Wakarida : la mission archéologique dans le Tigray oriental (Éthiopie) vue par le petit bout de la lorgnette. 3/3

2017-2018. A la recherche des périodes aksumites anciennes et classiques
Fig. 1 : Cartes de répartition des sites par périodes autour de Wakarida (© Olivier Barge)

La mission archéologique du Tigray oriental en Ethiopie avait exhumé une partie des ruines de la ville Aksumite de Wakarida et prospecté son territoire (Billet blog 1). Elle avait découvert et étudié les vestiges d’une occupation plus ancienne de l’époque proto-aksumite et esquissé les premiers jalons d’une étude de l’évolution des paysages dans la région (Billet blog 2). Il était temps en 2016 d’engager une étude fine de la céramique de la prospection pour esquisser un premier bilan de l’évolution du peuplement local.

Nous fîmes donc des cartes de répartition des sites en fonction des périodes d’occupation suggérées par les céramiques de surface : carte de l’occupation proto-aksumite, carte de l’occupation aksumite moyenne et récente, carte de l’occupation post-aksumite (Fig. 1). On y distinguait des différences dans les modes d’implantation, avec une occupation proto-aksumite principalement localisée dans la vallée de la May-Weini, accessible depuis le plateau, une occupation aksumite qui rayonnait autour de Wakarida, s’étendant davantage au nord et à l’est, et une occupation post-aksumite marquée, elle, par des campements plus réduits, qui suggéraient un mode de vie nomade.

Et un trou : Un hiatus de l’occupation entre la période proto-aksumite, datée des IVe-IIIe siècles av J.-C et la période aksumite moyenne et récente datée des IVe-VIIe siècles ap. J.-C.  Il restait bien des sites non datés, mais aucun doté d’un mobilier qui puisse clairement se rattacher aux assemblages connus des périodes Aksumites ancienne (IIe – Ie siècles av J.-C) et classique (Ie –IIIe siècles de notre ère). La période Aksumite ancienne est peu connue, les repères sont parfois difficiles à trouver et les céramiques se distinguent mal, semble-t-il, de celles de la période proto-aksumite (Bard et al. 1997). Mais la période aksumite classique a fait l’objet de publications et on en connaît le mobilier (Anfray 1968, Wilding 1989, Bard et al. 2014). Impossible cependant de trouver localement des tessons de cette période autour de Wakarida.

Fig. 2 : La colline d’Alakile Daga avec l’emplacement du sondage et des vestiges aksumites et proto-aksumites repérés en surface (© Thomas Sagory, 2017)

En 2017 l’équipe décida donc de faire quelques sondages sur de nouveaux sites, et notamment sur la colline d’Alakile Daga où nous pensions trouver à la fois des vestiges aksumites et proto-aksumites (Fig. 2), avec Thomas et Sabina, Lucile Denizot, étudiante à l’Université de Toulouse, Marie Belean Dhorne, alors rattachée au laboratoire ArAr, et Alessio Agostini de l’université La Sapienza à Rome. Kebede jouait les interprètes et négociateurs auprès des deux familles locales. Les fouilles à Alakile Daga nous permirent d’atteindre enfin ce que tout archéologue recherche avec avidité, une stratigraphie verticale avec en bas un fragment de bâtiment proto-aksumite accompagné de son mobilier, et plus haut, deux murs d’époque aksumite avec leurs poteries associées dont la plupart ressemblaient à celles recueillies à Wakarida (Fig. 3, Fig. 4, Fig. 5). Mais dans un des niveaux les plus anciens de l’époque aksumite, nous trouvâmes un gros foyer avec un unique pot complet (Fig. 6) que l’on pouvait envisager de dater de la période aksumite classique, un support en céramique rouge à décor incisé, dont on ne trouvait aucun équivalent à Wakarida ni ailleurs dans notre région. Nous recueillîmes religieusement les charbons associés ; ils sont en cours de datation. Car le support en question ne trouva pas davantage de parallèle très précis dans les niveaux dits aksumites classiques de la région d’Aksum (Wilding 1989) ou de Matara (Anfray 1967).

Fig. 3 : Alakile Daga. Vue du sondage avec le mur proto-Aksumite au centre et un des murs aksumite au fond dans la section (© Thomas Sagory, 2017)
Fig. 4 : Coupe et stratigraphie à Alakile Daga (© Anne Benoist, 2017)
Fig. 5 : Lucile Denizot dans le sondage à Alakile Daga (© Thomas Sagory, 2017).
Fig. 6 : Un support trouvé dans un foyer à Alakile Daga (© Thomas Sagory, 2017)

La mission décida aussi d’étendre la prospection hors de la région de Wakarida, sur le plateau du Tigray, au sud-ouest. Deux grands sites de fonte de fer avaient été repérés sur ce plateau, non loin de notre région, à Myriam Takot et à Myriam Kadith : il y avait de quoi se poser la question du développement de la métallurgie du fer et plus généralement des artisanats locaux durant l’antiquité et de ses conséquences sur la distribution du peuplement local. Une étude plus précise de la métallurgie et de la céramique fut donc entreprise.

Pour étudier la céramique nous initiâmes avec Marie Belan Dhorne, étudiante rattachée au laboratoire ArAr un programme d’études ethno-archéologiques, pour documenter les techniques toujours employées aujourd’hui dans la région et recueillir des pots fabriqués devant nous par les potières de la région, pour en comparer les surfaces et les pâtes avec celles des céramiques antiques. Ainsi, Marie Belan accompagnée de Kibrom comme interprète, de Maria Gorea, du laboratoire Orient & Méditerranée et de Guillaume van Es, Mathilde Kania ou Clara Barge nos jeunes « stagiaires » qui prenaient films et photos, arpenta-t-elle toute la région d’Idaga Hamus à Mekele en interviewant les potières, en visitant les carrières d’argile et en assistant au façonnage, à la cuisson (dont la température fut mesurée) et au défournage de ces pots traditionnels (Fig. 7, Fig. 8, Fig. 9). Ceux-ci sont encore vendus de nos jours sur les marchés locaux (Fig. 10) et nous en achetâmes à chaque fois un ou deux exemplaires. Tous ces pots noirs, encore couverts de la bouse qui leur était appliquée pendant la cuisson pour les protéger finirent au fond des valises des différents membres de la mission, pour être ramenés en France au laboratoire d’ArAr où ils seront étudiés plus en détail. Ce travail fut présenté dans l’exposition Regards croisés sur la céramique à la Maison de l’Orient en janvier-février 2017 (Fig. 11).

Fig. 7 : Ethnoarchéologie chez les potières : réalisation d’un film documentaire sur le façonnage des céramiques (© Marie Belan Dhorne, 2018)
Fig. 8 : Ethno-archéologie chez les potières : défournement (© Marie Belean Dhorne, 2018)
Fig. 9 : Ethno-archéologie chez les potières : une interview pendant le café (© Julie Bouvot, 2018).
Fig. 10 : Poteries vendues sur le marché de Wukro (© Marie Belean Dhorne, 2017)

Fig. 11 : Céramiques éthiopiennes présentées à l’exposition regards croisés sur la céramique à la MOM par le laboratoire ArAr en 2018 (© Marie Belean Dhorne, 2018)

Une équipe anglaise ouvrit avant nous des travaux sur les deux grands sites métallurgiques (Humphris 2017). Nous invitâmes Cécile Le Carlier, archéométallurgiste au CRAAH à Rennes, pour repérer et étudier d’éventuels sites de fonte supplémentaires. Et tandis que les sondages se poursuivaient dans la région de Wakarida et qu’une voiture sillonnait les ateliers des potières, l’équipe de prospection s’entassait tous les matins dans la voiture de Tamatchetche pour aller arpenter le plateau. La région à explorer nous paraissait gigantesque, et c’est une prospection « motorisée » et non plus pédestre, qui fut menée, de lieu-dit en lieu-dit, en se fiant aux renseignements qui nous étaient fournis par les représentants des antiquités de Mekele, à propos des découvertes fortuites signalées dans la région par les populations locales. Beaucoup de route et de fatigue et des doutes parfois sur la validité de notre stratégie (Fig. 12).

Fig. 12 : Un moment de découragement durant la prospection ((© Thomas Sagory, 2018).
Fig. 13 : Extension de la prospection en 2017 : concentration de trouvailles dans le vallon de Wolwalo (© Olivier Barge, 2017)

Pas de grand site métallurgique nouveau hélas, mais c’est à la faveur de cette prospection et après de nombreux errements que le site de Wolwalo fut découvert. Au vrai, il était en quelque sorte sous notre nez, bien calé dans un vallon situé quasiment au pied du col de Waragena qui marque la limite entre haut plateau et montagnes (Fig. 13). C’est un site énorme, qui s’étend sur une surface d’environ 2,5 km du nord-ouest au sud-est et 1,5 km du sud-ouest au nord-est, et se compose de plusieurs larges concentrations de vestiges, réparties sur les collines qui parsèment le vallon (Fig. 14). L’exploration de la ville fut complétée en 2018 avec l’aide de Jérémie Schiettecatte du laboratoire Orient & Méditerrannée, venu renforcer l’équipe, qui la décrit dans son rapport (Schiettecatte 2018) comme un site majeur avec un quartier central installé sur la colline de Gra-Emni, un petit sanctuaire situé en hauteur et des établissements périphériques dispersés dans le vallon. Les sites étaient cartographiés, décrits et photographiés au cerf-volant (Fig. 15), avec l’aide des nombreux gamins du voisinage, ravis (Fig. 16). Le mobilier ramassé en surface s’avère très homogène, avec une majorité de tessons à pâte rouge, à lèvre en grand marli oblique, des tessons que l’on pourrait rapprocher d’assemblages de la période aksumite classique où ces lèvres en grand marli sont très répandues (Fig. 17).

Fig. 14 : Panorama de Wolwalo avec le nom des principaux lieu-dits (© Jérémie Schiettecatte, 2018)

Un sondage effectué dans le secteur de Sebdera, à l’extrémité sud-est de la zone centrale nous permit de dégager la cuisine d’un bâtiment en pierres préservé sur 80 cm de haut, un bâtiment qui pourrait présenter des éléments de symétrie dans son plan (la surface dégagée doit être étendue pour le vérifier) (Fig. 18, Fig. 19), et un mobilier similaire à celui recueilli en surface (Fig. 20) , avec aussi une dokka en place sur le foyer central de la cuisine, un récipient à cuire grossier dont on trouve des parallèles exacts au Soudan, aux époques méroitiques et médiévales et qui pourrait traduire la circulation de pratiques culinaires entre le Soudan et l’Ethiopie (Fig. 21).

Fig. 20 : Une jarre à lèvre en grand marli trouvée à Sebdera (© Thomas Sagory, 2018)
Fig. 21 : Un fragment d’une grande dokka trouvée à Sebdera (© Thomas Sagory, 2018)
Fig. 22 : Lanterne devant la maison de fouille ((© Thomas Sagory, 2018)

Depuis 2017 l’électricité est arrivée jusqu’à Wakarida et la maison de fouille dispose à présent d’une lanterne qui s’allume le soir (Fig. 22). Ce n’en est pas moins le même désordre, les mêmes brouhahas et le même bricolage qu’auparavant, comme en témoigne la précarité de l’atelier photo installé juste sous le trou du toit pour davantage de lumière (Fig. 23), les lampes frontales toujours fixées sur le front des dessinateurs (Fig. 24), et le nombre de lampes installées sur mon bureau (Fig. 25). Nous pûmes cette année acheter un beau mouton de la race Menz qui finit mangé après un long voyage en voiture, sous la surveillance jalouse d’Emmanuelle (Fig. 26). Elle en fit bouillir ensuite les os pour les nettoyer et enrichir la collection archéozoologique de référence pour le programme ANR EvoSheep sur les races ovines qu’elle coordonne.

Fig. 23 : L’atelier photo mis en place dans la maison de fouilles (© Thomas Sagory, 2017)
Fig. 26 : Un mouton en voyage sous la surveillance d’Emmanuelle Vila (© Thomas Sagory, 2018)

Un doute subsiste quant à la datation des vestiges de Wolwalo car le mobilier, tout en offrant des points de comparaison avec celui présenté comme caractéristique de la période Aksumite classique dans la région d’Aksum est loin d’être tout à fait semblable à ce dernier. On y retrouve certes des récipients à lèvre en marli, mais il s’ajoute ici des céramiques communes peintes absentes dans la capitale, et on ne retrouve que rarement la céramique cannelée à surface polie présentée comme fréquente à Aksum. Il faut donc attendre les datations C14 en cours avant de nous prononcer trop catégoriquement.

Wolwalo reste donc à explorer et dater, ce qui représente un travail de longue haleine. Et puis se pose encore la question du pourquoi de l’évolution du peuplement local : si le hiatus de l’occupation autour de Wakarida est bien contemporain de l’occupation de Wolwalo, comment expliquer ce déplacement de population des montagnes vers le plateau ? Le développement du royaume d’Aksum et l’essor au cours des premiers siècles de notre ère d’un artisanat local florissant ont-t-il pu donner lieu localement à des déplacements de population susceptibles d’avoir vidé la région de Wakarida ? Peut-on envisager une influence directe du pouvoir central d’Aksum dans cette évolution ? Doit-on rechercher d’autres causes à cette évolution ? Que se passe-t-il ensuite pour que des populations se réinstallent dans un nouveau site urbain, Wakarida, autour du ive siècle de notre ère ? Doit-on envisager une dégradation des paysages locaux dans la région de Wolwalo susceptible d’avoir entrainé une recolonisation de la région de Wakarida ?  Que se passe-t-il ensuite quand Wakarida est abandonné ? La région retourne-t-elle à un mode de vie nomade ? C’est l’impression laissée par la forme des sites post-aksumites et leur mobilier. Mais sur le plateau plus à l’ouest, les données parlent en faveur d’une évolution différente, avec le maintien d’un peuplement sédentaire.

Il reste donc encore beaucoup à faire et si les circonstances le permettent, les travaux de la mission se poursuivront encore un bon moment dans cette région du Tigray si riche et encore si peu connue (Fig. 27). Les perspectives sont encourageantes : un financement inespéré vient de nous être attribué par la Fondation Simone et Cino Del Duca, qui nous permettra d’ouvrir dès 2020 des fouilles étendues sur le site de Wolwalo.

Fig. 27 : L’équipe en 2017 (© Thomas Sagory, 2017).

Bibliographie

Anfray F. 1967 Matara. Annales d’Éthiopie vol. 7, 33-88.

Bard C., Fattovitch R., Manzo A., Pierlingieri C., 1997. Archaeological investigations at Bieta Giyorgis (Aksum), Ethiopia: 1993-1995 field seasons. Journal of Field Archaeology 24, 387-403.

Bard C., Fattovitch R., Manzo A., Pierlingieri C. 2014. The chronology of Aksum. A view from Bieta Giyorgis. Azania. Archaeological research in Africa. Vol 49/3. 285-316.

Gajda I. et Benoist A. dir. Recherches archéologiques dans la region du Tigray (Ethiopie). Région de Wakarida et région de Wolwalo. Année 2018. Rapport de la campagne de terrain. Ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris.

Humphris J. 2017. A pilot investigation of ancient Iron production in northern Ethiopia. UCL Qatar report to the ARCCH. Addis Abeba, June 2017.

Munro-Hay S.C., 1989. Excavations at Aksum. An account of researches at the ancient Ethiopian capital directed in 1972-74 by the late Sir Neville Chittick. Londres. British Institute in Eastern Africa. Phillips J. 2000. The pottery in in D.W. Davidson, 2000. Archaeology at Aksum, Ethiopia, 1993-97. Londres. British Institute in Eastern Africa.

Schiettecatte J.2018. Archaeological survey of the Wolwalo Area – 2018. Dans I. Gajda et A. Benoist dir. Recherches archéologiques dans la region du Tigray (Ethiopie). Région de Wakarida et région de Wolwalo. Année 2018. Rapport de la campagne de terrain. Ministère des Affaires étrangères et européennes, Paris, 5-50.

Wilding R. 1989. The pottery in S.C Munro Hay, 1989. Excavations at Aksum. An account of researches at the ancient Ethiopian capital directed in 1972-74 by the late Sir Neville Chittick. Londres. British Institute in Eastern Africa.

L’auteur

Anne Benoist est archéologue, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des études céramiques d’Arabie du Sud-est (Emirats, Oman) et d’Arabie du Sud (Yémen). Depuis 2012, elle a développé des recherches en Afrique orientale (Ethiopie, Soudan). Elle est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Pour citer ce billet : Anne Benoist. Wakarida : la mission archéologique dans le Tigray oriental (Éthiopie) vue par le petit bout de la lorgnette. 3/3, ArchéOrient - Le Blog, 21 juin 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12237

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.