’un grand nombre de spécialistes de diverses disciplines aux fouilles de Mentesh Tepe a permis d’apporter un très grand nombre d’informations nouvelles sur l’environnement et le mode de vie des populations au cours de toute cette longue période.

La mission du Lenkoran

La visite se poursuivait dans la troisième salle par la découverte des tombes en dolmen et des nécropoles de la fin de l’Âge du Bronze et du début de l’Âge du Fer (Fig. 7).

L’objectif était de préciser les modalités d’occupation de cette région durant l’Âge du Bronze récent et l’Âge du Fer, de mettre au jour l’habitat associé et d’identifier les nécropoles et les pratiques funéraires.

Fig. 7 : Salle consacrée à la mission du Lenkoran (© Institut Français Bakou).

Les objets présentés proviennent des nécropoles de Kraveladi, Cucu Tuk (vallée de la Lakerçay) et de Monidigah (vallée de la Konja vu çay). Sur ce dernier site, deux tombes renfermaient des inhumations multiples et un mobilier constitué de céramiques, d’armes en bronze et en fer et de parures (Fig. 8). Les datations 14C réalisées sur des ossements humains permettent d’attribuer la seconde tombe aux Âges du Fer I et II (1300 -750 av. n. è.). Elle aurait été utilisée plusieurs fois sur près de 400 ans.

Fig. 8 : Détails sur les objets des tombes du site de Monidigah
(© Institut Français Bakou).

L’équipement des défunts se compose de couteaux, de poignards, d’une épée, de pointes de flèche et de lance en alliage cuivreux et en fer. La restauration d’une épée en alliage cuivreux  découverte dans la tombe 2 a rendu visible un décor de 4 motifs avec des traces dorées sur ses deux faces. Elle présente des similarités avec celles des sites de Conu (Azerbaïdjan) et de Chagoula Derré (Iran).

Les parures sont faites de perles en cornaline, jaspe, stéatite, faïence, verre, or, bronze ; les anneaux et bracelets sont en alliage cuivreux. Il y a aussi des fragments de silex blanc et rouge et d’obsidienne.

Autre découverte majeure, celle d’une stèle brisée (100 x 30 x max. 10 cm) qui représente un guerrier avec un poignard fixé à la ceinture et dont les pieds sont chaussés de bottes. Elle évoque celle d’Asxanakәran (province d’Astara) et celle de Shahar Yeri (province d’Ardebil, Iran).

Montrer une science pluridisciplinaire utilisant les techniques les plus modernes

La volonté de toutes les parties organisatrices de cette exposition était de sensibiliser le public à l’archéologie en illustrant la modernité des techniques employées aujourd’hui dans notre discipline.

De nombreux spécialistes issus des disciplines très variées marquent la contribution de la recherche française à l’archéologie de l’Azerbaïdjan. Des travaux ont été engagés sur l’environnement (variations du climat, du niveau de la mer Caspienne et de la couverture végétale), sur la mobilité des populations et leur alimentation (recherches isotopiques) et sur les stratégies de subsistance (études de la faune et de la flore). En anthropologie, les recherches ont porté sur les pathologies et la génétique des populations. Des recherches importantes ont été menées tant en archéométallurgie que sur la circulation de l’obsidienne, du jaspe ou de la cornaline, ou encore sur les techniques de fabrication des outils (en os, silex ou obsidienne) et sur les traces de leur utilisation. Des modélisations 3D de tombes et des études de télédétection par l’archéologie aérienne : satellite et drone ont aussi été menées. Enfin, l’exploration du sous-sol archéologique est facilitée par les méthodes de géophysiques toujours plus performantes et qui offrent de très larges domaines d’application dans différents contextes : prospection, diagnostic, fouilles.

Au total, 18 panneaux expliquaient les méthodes innovantes de recherche et leurs applications sur les fouilles des missions franco-azerbaïdjanaises pour mieux comprendre et restituer les sociétés du passé.

Les équipes françaises se sont aussi engagées dans la formation d’étudiants azerbaïdjanais sur le terrain : formation aux nouvelles techniques de fouille avec utilisation des dernières innovations technologiques, à l’étude et au dessin du matériel lithique et céramique, à la restauration du matériel archéologique, etc.

C’est cette vision de l’archéologie moderne que nous voulions transmettre au public azerbaïdjanais et particulièrement à la nouvelle génération pour les inciter à suivre des études en archéologie. On est loin du chercheur grattant le sol à l’aide d’une truelle sous un soleil de plomb. L’archéologie ne se limite plus à la poussière et aux longues journées de fouilles sur le terrain.

Conclusion

L’exposition sur les travaux des trois missions archéologiques franco-azerbaïdjanaises présentés au Musée National des Beaux-Arts de Bakou a été l’occasion d’ouvrir à un large public nos recherches sur des périodes encore mal connues.

Nos travaux ont donné la matière de très nombreux articles et conférences ; ils ont surtout permis d’associer l’Azerbaïdjan aux meilleures recherches scientifiques internationales en archéologie. Par cette exposition, nous souhaitions également préparer le futur en intéressant la nouvelle génération à son passé et à notre discipline.

Remerciements

Nous remercions tous ceux et celles qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de cette exposition :

Aurélia Bouchez, ambassadrice de France en Azerbaïdjan

Akif Alizada, président de l’Académie des Sciences

Vasif Talıbov, président de l’Assemblée de la République autonome du Nakhchivan, Çingiz Farzəliyev, Nargiz Axundova, Veli Bakhshaliyev, Farhad Guliyev, Esmira Alirzayeva, Maisa Ragimova, Naila Velikhxanlı, Abuzar Alakbarov, Araz Osmanov, Reyhan Huseynova, Johan Schitterer, Gamar Afshani, Arzu Abdulkhaligov, Maurice Rufin, Nicolas Brégeon, Gervaise Mathé, Bertille Lyonnet, Catherine Marro, Giulio Palumbi, Michèle Casanova, Nicolas Gailhard

Tous les participants aux missions archéologiques, chercheurs, spécialistes, étudiants de France, d’Azerbaïdjan ou d’ailleurs.

Tous les ouvriers et les personnes rencontrées dans les villages où nous avons travaillé.

Ces recherches et cette exposition ont été financées par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, l’Ambassade de France à Bakou, l’Institut français d’Azerbaïdjan, l’Académie des Sciences d’Azerbaïdjan dont l’institut d’Archéologie et d’Ethnologie de Bakou, le CNRS, l’Université Bordeaux Montaigne (Labex: LaScArBx), l’Université d’Aix-Marseille, l’Université Lumière Lyon 2, le Museum National d’Histoire Naturelle , le Musée National des Antiquités à Saint-Germain-en-Laye, l’ANR (programmes franco-allemands “Ancient Kura” (2010-2012), “Kura in Motion !” (2013-2015), “Mines” (2013-2016).

Références bibliographiques

Casanova M., Lorre C., Alekperov A., Fahimi H., Haze M., Vella M.-A., Sauvage, M. 2016. The necropolises of Azerbaijan during the Bronze and Iron Ages in the Lenkoran and the Lerik areas (NABIALLA Project, Azerbaijan): Preliminary report of the 2012–2013 campaigns. Environments and Societies in the Southern Caucasus during the Holocene, Quaternary International 395, 194-207

Gailhard N., Bode M., Bakhshaliyev V., Hauptmann A., Marro C. 2017. Archaeometallurgical investigations in Nakhchivan (Azerbaijan): What does the evidence from Late Chalcolithic Ovçular Tepesi tell us about the beginning of extractive metallurgy?, Journal of Field Archaeology 42/6, 20-50.

Lyonnet B., Akhundov T., Almamedov K., Bouquet L., Courcier A., Jellilov B., Huseynov F., Loute S., Makharadze Z., Reynard S. 2008. Late Chalcolithic Kurgans in Transcaucasia. The cemetery of Soyuq Bulaq (Azerbaijan), Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 40, 27-44

Lyonnet B., Guliyev F., Baudouin E., Bouquet L., Bruley-Chabot G., Samzun A., Fontugne M., Degorre E. 2017.Mentesh Tepe (Azerbaijan), a Preliminary Report on the 2012-2014 Excavations, in: Helwing B., Aliyev T., Lyonnet B., Guliyev F., Hansen S., Mirtskhulava (eds.), The Kura Projects : New Research on the Late Prehistory of the Southern Caucasus, Berlin, Deutsches Archäologisches Institut, Eurasien-Abteilung, Archäologie in Iran und Turan (AIT), 16, 125-141.

Marro C., Bakhshaliyev V., Berthon R. 2014. On the Genesis of the Kura-Araxes Phenomenon: New Evidence from Nakchivan (Azerbaijan), Paléorient 40/2, 131–154.

Les auteurs

Nicolas Gailhard est docteur en archéologie orientale, spécialiste en archéométallurgie et archéologie expérimentale. Il est chercheur associé à l’équipe VEPMO (Du Village à l’Etat au Proche et Moyen Orient), laboratoire UMR 7041, ArScAn, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie et directeur d’Arkeoservice (www.arkeoservice.com).

Michèle Casanova est professeur à l’Université Lumière-Lyon 2. Archéologue, spécialiste du Proche et Moyen-Orient (Iran). UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Bertille Lyonnet est directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée à l’UMR 7192 Proche-Orient – Caucase : langues, archéologie, cultures (Collège de France).

Catherine Marro est chercheuse au CNRS, UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Giulio Palumbi est chercheur au CNRS et travaille au CEPAM (Cultures et environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge) à Nice Sophia-Antipolis.


Pour citer ce billet : Nicolas Gailhard, Michèle Casanova, Bertille Lyonnet, Catherine Marro, Giulio Palumbi. Une exposition à Bakou : « Dix ans de fouilles archéologiques franco-azerbaïdjanaises », ArchéOrient – Le Blog , 25 octobre 2019. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/12604


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.