Des bois « canards » exhumés du limon : un témoignage exceptionnel de l’activité du flottage dans le Morvan

Dans le massif du Morvan, le flottage du bois eut entre le XVIIe et le début du XXe siècles une importance qui ne trouvait aucun équivalent dans les autres rivières européennes de la même époque. Dès le XVIe siècle, en effet, ce petit massif devint le principal fournisseur de Paris en bois combustible ; l’Yonne et ses deux grands affluents, la Cure et le Cousin, furent pendant trois siècles les artères alimentant une capitale aux besoins énergétiques en croissance constante.

Dans ces vallées, on pratiquait le flottage « à bûches perdues » qui consiste à transporter le bois en vrac, ici sous forme de t­ronçons d’environ un mètre de long. Grâce à des lâchers d’eau faits depuis des étangs, ces bois étaient évacués, par les ruisseaux puis les rivières de l’amont, jusqu’à l’Yonne ou la Cure aval, à Clamecy ou Vermenton (fig.1). A partir de là, le gabarit de la rivière permettait le flottage des trains de bois qui étaient constitués de plusieurs grands lots de bûches, rendues solidaires par des liens. Une fois assemblés, ces trains poursuivaient leur descente par l’Yonne inférieure puis la Seine pour livrer la marchandise à Paris.

Fig. 1: une « courue » sur l’Yonne, lâcher d’eau destiné à entraîner les bûches vers l’aval.

Cette activité avait une telle importance économique que, sur la plupart des branches du réseau hydrographique, elle acquit une situation de monopole pour l’usage de la rivière. Dès le début du XVIIIe siècle, de nombreux aménagements garantissaient la bonne marche de l’activité, de l’amont à l’aval : les étangs destinés aux lâchers d’eau évoqués plus haut, des rectifications du tracé des chenaux, des enrochements de berges, une suppression de la végétation riveraine et parfois même des déplacements du lit de la rivière ou de certains ruisseaux (fig. 2).

Fig. 2 : Aspect du lit des rivières morvandelles et des opérations de jetage des bûches à l’époque du flottage.

Presque insoupçonnable sous la couverture forestière actuelle, l’empreinte laissée par le flottage dans le massif du Morvan est pourtant considérable, ce que de premiers travaux d’archéologues (Benoit et al., 2004) avaient signalé. Des recherches menées depuis quelques années (Poux et al., 2011) et qui vont se poursuivre dans la thèse que G. Colin débute cet automne visent à mieux identifier quelles perturbations engendrait le flottage et quel est son legs environnemental.

C’est ainsi à l’occasion d’une prospection de reconnaissance, en mai 2019, que nous avons fait une découverte inattendue dans une des vallées amont du bassin de l’Yonne.

Le secteur nous était connu depuis quelques années car il représente justement un cas de réaménagement complet du fond de vallée pour les besoins du flottage. Là, sur plusieurs kilomètres, ce n’est plus dans son talweg que coule la rivière, mais quelques mètres plus haut, plaquée au pied du versant et maintenue sur ce tracé par un enrochement latéral (fig. 3). Depuis cette position foncièrement instable, la rivière crée à présent quelques brèches dans les anciens enrochements, qui ne sont plus entretenus, et tend à rejoindre son ancien lit en incisant les alluvions sablo-limoneuses qui couvrent le fond de vallée. Ces brèches produisent ainsi des coupes en travers qui permettent de faire de nombreuses observations sur les aménagements latéraux et la façon dont ils ont influencé la sédimentation dans la vallée pendant toute la période du flottage.

Fig. 3 : Le chenal de flottage : une rivière déplacée au pied du versant
© N. Jacob-Rousseau, juillet 2012.

Dans le site visité ce jour-là, les crues de l’hiver 2018 avaient considérablement élargi la brèche au point de découvrir une zone d’une dizaine de m2, à une profondeur d’environ 1,5 m sous le niveau du terrain actuel (fig. 4). Là, parmi quelques gros blocs rocheux et débris laissés par les eaux, parfois encore à demi prisonniers dans les sables ou les limons ou trempant dans une flaque, plusieurs tronçons de bois rectilignes, aux extrémités proprement coupées, d’une longueur dépassant légèrement le mètre…

Fig. 4 : Le site de la découverte ; une bûche encore prisonnière du limon
© P. Hœltzel, mai 2019.

Il s’en fallut de peu que l’on manquât la découverte… car ce fut presque sans vraiment y croire que l’un d’entre nous, saisissant un de ces bois, fit remarquer qu’il aurait eu la bonne longueur (les 115 cm réglementaires, imposés par la ville de Paris aux compagnies de flottage) pour être une de ces bûches qui, par millions, descendaient chaque hiver du Morvan vers l’Île de France. Après tout, dans une pâture occupée par des bœufs, cela pouvait aussi bien être un piquet arraché à une clôture par les eaux hivernales. Et puis cette journée de terrain n’avait pas d’autre objectif que de faire une reconnaissance de sites… Inconscience du chercheur qui ne voit que ce qu’il est venu chercher…

Il fallut la présence d’esprit d’un autre membre du groupe pour oser parier que sur la tranche de ces rondins, on trouverait peut-être une marque de flottage. En effet, comme le bois avait des provenances diverses, que son commerce était aux mains de plusieurs marchands, mais que les bûches se mélangeaient pendant le transport en vrac, elles étaient martelées à une extrémité, de façon à pouvoir les trier lorsqu’elles étaient retirées de la rivière.

Or, trois de ces bûches, à la longueur parfaitement conforme au gabarit morvandiau, portaient encore une marque sur leur tranche (fig. 5) ; c’étaient donc bien des bois destinés au marché parisien. Les marques datent ces tronçons de chêne et de hêtre des dernières décennies du XVIIIe siècle ou du début du XIXe siècle. Découverte rare, exceptionnelle autant qu’improbable ! Car d’une part le bois est un matériau périssable, dont la durée de conservation est limitée dans la nature et, d’autre part, la forte pression qui existait sur ce combustible pendant toute la période du flottage réduit très fortement les chances d’en retrouver quelque exemplaire. La descente des bûches vers l’aval était en effet sévèrement contrôlée par les compagnies de flottage, et les lits des cours d’eau étaient visités et nettoyés très fréquemment par une main d’œuvre rurale nombreuse qui trouvait dans cette activité un revenu d’appoint pendant la saison hivernale (Langoureau, 2015).

Fig. 5 : La marque au soleil [1741-1841] sur une bûche de hêtre
© A. Maillier, service photo, Bibracte EPCC, juin 2019.

À notre connaissance, il n’existe à ce jour aucun autre exemplaire archéologique de bûche de flottage. Il reste toutefois à expliquer dans quelles conditions un tel dépôt a pu se produire, pourquoi ces nombreuses bûches – car une seconde visite du site montra qu’il y en avait bien d’autres – ont-elles été laissées sur place et comment ont-elles pu se conserver jusqu’à nos jours.

L’entaille produite par les eaux qui s’écoulent de la brèche permet d’observer la stratigraphie des dépôts alluviaux présents au pied du versant. Les premières analyses fournissent quelques pistes pour tenter de répondre à ces questions, mais aussi quelques éclairages sur la dynamique du cours d’eau à l’époque du flottage.

La première de ces observations est que le cours d’eau, une fois déporté au pied du versant et maintenu par l’enrochement latéral, n’en a pas pour autant cessé de déposer des sédiments. Il s’est ainsi sensiblement exhaussé sur ses apports alluviaux, d’autant plus que, contrairement à une situation naturelle où l’alluvionnement se répartit en un bourrelet sur chaque berge, ici, le dépôt ne pouvait se faire que d’un côté, en direction du fond de la vallée. Les coupes naturelles montrent bien que l’enrochement est fossilisé par une chape de limons, sur plus d’un mètre d’épaisseur. Ceci suggère que pendant toute la durée du flottage, il a fallu compenser l’aggradation continue du chenal artificiel, en rehaussant la ligne de blocs sur la berge. C’est précisément cette disposition topographique qui a permis la conservation des bûches, car en s’élevant peu à peu par rapport au talweg, la rivière a produit dans le fond de vallée situé plus bas, une hydromorphie permanente très favorable à la préservation du bois.

Deuxième constat, l’examen de la section d’enrochement récemment exhumée par l’érosion montre que certains blocs n’étaient plus dans leur position originelle lorsqu’ils ont été fossilisés par les limons de débordement. Dans le front de la coupe qui se développe parallèlement au chenal de la rivière, des amas de pierres forment en un point une saillie prononcée alors que quelques mètres plus loin, aucun de ces éléments n’émerge des limons, même à une faible distance de l’enrochement visible en surface (fig. 6). En outre, certains de ces blocs sont basculés et en appui sur de vieilles souches qui, elles aussi, ont été fossilisées dans les sédiments. Ces indices invitent à voir ici la cicatrice laissée par une brèche dont l’ouverture aura basculé de nombreux blocs, et contraint les flotteurs d’en apporter d’autres encore pour la colmater.

Fig. 6 : Section stratigraphique parallèle au chenal de flottage
(derrière la végétation de l’arrière-plan) © N. Jacob-Rousseau, 2019.

Enfin, presque toutes les bûches visibles dans le site gisaient à la même profondeur, sans présenter d’organisation particulière, ce qui élimine l’hypothèse d’un dépôt intentionnel. La partie inférieure de l’épaisseur sédimentaire qui les recouvre est plutôt sablonneuse et contient parfois même des graviers, voire de petits galets. Elle contraste avec la granulométrie beaucoup plus fine des strates supérieures, majoritairement limoneuses et assez finement litées. La taille des particules indique donc qu’un écoulement assez puissant a parcouru le site, puis que la sédimentation s’est poursuivie dans des conditions de plus faible énergie. Ceci conforterait l’hypothèse de l’ouverture d’une brèche et d’un dépôt brutal, finalement assez semblable aux phénomènes qui marquent les chenaux naturels lors de certaines crues. Si l’on ajoute que les strates alluviales inférieures contiennent de très nombreuses poches d’éclats d’écorces ou de bois trituré, il paraît assez vraisemblable que cette brèche se sera produite pendant une « courue », c’est-à-dire un de ces lâchers d’eau qui permettaient d’augmenter le débit de la rivière afin d’entraîner les masses de bûches vers l’aval (fig. 1).

Il conviendra de pousser les analyses, des sédiments comme du bois, afin de tirer d’autres informations et confirmer ou infirmer ces premières hypothèses. Mais rien n’interdit d’imaginer la scène d’une opération de flottage qui ne se déroule pas comme prévu. Le débit du lâcher d’eau est peut-être un peu trop fort ce jour-là, à moins que des bûches en s’amassant n’aient produit un embâcle dans le chenal. L’écoulement verse au-dessus de la berge, disjoint des blocs et ouvre une brèche dans laquelle s’engouffrent l’eau, les sédiments et le bois qui flotte. La livraison vers l’aval est interrompue et il faut réparer sans tarder. L’ouverture est colmatée, et sans doute hâtivement car on travaille les pieds dans l’eau, peut-être en l’un de ces hivers si froids de la fin du XVIIIe siècle. La pâture est détrempée, piétinée ; on récupère ce que l’on peut du chargement de bois sorti du chenal, sauf quelques bois « canards », ces bûches alourdies par leur séjour dans l’eau, qui ont roulé au fond avec les sédiments et qui sont l’inévitable tribut que le flottage « à bûches perdues » paie à la rivière.

Les années passent et les petits débordements de la rivière déposent des limons qui masquent peu à peu le site. Deux bons siècles plus tard, c’est une nouvelle brèche qui le découvre et qui permet de dévoiler un aspect des interactions entre la rivière et ses aménagements à l’époque du flottage. Au-delà de ce seul site et de ces vallées du Morvan, l’information est intéressante, car on connaît encore mal les effets environnementaux du flottage, alors qu’il a été pratiqué depuis longtemps sur de très nombreuses rivières de l’ancien monde.

Références

Benoit P., Berthier K., Boët P., Rézé Ch. 2004. Les aménagements hydrauliques liés au flottage du bois, leur impact sur le milieu fluvial (XVIe-XVIIIe s.), in : J. Burnouf, P. Leveau (dir.) Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, éd. CTHS, 311-320.

Langoureau D. 2015. Flottage et flotteurs sur l’Yonne, XVIIIe siècle-1923, Cahiers d’Adiamos 89, n° 12.

Poux A.-S., Gob F., Jacob-Rousseau N. 2011. Reconstitution des débits des crues artificielles destinées au flottage du bois dans le massif du Morvan (centre de la France, XVIe-XIXe siècles) d’après les documents d’archive et la géomorphologie de terrain, Géomorphologie : Relief, processus, environnement, 2, 143-156.

Les auteurs

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Philippe Hœltzel est Chargé de mission Patrimoine – Syndicat Mixte du Parc naturel régional du Morvan.

Gaëtan Colin est doctorant en Géographie, – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Nicolas Jacob-Rousseau, Philippe Hœltzel et Gaëtan Colin. Des bois « canards » exhumés du limon : un témoignage exceptionnel de l’activité du flottage dans le Morvan, ArchéOrient - Le Blog, 27 septembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12492

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.