Tell Tuqan Excavations and Regional Perspectives ; Cultural Developments in Inner Syria from the Early Bronze Age to the Persian/Hellenistic Period

Compte rendu du colloque de Lecce (Italie), 15-17 mai 2013

Colloque LecceC’est à Lecce, l’une des plus belles villes des Pouilles, dans le Salento, la péninsule qui forme le « talon » de la botte italienne, que nous avons été conviés avec une vingtaine de collègues à nous retrouver pour évoquer la Syrie intérieure du IIIe au Ier millénaire av. J.-C. Remarquablement organisée par Francesca Baffi, Professeur à l’Université du Salento et Directrice de la Mission italienne à Tell Tuqan, et par Luca Peyronel, Professeur à l’Université de Milan et membre de la Mission archéologique d’Ebla, largement représentée par ailleurs, cette rencontre fut à la fois passionnante et chaleureuse. Une belle occasion également de retrouver des collègues et amis syriens ou travaillant en Syrie, alors que la situation dramatique que connaît le pays empêche de se rendre sur le terrain.

Ce colloque fut d’autant plus intéressant que nombre des responsables de missions archéologiques qui œuvrent dans cette région préparent actuellement publications finales et articles de synthèse ou viennent tout juste de les achever (Matthiae et Marchetti 2013). Le moment était donc bien choisi pour faire un bilan des recherches en cours sur la Syrie intérieure.

Accueillis dans le MUST (Musée Historique de la Ville), au-dessus de la cavea bien conservée du théâtre romain, les participants ont consacré trois journées, organisées par sessions chronologiques, à l’archéologie de cette région. Des études paléo-environnementales et archéométriques ont été présentées en contrepoint des présentations de sites et de sous-régions.

Après un historique des fouilles par Paolo Matthiae au nom des missions italiennes à Ebla, Tell Tuqan et Tell Afis, les sessions sur le Bronze ancien et le Bronze moyen furent particulièrement riches.

Les communications, portant essentiellement sur la deuxième moitié du 3e millénaire, ou Bronze ancien IV au Levant Nord, étaient toutes marquées par une approche régionale. Les différents chercheurs ont mis en avant l’expansion démographique sans précédent qui caractérise cette période. Ebla, autour de laquelle gravite alors une constellation de villages et de bourgs à vocation agricole, contrôle un état territorial très centralisé. Après la destruction du Palais G, qui remonte au dernier tiers du XXIVe ou au début du XXIIIe siècle selon les auteurs, ces agglomérations acquièrent sans doute une certaine indépendance et gagnent en importance comme Tell Tuqan.

Plus au sud-est, dans les « marges arides » du Croissant fertile où le pastoralisme est la ressource économique essentielle, la région est également densément occupée, y compris par des sédentaires parfois installés dans de véritables villes, comme Tell Al-Rawda, Tell Sha’irat, Tell Es-Sour et sans doute Tell Mishrifé, ou d’autres encore comme Tell Mujweiz ou Khirbet al-Qasr. Ces sites présentent une culture matérielle proche de celle d’Ebla et Tuqan (gobelets dits « de Hama », figurines anthropomorphes…). En revanche, plusieurs d’entre eux (tous ?) se conforment à un même modèle urbain, des villes circulaires organisées autour d’une voirie radioconcentrique (Gondet et Castel 2005), qui n’est pas attesté dans la Syrie du Nord-Ouest.

Architecture baroque de Lecce

Maison du vieux Lecce.
Photo J. Bretschneider

Détail de sculpture d'une porte cochère

Détail de sculpture d’une porte cochère.
Photo J. Bretschneider

Au Bronze moyen, si l’on peut observer dans la région d’Ebla une continuité culturelle et idéologique avec la période précédente, on pressent une organisation du territoire tout à fait différente, avec de nombreuses villes de  petite ou moyenne taille, plus spécialisées et organisées autour d’une bipartition ville haute/ville basse comme dans le cas de Tell Tuqan, qui avait un double mur pour la défense de la Ville Basse et de la Ville Haute. Ces villes entretiennent des relations plus égalitaires (peer polities). Dans les marges arides, la région n’est plus habitée que par des populations transhumantes semi-nomades. À la limite occidentale de la steppe, Tell Mishrifé est devenue la capitale régionale connue sous le nom de Qatna avec ses impressionnantes murailles qui peuvent encore atteindre 20 mètres de hauteur par endroits, son palais (l’Eastern Palace daté du Bronze moyen II), ses vastes résidences, ses quartiers d’habitation, son aire de production céramique et sa nécropole.

Au Bronze récent, la région est beaucoup moins peuplée. Ebla apparaît comme une « hollow city » après les destructions occasionnées par les rois hittites, vers 1600 av. J.-C. ; à Afis, les fouilleurs évoquent une crise démographique, tandis que Qatna tire son épingle du jeu en se plaçant sous la protection du nouveau pouvoir en place. L’éventuelle influence hittite sur la culture matérielle de la province syrienne fait encore l’objet de débats, mais ne paraît pas remettre en cause la continuité matérielle à Tell Afis, à en juger par l’excellente communication de Fabrizio Venturi.

En ce qui concerne les périodes suivantes, on ne pourra mentionner ici que la remarquable communication de Stefania Mazzoni qui nous a offert un vaste panorama de la Syrie du Nord et Centrale à l’âge du Fer.

Une rue du cœur historique de Lecce

Une rue du cœur historique de Lecce.
Photo J. Bretschneider

Dans l’ensemble, les communications présentées au cours de ce colloque passionnant ont contribué à renouveler les problématiques en s’attachant à des approches territoriales. Dans la région d’Ebla, de nouveaux modes d’exploration des sites antiques ont été mis en œuvre : exploitation des images satellites et de photographies aériennes, étude des paysages, études géochimiques (Ebla Chora Project). Parmi les communications qui relèvent de ce type d’approche, on pourra citer celle de Girolamo Fiorentino qui présentait des résultats récents d’analyses biochimiques et isotopiques des restes végétaux (Fiorentino et al. 2008 et 2012). Celles-ci ouvrent des perspectives nouvelles pour identifier notamment les changements paléoclimatiques. En effet, la proportion relative des deux isotopes stables du carbone (δ13C) dans les restes végétaux dépend de la pluviométrie pendant la période végétative. Les analyses isotopiques des graines, combinées à leur datation radiocarbone par accélérateur (SMA 14C), permettent donc a priori de mettre en évidence les variations du milieu sur des périodes relativement courtes. À condition de disposer de séries importantes de références actuelles et de séquences stratigraphiques suffisamment longues pour pouvoir établir des comparaisons valides entre différentes périodes, il s’agit là de recherches qui sont pleines de « promesses théoriques », aux dires de l’auteur. À en juger par les débats vifs que suscite encore la «crise climatique » qu’aurait connu la Syrie à la fin du 3e millénaire (parmi de très nombreux articles et ouvrages, cf. Marro et Kuzucuoglu 2007), ces nouvelles pistes de recherche sont en effet à explorer. Reste à distinguer les graines issues d’une agriculture sèche de celles qui résultent d’une agriculture irriguée, et les graines locales des graines importées, ce qui n’est pas une mince affaire.

En sortant quelques heures de nos études antiques, quelle belle surprise de découvrir la richesse baroque du cœur historique de Lecce, tandis qu’au détour d’une ruelle en pierre blonde, une vue déjà orientale nous rappelait l’atmosphère de Tartous ou Lattaquié.

Références bibliographiques

Fiorentino G., Caracuta V., Calcagnile L., D’Elia M., Matthiae P., Mavelli F., Quarta G. 2008. Third Millennium B.C. Climate Change in Syria Highlighted by Carbon Stable Isotope Analysis of 14C-AMS Dated Plant Remains from Ebla, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 266, 51-58.

Fiorentino G., Caracuta V., Casiello G., Longobardi F., Sacco A. 2012. Studying Ancient Crop Provenance: Implications from δ13C and δ15N Values of Charred Barley in a Middle Bronze Age Silo at Ebla (NW Syria), Rapid Commun. Mass Spectrom 26, 327-335.

Gondet S., Castel C. 2005. Prospection géophysique sur le site d’Al-Rawda et urbanisme en Syrie au Bronze ancien, Paléorient 30(2), 93-109.

Marro C., Kuzucuoglu C. (dir.) 2007. Sociétés humaines et changement climatique à la fin du troisième millénaire : une crise a-t-elle eu lieu en Haute-Mésopotamie ?, Actes du Colloque de Lyon (5-8 décembre 2005) Varia Anatolica XIX, Institut Français d’Études Anatoliennes, Paris.

Matthiae P., Marchetti N. (dir.) 2013. Ebla and its Landscape: Early State Formation in the Ancient Near East, Walnut Creek.

L’auteur :
Corinne Castel Nogrette est  Chargée de Recherche au CNRS.
Archéologue, spécialiste du Proche-Orient et des sociétés de l’Age du Bronze.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Castel C. 2013. Tell Tuqan Excavations and Regional Perspectives ; Cultural Developments in Inner Syria from the Early Bronze Age to the Persian/Hellenistic Period, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 21 juin 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1241

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search