Wakarida : la mission archéologique dans le Tigray oriental (Éthiopie) vue par le petit bout de la lorgnette. 2/3

2015-2017 : L’ occupation proto-aksumite

Les travaux de la mission archéologique dans le Tigray oriental avaient permis d’exhumer des pans entiers d’une petite ville d’époque aksumite dans une région isolée du Tigray oriental (Éthiopie), une petite ville établie depuis les environs du ive siècle jusqu’au début du viiie siècle, dotée d’une économie principalement axée autour de l’agriculture et de l’élevage mais en contact avec le reste du monde d’où parvenaient monnaies, verrerie, éléments de parure, statuettes et amphores, et autour de laquelle s’étendait un territoire composé de hameaux et de fermes installés sur les crêtes et les pentes des principales vallées de la région (Cf. billet précédent).

Il restait encore en 2014 beaucoup de sites dits « à dater » autour de Wakarida. Je pestais contre l’abondance des céramiques de type « indéterminé », parmi lesquelles j’en devinais d’anciennes, en me référant aux quelques publications emportées par la mission dans la malle-bibliothèque. Il y avait en particulier deux ensembles, l’un à pâte rouge, l’autre à surface rouge et noire dont on trouvait des équivalents à Yeha, l’un des grands sites pré-aksumites sur lesquels, justement, s’étaient installés au cours du premier millénaire av. J.-C. ces fameux « colons » sabéens qui apportèrent avec eux une écriture, des dieux et une architecture monumentale que les Africains adoptèrent et transformèrent.

A titre de test, nous présentâmes à la 4th Enno Littmann Conference en 2014 une belle carte de ces sites localisés autour de Wakarida en y joignant une planche des tessons les plus marquants qui nous semblaient trouver des échos à Yeha, le grand site pré-aksumite où travaille toujours la mission allemande du Deutsches Archäologisches Institut. Et cela ne manqua pas d’arriver, on vit d’éminents collègues sursauter sur leur chaise, et l’un d’eux s’écria « Oh ! That could well be the pre-aksumite period ! ».

Fig.1 : Localisation de Wakarida, Armengama et Mangagebit (© Olivier Barge, 2017)

Munie de cette sorte de validation, nous décidâmes alors en 2015 de faire des sondages sur ces sites pour étudier leur potentiel, récupérer du mobilier en place et des charbons pour tenter des datations au 14C. Deux sites prometteurs furent sélectionnés, le site d’Armengela, à 1 km à l’ouest de Wakarida, et le site de Mangagebit, dans la May Weini, à 2,5 km au sud-ouest de Wakarida (Fig. 1, Fig. 2). Les sondages furent effectués par Sabina Antonini, aidée de Thomas Sagory du Ministère de la Culture et Diaa Albukaai du laboratoire Archéorient qui rejoignaient l’équipe. Pascal Raymond, de l’INRAP, se chargea des relevés topographiques. Il fallut convaincre les familles installées sur les lieux, recruter une dizaine d’ouvriers, acheter la future récole des cactus qui poussaient sur les vestiges, et recruter un âne et son jeune ânier pour transporter outils et mobilier, car les sites en question n’étaient pas directement accessibles en voiture (Fig. 3). Chaque matin, nous montions la colline en file indienne en suivant les pistes – ô combien étroites – tracées entre les cactus ; chaque après-midi nous redescendions avec notre âne, en priant pour qu’il ne se sauve pas avec le mobilier.

Fig. 2: La colline d’Armengela (© Thomas Sagory, 2015)
Fig. 3 : Déchargement des outils sur le site d’Armengela (© Thomas Sagory, 2015)

Il faut dire que les résultats dépassèrent nos espérances : des bâtiments en pierre de formes variées sortaient des deux sondages, des bâtiments parfois costauds, avec des murs épais préservés sur 60 à 80 cm de haut, des sols en place, des portes, des foyers avec des installations en bois pour suspendre les marmites, marquées par des trous de poteaux (Fig. 4, Fig. 5, Fig. 6) et du mobilier à n’en plus finir, avec de nombreux pots complets qu’il fallait encore recoller le soir avant l’apéro (Fig. 7, Fig. 8), des outils en pierre d’une richesse et d’une diversité étonnantes (Fig. 9), des charbons énormes et des tas d’ossements animaux.  Nous étions servis. Et quand les datations arrivèrent, quelques mois après la mission, les deux sites sélectionnés purent être officiellement déclarés non pas de la période pré-aksumite à proprement parler mais de la suivante, la période proto-aksumite, datée des ive-iiie siècles av J.-C.

Fig. 4 : Sondage 2 à Armengela montrant les restes d’une maison arrondie (© Thomas Sagory et Pascal Raymond, 2015)
Fig. 5 : Sondage à Mangagebit (© Iwona Gajda, 2017)
Fig. 6 : Plan des sondages à Mangagebit (© A. Benoist, 2018)
Fig. 7 : Découverte d’une jarre en place à Armengela (© Thomas Sagory, 2015)

D’influence sabéenne, point, alors que les vestiges sabéens les plus proches se trouvent dans la région de Wukro à environ 60 km de là, sur le site de Meqaber Ga’ewa découvert et fouillé par l’équipe allemande du Deutsches Archäologisches Institut (Wolf & Novotnick 2010). Le mobilier s’apparentait à ce que certains chercheurs appellent la culture Ona, connue en Erythrée (Curtis 2009, Fattovitch 2009) mais trouvait aussi des parallèles parmi les sites pré-aksumites de la région d’Aksum (Phillips 2000). L’économie locale paraissait entièrement tournée vers l’agriculture et l’élevage et si on trouvait quelques sceaux témoins d’échanges (Fig. 10), ils désignaient plutôt les réseaux locaux et régionaux, trouvant leurs parallèles les plus proches sur le site de Matara (Anfray 1967, fig.6 : 3442).

Fig. 10 : Deux sceaux en terre cuite trouvés à Mangagebit (© Anne Benoist, 2017)

Ninon Blond était arrivée dans l’équipe pour une thèse sur l’évolution des paysages, avec Yann Callot et Nicolas Jacob-Rousseau pour l’accompagner. Tandis que nous fouillions là-haut, les trois géographes arpentaient les vallées de la May Ayni et de la Ka’Ebile, repérant les coupes géologiques les plus prometteuses, prélevant des échantillons de sédiments et de charbons, échafaudant des hypothèses relatives aux changements de régime hydraulique dans ces vallées, initiant aussi des interviews auprès des populations locales pour comprendre l’évolution récente des paysages (Fig. 11, Fig. 12, Fig. 13).

Fig. 11 : Yann Callot devant une coupe de terrain dans la Ka Ebile (© Ninon Blond, 2014),
Fig. 12 : Ninon et Nicolas étudient une coupe de terrain à l’ombre d’un arbre dans la vallée de la May Weini (© Thomas Sagory 2017)
Fig. 13 : Prélèvements des sédiments d’une coupe de terrain dans la Ka Ebile (© Yann Callot, 2014)

Dès la fin de l’après-midi, il régnait une certaine animation dans la maison de fouilles surpeuplée, entre les sessions de collage, l’emballage des échantillons, la vérification des cartes, les relevés topographiques et les modélisations 3D, les poules qui venaient pondre dans la caisse à pharmacie ou laisser des cadeaux moins flatteurs dans les caisses de céramiques et sur les meules antiques empilées au fond de la salle et qu’il fallait chasser (Fig. 14).

Fig. 14 : Emmanuelle Vila a capturé un coq invasif qu’elle chasse hors de la maison (© Thomas Sagory, 2018)

Les conversations et les questionnements fusaient à travers les rideaux du linge mis à sécher autour des tables, entre les piliers de la maison (Fig. 15). Emmanuelle Vila triait des os, assise sur une caisse en plastique, essayant de se concentrer sur l’identification complexe de petits et grands bovidés sauvages, cherchant si par hasard ne se trouveraient pas dans les collections étalées devant elle sur une table branlante quelques restes de gazelle dorcas, d’antilope koudou ou de buffle noir, des espèces disparues de cette région aujourd’hui, que les populations antiques auraient pu chasser (Fig. 16). On s’interpellait à travers le linge, en français, en anglais aussi, car Guesh, Kibrom et Kebede, nos trois représentants du service des antiquités, préparaient la journée du lendemain et en amharique et en tigrinya enfin, car avec les représentants, les chauffeurs se mobilisaient aussi, réfléchissant aux quantités d’essence nécessaires et aux détours possibles pour des courses, dont la liste s’égrenait à travers les piliers du coin cuisine. Une bonne odeur de légumes chauds agrémentés d’ail et d’épices échappée des marmites de Godana et d’Ayub enveloppait toutes ces paroles d’un voile gourmand, auquel on avait bien du mal à résister. Iwona virevoltait dans toute la maison entre deux phrases du rapport, payant les salaires de nos trois gardiens, remboursant les factures et soignant sans relâche les bobos des uns et des autres. Les femmes des voisins réunis au fond de la salle distribuaient café et pop-corn (Fig. 17).

Fig. 15 : le linge mis à sécher dans un coin de la maison.
Fig. 16 : Emmanuelle Vila triant des os (© Thomas Sagory 2018)
Fig. 17 : Le coin café (© Sabina Antonini, 2012).

Ninon Blond, Yann Callot et Nicolas Jacob-Rousseau commençaient à percevoir, grâce aux nombreuses interviews réalisées auprès des populations locales, que toute la région avait été reconquise sur la forêt à partir des années 1970, à la faveur d’une décision politique du gouvernement. Certaines terrasses apparaissaient ainsi comme toutes récentes. Mais on ne pouvait exclure tout à fait l’antiquité de quantité de murets, qu’Olivier et Manu avaient repérés sur les versants, et qui ne ressemblaient en rien aux murets des terrasses des années 70 : on ne pouvait exclure la possibilité d’un réseau plus ancien. Et puis il y avait bien au fond des vallées de la Ka’ebile et de la Mey-Weini et à Damhalle, des couches de sédiment noir d’origine organique qui signalaient des épisodes de déforestation anciens (Fig. 18). Les datations effectuées sur les échantillons permirent plus tard à Ninon Blond de dater du iiie siècle av. J.-C. un épisode de déforestation enregistré dans la Ka’ebile (Blond, thèse en cours à l’université Lyon 2 ; Blond, Jacob-Rousseau et Callot 2018).

Fig. 18 : Ninon et Jean devant une section montrant des niveaux organiques à Damhalle (© Nicolas Jacob-Rousseau)

La région de Wakarida paraissait donc peu concernée par l’exercice d’une quelconque influence sabéenne, mais semblait davantage avoir connu un développement endogène, démarré peut-être au iiie siècle av J.-C. avec l’arrivée de populations agricoles dans la région. Iwona Gajda et moi présentâmes ces résultats au colloque « International conference on archaeology of ancient Ethiopia. Cult places in ancient Ethiopia. Recent archaeological research » organisé à Paris en avril 2016, et aux 23e rencontres biennales de la Society of Africanist Archaeologists qui eut lieu à Toulouse en juin 2016, où nous reçûmes de nombreux encouragements de collègues étrangers, ravis de voir la période proto-Aksumite sortir de l’ombre dans cette région (Benoist et al. sous presse).

(à suivre…)

Bibliographie

Anfray F. 1967. Matara. Annales d’Éthiopie vol. 7, 33-88.

Benoist A., Gajda I., Blond N., Jacob-Rousseau N., Sagory T., Antonini S., Albukaai D., Charbonnier J., Raymond P., Barge O., Régagnon E. Sous presse. Chronology of the Wakarida region, in: Gajda I. et Benoist A.( dir.),  Cult places in ancient Ethiopia and recent archaeological research. Proceedings of the international conference on Archaeology in ancient Ethiopia. 14-16 April 2016, Paris.

Blond N. Paysages de terrasses autour de Wakarida (Tigray septentrional, Éthiopie) un marqueur des relations homme-milieux de l’époque pré-aksumite à l’actuel. Doctorat en cours à l’université Lyon 2, sous la direction de Yann Callot, laboratoire Archéorient. http://www.theses.fr/s148308

Blond N., Jacob-Rousseau N.,  Callot Y. 2018. Terrasses alluviales et terrasses agricoles : première approche des comblements sédimentaires et de leurs aménagements agricoles depuis 5000 av. n. è. à Wakarida (Éthiopie). Géomorphologie, paléoenvironnement et géoarchéologie des mondes tropicaux vol. 24, n° 3. https://journals.openedition.org/geomorphologie/12258

Curtis M.C. 2009. Relating the ancient Ona Culture to the wider Northern Horn. Discerning patterns and problems in the Archaeology of the first millennium BC. African Archaeological Review 26, 327-350.

Fattovitch R. 2009. Reconsidering Yeha. African Archaeological Review 26, 275-290.

Phillips J. 2000. The pottery in in D.W. Davidson, 2000. Archaeology at Aksum, Ethiopia, 1993-97. Londres. British Institute in Eastern Africa.

Phillipson D. W. 2000. Archaeology at Aksum, Ethiopia, 1993-97. Londres. British Institute in Eastern Africa.

Wolf P., Novotnick U. 2010. The Almaqah temple of Meqaber Ga ‘ewa near Wukro, Tigray, Ethiopia. Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 40, 363-376.

L’auteur

Anne Benoist est archéologue, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des études céramiques d’Arabie du Sud-est (Emirats, Oman) et d’Arabie du Sud (Yémen). Depuis 2012, elle a développé des recherches en Afrique orientale (Ethiopie, Soudan). Elle est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Pour citer ce billet : Anne Benoist. Wakarida : la mission archéologique dans le Tigray oriental (Éthiopie) vue par le petit bout de la lorgnette. 2/3, ArchéOrient - Le Blog, 14 juin 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12176

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.