Une nouvelle salle pour la Ville II de Mari au musée du Louvre

Ouverte au public le 26 juin 2019, une salle entièrement repensée et rénovée du département des Antiquités orientales présente les fouilles conduites par André Parrot à Mari entre 1933 et 1938, revues sous l’angle des nouvelles recherches. Cet aménagement prend appui sur un travail mené selon deux axes complémentaires et indissociables : scientifique et patrimonial. Située dans le circuit consacré aux régions mésopotamiennes, cette nouvelle salle permet en outre de célébrer le rôle du musée dans la recherche archéologique et de mettre en lumière l’importance de la conservation du patrimoine syrien et des données historiques majeures dont il témoigne.

Fig. 1 : Vue de la nouvelle salle de Mari. Copyright : Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Le Louvre et Mari, une histoire commune

L’histoire du département des Antiquités orientales s’inscrit dans celle de la recherche archéologique française en Orient. Si d’importantes collections avaient déjà rejoint les musées de France durant la deuxième moitié du XIXe siècle, le département ne fut créé qu’en 1881 à l’occasion de l’arrivée des antiquités de Tello et de la découverte du sumérien et de la civilisation qui lui est attachée. Après la Première Guerre mondiale, l’histoire archéologique du département prit un tour particulièrement dynamique, notamment en Syrie, avec l’ouverture de la mission archéologique de Tell Hariri. En 1933, la découverte fortuite d’une statue incita le conservateur du département des Antiquités orientales, René Dussaud, à obtenir la concession de fouille du site et à en confier la direction à André Parrot, connu par ses travaux en Irak. Au nom des musées nationaux, A. Parrot conduisit ainsi la recherche sur le site jusqu’en 1972, en dépit de quelques arrêts imposés par les événements historiques.

Au cours de la première période de l’exploration, de 1933 à 1938, il dirigea six campagnes successives qui révélèrent le nom de la ville enfouie sous le tell (Tell Hariri), Mari (fig. 2) et l’existence d’une occupation répartie en deux périodes. Marquée par la découverte d’édifices religieux au prestigieux inventaire matériel et d’un palais dont l’architecture, la décoration et les archives révélèrent la puissance politique et géostratégique du royaume, cette phase de la recherche inscrivit définitivement Mari dans le concert historique des grands royaumes des IIIe et IIe millénaires av. notre ère. A. Parrot, quant à lui, s’attacha définitivement au département des Antiquités orientales, dont il devint conservateur-adjoint puis conservateur, avant d’occuper le poste de directeur du Louvre, position créée par A. Malraux pour honorer son ami à l’occasion d’une réorganisation des musées nationaux. A. Parrot resta actif sur le site de Mari jusqu’à la fin de sa carrière, liant définitivement le musée du Louvre au site de Tell Hariri.

Fig. 2 : Inscription de la statue du roi Ishqi-Mari qui permit l’identification du tell à l’ancienne Mari. Musée d’Alep. Copyright : Musée d’Alep / Raphaël Chipault
Les collections de Mari au musée du Louvre

Conformément à la loi de partage après fouille en vigueur jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, une partie des découvertes des années 1933-1938 rejoignit le département des Antiquités orientales. Bien que limitées aux six premières campagnes, elles constituent une des collections de référence de l’archéologie syro-mésopotamienne. L’ensemble témoigne de deux des phases de la nouvelle périodisation établie par J.-C. Margueron, successeur d’A. Parrot à la direction du site. La Ville II (2600-2340/2250) y est représentée par les importantes découvertes faites entre 1934 et 1936 au temple d’Ishtar, qui révélèrent l’existence du royaume de Mari. Sans solution de continuité réelle avec la Ville II, la phase qui suit sa destruction par l’Empire d’Akkad (vers 2340 ou 2250 selon l’hypothèse que l’on retient pour cette destruction, par Sargon ou Naram-Sîn) est également illustrée par quelques pièces. La Ville III, qui marque la reconstruction progressive de la ville par la dynastie des Shakkanakku puis son apogée sous le règne de Zimri-Lim, forme la seconde partie des collections. La ville ayant été détruite par Hammurabi de Babylone en 1759, seules quelques tombes assyriennes témoignent d’une occupation postérieure du tell dont le Louvre conserve quelques restes. La période de la fondation de Mari, ou Ville I, révélée plus récemment par les travaux de J.-C. Margueron, n’est pas présente dans les collections du département, à l’exception peut-être d’un petit fragment de stèle d’un type ancien.

Une nouvelle salle pour la Ville II
Fig. 3 : Vue de la nouvelle salle de Mari. Copyright : Musée du Louvre / Antoine Mongodin

La nouvelle salle intègre des restes de la Ville II, principalement du temple d’Ishtar, et les quelques témoignages de l’époque d’Akkad retrouvés au temple de Ninhursag et dans les sanctuaires dits inférieurs ou anonymes par A. Parrot et plus récemment identifiés au temple du Seigneur du Pays par la mission dirigée par P. Butterlin depuis 2005. La présentation intègre la quasi-totalité des collections de la Ville II de Mari, dont la majeure partie sort pour la première fois des réserves. Accompagné d’une signalétique originale faisant une large place à l’insertion de photos d’archives, le propos est réparti en sept vitrines complémentaires, évoquant tour à tour un des traits saillants de ce que le temple d’Ishtar, et d’autres, nous ont appris de la royauté et de la religion de la Ville II de Mari et notamment des liens tissés entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel. En effet, comme nous l’apprennent les inscriptions gravées sur l’épaule droite des statues de trois personnages retrouvés dans le temple (Fig. 4), l’Ishtar honorée dans ce sanctuaire isolé dans le paysage religieux de la ville, accroché à la muraille défensive et adjacent à la porte ouest, est une forme virile de la déesse, Ishtar-ush. Outre ce nom, « Ishtar virile », qui met l’accent sur le versant masculin de sa personnalité, l’inventaire de son temple révèle l’attention que lui porte la royauté. Entre religiosité, pouvoir et géopolitique, ce sanctuaire met en lumière la spécificité et la puissance du royaume de l’Euphrate.

Fig. 4 : Inscription de la statue du nu-banda3 Ebih-Il L’écriture cunéiforme transcrit une langue sémitique qui signe l’appartenance de Mari à la zone de civilisation septentrionale. Copyright : Musée du Louvre / Raphaël Chipault
  • Officiels du royaume et puissance militaire

Autour de la vitrine consacrée au chef-d’œuvre de la sculpture du bassin syro-mésopotamien, le nu-banda3 Ebih-Il (Fig. 5), les vitrines abordent les thèmes susceptibles de rendre compte du lien tissé par la royauté avec la déesse du pouvoir et de la guerre.

Fig. 5 : Statue d’Ebih-Il. Le titre de nu-banda3 renvoie à une charge mal connue mais qui range le personnage parmi les hautes élites du royaume. Copyright : Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Une vitrine est ainsi consacrée aux éléments d’incrustation de coquille nacrée retrouvés dans le temple (fig.6), dont l’iconographie affiche la valeur accordée en ses murs à l’expression de la victoire, accentuant l’image d’un temple consacré à la puissance militaire du royaume, comme à ses grands officiels.

Fig. 6 : Éléments d’incrustation : défilés de prisonniers et d’officiers armés. Autrefois remontés par A. Parrot pour former une scène imaginée, ces éléments retrouvés épars sont désormais présentés par type. Copyright : Musée du Louvre / Raphaël Chipault

  • Puissance et matériaux

La puissance, qui prend appui sur celle de la déesse, s’exprime également par la quantité de matériaux rares entreposés dans le temple. Une grande vitrine-table (fig. 7) permet une double lecture du temple, regroupant en partie haute les informations relatives à son architecture et à la personnalité de la divinité et, en partie basse, les restes des fondations de l’édifice. Outre les données d’ordre architectural, présentées à l’aide d’une maquette proposant une restitution de l’édifice accompagnée de photos d’archives et d’un texte explicatif, la vitrine souligne la singularité de la relation établie entre la déesse, sa personnalité et la richesse. Avec l’enfouissement d’immenses clous de fondation en cuivre (l’ensemble pèse près de 70 kg) au moment de la délimitation de l’espace sacré, la consécration des lieux saints du temple met en avant la dimension symbolique du minerai dans une région qui en est naturellement dépourvue. Provenant du seul temple de Mari à avoir livré une telle quantité de métal, ces clous d’Ishtar-ush illustrent le rôle stratégique de Mari dans le contrôle des flux de matériaux parcourant la route fluviale de l’Euphrate. Ils illustrent le lien organique tissé dès la fondation et la consécration du temple entre la déesse, le pouvoir et la richesse née de la dimension géopolitique qu’elle donne au pouvoir du souverain. La personnalité guerrière d’Ishtar-ush se lit aussi dans la quantité de masses d’armes votives et de haches brisées intentionnellement (exposées dans une des vitrines) que l’on déposait dans son temple.

Fig. 7 : Vue de la vitrine-table avec, en partie basse, les clous de fondation et, sur la droite, la vitrine des parures et amulettes d’Ishtar.
  • Ishtar et les parures

Une vitrine évoque l’amour de la divinité pour les parures, connu par les textes, et insiste cette fois sur le versant féminin de sa personnalité. Le temple d’Ishtar-ush est le seul temple de la Ville II de Mari à avoir livré une telle quantité de parures et d’amulettes taillées ou fabriquées dans les matériaux les plus précieux, importés des régions les plus éloignées du monde avec lequel les premiers royaumes historiques du bassin syro-mésopotamien entraient en contact : cornaline de l’Indus, lapis-lazuli d’Afghanistan, or de l’Anatolie ou de l’Iran, coquille nacrée des rives du golfe Persique  (fig. 7). La délicatesse de ces productions témoigne en outre du raffinement des ateliers de cette métropole du monde syro-mésopotamien.

  • Un temple féminin qui exprime la complémentarité des genres

La double personnalité d’Ishtar-ush s’exprime aussi dans l’ensemble des statues déposées par ceux qui souhaitaient se représenter devant elle et que rassemble une vitrine consacrée aux offrandes et au matériel liturgique. En effet, contrairement aux autres temples de Mari, le lieu saint du temple d’Ishtar-ush adopte une formule architecturale inédite, dédoublée pour donner corps à un double sanctuaire. Comme en écho à la dualité de la personnalité de la déesse, les statues s’y répartissent en fonction de leur genre, illustrant peut-être les débuts d’une tradition qui conçoit Ishtar comme une déesse capable d’intervertir les genres. (fig. 8). Enfin, la quantité de femmes présentes dans la sculpture qui lui est vouée établit la spécificité de son temple parmi les édifices religieux de la Ville II de Mari, réceptacles favorisant habituellement les représentations masculines.

Fig. 8 : Vue de la vitrine regroupant les statues votives, le matériel liturgique et la vaisselle de chlorite et vue de la vitrine murale regroupant les éléments d’une tête de taureau ornant à l’origine la caisse de résonance d’une lyre du temple.
  • Chlorite et pouvoir d’attraction du temple d’Ishtar-ush

La puissance de cette déesse est telle que son temple draine des quantités impressionnantes de vases en chlorite, diffusés depuis l’Iran du sud-ouest et dont Mari marque le point d’aboutissement septentrional. Les plus gros vases en chlorite jamais produits ont été présentés à Ishtar-ush de Mari, munis pour certains d’un décor évoquant la domination sous la forme symbolique de l’aigle léontocéphale, une figure que la Ville II de Mari partage avec le sud de la Mésopotamie, la Syrie intérieure et la Jezireh. Grâce à l’ensemble des objets contenus dans son inventaire, le temple d’Ishtar illustre le monde dans lequel prend corps le royaume de Mari et sa capacité à exprimer sa réelle individualité tout en s’inscrivant dans des courants culturels communs à la région.

  • L’offrande animale

L’importance des offrandes animales dans le rituel religieux de ce royaume est illustrée par une vitrine qui rassemble deux pièces exceptionnelles : une statue du temple du Seigneur du pays, d’époque Akkad et un élément d’incrustation de nacre du temple de Ninhursag de la Ville II (fig.9). Bien que limitées à la zone des temples proches du Massif Rouge et du palais royal, ces représentations de l’animal que l’on conduit au sacrifice évoquent un rituel attesté en d’autres lieux du site par les restes osseux retrouvés auprès de certains clous de fondation, notamment au temple d’Ishtar-ush, ou encore rassemblés dans des installations en forme de réceptacles.

Fig. 9 : Porteurs d’offrande. Copyright : Musée du Louvre / Raphaël Chipault

  • Administration et varia

Enfin, l’administration de la Ville II est évoquée dans une vitrine qui rassemble les sceaux-cylindres retrouvés dans les niveaux de l’époque, notamment le sceau d’un certain Il-meshar, anthroponyme également attesté par les découvertes faites en 2009 dans la favissa (cachette enterrée) du temple du Seigneur du Pays. Des éléments de statuaire composite ont également été rassemblés dans cette vitrine, évoquant la relation culturelle unissant Mari et Ur (fig. 8).

Une salle, miroir des collaborations scientifiques du Louvre

Née de l’action du Louvre, la mission archéologique de Mari est restée fidèle à ses origines. Par le biais de collaborations nombreuses, ses directeurs successifs et les chercheurs de son équipe, parfois membres du département, sont restés en contact étroit avec lui. Actuellement, le département accueille les travaux scientifiques de toute l’équipe, faisant des collections de Mari celles parmi les plus visitées et les plus actives. Cette ouverture à une recherche individuelle et commune est une inclinaison que j’entends donner à la vie des collections dans le cadre de mes responsabilités scientifiques au département. A ce jour, elle produit de nombreux résultats et alimente considérablement nos connaissances. En 2014, il m’a semblé nécessaire de mettre en valeur cette collaboration à l’occasion de l’anniversaire de l’identification du site, grâce à un accord avec l’Institut du Monde Arabe. Ce projet, partagé avec la mission de Mari, a donné lieu à une exposition consacrée au temple d’Ishtar (fig. 10) et à l’édition d’un ouvrage publié en collaboration par le Louvre, la Mission Archéologique de Mari, l’Institut du Monde Arabe et l’Institut Français du Proche-Orient. L’ouverture de la nouvelle salle de Mari prend appui sur cette même démarche d’ouverture à la recherche partagée. Elle expose la synthèse de l’ensemble des recherches individuelles et communes menées principalement par (en ordre alphabétique) : D. Beyer, P. Butterlin, S. Cluzan, L. Colonna d’Istria, B. Couturaud, C. Lecompte, J. Margueron, J. L. Montero Fenollos, B. Muller, G. Nicolini, E. Vila, I. Weygand.

Fig. 10 : Affiche de l’exposition Voués à Ishtar. Syrie, janvier 1934, André Parrot découvre Mari. Copyright : Musée du Louvre / Mission Archéologique de Mari / Institut du Monde Arabe
Un programme patrimonial pour la sauvegarde du patrimoine syrien

Depuis 2010, la situation malheureuse que connaît la Syrie a suscité un redoublement de l’attention qu’il convient de porter aux résultats des travaux réalisés pendant des décennies de  présence française dans ce pays et à leur diffusion auprès du public. Sur décision d’A. Parrot, les archives de la mission du Louvre ont suivi son successeur, J. Margueron, et sont désormais conservées à la Maison de l’archéologie de Nanterre avec tout ou partie de ses propres archives. Parallèlement au programme de numérisation de cette précieuse documentation, lancé par P. Butterlin et la mission des archives nationales auprès de la Maison R. Ginouvès, j’ai pour ma part développé un ambitieux programme patrimonial autour des collections. Dans le cadre d’une riche coopération avec la Syrie, la conservation préventive et la mise en valeur des collections de Mari conservées en Syrie et au Louvre se sont développées, accompagnées d’un programme de formation des restaurateurs syriens. Gorgées de sels, les collections de Mari sont parmi les plus fragiles. Une équipe de restaurateurs dont chacun s’est vu confier la partie du matériel correspondant à sa spécialité a contribué, par un engagement commun sur le long terme, à connaître en profondeur ces archives matérielles et les risques inhérents à la nature de leurs matériaux. Ces travaux et l’observation minutieuse qu’ils impliquent donnent aussi lieu à de belles découvertes, notamment à la reconstitution d’objets arrivés fragmentaires au Louvre ou encore à la décision de désolidariser des fragments indûment rapprochés par les restaurateurs de la mission des années 1933 à 1938.

Conserver, étudier et donner à voir au plus grand nombre la richesse d’un patrimoine qui témoigne de la grandeur de l’histoire syrienne est au cœur de nos préoccupations. Parallèlement à cette nouvelle salle consacrée àMari, les collections d’Ougarit déposées au Louvre par C. Schaeffer avant la Seconde guerre mondiale font l’objet d’une même attention et sont au cœur des programmes de recherche et patrimoniaux que je dirige.

L’auteur

Sophie Cluzan est Conservateur général du patrimoine, Musée du Louvre – Département des Antiquités orientales. Elle est responsable des collections de Syrie, du Liban, de Chypre et de Palestine des origines à l’âge du Bronze. Chargée de la coopération avec la Syrie et chargée de projet au Liban. Directrice française de la fouille syro-française des sites de Tulul el-Far, tell Taouil et tell el-Kharaze (Damascène)

Pour citer ce billet : Sophie Cluzan. Une nouvelle salle pour la Ville II de Mari au musée du Louvre, ArchéOrient - Le Blog, 13 septembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12423

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.