Tepe Meymanabad, un site du 4ème millénaire av. J.-C. dans la banlieue de Téhéran

Dans la banlieue sud de Téhéran, en Iran, non loin de l’aéroport international Imam Khomeiny, les archéologues iraniens ont découvert un site, Tépé Meymanabad, qui pourrait apporter de nombreuses informations sur une période encore peu connue de l’histoire iranienne. : le 4ème millénaire av. J.-C.

Introduction à l’histoire iranienne et ses deux grands cycles d’urbanisation

Bien qu’occupant une place importante dans le Proche-Orient, le Plateau iranien n’est pas aussi connu que les grandes plaines alluviales l’encadrant à l’ouest et l’est, la Mésopotamie et la vallée de l’Indus, et leurs brillantes civilisations urbaines du 3ème millénaire av. J.-C. En l’état actuel des informations, l’histoire du Plateau iranien peut néanmoins être résumée sous la forme de deux grands cycles d’urbanisation, le premier commençant vers 10 000 / 9 000 av. J.-C., avec le développement de l’agriculture et de l’élevage, de la sédentarité et des premiers villages, correspondant à un phénomène plus général de néolithisation concernant tout le Proche-Orient à cette époque et ce bien avant n’importe quelle autre région dans le monde. Ce premier cycle comprend également le développement de la métallurgie, tout d’abord du cuivre, approximativement à partir du 6ème millénaire av. J.-C., avant l’accroissement de la taille des sites et donc de leur population au 4ème millénaire av. J.-C., en même temps que la création de l’un des deux plus anciens systèmes d’écriture au monde, vers 3300 av. J.-C., l’écriture proto-élamite, contemporaine de l’écriture proto-cunéiforme utilisée alors en Mésopotamie (sur l’écriture proto-élamite, voir Desset 2016). Ce premier cycle d’urbanisation a atteint un apogée sur le Plateau iranien au 3ème millénaire av. J.-C., avec l’apparition de grandes villes, de puissants États, l’établissement de relations commerciales à longue distance et ce avant un effondrement urbain intervenu au tout début du 2ème millénaire av. J.-C. et correspondant peut-être à la plus importante césure de l’histoire iranienne.

Après cette période ‘obscure’ pour laquelle nous ne disposons que de très peu d’informations et qui est généralement utilisée pour expliquer l’irruption de populations indo-iraniennes dans cette région, le second grand cycle d’urbanisation a commencé vers 1000 av. J.-C., comprenant les périodes historiques généralement mieux connues que sont les époques mède (ca. 650-550 av. J.-C.), perse/achéménide (550-333 av. J.-C.), séleucide/hellénistique (333-150 av. J.-C.), parthe (150 av. J.-C. – 224 ap. J.-C.), sassanide (224-651 ap. J.-C.) et islamique (de 651 ap. J.-C. jusqu’à l’heure actuelle).

Le centre nord du Plateau iranien

Le centre nord du Plateau iranien, à savoir les plaines de Qazvin, Téhéran, Varamin, Qom et Kashan, a connu une trajectoire sensiblement différente, avec une néolithisation et l’apparition des premiers villages commençant vers 6200-6000 av. J.-C., soit bien après les premières communautés néolithiques de l’ouest de l’Iran, et un effondrement survenu 1000 ans avant le reste du Plateau, vers 3000 av. J.-C. (Vidale, Fazeli Nashli et Desset 2018) (Fig. 1). L’histoire de cette période de 3000 ans est connue à travers plusieurs sites, avec en premier lieu Tépé Sialk dans la banlieue de Kashan, fouillé dans les années 1930 par l’archéologue français Roman Ghirshman, et dont le travail précurseur dans cette région a servi de référence chrono-stratigraphique pour toutes les autres opérations menées depuis lors (Ghirshman 1938/1939). Les quatre premières périodes d’occupation déterminées par Ghirshman à Tépé Sialk (Sialk I, II, III et IV) d’après les changements dans la céramique, notre principal élément de datation, ont été récemment redocumentées par une opération stratigraphique précise s’appuyant sur de nombreuses datations au radiocarbone, menée par Hassan Fazeli Nashli (Université de Téhéran) et Jebril Nokandeh (Musée National de l’Iran ancien) (Fazeli Nashli et Nokandeh, à paraître) :

  • Sialk I :                                                                        6200/6000-5200 av. J.-C.
  • Sialk II (culture de Cheshmeh Ali) :                                 5200-4600 av. J.-C.
  • Sialk III :                                                                      4300-3400 av. J.-C.
    • Sialk III, sous-périodes 1 à 3 :                            4300-4000 av. J.-C.
    • Sialk III, sous-périodes 4 et 5 :                          4000-3700 av. J.-C.
    • Sialk III, sous-périodes 6 et 7 :                          3700-3400 av. J.-C.
  • Sialk IV (sous périodes 1 et 2) :                         3400-2900 av. J.-C.
  • Influence Kuro-Araxe (venue du Caucase) :              début du 3ème millénaire av. J.-C.

C’est cette séquence et ces intervalles chronologiques qui servent de référence de datation à l’heure actuelle dans tout le centre nord de l’Iran.

Fig. 1 : Carte des sites mentionnés dans le texte (F. Desset)
Le 4ème millénaire av. J.-C.

Le 4ème millénaire av. J.-C. est une période présentant un grand intérêt avec le développement de la métallurgie de l’argent (par la coupellation de la galène) et l’influence grandissante, dans la 2ème moitié du 4ème millénaire, d’un phénomène d’uniformisation inter-régionale touchant de nombreuses parties du Proche-Orient et parfois désigné sous le terme d’expansion urukéenne, d’après la thèse de l’archéologue américain Guillermo Algaze (2007). Ce dernier proposait notamment de voir dans ce phénomène d’uniformisation matérielle l’établissement d’avant-postes mésopotamiens sur le Plateau iranien afin de contrôler et drainer les matières premières locales vers les grands bassins de peuplement de Mésopotamie et leurs élites. Cette vision historique est cependant de plus en plus contestée à l’heure actuelle, avec une mise en avant de développements locaux et indépendants de toute influence étrangère.

Cette période est documentée dans le centre nord du Plateau iranien par plusieurs sites, incluant bien sûr Tépé Sialk, mais aussi Arisman (plaine de Kashan), récemment fouillé par une équipe germano-iranienne (Vatandoust, Parzinger et Helwing 2011), Qoli Darvish (plaine de Qom), Tépé Sofalin et Tépé Shoghali (plaine de Varamin), Tépé Ghabristan et Tépé Ozbaki (plaine de Qazvin). La plaine de Téhéran était restée relativement peu connue jusqu’à la découverte de Tépé Meymanabad, non loin de l’aéroport international Imam Khomeiny. (Fig. 2)

Fig. 2 : Carte des principaux sites préhistoriques de la plaine de Téhéran
(Y. Zoshk)
Tépé Meymanabad

Tépé Meymanabad (“la colline des singes” en Persan) a été découvert par Hassan Fazeli Nashli en 2000 lors d’une prospection. Sajjad Alibaigi (Université Razi de Kermanshah) a déterminé l’extension du site en 2006 et en a proposé une première attribution chronologique au 4ème millénaire av. J.-C., avant une première étude de surface menée par Ghassem Rahimi en 2010, dans le cadre d’un travail universitaire dirigé par Rouhollah Yousefi Zoshk (Université de Varamin). Ce dernier a réalisé une première campagne de fouilles de 40 jours sur le site à l’été 2012, dont nous allons résumer ici les principaux résultats (Yousefi Zoshk et al. 2015, 2018a et 2018b).

Fig. 3 : Deux vues des collines nord et sud de Tépé Meymanabad (chaque carré du carroyage mesure 10 x 10 m) (Y.Zoshk)

Tépé Meymanabad comprend deux petites collines, sud et nord, culminant à 4,70 m au-dessus de la plaine environnante, et occupe une surface de 5,1 ha (612 x 423 m). Deux tranchées stratigraphiques ont été ouvertes, l’une sur la colline sud (3 x 3 m), l’autre sur la colline nord (5 x 5 m), afin de reconnaître les différentes périodes d’occupation du site (Fig. 3). Sur la colline sud, la fouille a atteint le sol vierge à 3,5 m de profondeur, au-dessus duquel 3 niveaux correspondant à la sous-période Sialk III.6 ont été déterminés, alors que des tessons de céramique Sialk III.7 étaient visibles en surface. La tranchée ouverte sur la colline nord a identifié le sol vierge à 2,7 m de profondeur, au-dessus duquel 2 niveaux correspondant à la sous-période Sialk III.7 et un niveau correspondant à la phase Sialk IV.1 ont pu être identifiés. Ce dernier niveau contenait notamment d’importants vestiges architecturaux (Fig. 4).

Fig. 4 : Stratigraphie combinée des collines sud (en bas) et nord (en haut) et équivalence avec Tépé Sialk (Y. Zoshk)

Ces deux tranchées stratigraphiques ont permis de raffiner considérablement notre connaissance de l’évolution de la céramique dans la région entre 3700 et 3250 av. J.-C. Des échantillons ont été prélevés pour des datations C14 mais les résultats ne sont malheureusement pas encore disponibles.

Précision de la séquence stratigraphique et de la céramique régionale (Fig. 5)
Fig. 5 : Périodisation des différents types céramique à Tépé Meymanabad (F. Desset et Y. Zoshk)

Période Meymanabad I (début du milieu de Sialk III.6), vers 3600 av. J.-C.

Cette période correspond au plus profond niveau découvert sur la colline sud, caractérisé par :

  • une céramique chamois à décor peint noir (early black on buff ware) ; cette céramique présente une grande variété dans les décors peints, incluant notamment de nombreux motifs de félins. Les formes les plus courantes comprennent des vases coniques, des coupes ou bols à pied ainsi que des grandes jarres.
  • une céramique chamois à engobe très fin, décorée par des frises de courbes (meander washed buff ware) et caractérisée notamment par des gobelets et des bols.
  • une céramique rouge grossière à dégraissant végétal (coarse red chaff tempered ware), sans décor peint et se présentant fréquemment sous la forme de grandes jarres. (Fig. 6)
Fig. 6 : Types céramiques 1 (Y.Zoshk)

Période Meymanabad II

  • Phase Meymanabad II.a (milieu Sialk III.6), vers 3550 av. J.-C.

Cet assemblage céramique a été découvert dans le deuxième niveau de la colline sud. Les trois types de céramique reconnus caractéristiques de la période Meymanabad I ont continué lors de cette sous-période, à l’exception des vases coniques qui ont disparu. Les céramiques chamois à décor peint noir évoluent légèrement (proto standard black on buff ware). Une carène fait également son apparition au milieu de la panse de certains vases chamois sans décor peint (carinated plain buff ware), présentant des points communs avec les céramiques des sites de Tépé Ghabristan (période IV ; plaine de Qazvin) et Godin Tépé (période VI ; plaine de Kangavar). D’une manière générale, le décor peint diminue et le motif animalier du félin est remplacé par celui de l’ibex stylisé. (Fig. 7)

Fig. 7 : Types céramiques 2 (Y.Zoshk)
  • Phase Meymanabad II.b (fin Sialk III.6), vers 3500 av. J.-C.

Associée au troisième niveau de la colline sud, cette céramique est identique à celle du niveau précédent (Meymanabad II.a). Le décor peint animalier disparaît cependant complètement et seul le décor géométrique subsiste.

Période Meymanabad III (Sialk III.7)

  • Phase Meymanabad III.0 (début Sialk III.7), vers 3500 av. J.-C.

Découverte à la surface de la colline sud, cette phase correspond à une transition entre les phases Meymanabad II.b et III.a.      

  • Phase Meymanabad III.a (milieu Sialk III.7), vers 3450 av. J.-C.

Trouvée dans le niveau le plus bas de la colline nord, cette phase voit le décor animalier refaire son apparition, avec des animaux toujours représentés orientés vers la droite. Des caprinés et des bovinés sont notamment peints, souvent inscrits dans une frise de métopes placée sous la lèvre des vases. Certaines des lèvres, de plus en plus étirées à l’horizontale, présentent également un décor peint (standard black on buff ware).

  • Phase Meymanabad III.b (fin Sialk III.7), vers 3400 av. J.-C.

Trouvée dans le 2ème niveau de la colline nord, cette céramique est la même que celle de la phase précédente avec une nette augmentation des vases chamois carénés sans décor peint (carinated plain buff ware), des bols avec (coupe) ou sans pied.

Période Meymanabad IV (Sialk IV.1/2), vers 3400-3250 av. J.-C.

Cet assemblage a été découvert dans le niveau supérieur de la colline nord, associé probablement à un important bâtiment. Il comprenait encore 20% de céramique de type Meymanabad III (Sialk III.7), associée cependant à 80% d’un assemblage complètement nouveau (Uruk-related coarse plain buff ware), peut-être allochtone et associé au grand mouvement de standardisation matérielle survenu dans la 2ème moitié du 4ème millénaire av. J.-C. et parfois désigné par les expressions d’expansion urukéenne ou de phénomène proto-élamite. Cette situation peut être comparée à celle d’autres sites, tels que Godin Tépé (Rothman et Badler 2011, p. 113), où dans le célèbre bâtiment ovale seulement 30% de la céramique était de type urukéen et Mahtoutabad (période III), dans le sud-est de l’Iran, dont l’assemblage présentait jusqu’à 97% de matériel intrusif (Desset, Vidale et Alidadi Soleimani 2013, p. 38).

L’assemblage de Meymanabad IV comprend notamment :

  • les fameuses écuelles grossières à bord biseauté (bevelled-rim bowls), assez basses et ouvertes à Tépé Meymanabad, et dont la surface externe, présentant l’empreinte habituelle de la cavité où le vase avait été moulé, a été probablement partiellement égalisée ;
  • des plats ovales avec une impression de doigt sur la lèvre (Banesh low-sided oval trays) ;
  • des bols ou gobelets avec une base présentant une trace de découpe à la corde (string cut base bowls / beakers) ;
  • des jarres avec un goulot courbé vers le bas.

A Tépé Meymanabad, cet assemblage intrusif n’est pas apparu progressivement comme cela a pu être observé sur d’autres sites, comme à Tépé Sialk ou Arisman. Deux hypothèses peuvent être ainsi envisagées :

  • soit il s’agit d’une réelle irruption brusque et massive à Tépé Meymanabad d’un assemblage intrusif (hypothèse probable) ;
  • soit il y a un hiatus temporel avec le niveau précédent (phase Meymanabad III.b), une brève période non documentée mais suffisamment longue pour expliquer l’impression d’une apparition brusque d’un nouveau mobilier (hypothèse moins probable car aucun hiatus n’a été repéré dans la stratigraphie).
Architecture du niveau supérieur de la colline nord (Meymanabad IV) (Fig. 8)
Fig. 8 : Plan du niveau supérieur de la colline nord
et détails du foyer rectangulaire (Y. Zoshk)

Le niveau supérieur de la colline nord est de plus caractérisé par une intéressante architecture, malheureusement juste entraperçue dans la tranchée de 5 m sur 5m. Un mur de 1,10 m de large, exposé sur 5,60 m de long (mais il continuait dans les bermes), préservé sur 60 cm de hauteur, a été identifié. Engagé dans ce mur, un four ou foyer rectangulaire posé sur une plateforme, avait été restauré à 5 reprises, comme l’indiquent les différentes couches d’enduit. Due à sa position surélevée, ce foyer a été trouvé juste sous la surface actuelle du site, expliquant que seule sa base ait pu être conservée.

Ce mur et la présence d’un foyer rectangulaire engagé dans sa structure laissent penser que la structure découverte dans le niveau supérieur de la colline nord de Tépé Meymanabad pouvait correspondre à un modèle architectural repéré sur plusieurs sites contemporains de l’ouest iranien (à Suse, Tal-i Malyan, Godin Tépé et peut-être Qoli Darvish. Sur ce modèle architectural, avec la présence notamment d’une salle rectangulaire, d’un foyer rectangulaire engagé au milieu de l’un des longs côtés doté de part et d’autre d’une entrée (fig. 9 et 10), (voir Desset 2014). Si cette hypothèse s’avérait correcte, Tépé Meymanabad serait alors à inclure parmi la liste des sites du Plateau iranien partageant les mêmes caractéristiques architecturales, différentes de l’organisation tripartite utilisée alors en Mésopotamie, et renvoyant probablement à des pratiques socio-culturelles communes associées à la réception des invités, comme l’iwan décoré (shahneshin) ouvrant vers la cour servant à recevoir les invités (biruni), caractéristique de l’architecture domestique traditionnelle iranienne, toujours bien visible, par exemple, dans des maisons d’époque qadjar (19ème siècle ap. J.-C.) de Kashan ou Yazd.

Fig. 9 : Comparaison à la même échelle de différents bâtiments découverts sur le Plateau iranien et datés de la 2ème moitié du 4ème millénaire av. J.-C. (Desset 2014, fig. 7)
Fig. 10 : Modèle architectural utilisé probablement comme espace de réception dans l’ouest de l’Iran durant la 2ème moitié du 4ème millénaire av. J.-C. (Desset 2014, fig. 6)

Tels sont les importants résultats de la première saison de fouilles menée à Tépé Meymanabad en 2012. (fig. 11)

Fig. 11 : équipe de fouilles de la première campagne de fouilles à Tépé Meymanabad (Y. Zoshk)
Objectifs de la 2ème saison (Septembre-Octobre 2019)

Nous venons juste de reprendre les fouilles de Tépé Meymanabad au début du mois de septembre 2019, avec le soutien de l’association Ex Oriente Lux et la collaboration de plusieurs étudiants iraniens des Universités de Téhéran et Varamin. L’objectif cette année est de se concentrer sur l’architecture repérée au sommet de la colline nord (période Meymanabad IV). Il y a là une importante opportunité scientifique à exploiter avec la présence, quasiment à la surface du site, d’un bâtiment de la 2ème moitié du 4ème millénaire av. J.-C., alors que les bâtiments de cette époque sont généralement situés à plusieurs mètres de profondeur, et donc difficilement atteignables. Les couches les plus proches de la surface sont de plus très fréquemment perturbées sur de nombreux sites par des fosses, puits ou interventions plus récentes, ce qui n’est pas le cas à Tépé Meymanabad. Ces deux caractères, la présence en surface permettant un grand dégagement et un surprenant état de conservation, nous donnent la possibilité de documenter remarquablement l’architecture de la fin du 4ème millénaire av. J.-C., ce qui serait une première dans la plaine de Téhéran. Une question se pose notamment quant au respect ou non, à Tépé Meymanabad, du modèle architectural repéré sur d’autres sites contemporains de la moitié ouest de l’Iran.

Un autre objectif nous anime enfin. La deuxième moitié du 4ème millénaire av. J.-C. a correspondu à la création des plus anciens systèmes d’écriture au monde, de manière simultanée, l’écriture proto-cunéiforme dans le sud de la Mésopotamie et l’écriture proto-élamite sur le Plateau iranien (fig. 12). L’écriture proto-élamite, toujours indéchiffrée à l’heure actuelle, a été découverte jusqu’à présent sur 8 sites iraniens (Suse, Tal-i Gezer, Tal-i Malyan, Tépé Yahya, Shahr-i Sokhta, Tépé Sialk, Tépé Sofalin et Tépé Ozbaki) et il est tout à fait possible que nous trouvions de tels documents (ou bien des tablettes numérales) dans les salles du bâtiment du niveau supérieur de la colline nord de Tépé Meymanabad. Si jamais c’était le cas, cela nous permettrait de documenter de manière très précise la plus ancienne écriture au monde et peut-être d’en faire progresser le déchiffrement.

Fig. 12 : Exemple de tablette proto-élamite venant de Suse (Scheil 1935, tablette n° 4786)

Nous livrerons les résultats préliminaires de cette seconde campagne dans un article qui sera mis en ligne sur le blog d’Archéorient à la fin de l’année 2019.

Nous souhaitons exprimer ici notre reconnaissance au Prof. Hassan Fazeli Nashli (Université de Téhéran), pour son soutien et ses conseils.

Bibliographie

Algaze G. 2007. The Uruk world system (second edition) ; the dynamics of expansion of early Mesopotamian civilization, The University of Chicago press.

Desset F. 2014. An architectural pattern in late fourth millennium BC western Iran : a new link between Susa, Tal-i Malyan and Godin Tepe, Iran 52, 1-18.

Desset F. 2016. The Proto-Elamite writing in Iran, Archéo-Nil 26, 67-104.

Fazeli Nashli H. et Nokandeh J. À paraître. Tepe Sialk Kashan (Iran) : from local development during Neolithic to the Globalization during the later period.

Ghirshman R. 1938/1939. Fouilles de Sialk, près de Kashan, 1933, 1934, 1937, 2 vols., Musée du Louvre, Département des antiquités orientales, Série archéologique tome IV, Paul Geuthner, Paris.

Rothman M.S. et Badler V.R. 2011. Contact and development in Godin period VI, in H. Gopnik et M.S Rothman (eds.), On the High Road, the history of Godin Tepe, Iran, Bibliotheca Iranica : archaeology, art and architecture series 1, Mazda publishers, Royal Ontario Museum, 67-137.

Scheil V. 1935. Textes de comptabilité proto-élamites, Mémoires de la Mission Archéologique de Perse 26.

Vatandoust A., Parzinger H. et Helwing B. (eds.). 2011. Early mining and metallurgy on the western central iranian plateau, the first five years of work, Archäologie in Iran und Turan, band 9, Verlag, Philipp von Zabern, Mayence.

Vidale M., Fazeli Nashli H. et Desset F. 2018. The late prehistory of the northern Iranian Central plateau (c. 6000-3000 BC) : growth and collapse of decentralised networks, in H. Meller, D. Gronenborn et R. Risch (eds.), Surplus without the state, political forms in prehistory, 10th archaeological conference of Central Germany, October 19-21, 2017 in Halle (Saale), Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte Halle 18, Halle, 103-145.

Yousefi Zoshk R., Beik Mohammadi Kh., Zeighami M., Baghizadeh S., Golcheh M., Ahmadpour H., Miri J., Ghaderi Nezhad M., Nezari N., Beik Mohammadi N., Alimadadi E., Sadeghi M. et Hamivand M. 2015. Meymanatabad Tepe : an important site in late fourth millennium BC in Iranian central Plateau, Archaeology  4(1), 13-21.

Yousefi Zoshk R., Zeighami M. et Baghizadeh S. 2018a. Iranian Central Plateau in the Second Half of 4th Millennium B.C., in H. Miri, H. Pittman et S. Alibeigi (eds.), Collection of Articles in Honor of Prof. Yousef Majidzadeh, Pishin Pazhuh, Téhéran.

Yousefi Zoshk R., Zeighami M. et Baghizadeh S. 2018b. The Classification and Typology of the Pottery of Late Chalcolithic Culture in Light of Findings from Northern Mound of Tepe MeymanatAbad, Journal of Archaeological Studies 7/15, 7-26.

Les auteurs

Rouhollah Yousefi Zoshk est professeur d’archéologie à l’Université de Varamin, Iran.

François Desset est chercheur associé à l’équipe Archéorient / UMR 5133, Lyon, et chargé de cours à l’Université de Téhéran, Iran.

Pour citer ce billet : Rouhollah Yousefi Zoshk et François Desset. Tepe Meymanabad, un site du 4ème millénaire av. J.-C. dans la banlieue de Téhéran, ArchéOrient - Le Blog, 11 octobre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12527

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.