La nouvelle mission de Bāt/al-Arid (Sultanat d’Oman) : premières découvertes

Bāt, un site encore mystérieux inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco

Avec son habitat, ses sept « tours », ses centaines de petits cairns funéraires en pierre qui ponctuent les reliefs alentour et ses grandes tombes en pieds de versant dont les revêtements extérieurs en blocs de calcaire blanc brillent au soleil, Bāt est l’un des sites les plus spectaculaires d’Arabie orientale pour la période couvrant les IIIe et IIe millénaire avant notre ère (fig. 1).

Fig. 1. Carte de la péninsule arabique à l’âge du Bronze ancien et localisation de Bāt D’après Cleuziou S. & Tosi M. 2018 (2e edition),
In the shadow of the ancestors, p. 198.© Hélène David-Cuny

Cette concentration de vestiges a justifié le classement du site au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1988. Mais c’est aussi l’un des plus beaux sites archéologiques de la région, dans le paysage grandiose des piémonts sud du Djebel Hajar (fig. 2). Cette chaîne de montagnes culmine à 3000 m et sépare la plaine côtière dite Batinah, le long du golfe d’Oman, des étendues désertiques du Rub’al-Khali, le « Quart Vide », explorées par Wielfred Thesiger (W. Thesiger, 1978, pour l’édition française) dans l’immédiat après-guerre (1945-1950).

Fig. 2. Photographie prise au cerf-volant d’une partie de la nécropole de Bāt. Au sommet, un chapelet de tombes de la période Hafit © Mission archéologique de Bāt/al-Arid. Cliché : O. Barge

Ce site a fait l’objet de plusieurs prospections et fouilles ponctuelles par des chercheurs de différentes nationalités, depuis les missions exploratoires des équipes danoise et britannique dirigées respectivement par Karen Frifelt et Beatrice de Cardi, dans les années 1970. Bāt a également fait l’objet de recherches conduisant à des thèses de doctorat portant sur les « tours » (Cable 2012), l’habitat (Swerida 2017), l’archéobotanique (Nathan 2017) ou la géomorphologie (Beuzen-Waller en cours) qui font ou feront référence. Certaines grandes tombes ont donné lieu à des restaurations, engagées en collaboration entre équipes omanaises et italiennes.

Les enjeux de la recherche

D’un point de vue général, dans la « péninsule d’Oman », qui inclut une bonne partie du territoire actuel des Émirats arabes unis, les principales lignes du développement historique de l’âge du Bronze ancien, que recouvrent les périodes dites Hafit (ca. 3200-2800 av. J.-C.) et Umm an-Nar (ca. 2800-2000 av. J.-C.), sont connues. Les recherches conduites à Bāt, mais aussi plus loin vers l’est, sur des sites comme Bisya/Salut 1 et 2, Al-Ghoryeen ou, à l’extrémité orientale de la péninsule, R’as el-Hadd et R’as al-Jinz, ont largement contribué à les définir (fig. 1).

La période qui couvre la fin du IVe millénaire et le IIIe millénaire av. J.-C. est marquée par de profondes mutations socio-économiques. Autour de 3100 avant notre ère, on constate une expansion du peuplement vers l’intérieur des terres, qui accompagne un accroissement démographique. Les sites se multiplient dans cette région, située à la jonction entre les écosystèmes arides ou semi-arides des vallées intra-montagneuses et du piémont sud du djebel Hajar, qui bénéficient de quelques précipitations, et le domaine hyperaride du Rub’al-Khali. Les communautés y adoptent alors une économie de subsistance fondée en partie sur l’agriculture, comme l’atteste la découverte à Bāt de blé tendre, d’orge à six-rangs et de palmiers (Tengberg 2003, p. 232). Quelques heures de marche à peine relient les oasis et les terres agricoles les unes aux autres.

Cette région est aussi le lieu de multiples innovations qui débouchent sur l’exploitation du cuivre et sa métallurgie, la production céramique et la production de vaisselle en pierre tendre. Des constructions en briques crues et en pierre sont bâties, parfois d’une très belle qualité architecturale, comme pour les grandes tombes de la période Umm an-Nar, dont les blocs de calcaire sont soigneusement appareillés (fig. 3). En effet, les pratiques funéraires sont marquées par le passage de la sépulture individuelle en fosse à des sépultures collectives construites en pierre, de plus en plus monumentales. Dès la période Hafit (ca. 3200-2800 av. J.-C.), les échanges se multiplient et se diversifient, y compris avec la vallée de l’Indus, le sud-est de l’Iran et la Mésopotamie (Méry 2000).

Fig. 3. Tombes de la période Umm an-Nar à Bāt
© Mission archéologique de Bāt/al-Arid. Cliché : C. Castel

La péninsule d’Oman n’a livré jusqu’à présent aucun texte de l’âge du Bronze, mais elle est attestée dans les sources textuelles mésopotamiennes sous le nom de Pays de Magan, pour la première fois dans une inscription de Sargon d’Akkad (vers 2300 av. J.-C.) (Glassner 1996, p. 181) (fig. 4). Dès cette époque, le produit de Magan le plus recherché par les marchands de Mésopotamie est le cuivre, une richesse locale qui transitait par le « Pays de Dilmun » (l’ancienne Bahreïn et les îles de Faïlaka et de Tarut).

Fig. 4. Sargon, détail d’un bas-relief du palais de Dur-Sharrukin (l’ancienne Khorsabad)
© Musée du Louvre. Wikipédia
Le projet de la Mission archéologique de Bāt/al-Arid

Des questions fondamentales n’ont été que partiellement étudiées et sont encore très débattues, en particulier concernant la région des contreforts méridionaux d’Oman :

  • Quels rôles ont joué les dynamiques environnementales dans les implantations humaines de l’âge du Bronze ? Les contraintes du milieu, très fortes aujourd’hui puisqu’Oman ne compte aucun cours d’eau pérenne, étaient-elles déjà si sévères ? Ou bien le climat était-t-il alors un peu plus clément ? Ou encore, l’agriculture oasienne a-t-elle pu se développer dans un contexte favorable et subsister grâce à des innovations techniques, alors même que l’aridité s’intensifiait ? (Beuzen-Waller et al. 2018 : 166
  • Les sites du Bronze ancien abritaient-ils des communautés partiellement ou en totalité sédentaires ?
  • Si l’on s’accorde, grosso modo, sur la période d’apparition des premières techniques d’irrigation qui remonteraient à l’âge du Bronze, peut-on déjà parler d’oasis, avec leur système d’agriculture étagée et leurs premiers systèmes sophistiqués d’irrigation (Cleuziou 2001) ? Ou bien est-ce trop tôt pour l’envisager (Charbonnier 2015, p. 67) ?
  • Quand apparaît le système remarquablement ingénieux des galeries souterraines (qanat en Iran et au Moyen-Orient ou aflaj (sing. falaj) en Oman) qui conduisent en pente douce, hier comme aujourd’hui (fig. 5), l’eau des piémonts qui ressort en surface, quelques kilomètres en aval, pour irriguer les cultures des oasis (Boucharlat 2015) ? À l’âge du Fer II, vers 1200 av. J.-C., comme on le pense généralement (al-Tikriti 2010) ou bien avant, dès ca. 3000 av. J.-C. dans la région de Bahla, près de Bāt (Orchard et Orchard 2009) (fig. 1) ?
  • Quelle est la nature même des sites de l’âge du Bronze qui s’égrènent sur les piémonts sud du Djebel Hajar ? S’agit-il d’établissements proto-urbains ou de simples villages ?  Peut-on les considérer comme des territoires « autonomes », complémentaires avec des fonctions spécifiques (terroirs agricoles, vastes nécropoles, établissements-relais à des fins d’échange…), ou en concurrence ?
  • Quelles sont les étapes qui conduisent à la naissance de la poterie locale et à l’extraction et l’exploitation du cuivre?
Fig. 5. Falaj dans l’oasis de Bāt
© Mission archéologique de Bāt/al-Arid. Cliché : C. Castel

C’est le territoire de Bāt qui nous a semblé l’un des plus à même de nous aider à résoudre au moins partiellement ces questions, toutes liées les unes aux autres, à condition de l’envisager dans sa globalité et dans la diachronie, avec une équipe pluridisciplinaire. C’est ainsi que nous avons lancé, pendant l’hiver 2019, une première campagne de terrain, idéalement guidés par Tara Beuzen-Waller, géomorphologue et grande connaisseuse de la région. Accompagnés par Tara, nous avons choisi de commencer par l’étude du site d’al-Arid, situé à 15 km au nord-ouest de Bāt, qui avait été prospecté par une équipe japonaise dirigée par Yasuhisa Kondo (Université de Kyoto). En effet, ce site offrait un terrain d’étude inédit, vierge de construction moderne, contemporain de celui de Bāt et a priori favorable à l’implantation d’une population sédentaire. Les vestiges nombreux et divers étaient prometteurs.

Premiers résultats

Une bonne partie de l’équipe était constituée de chercheurs ayant travaillé à Tell Al-Rawda en Syrie, quitté sans avoir pu y retourner depuis l’automne 2010, mais ne connaissait pas Oman (fig. 6). C’est donc avec beaucoup de curiosité, d’enthousiasme et une légère appréhension de la part de l’auteur de ces lignes que nous sommes partis sur le terrain début janvier, pour une mission de cinq semaines au total, après une toute première mission de repérage. L’accueil très chaleureux des Omanais, la beauté des paysages et le plaisir de se retrouver chassa vite les inquiétudes ; l’habitude de travailler ensemble et notre connaissance des milieux arides, sans compter l’efficacité des nouvelles recrues dans l’équipe, nous permirent d’être rapidement opérationnels. Une surprise nous attendait : l’utilité de connaître le bengali, que Séverine pouvait parler, avec les villageois locaux, pour beaucoup issus de l’immigration !

Fig. 6. Une partie de l’équipe pendant la première campagne à Bāt/al-Arid (janvier-février 2019)

Notre première campagne s’est articulée autour de plusieurs opérations :

  • une prospection intensive et une cartographie détaillée du site d’al-Arid et de la nécropole de Bāt (88 ha ont été couverts à al-Arid et ca. 50 dans la nécropole de Bāt, classée par l’UNESCO)
  • une couverture photographique précise, réalisée au cerf-volant et à la perche et géoréférencée, sur les deux sites également.

Et, à al-Arid,

  • une prospection géophysique (5 ha ont été prospectés à l’aide d’un gradiomètre) (fig. 7)
  • des fouilles ciblées sur :
    – une maison, découverte grâce à un angle de murs qui affleurait,
    – un cairn funéraire, installé sur une butte au nord du site, au sein d’une petite nécropole dominant la plaine d’une trentaine de mètres.
Fig. 7. Prospection géophysique par Lionel Darras (Cliché C. Castel)

La chance joua en notre faveur car une pluie typique des terres arides, où il pleut rarement mais de manière intense, fit la joie des géographes qui purent observer le fonctionnement de l’oued qui longe le site… et, pour une fois, celle des archéologues (fig. 8). La fouille resta impraticable pendant deux jours, mais la pluie révéla l’organisation interne très régulière d’une des six tours du site (dont une trouvée grâce à la prospection magnétique) !

Fig. 8. Sur la route entre ad-Dareez et al-Arid, le 4 février 2019 (Cliché C. Castel)

La pluie eut un autre mérite : elle révéla l’existence d’un canal ancien, invisible en surface et s’alimentant dans (ou sous) l’oued, avant de plonger sous la première terrasse holocène où s’étend le site archéologique du 3e millénaire av. J.-C. (fig. 9).

Fig. 9. Orthophotographie du canal et échantillonnage dans son remplissage
© Mission archéologique de Bāt/al-Arid. Clichés : à gauche : O. Barge, à droite C. Castel

Malgré des sols d’occupation difficiles à trouver, la fouille de la maison, encore inachevée, est d’un grand intérêt car elle remonte à la deuxième moitié du 3e millénaire, période encore très méconnue, ce qui a pu être confirmé par une datation radiocarbone (fig. 10).

Fig. 10. La maison d’époque Umm an-Nar en cours de fouille (cliché C. Castel)

La tombe circulaire de 4,50 m de diamètre (fig. 11) et une petite sépulture secondaire accolée s’avérèrent riche en mobilier funéraire, malgré un pillage probablement récent : poterie de Mésopotamie du sud de la période « Jemdet Nasr » (3300-2900 av. J.-C.), bracelets en cuivre, plus de 200 perles en pierres, en coquillage, mais aussi en faïence, et micro-perles qui pourraient provenir d’un centre de production harappéen, dans la vallée de l’Indus. Reste à étudier les ossements et à terminer cette fouille.

Fig. 11. La tombe en cours de fouille © Mission archéologique de Bāt/al-Arid. (Cliché C. Castel)

Enfin, nous avons eu la chance de trouver un charbon de bois dans le bas du remplissage du canal, nous permettant d’obtenir une datation radiocarbone. si la date obtenue correspond au moment de l’abandon du canal, nous aurions là, pour la première fois, un indice direct selon lequel un agro-système oasien alimenté par un système d’irrigation souterrain et gravitaire, qui est encore en usage dans de nombreuses régions du monde, est apparu très tôt en Oman, dès la fin du 4e millénaire avant J.-C., et non au premier millénaire comme on le pense souvent.

Les travaux à al-Arid et Bāt ont été présentés en juillet 2019 au Seminar for Arabian Studies à Leyde, aux Pays-Bas (Castel, Barge, Besnard, Beuzen-Waller, Brochier, Darras, Régagnon, Sanz, sous presse). La Mission est lancée.  Reste à trouver des financements pour pouvoir la poursuivre et tenter de relever les défis qui nous attendent…

 L’équipe

Corinne Castel, CNRS, Archéologue
Olivier Barge, CNRS, Géographe, spécialiste des SIG et des photographies aériennes
Blandine Besnard, Archéologue, doctorante, Université Lyon 2
Tara Beuzen‐Waller, Géomorphologue, doctorante, Sorbonne Université
Jacques Élie Brochier, CNRS, géoarchéologue
Lionel Darras, CNRS, géophysicien
Emmanuelle Régagnon, CNRS, spécialiste de l’information spatiale
Séverine Sanz, CNRS, archéologue, spécialiste de la gestion des données et de la photogrammétrie

Et avec la participation enthousiaste de Terry David, étudiant en archéologie à l’Université de Rennes 2, Pierre-Henri Giscard et Anne-Caroline Allard de « l’Institut des déserts et des steppes » et Catherine Raad, étudiante en archéologie à l’Université de Paris 1.


Remerciements

Ces recherches sont conduites sous les auspices du Ministry of Heritage and Culture (MNH) du Sultanat d’Oman, qui nous a apporté un soutien constant. Elles ont été soutenues également par l’Institut des déserts et des steppes, le laboratoire “Archéorient. Environnements et Sociétés de l’Orient ancien”, l’ambassade de France en Oman et le CEFAS (Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales).

Nos remerciements vont tout particulièrement au Dr Sultan Saif bin Saif Al-Bakri (Directeur Général des Antiquités, MNH, Mascate), à Sultan Al-Maqbali (Directeur des sites classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO, MNH, Mascate), Mohamed Al-Waili (Département des sites classés de Bāt, Al-Khutm et Al-Aïn, MHC, Bāt), Suleiman Al-Jabri et Soumeya Al-Mahmari (MHC, Bāt), Pierre-Henri Giscard (Institut des déserts et des steppes) et à nos collègues Yasuhisa Kondo, Charlotte M. Cable, Jennifer Swerida, Takehiro Miki, Guillaume Gernez et Maria Paola Pellegrino.

Bibliographie

Al-Tikriti W.Y. 2002. The south-east Arabian origin of the falaj system, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 32, 117–138.

Beuzen-Waller T., J. Giraud, G. Gernez, R. Courault, Y. Kondo, C.M. Cable, C. Thornton, S. Desruelles, E. Fouache 2018. L’émergence des territoires proto-oasiens dans les piémonts du Jebel Hajar. Approche géoarchéologique, multicritère et comparative, in : L. Purdue, J. Charbonnier, L. Khalidi (dir.), From Refugia to Oases : Living in arid environments from prehistoric times to the present day, XXXVIIIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 161–186.

Boucharlat R. 2015. Le falaj ou qanāt, une invention polycentrique et multipériode, ArchéOrient – Le Blog. [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/4692

Cable C.M. 2012. Thèse inédite. A Multitude of Monuments: Finding and defending access to resources in 3rd Millennium BC Oman, Department of Anthropology, Michigan State University.

Cardi de B. 1975. Excavations and Survey in central Oman, 1974-1975, The Journal of Oman Studies 1, 109–111.

Castel C., Barge O., Besnard B., Beuzen-Waller T., Brochier J.É., Darras L.,Régagnon E., Sanz S.,sous presse, First discoveries of the Bāt / al-Arid Mission (Sultanate of Oman), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 50.

Charbonnier J. 2015. Groundwater management in Southeast Arabia from the Bronze Age to the Iron Age: a critical reassessment, Water History 7/1, 39–71.

Cleuziou S. 2001. Un système d’irrigation par gravité depuis les nappes souterraines dans la Péninsule d’Oman au IIIe millénaire avant notre ère, in: Colloque International OH2 Origines et Histoire de l’Hydrologie, Dijon, 9-11 mai 2001. [En ligne]: https://hydrologie.org/

Cleuziou S. et Tosi M. 2018 (2e édition augmentée éditée par D. Frenez et R. Garba). In the Shadow of the Ancestors; the Prehistoric Foundations of the Early Arabian Civilization in Oman, Mascate, Ministry of Heritage and Culture.

Frifelt K. 1975. On prehistoric settlement and chronology of the Oman Peninsula, East and West 25, 359–424.

— 1976. Evidence of a third millennium BC town in Oman, The Journal of Oman Studies 2, 57–76.

Glassner J.-J. 1996. Mesopotamian textual evidence on Magan/Makan in the late 3rd Millennium B.C., in: P.M. Costa et M. Tosi (dir.), Oman Studies XLIII, Papers on the archaeology and  History of Oman, 181-191, pl. 1 et 2.

Nathan S. 2017. Thèse inédite. Dissertation: Ingenuity in the Oasis: Archaeobotanical, Geospatial and Ethnoarchaeological Investigations of Bronze Age Agrarian Community Choices in the Northern Oman Interior, New York University, Department of Anthropology.

Orchard J. and Orchard J. 2009. A 5000 Year Old Falaj in the Wadi Bahla, Oman, in: Matthiae, P., Pinnock, F., Nigro, L. and Marchetti, N. (dir.), ICAANE, Proceedings of the 6th  International Congress of the Archaeology of the Ancient Near East, vol. 2, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 511–524.

Orchard J. & Stanger G. 1994. Third Millennium oasis towns and environmental constraints on settlement in the al-Hajar Region, Iraq LVI, 63–100.

Swerida J. 2017. Thèse inédite, Housing the Umm an-Nar: The Settlements and Houses of Bat, Department of Near Eastern Studies (Archaeology), Johns Hopkins University.

Tengberg M. 2003. Archaeobotany in the Oman Peninsula and the role of Eastern Arabia in the spread of African crops, in: Neuman K., Butler A. et Kahlheber S. (dir.), Food, Fuel and Fields. Progress in African Archaeobotany, Africa Praehistorica 15, Monographien zur Archäologie und Umwelt Afrikas, Cologne, Heinrich-Barth Institut, 229–237.

Thesiger W. 1978. Le désert des déserts ; avec les Bédouins, derniers nomades de l’Arabie du Sud, Terre humaine, Paris, Plon.

L’auteur

Corinne Castel est Directrice de recherche au CNRS. Archéologue, spécialiste de l’âge du Bronze et des régions arides, elle est directrice de la Mission archéologique franco-syrienne de Tell Al-Rawda et directrice de la Mission archéologique de Bāt/al-Arid. Elle est membre du laboratoire Archéorient UMR 5133 (CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Pour citer ce billet : Corinne Castel. La nouvelle mission de Bāt/al-Arid (Sultanat d’Oman) : premières découvertes, ArchéOrient - Le Blog, 20 septembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12447

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.