Le CFEE : profond ancrage de la coopération scientifique franco-éthiopienne

Le Centre Français des études éthiopiennes (CFEE) est l’un des 27 Instituts français de recherche à l’étranger (IFRE) placés sous la double tutelle du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et du CNRS. Il a pour vocation de soutenir des recherches menées en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique en sciences humaines et sociales et en sciences de l’environnement. Il est établi à Addis-Abeba, dans le quartier de Siddist Kilo, à proximité du Musée National d’Éthiopie et de l’Université d’Addis-Abeba. Il est aujourd’hui un acteur central de la coopération entre la recherche française, les partenaires universitaires et scientifiques éthiopiens, et les représentants diplomatiques et culturels nationaux.

De la Section d’Archéologie au Centre français des études éthiopiennes

Les origines du CFEE remontent à près de soixante-dix ans : la Section d’Archéologie est créée en 1952 à la demande de l’empereur Hailé Sélassié. Faisant appel aux compétences d’archéologues français, elle fonde la coopération scientifique franco-éthiopienne, en même temps que les institutions de protection du patrimoine éthiopien. En 1991, la Maison des Études Éthiopiennes (plus tard rebaptisée Centre français des études éthiopiennes) est créée en tant qu’Institut français de recherche à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères. En 2007, le CFEE est contractualisé avec le CNRS. Il élargit alors à la fois son aire de compétence géographique, étendue à l’Érythrée, au Somaliland et à Djibouti en 2008, puis au Soudan du Sud en 2012, et ses compétences disciplinaires, en s’ouvrant progressivement aux sciences sociales du contemporain. Le CFEE a noué au fil du temps des partenariats solides avec le Musée National d’Éthiopie et l’Autorité éthiopienne pour la recherche et la conservation du patrimoine culturel (Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage – ARCCH), mais aussi avec des universités, l’Institut d’Études Éthiopiennes de l’Université d’Addis-Abeba en tête, et plus récemment avec des universités de région, l’Université de Mekelle par exemple.

Fig. 1. Bibliothèque du Centre français des études éthiopiennes (© CFEE)

Aujourd’hui, les missions du CFEE consistent en l’appui logistique, financier et humain aux missions de recherches et aux chercheurs : mise à disposition des voitures, aide à l’obtention de permis de recherche, bibliothèque ouverte au public, entre autres.  Le CFEE soutient la formation à et par la recherche via l’accueil des jeunes chercheurs, l’attribution de bourses de terrain, l’accompagnement de doctorants et chercheurs post-doctorants ; en la gestion de plusieurs programmes de recherches d’envergure internationale (programmes financés par l’ANR et l’ERC). Le CFEE contribue aussi à la valorisation des travaux de recherche conduits en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique : évènements scientifiques, débats d’idées, projections de documentaires scientifiques et, en premier lieu, publications. À ce dernier titre, une des missions historiques du CFEE est l’élaboration et la diffusion des Annales d’Éthiopie ; constituant l’une des principales revues internationales et pluridisciplinaires sur l’Éthiopie et la Corne de l’Afrique, elle est co-éditée depuis 2007 par le CFEE et les éditions de Boccard (Paris). Créée en 1955 comme revue franco-éthiopienne par la Section d’Archéologie, elle a d’abord été entièrement consacrée à l’archéologie et aux études classiques, avant de s’ouvrir progressivement aux sciences sociales à partir des années 2000. Les Hors-Séries des Annales d’Éthiopie permettent depuis 2010 la publication de monographies. La collection récente des City Guide illustre quant à elle l’effort de vulgarisation et de diversification du CFEE : recueils de textes d’experts sur un quartier ou une ville éthiopienne, itinéraires tracés et illustrés. Enfin, le CFEE s’engage dans des projets de coopération scientifique et culturelle : citons le projet de conservation des églises rupestres de Lalibela financé par la France mais aussi, sur un temps beaucoup plus long, la participation à la rénovation progressive des galeries du Musée National d’Éthiopie.

Les recherches archéologiques et paléontologiques au CFEE : un large champ thématique

Si le CFEE s’applique aujourd’hui à s’ouvrir à de nouveaux champs et pratiques d’étude, en élargissant les périodes et les espaces étudiés, et surtout en s’attachant à développer des projets trans- et interdisciplinaires, la recherche archéologique reste au cœur de son activité et les missions de fouilles rythment l’année. Les recherches portées par le CFEE dans ce domaine sont structurées autour de missions de terrain qui ciblent des objets différents, des sites de plus de 3 millions d’années (Ma) de la basse vallée de l’Omo, à des sites médiévaux tel celui de Lalibela.

Fig. 2. Mission Paléoanthropologique dans l’Omo, passage de la rivière Omo
(© OGRE/MPO)

La Mission Paléoanthropologique dans l’Omo (MPO), créée en 2006 et dirigée par Jean-Renaud Boisserie (CNRS, PALEVOPRIM) est l’un des principaux programmes d’étude pluridisciplinaire des environnements et des sociétés préhistoriques de la charnière plio-pléistocène dans la région. La formation de Shungura (datée entre environ 3,6 Ma et 1 Ma) est connue depuis le début du XXème siècle et elle a été étudiée par de nombreuses missions, notamment entre 1967 et 1976 (par l’International Omo Group Research Expedition), permettant de collecter plusieurs dizaines de milliers de spécimens fossiles et de fouiller des sites archéologiques parmi les plus anciens connus alors. Après 40 ans d’interruption des recherches, la MPO a repris l’étude systématique de cette formation de 160 km2, qui offre un enregistrement exceptionnellement complet pour la période 3-2 Ma. En plus de précieux spécimens fossiles, les recherches de la MPO ont permis d’identifier de nombreux sites archéologiques datés entre 2,3 et 2 Ma dont certains sont actuellement en cours de fouille.

Fig. 3. Sites LSA de la charnière pléistocène-holocène, bassin de Ziway-Shala
(© mission LSA Sequence)

Les recherches en Préhistoire du CFEE se concentrent également sur ses phases les plus récentes, entre la fin du Pléistocène supérieur et l’Holocène (au cours des 30 derniers millénaires environ). Plusieurs équipes travaillent en synergie, à la fois dans la vallée du Rift éthiopien et l’Afar afin de décrire les modes de vie et les productions culturelles des dernières sociétés de chasseurs-collecteurs et des premières sociétés néolithiques : mission LSA Sequence dans le bassin de Ziway-Shala (dirigée de 2007 à 2018 par François Bon, Université Toulouse- Jean Jaurès, TRACES et depuis 2019 par Clément Ménard, CFEE), mission VAPOR-Afar (mise en place en 2014 par Lamya Khalidi, CNRS, CEPAM),  programme PSPCA à Djibouti (dirigé depuis 2014 par Jessie Cauliez, CNRS, TRACES). Ces travaux sont complétés par ceux menés depuis 2006 à Goda Buticha par Zelalem Assefa (Smithsonian Institution) et David Pleurdeau (MNHN, HNHP). L’ensemble de ces recherches a récemment fait l’objet d’un programme commun de l’ANR intitulé “Big Dry”, coordonné par François Bon.      

Les recherches sur l’archéologie antique, qui sont un peu à l’origine du CFEE, restent particulièrement dynamiques avec les travaux de la mission Wakarida dirigée par Iwona Gajda (CNRS, Orient & Méditerranée) et Anne Benoist (CNRS, Archéorient) qui, s’appuyant sur l’héritage des recherches menées au cours des décennies 1950-1960 en Éthiopie et en Érythrée, produit depuis 2010 des données renouvelées sur le mode de vie des sociétés proto-aksumites et aksumites (VIIIème siècle avant notre ère – VIIIème de notre ère), sur la périodisation de ces périodes et sur l’organisation territoriale des sites du nord de l’Éthiopie (cf. billet Archéorient). En 2019, la mission Wakarida a été récompensée par Grand Prix d’archéologie de la Fondation Simone et Cino Del Duca.

Fig. 4. Mises au jour de structures antérieures au creusement des églises de Lalibela
(© mission Lalibela)

Le CFEE travaille également à la compréhension des sociétés médiévales à travers la fouille, l’étude d’écrits (épigraphie, manuscrits), et des productions artistiques. Ces recherches portent notamment sur les églises rupestres de Lalibela, avec la mission dirigée par Claire Bosc-Tiessé (CNRS, INHA) et Marie-Laure Derat (CNRS, Orient & Méditerranée),  et permettent de renouveler la compréhension des différentes phases de creusement et d’occupation de ce complexe troglodytique. Les fouilles menées à Lalibela et sur d’autres sites, en particulier à Maryam Nazreth par François-Xavier Fauvelle (Collège de France, TRACES), permettent de documenter la complexité des processus de christianisation et l’évolution des entités politiques de la région au cours du Moyen-Âge. Ces travaux font écho à ceux qui portent sur l’islamisation de certaines zones de la région à partir du XIIIème siècle, en particulier ceux menés dans le cadre d’un projet de l’ERC intitulé “HornEast” et dirigé par Julien Loiseau (Aix-Marseille Université, IREMAM).     

Ces différents programmes de terrains sont financés et soutenus par de nombreux partenaires mais principalement par la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du MEAE (missions Omo, LSA Sequence, Wakarida et Lalibela en Éthiopie ; programmes PSPCA à Djibouti) et l’ANR (tels les programmes OLDowan et EthioChrisProcess dont le CFEE est partenaire). Ces programmes permettent de produire une documentation primaire nécessaire à la compréhension de l’histoire de la région, encore très lacunaire. 

Fig. 5. Vue panoramique du site de Sede Mercato (© mission Abaya)

Ces dernières années ont vu émerger de nouveaux terrains ou donné lieu à la redynamisation de thématiques peu investies. C’est le cas du mégalithisme, avec la mission Abaya dirigée par Vincent Ard (CNRS, TRACES) et Anne-Lise Goujon (Université Paris-Nanterre, PRÉTECH). Les rencontres entre chercheurs travaillant au CFEE ont aussi permis la mise en place du programme interdisciplinaire AGXIM dans l’Afar (soutenu par l’INSU et la Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires du CNRS), dont un volet concerne l’archéologie.

Les actions du CFEE ne se limitent pas aux missions de terrain : l’institution est engagée dans un partenariat étroit avec l’Autorité éthiopienne pour la recherche et la conservation du patrimoine culturel. Le CFEE a notamment accompagné cette dernière dans un projet de réorganisation des collections lors de son déménagement dans de nouveaux locaux inaugurés en 2010 ou dans la réalisation d’une nouvelle exposition permanente de paléontologie et préhistoire inaugurée en 2014. Les deux organisations organisent conjointement depuis 2015 un séminaire de recherches intitulé “Évolution”.

Fig. 6. Exposition permanente du Musée National à Addis Abeba (© CFEE)

Par ailleurs, de jeunes chercheurs éthiopiens, membres des missions archéologiques du CFEE, sont régulièrement formés en France grâce au soutien de l’Ambassade de France en Éthiopie. C’est le cas actuellement de Tomas Getachew (Université de Poitiers), d’Alebachew Belay et de Behailu Habte (Université Toulouse-Jean Jaurès).

Les auteurs

Marie Bridonneau est directrice du CFEE depuis septembre 2018. Géographe, Maître de conférences à l’Université Paris-Nanterre (UMR 7218 LAVUE), elle travaille sur les dynamiques urbaines en Éthiopie et en Érythrée et sur la fabrique patrimoniale.

Clément Ménard est le secrétaire scientifique du CFEE depuis février 2018. Préhistorien, il est l’auteur d’une thèse sur les industries lithiques LSA du Rift éthiopien à l’Université Toulouse-Jean Jaurès (UMR 5608 TRACES). Il dirige depuis 2019 la mission LSA Sequence.

Pour citer ce billet : Marie Bridonneau et Clément Ménard. Le CFEE : profond ancrage de la coopération scientifique franco-éthiopienne, ArchéOrient - Le Blog, 18 octobre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12567

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.