Débitages expérimentaux par pression à la béquille pectorale, nouvelles perspectives

L’étude des débitages par pression, présents dans de nombreuses cultures préhistoriques, a très largement bénéficié d’approches expérimentales. En effet, la très grande régularité et d’hyper-standardisation de ces industries ne peut être obtenue par percussion et les vestiges archéologiques d’outils pour la taille par pression sont très rares (David 2019, Clark 2012). Comment alors reproduire ces débitages ?

Les travaux de l’américain Don Crabtree, au cours des années 1960, sur les techniques mésoaméricaines de fabrication de lames d’obsidienne, ont abouti à la création d’une béquille pectorale et d’un système de blocage du nucléus. Il a pu, grâce à cet outillage, obtenir par pression des lames fines et très régulières, proches des modèles mésoaméricains. Son dispositif de taille est un système hybride, créé à partir des textes et illustrations de chroniqueurs espagnols du 16ème siècle et des informations ethnologiques sur les techniques de taille de silex des amérindiens de l’ouest des États-Unis (Clark 2012).

Fig. 1 : Matériel et position de Don Crabtree (d’après Red Lake Recorder 1966, Vol.1, n°2).

C’est sur cette construction expérimentale moderne que va s’appuyer une grande partie des recherches sur la taille par pression au sein de contextes archéologiques nombreux et variés (Clark 2012). La béquille imaginée par Crabtree sera raccourcie pour le débitage de lamelles, assouplie ou lestée pour gagner en puissance.

Nous nous inscrivons dans cette perspective, avec la conviction que pour les débitages à la pression à l’aide d’une béquille pectorale, des systèmes alternatifs sont à imaginer et à tester.

Débitages expérimentaux par pression à la béquille pectorale : aller plus loin…

Depuis Crabtree, un certain nombre de chercheurs ont contribué à améliorer les techniques de débitage par pression, notamment sur silex, plus résistant à la fracture que l’obsidienne. Ces perfectionnements sont obtenus en modifiant certains paramètres, sans modifier la configuration qui maintient un seul opérateur :

  • Poids ajouté sur le tailleur ou sur la béquille : plus le tailleur est lourd, plus la puissance développée est grande (Abbès 2013). Il semblerait que D. Crabtree, J. Tixier ou encore P. Volkov et E. Guiria aient expérimenté cette technique sans toutefois publier de résultats (Clark 2012). Nos expérimentations ont montré que l’utilisation d’une béquille lestée permet un gain de puissance significatif mais accroît l’instabilité lors du débitage, ce qui en limite l’efficacité. Néanmoins, c’est sur la base de ces travaux que nous avons développé l’approche décrite ci-après.
  • Béquille souple vs béquille rigide et amélioration du calage des nucléus : les travaux de J. Pelegrin ont permis des avancées significatives dans ce domaine. Cet auteur privilégie une béquille souple, qui permet d’accumuler et donc de libérer davantage d’énergie lors du mouvement d’arrachement de la lame. Il a également mis au point des systèmes de calage offrant plus de stabilité et de polyvalence. 

Avec ses travaux, J. Pelegrin détermine et caractérise cinq modalités de débitage par pression allant des plus petits aux plus grands produits laminaires (Pelegrin 2012.). Les modes 1 à 3 sont liés au débitage de lamelles. La pression debout à l’aide d’une béquille pectorale correspond au mode 4 de cette typologie avec des limites situées, pour du silex de bonne qualité mécanique, autour de 20-21 mm de largeur pour des lames extraites à l’aide de pointes en bois de cervidé et de 22-23 mm pour des débitages à l’aide de pointes en cuivre. Pour aller au-delà de ces limites, il propose un mode 5, qui correspond à l’utilisation d’un levier et permet pour du silex, d’atteindre de plus forts gabarits de lames (de 23 à 60 mm de largeur) (Volkov/Guiria 1991, Pelegrin 2006.).

Fig. 2 : Matériel et position de Jacques Pelegrin (d’après Pelegrin 2012.)

Récemment, J. Heredia montre qu’il est possible de repousser les limites du mode 4, avec des séries laminaires en silex, débitées à la pointe de cuivre sur silex entre 26 et 28 mm de largeur, sans avoir recours à l’utilisation du levier (Heredia 2016.). L’amélioration ne se situe pas dans le matériel utilisé mais dans la façon de mettre en jeu le poids du corps et la puissance musculaire dans un mouvement de débitage très dynamique. Avec cette gestuelle, l’auteur dépasse les limites jusqu’alors admises pour la pression à la béquille pectorale.

C’est dans cet intervalle, situé entre la béquille pectorale et le levier, que nous situons également nos travaux.

Présentation de la technique de débitage à la béquille pectorale à 3 opérateurs

Nous reprenons donc le système ‘’classique’’ de la béquille pectorale, plutôt souple, en modifiant le support d’appui du tailleur de façon à pouvoir bénéficier de l’aide de deux personnes supplémentaires. Le support d’appui est donc considérablement allongé (1m), très rigide et équipé de deux grandes poignées à ses extrémités. Ce dispositif permet de gagner en puissance en cumulant les poids et la force de trois opérateurs au lieu d’un seul.

Fig. 3 : Dispositif utilisé lors de nos expérimentations.
a : béquille – b : système de calage – c : cales en bois dur.

Les expérimentations menées jusqu’à maintenant ont essentiellement été réalisées à l’aide de pointes de cuivre, sur des nucléus à une crête, préparés par percussion indirecte ou des reprises de nucléus préalablement débités au levier. Les plans de pression sont réalisés par percussion indirecte et pression pour obtenir systématiquement des talons facettés convexes avec, au sommet, une facette lisse orthogonale sur laquelle s’exerce la pression pour détacher la lame.

Le calage du nucléus utilise un système mobile réalisé à partir d’un tronc évidé et rainuré qui conserve un bon équilibre grâce à deux départs de branches à sa base. Des cales de bois dur permettent de l’adapter à différents types de nucléus ou à l’évolution morphologique d’un même nucléus au cours du débitage.

Les matières premières utilisées sont de deux types : des silex crétacés du Turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny, relativement homogènes et durs, et des silex éocènes aveyronnais, moins durs mais contenant des inclusions crayeuses.

L’utilisation de ce dispositif demeure pour l’instant dans une phase exploratoire mais les résultats obtenus sont très encourageants. Nous avons recherché dans un premier temps à éprouver les limites de cette nouvelle technique en partant de nucléus de dimension courante pour la pression pectorale et en augmentant progressivement leur dimension. Pour chaque nouveau jalon de cette étape exploratoire, une série de 10 à 20 lames est produite afin d’apprécier à la fois les conditions du débitage et la morphologie des lames. 

Résultats

Les premières expérimentations de pression à trois opérateurs permettent les observations suivantes : 

  • critères morpho-techniques : nous avons ainsi pu réaliser une dizaine de séries expérimentales, soit environ 90 lames. Les gabarits progressent de proche en proche de 13 cm jusqu’à 20,5 cm de longueur pour des largeurs allant de 22 mm à 30 mm de largeur et des épaisseurs comprises entre 5 et 8 mm.
Fig. 4 : séries expérimentales, lames en silex du Turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny

Nous retrouvons au sein de ces séries les stigmates classiques de la taille par pression : régularité, standardisation des produits, largeur maximale qui s’exprime très rapidement dans la partie proximale de la lame, épaisseur régulière ou fractures liées à l’appui de la surface débitée ou de la partie distale du nucléus sur le dispositif de calage. Les séries comprennent en outre des lames plus atypiques pour de la pression, débitées aux dépens de surfaces peu régularisées ou au travers d’inclusions particulièrement handicapantes pour la conduite d’un débitage par pression (Fig. 5). Nous notons également une fissuration du talon plus fréquente que lors de débitages à la pression pectorale simple et comparable à ce que l’on peut observer pour de la pression au levier (Fig. 6 ). 

Fig. 5 : séries expérimentales, lames en silex éocène d’Aveyron avec inclusions crayeuses
Fig. 6 : séries expérimentales, lames en silex du Turonien supérieur de la région du Grand-Pressigny, vue rapprochée des talons avec fissurations
  • implications socio-économiques : au cours de ces expérimentations, nous avons eu recours à des opérateurs de gabarits et d’expérience différent en matière de taille de silex. Nous avons pu remarquer que ces derniers peuvent être tout à fait ignorants des principes de taille par pression. Toutefois, une présentation claire de l’objectif recherché et des rôles de chacun est impérative. De même, une coordination orale claire doit s’établir entre les opérateurs tout au long du processus. On trouvera un confort encore accru par l’aide d’une quatrième personne dont la tâche consistera à vérifier l’aplomb de la béquille par rapport au nucléus. Cet angle, déterminant pour une bonne conduite du débitage, est en effet difficile à apprécier correctement depuis la position du tailleur. On obtient donc une productivité idéale avec une équipe de 4 personnes.

Cette approche modifie la représentation de la taille en faisant évoluer des pratiques individuelles de tailleurs spécialisés vers des pratiques coopératives de groupe au sein desquels un tailleur spécialisé est certes nécessaire mais où des aides, apprentis ou autres apprenants, sont indispensables pour la réalisation d’une tâche complexe. Cet aspect, en termes de travail d’équipe, d’activités spécialisées en contextes d’ateliers, de productivité ou encore de transmission des savoir-faire, change radicalement notre vision du fait technique au sein de la société et notre vision de la société elle-même.

Perspectives

Il n’est pas exclu que, moyennant davantage de pratique et quelques améliorations, le dispositif permette d’étendre encore un peu les limites de cette recherche exploratoire. Toutefois, nous avons pu constater que lors de poussées particulièrement soutenues, il devenait complexe pour le tailleur au centre du dispositif de maîtriser correctement l’ensemble. Le recours au levier devient alors nécessaire pour dépasser avec plus d’aisance un seuil critique pour l’instant fixé à une vingtaine de centimètres de longueur et aux alentours de 30 millimètres de largeur.

Nous considérons pour l’instant cette technique comme un jalon possible entre la béquille pectorale en position debout et le levier. Elle est en effet relativement simple à mettre en pratique, de configuration légère, ce qui lui confère une mobilité intéressante. Elle constitue en somme un prolongement assez logique de la béquille pectorale là où le levier représente davantage de rupture conceptuelle dans le mode d’application de la force et la fixité du dispositif. 

Il devient alors possible d’envisager une modalité supplémentaire de débitage à la pression où la composante coopérative pressentie dans de nombreux cas s’exprime pleinement et à travers laquelle certaines filiations techniques et culturelles paraîtront probablement plus évidentes. Toutefois, ces résultats demanderaient à être confrontés à un certain nombre de séries archéologiques pour y trouver des parallèles ou au contraire des divergences notables.

Un grand merci, pour leur patience et leur enthousiasme, à tous ceux et celles qui m’ont prêté main forte pour tester et améliorer ce dispositif : Chloé Albaret, Lou Vosges, François Sacré, Johan Durand et Martin Durquety. Merci également à Frédéric Abbès pour sa relecture patiente et constructive.

Bibliographie

Abbès, F. 2013. Quelques réflexions sur les débitages de lame de silex par pression, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 27 septembre 2013. [En ligne].

Clark, J.E. 2012. Stoneworkers’ Approaches to Replicating Prismatic Blades. in : Desrosiers P. M. (éd.) The Emergence of the pressure blade making. From origin to modern experimentation, pp. 43-135.

David, E., Diemer, S., Sørensen, M., Santaniello, F., Vatsvag Nielsen, S. 2019. L’acquisition de la pression à la béquille courbe, seulement une question d’habileté ? in : David, E. (éd.) Anthropologie des techniques – Cahier 1. De la mémoire aux gestes en Préhistoire, pp. 43-62.

David, E., Sørensen, M. 2016. First insights into the identification of bone and antler tools used in the indirect percussion and pressure techniques during the early postglacial. Quaternary International 423, pp.123-142.

Heredia, J. 2016. La producción de laminas de sílex en Andalucía. http://joseherediatallalitica.blogspot.com/2016/11/

Pelegrin, J. 2012. New Experimental Observations for the Characterization of Pressure Blade Production Techniques. in : Desrosiers P. M. (éd.) The Emergence of the pressure blade making. From origin to modern experimentation, pp. 465-500.

Pelegrin, J. 2006. Long blade technology in the Old World : An experimental approach and some archaeological results. in : J. Apel,  K. Knutsson (ed.),  Skilled Production and Social Reproduction-aspects on traditional stone-tool technology, Societas Archaeologica Upsaliensis, Upsalla,  pp 37-68.

Volkov P.V., Guiria E.I. 1991. Recherche expérimentale sur une technique de débitage, in : 25 ans d’études technologiques en préhistoire, XIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Ed. APDCA, Juan-les Pins, 379-390.

L’auteur

Jérémie Vosges est chercheur associé de l’ UMR 5133 – Archéorient (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), spécialisé en technologie lithique et expérimentation.

Pour citer ce billet : Jérémie Vosges. Débitages expérimentaux par pression à la béquille pectorale, nouvelles perspectives, ArchéOrient - Le Blog, 1 novembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12590

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.