De la gravure rupestre aux traditions arabes et coranique

Jusqu’à une date très récente on considérait que la tradition arabe, en générale, et celle fondée sur le récit coranique, en particulier, étaient en grande partie légendaires et, par conséquent, n’avaient aucun fondement historique. L’expédition militaire du roi éthiopien Abraha, dite « Expédition de l’éléphant”, contre la Mecque, dont le Coran fait écho dans la Sourate 105 “L’éléphant”, faisait partie de ces événements “historiques” fondateurs, rapportés à la fois par la tradition arabo-musulmane et par le Coran, qui ont marqué l’histoire de l’Islam, mais l’authenticité et l’historicité font encore débat.

Bien qu’aucun texte contemporain de cet événement ne le mentionne explicitement, la découverte par la Mission archéologique franco-saoudienne de Najrān en Arabie saoudite, en automne 2014 et en 2018, de trois dessins d’éléphants et une inscription du souverain éthiopien Abraha, lève pour la première fois le doute sur cette expédition et sur la présence d’éléphants d’apparat accompagnant le souverain éthiopien régnant sur le Yémen entre 535 et 565 de l’ère chrétienne.

L’”Expédition de l’Éléphant” dans la tradition arabo-musulmane et coranique

D’après la tradition arabe, à une date inconnue, proche de la naissance du prophète Muhammad, quelque peu postérieure à 560, le roi d’origine éthiopienne Abū Yaksūm « le père de Yaksūm » régnant sur le royaume de Himyar au Yémen – l’Abraha des textes épigraphiques – lance une expédition contre La Mecque, en particulier contre son temple. Pour impressionner ses adversaires, la légende rapporte que le roi éthiopien plaça un éléphant à la tête de ses troupes. Cet éléphant, appelé par la tradition Mahmūd – un nom dérivé du nom du Prophète Muhammad – refusa d’avancer. L’armée d’Abraha, désignée dans le Coran par l’expression « les Compagnons/Hommes de l’Éléphant », est alors exterminée par des oiseaux qui la bombardent de pierres. Ce serait à cette expédition que la sourate coranique 105 ferait allusion :

« N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a traité les Hommes de l’Éléphant ? ». N’a-t-Il point fait tourner leur stratagème en confusion ? N’a-t-il point lancé contre eux des oiseaux par vols, qui leur jetaient des pierres d’argile, en sorte que ton Seigneur en fit comme feuillage dévoré ? »

Traduction de Régis Blachère, 1966

Parmi les raisons évoquées de cette expédition par la tradition, on retient principalement que le souverain Abraha, qui était à la tête d’un royaume chrétien au Yémen, avait l’intention de détourner le pèlerinage de la Mecque vers Sanaa au Yémen, où il avait construit une superbe église.

La victoire des Mecquois sur Abraha et son armée en repoussant miraculeusement leur attaque grâce à une intervention divine, est un événement politique et religieux fondateur de la Mecque. A tel point que la tradition arabe fait coïncider l’année de la naissance du prophète Muhammad avec celle de « l’Année de l’Éléphant » qui, de facto, devient un repère pour la chronologie de la vie du Prophète, avant que ne soit instauré le calendrier musulman « l’hégire », qui débute en 622 ère chr. Enfin, le fait que la poésie contemporaine de l’événement rapporte des versions variées de celle du Coran, donne plus de crédit à l’historicité de cet événement majeur à la veille de l’Islam.

Pour le monde musulman, cet événement est donc devenu sans conteste un mythe fondateur, dont la tradition se perpétue jusqu’à nos jours. Une partie de la route reliant Najrān – au sud de l’actuelle Arabie saoudite – à la Mecque, est appelée « Darb al-Fīl » la « Piste de l’Éléphant », illustrant ainsi l’importance que cet événement présent dans la mémoire collective.

Abraha l’Ethiopien, chef militaire conquérant et souverain sur le Yémen au VIe s. apr. J.-C.

Ce célèbre souverain, qui régnait sur le Yémen et dont la tradition arabe fait écho, a bel et bien existé. Appelé par Byzance pour secourir les chrétiens de l’Arabie du Sud (Yémen) des persécutions, notamment à Najrān, le négus d’Ethiopie, Kaleb Ella Asbeha, alors allié de Byzance, envoie Abraha à la tête d’une armée pour combattre l’armée du roi himyarite de confession judaïque Yūsuf Asʾar Yathʾar et le chasser du trône yéménite, en vue de protéger les chétiens des persécutions que les souverains himyarites pratiquaient depuis quelques décennies (480-522). Ce fut chose faite. L’armée de Yūsuf fut vaincue, le roi fut tué lors des combats (CIH 621). Après sa victoire sur l’armée de Yūsuf,  le négus éthiopien Kaleb Ella Asbeha installa sur le trône de Himyar un chrétien himyarite Sumyafaʿ Ashwaʿ en 525 (Ist 7608 bis). Abraha était toujours en poste en tant que chef militaire au Yémen ; il joua en 528 l’intermédiaire auprès de Qays, chef des tribus Arabes Maʿadd et Kinda pour renouveler le pacte de paix avec Byzance. Une coalition entre Byzance, l’Ethiopie et Himyar fut constituée contre la Perse en 531 ; une paix éternelle entre les deux grands empires, Byzance et Perse, fut conclue en 532. Peu de temps après, le souverain d’Ethiopie, Asbeha, retourna dans son pays. Abraha, profitant de l’absence du négus, renversa avec un coup de force le roi himyarite Sumyafaʿ Ashwaʿ et s’empara du trône. Après plusieurs expéditions punitives envoyées sans succès par le roi d’Ethiopie pour détrôner Abraha – en 535 et 537–, celui-ci paya finalement un tribut au successeur d’Asbeha (mort en 542), qui cessa le conflit avec Abraha. En 547-548, Abraha laissa une grande inscription à Marib (CIH 541) commémorant la consolidation de son pouvoir, la fin des grands travaux de réparation de la digue de Marib, la réduction de la révolte du gouverneur Kindite du Hadramawt et la réunion diplomatique des ambassadeurs de l’Ethiopie, Rome, Perse, ainsi que des envoyés des chefs des tribus arabes, al-Mundhir, de Hārith et d’Abīkarib fils de Gabala, représentants des tribus d’Arabie centrale et septentrionale. L’inscription commémore également la consécration d’une église à Marib. Désormais, sous le règne d’Abraha, Himyar peut traiter d’égale à égale avec Byzance et la Perse.

Fig. 1. L’Arabie au temps d’Abraha (535-565 è. chr.).
(Carte I. Gajda, 2009).

Comme ses prédécesseurs, les rois de Himyar, Abraha se lança en 552 dans plusieurs opérations militaires en Arabie centrale et remporta la victoire sur plusieurs tribus arabes : les banū ʿAmr, les Maʿadd, ainsi que ʿAmr fils d’al-Mundhir (Fig. 1). Ces exploits militaires sont rapportés dans l’inscription (Ry 506 = Muryaghān 1) de Murayghān, à 230 km au nord de Najrān. On a longtemps considéré, sans preuve, que cette inscription (Murayghān 1), rédigée en sabéen et en écriture sudarabique – laissée par le souverain Abraha à Murayghān – commémorant ses exploits en Arabie centrale, soit celle de l’expédition contre la Mecque, dont la tradition arabe et le Coran font écho.  En effet, la date de ce texte, 552 ère chr., coïncide avec la date donnée par une certaine tradition arabe à l’expédition d’Abraha contre la Mecque, rapportée par Ibn Hishām (mort en 819 ère chr.). Cette hypothèse est aujourd’hui abandonnée, du fait que ce texte ne mentionne aucune tribu de l’Arabie occidentale – Médine et la Mecque. De plus, c’est un bilan victorieux de l’armée d’Abraha, alors que l’Expédition de l’Éléphant d’Abraha avait subi un échec cuisant. Enfin, comme la tradition le rapporte que, c’est à cause de ses ambitions qu’Abraha avait attaqué la Mecque pour détourner le pèlerinage à la Mecque au profit de l’égalise de Sanaa qu’Abraha, or Abraha entreprend la construction de cette église en 558 (CIH 325). L’expédition de l’Éléphant serait donc après la construction de l’église de Sanaa, vraisemblablement entre 560 et 565, dates très proches de la naissance du prophète Muhammad.

D’après l’inscription Murayghān 3, découverté en 2009, peu de temps après l’année 552, entre 552 et 554, Abraha poursuit ses exploits militaires en Arabie centrale – le Pays de Maʿdd –, mais également en Arabie occidentale dans le Hijāz, à Yathrib (auj. Médine) et en Arabie orientale, dans le golfe Arabo-Persique, à Hagar et Khatt. Désormais, l’Arabie est sous contrôle d’Abraha, roi chrétien de Himyar, avec sa longue titulature : “roi de Sabaʾ et dhū-Raydān, du Hadramawt, Yamnat, et de leurs Arabes dans le Haut-Pays et sur le Littoral”. De fait, le christianisme est la religion de l’Etat de Himyar, alors allié de Byzance. Cette inscription (Murayghān 3), illustrant la puissance de Himyar par la domination d’Abraha sur l’Arabie centrale et sur le Hijāz – notamment Médine et la région de la Mecque -, plaide pour l’historicité de l’“Expédition de l’Éléphant”, dont traditions arabes et Coran font écho. La découverte de gravure d’éléphants à Himà, dans la région de Najrān, va également confirmer la véracité de cette nouvelle inscription.  

En 558, Abraha a construit, avec l’aide des artisans byzantins, la superbe église de Sanaa – appelée qalis – dont la grandeur et la richesse sont décrites par al-Azraqī (mort en 837 ère ch.).  De cet édifice, il ne subsiste que quelques pierres dont deux chapiteaux ornés de croix, réemployés dans la Grande mosquée de Sanaa.

Si Abraha était déjà connu, l’histoire de son expédition contre la Mecque et surtout l’histoire de l’éléphant était donc toujours considérée comme légendaire, malgré l’existence de toute une tradition extérieure au Coran, notamment dans la poésie, rapportant cet événement, qui semble avoir marqué un tournant de l’histoire de la Mecque, devenue victorieuse face aux armées étrangères, éthiopienne et chrétienne en l’occurrence, voulant attaquer son temple.

Fig. 2 : Carte des sites rupestres de Ḥimà (Carte J. Schiettecatte, 2017)
Trois gravures d’éléphants à Ḥimà, de la région de Najrān

C’est sur les sites rupestres – découverts en 1951 par une l’expédition belge de Philby-Ryckmans-Lippens – de la région de Himà située à 100 km au nord-est de l’oasis de Najrān (Fig. 2), qui abritent des milliers de gravures et inscriptions rupestres, que la Mission archéologique franco-saoudienne a mis au jour, à la surprise générale, des dessins de trois éléphants. Ces sites rupestres constituent un ensemble unique au monde aussi bien par le nombre et la qualité des gravures rupestres que par la diversité et le nombre d’inscriptions historiques et de graffites qui y sont conservés.

Fig. 3 : Vue générale des rochers des gravures d’éléphants de jabal Idhbāḥ (Mission archéologique franco-saoudienne de Najrān).

Les gravures d’éléphants, dont deux sont représentés par un cornac sur deux gros rochers, se trouvent sur le site de Jabal Idhbāh (à 10 km au nord-est de Himà) (Fig. 3). Quelques graffites de noms propres, en écritures thamoudéenne et sudarabique, sont également gravés sur les mêmes rochers, sans aucun lien avec les dessins (Fig. 4).

La date exacte de ces gravures, dont la patine paraît ancienne, est difficile à établir avec certitude. Seules les inscriptions, notamment celle du roi d’Abraha trouvée près des gravures, plaident pour le VIe s. de l’ère chrétienne. Ajoutons à cela, le contrôle de l’Arabie par Abraha suites à ses expédition militaires en Arabie occidentale, favorise l’établissement d’un lien entre ces gravures et « l’Expédition de l’Eléphant » des traditions arabes et coranique.

Fig. 4 : Détails de gravures d’éléphants, avec les graffites d’inscriptions.
(Mission archéologique franco-saoudienne de Najrān).
Fig. 5 : Détails de gravures d’éléphant avec son cornac.
(Mission archéologique franco-saoudienne de Najrān).
Fig. 6: Détails de gravures d’éléphant avec son cornac.
(Mission archéologique franco-saoudienne de Najrān).

Une autre représentation d’éléphant, incomplète, a été également trouvée près de Bīsha, sur la route reliant Najrān à la Mecque. Enfin, à wādī al-Qurà, à al-Ulà, au nord de Médine, un éléphant de grande taille, gravé sur un rocher haut de quelques mètres, a été photographié dans les années 1960 par J. Dayton, qui le datait, sans preuves suffisantes, en 1200 av. J.-C. (Fig. 7).

Rappelons que l’éléphant est un animal qui a disparu de la péninsule Arabique, il y a 200.000 ans BP. Il ne fait plus de doute que l’éléphant que nous avons découvert à Himà est aksūmite. Cette origine aksūmite peut aussi s’expliquer par la présence de l’armée éthiopienne en Arabie du Sud, dans la Tihāma et dans la région Najrān, aux IIIe et VIe s. apr. J.-C.

Fig. 7. Gravures d’éléphant de wādī al-Qurà, al-ʿUlà (J. Dayton, 1968).

L’origine éthiopienne de ces éléphants et leur lien avec le souverain Abraha sont aujourd’hui confirmés par la mise au jour en 2018 d’une courte inscription découverte par la Mission franco-saoudienne, à une centaine de mètres de l’endroit où ont été découverts les dessins d’éléphants (Communication de Ch. Robin présentée en 2018 à Toulouse lors des 22ème Rencontres sabéennes). Ce nouveau texte d’une seule ligne comportant le nom du souverain éthiopien : “Abraha Zabyman, roi” (Fig. 8), lève définitivement le doute sur le passage de l’armée d’Abraha avec ses éléphants par les puits Himà (Najrān), où elle campait, quelques décennies plus tôt, l’armée du souverain himyarite du Yémen de confession de confession Judaïque Yūsuf Asʾar Yathʾar, qui persécutait les chrétiens de Najrān en 523 de l’ère chrétienne, raison pour laquelle Abraha est venu d’éthiopie les secourir.

Fig. 8. Carte des sites rupestres avec l’emplacement des gravures d’éléphants et de l’inscription d’Abraha (Mission archéologique franco-française de Najrān).

On peut donc supposer que cet éléphant n’était pas à proprement parler un éléphant de guerre, participant aux attaques, comme ce fut le cas de l’armée perse pour faire face aux armées musulmanes. L’éléphant était davantage l’un des attributs de la dignité du roi chez les Éthiopiens : on rapporte que le négus éthiopien, recevant un ambassadeur byzantin envoyé par Justinien (en 530-531), était juché sur quatre éléphants. Si l’éléphant de Himà est l’ornement d’un négus éthiopien, ce roi ne peut guère être qu’Abraha, qui est passé dans la région à plusieurs reprises. En somme, on est en présence du premier indice archéologique en faveur de l’historicité de la campagne d’Abraha contre La Mecque.

Il est vraisemblable que vers 565 Abraha aura effectué sa dernière expédition contre la Mecque ; son armée est vaincue : ses troupes sont ravagés par la peste de Justinien qui a sévi, à partir de 541 jusqu’en 776 – avec un épisode paroxysmique en 592 –, dans tout le bassin méditerranéen et en Arabie. Cette épidémie, qui serait l’origine de la défaite de l’armée d’Abraha, annonce le déclin définitif de la civilisation de l’Arabie du Sud. La tradition rapporte qu’Abraha est mort sur le chemin du retour. Son fils Yaksūm – Aksūm dhū-Maʿāhir en sabéen – dont la tradition fait écho, lui succéda. Désormais c’est la Mecque qui prendra sa revanche en devenant en quelques décennie la seule puissance régionale, jusqu’alors détenue par trois empires, à savoir Byzance, la Perse et Himyar.

Le passage des éléphants éthiopiens dans la région de Najrān a certainement impressionné les habitants, d’où les gravures de Himà. Par ailleurs, la présence de quelques éléphants dans les troupes d’Abraha, lors de sa célèbre expédition contre la Mecque, a marqué à jamais l’histoire du début de l’Islam, dont on a aujourd’hui et pour la première fois quelques gravures.

En savoir plus

Arbach M., Charloux G., Dridi H., Gajda I., Schiettecatte J., Robin C., Murayh S., al-Saʿīd, F. S.,et Tairan S. 2015, « Results of four seasons of survey in the Province of Najrān (Saudi Arabia) – 2007-2010 », ABADY XIV, p. 11-46.

Arbach M., Antonini S., Chevalier A., Poliakoff C., Prioletta A., Robin C., & Murayh S. (sous presse), « Rapport préliminaire de la Mission archéologique franco-saoudienne de Najrān. Huitième campagne (octobre-novembre 2014) », à paraître dans Atlal, (en anglais et en arabe).

Gajda, I. 2009, Le royaume de Himyar à l’époque monothéiste. L’histoire de l’Arabie du Sud ancienne de la fin du IVe siècle de l’ère chrétienne jusqu’à l’avènement de l’Islam. (Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, tome 40) Paris.

Monchot, H. & Poliakoff, Ch. 2016, « La faune dans la roche : de l’iconographie rupestre aux restes osseux entre Dûmat al-Jandal et Najrân (Arabie Saoudite) », in Routes de l’Orient – Actualité de recherche en Arabie, hors-série 2, p. 74-93.

Robin C. 2015, « L’Arabie dans le Coran. Réexamen de quelques termes à la lumière des inscriptions préislamiques », in Fr. Déroche, Ch. Robin & M. Zinc (éds), Les origines du Coran, le Coran des origines, Académie des Inscriptions et Belles- Lettres, Actes de colloque, Paris, Diffusion De Boccard, p. 36-48.

Robin C., Ghabbān, I. ʿAlī & al-Saʿīd, F. Saʿīd 2014, «Inscriptions antiques récemment découvertes à Najrān (Arabie séoudite méridionale): nouveaux jalons pour l’histoire de l’oasis et celle de l’écriture et de la langue arabes », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, comptes rendus des séances de l’année 2014,p. 1036-1045 et 1048-1050.

L’auteur

Mounir Arbach est Directeur de Recherche au CNRS, membre du laboratoire Archéorient UMR 5133 (CNRS/Lyon 2, MOM). Épigraphiste et historien, il est spécialiste de l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud avant l’Islam.

Pour citer ce billet : Mounir Arbach. De la gravure rupestre aux traditions arabes et coranique, ArchéOrient - Le Blog, 4 octobre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12504

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. junk dit :

    comment s’abonner à votre blog passionant ?

    • Claire Giguet dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      Vous avez la possibilité de nous suivre et d’être informé dès qu’un nouveau contenu est mis en ligne sur Archéorient le Blog, en vous abonnant au Flux-rss du carnet : https://archeorient.hypotheses.org/feed ou via le compte Twitter (@Archeorient) du laboratoire Archéorient.
      Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.