Wakarida : la mission archéologique dans le Tigray oriental (Éthiopie) vue par le petit bout de la lorgnette. 1/3

2012-2014 : Les fouilles de Wakarida et l’occupation aksumite

L’urbanisation et le développement de royaumes en Éthiopie durant l’antiquité sont encore un sujet de recherches un peu marginal. Quelque part au cours du premier millénaire avant J.-C., un royaume appelé Royaume de Dam‘at ou Dam‘at et Saba apparut dans cette région. Il est mentionné dans des inscriptions trouvées sur plusieurs sites d’Éthiopie et d’Érythrée dont les plus connus sont Yeha, à 50 km d’Aksum, la capitale, et Matara, en Érythrée méridionale (Fig. 1). Les inscriptions, datées entre le vie et le iiie siècle av J.-C., ainsi que les monuments et les objets qui les accompagnent, portent l’empreinte de la civilisation sabéenne d’Arabie du Sud : écriture sabéenne, Divinités connues en Arabie du Sud, architecture et technologie sabéennes. Ainsi le développement de ce premier royaume fut-il parfois perçu comme le fruit d’une colonisation de cette région d’Afrique orientale par les Sabéens.

Fig. 1 : Le temple de Yeha, avec en encart des inscriptions et un brule encens de type sabéen trouvés à l’intérieur (© Thomas Sagory, 2017).

Hypothèse controversée cependant, car de petits détails suggéraient la réinterprétation des modèles sabéens, et les recherches récentes ont révélé un contraste important entre ces sites urbains monumentaux, finalement peu nombreux, où la population était sans doute en partie constituée de marchands ou d’artisans originaires d’Arabie du Sud, et des sites plus ordinaires, des villages en pierre dotés d’une économie familiale fondée sur l’agriculture et d’élevage avec une architecture et un artisanat proprement africains, sans trace aucune d’une quelconque influence d’Arabie du Sud. Ainsi l’idée que c’est le développement autonome de cette région d’Éthiopie qui a pu être à l’origine de la venue de colons sabéens à la recherche de nouveaux approvisionnements et débouchés s’est peu à peu imposée dans les esprits, et les recherches s’orientent tout autant aujourd’hui sur l’identification de moteurs de développement autochtones que sur celle de l’influence des colons sabéens sur les populations autochtones.

A partir du ve siècle av J.-C., les inscriptions disparaissent, les sites et les monuments se font rares, la civilisation « éthio-sabéenne » semble se transformer peu à peu pour fonctionner de façon différente et plus « autonome ». Ce n’est qu’à partir du ier siècle de notre ère qu’un royaume réapparaît dans les textes, le Royaume d’Aksum, décrit comme un acteur majeur des échanges le long de la Mer Rouge, entre le monde méditerranéen et l’Inde. Aksum exportait des produits de luxe et des produits exotiques (ivoire, or, animaux exotiques), des armes, des outils, des tissus, des éléments de parure, depuis le port d’Adulis, établi sur la rive de la Mer Rouge.

Fig. 2 : Les stèles d’Aksum. (© Iwona Gajda, 2012)

Sur place, la prospérité du Royaume se traduit par l’essor d’une architecture monumentale élaborée, avec des palais à plan symétrique sur soubassement central à degrés (palais de Dungur à Aksum), et des stèles géantes qui marquent le plus souvent l’emplacement de tombes importantes (stèles érigées sur la terrasse May Hajja à Aksum : Fig. 2), mais également par un renouveau des artisanats, un re-développement de l’écriture (développement du guèze) et l’apparition d’un monnayage royal. L’intégration du royaume d’Aksum aux échanges inter-régionaux est confirmée par l’apparition, sur de nombreux sites éthiopiens, d’objets issus d’échanges à longue distance : amphores, verrerie, éléments de parure, plaques en métal, vaisselle en pierre, sceaux, monnaies. Devenu chrétien vers le ive siècle, le Royaume d’Aksum affronte et défait le Royaume de Méroé au nord, et envoie ses armées jusque sur le sol d’Arabie du Sud qu’il occupe en partie au vie siècle (Anfray 1968, 1990, Fattovitch 2009, Munro-Hay 1989, Phillipson 2000).

Fig. 3 : Localisation de Wakarida (© Olivier Barge, 2017)

C’est justement pour approfondir cette question du développement des royaumes éthio-sabéen et aksumite en Éthiopie et mesurer plus précisément le rôle de l’influence sabéenne dans ce processus qu’Iwona Gajda, épigraphiste du Laboratoire Orient & Méditerranée, entreprit en 2011 une opération de reconnaissance sur le plateau du Tigray oriental, à la recherche du terrain idoine, susceptible de fournir des données concernant les débuts de l’urbanisation, la formation et l’évolution des royaumes antiques en Éthiopie. En 2011, elle effectua une première prospection dans le Tigray oriental avec Fabienne Dugast (Orient & Méditerranée) et Xavier Craperi (ALTEA géomètres experts), prospection qui la conduisit à choisir le site de Wakarida comme terrain de recherches. Le site est installé dans la partie la plus orientale du Tigray, en limite de la province Afar, dans une région de montagnes aux vallées perchées, qui forme comme une petite excroissance du plateau du Tigray entourée de montagnes abruptes aux vallées profondes (Fig. 3). Le site était à l’écart des grandes routes commerciales antiques situées sur le plateau lui-même, mais les ruines signalées aux autorités locales par les habitants de la région  paraissaient prometteuses. Un sondage rapide effectué dans la partie nord-est du site révéla des murs, des sols, et un abondant mobilier (Gajda et Dugast, 2014).

Fig. 4 : Photo au cerf-volant du site de Wakarida (© Thomas Sagory, 2017)
Fig. 5 : La maison de fouilles (© Sabina Antonini, 2012)
Fig. 6 : Les tentes « Quechua » qui nous servaient de cabines de douche, en 2012 (© Xavier Craperi, 2012)
Fig. 7 : Vue sur la vallée de la May Ayni au matin ((© Xavier Craperi, 2012).
Fig. 8 : Le coin cuisine : Godana Yohannes, Simeneh Bacha et Sisaye Getachew (© Xavier Craperi, 2012)

Dès 2012, Iwona Gajda agrandit son équipe pour entreprendre des fouilles élargies, et c’est à ce moment qu’arrivèrent Julien Charbonnier, jeune docteur rattaché au laboratoire ArScan, Sabina Antonini (Monumenta Italia, Rome), Xavier Peixoto, archéologue de l’INRAP, mais également Olivier Barge, Emmanuelle Régagnon et moi-même, du laboratoire Archéorient et Cécile Verdellet, étudiante à l’Université de Paris I. Tout ce beau monde débarqua un matin sur le site antique de Wakarida, perché sur une colline arrondie qui domine la vallée de la  May Ayni (Fig. 4). L’équipe s’installa dans une maison traditionnelle située au beau milieu du site, louée aux voisins pour servir de maison de fouilles, une maison au sol en terre battue, aux murs de pierres, au toit percé d’un trou pour laisser passer la lumière et s’échapper la fumée (Fig. 5). Pas d’électricité mais un générateur pour faire tourner les ordinateurs le soir, pas d’eau courante mais un puits où s’abreuvait tout le village de Sewna, des tentes plantées sur le site et des cabines de douche pliantes apportées de France pour l’occasion (Fig. 6). Pas de confort mais une vue imprenable sur les contreforts du Tigray, avec des levers de soleils sublimes (Fig. 7), des ciels étoilés la nuit, et une équipe locale en or pour nous assister : Godana et Ayub Yohannes et Sisay Getachew, les cuisiniers (Fig. 8)  Tamatcheche Fitur, Semene Bacha et Amare Setotaw, les chauffeurs, tous envoyés par le Centre Français d’Etudes Éthiopiennes d’Addis Abeba (CFEE), Hayle Teklay et Guesh Tsehaye du Tigray Culture and Tourism Bureau de Mekele (TCTB), Mulugeta Abegaz, Getachew Dawi, Kebede Geleta et Solomon Messele de l’Authority for Research and Conservation of Cultural Heritage d’Addis Abeba (ARCCH) et enfin Kibrom  Gebregergs de l’Emba  Culture and Tourism  Office de  Saesie Tsaeda (ECTO).

Fig. 9 : Vue générale du chantier 2 (© Julien Charbonnier, 2014)
Fig. 10 : Une comparaison du plan du bâtiment A dans le chantier 2 à Wakarida avec celui d’un bâtiment de Matara. (© Anne Benoist, 2014)
Fig. 11 : Orthophoto du Chantier 1 (© Olivier Barge et Pascal Raymond, 2014)
Fig. 12 : Un mur avec des assises de schiste dans le chantier 1 (© Anne Benoist, 2012)
Fig. 13 : Conversations matinales autour de la fouille ((© Xavier Craperi, 2012).

On ouvrit deux chantiers et on mit au jour très vite des bâtiments en pierres au plan symétrique avec des murs dotés de degrés soulignés par des assises de schistes bleus, des murs qui ressemblaient furieusement aux murs des grandes résidences antiques d’Aksum ou de Matara (Fig. 9, Fig. 10, Fig. 11, Fig. 12). Les fouilles étaient largement disséquées et commentées par nos voisins (Fig. 13). Du mobilier sortait à profusion des pièces et des cours, principalement de la céramique hélas, qu’il fallait laver, trier, comptabiliser, enregistrer et dater (Fig. 14, Fig. 15, Fig. 16) et de nombreux outils en pierres, meules et molettes en calcaire, en grès ou en granit, des éclats d’obsidienne taillés en grattoirs, trapèzes et pointes, et fragments divers, qui nous rappelaient l’importance de l’agriculture dans l’économie locale. On trouvait encore de nombreux ossements animaux dans les niveaux d’occupation, surtout des bovidés et caprinés domestiques, qu’Emmanuelle Vila vint étudier à partir de 2017.

Fig. 14 : Jarres entières dans le chantier 1, sur la fouille et aux mains de Xavier Peixoto. (© Xavier Peixoto, Sabina Antonini)
Fig. 15 : Le lavage de la céramique devant la maison (© Sabina Antonini)
Fig. 16 : L’enregistrement de la céramique : Cécile Verdellet et moi-même face à face dans la maison de fouilles (© Xavier Craperi, 2012).

Apparaissaient aussi cependant quelques objets qui rappelaient que le site avait été autrefois en contact avec le monde extérieur : monnaies en bronze à l’effigie du roi Ioël, statuettes en pierres, figurines en argile cuite, un sceau sassanide en agate avec un petit cheval gravé, une perle en verre millefiori romaine, quelques fragments d’amphores (Fig. 17).  De même que l’architecture locale témoignait d’une application des canons de l’architecture aksumite dans la région, ces objets parlaient en faveur de l’intégration pleine et entière de cette région pourtant à l’écart des grands circuits régionaux aux réseaux d’échanges interrégionaux et maritimes qui transitaient le long de la Mer Rouge. Des croix qui ornaient la céramique fine peinte (Fig 18) nous suggéraient que nous étions dans la période aksumite chrétienne, quelque part entre le ive siècle et le viiie siècle de notre ère, à l’époque d’apogée du Royaume qui  se traduisit au nord par la défaite de Méroé, à l’est par la pénétration des rois aksumites sur les terres sabéennes, en Arabie du Sud.

Fig.17 : Objets témoignant d’échanges interrégionaux recueillis à Wakarida. (© Anne Benoist, 2014).
Fig. 18 : Décor en forme de croix sur un bol en céramique fine rouge peinte de Wakarida (© Julien Charbonnier, 2014).

On distinguait grosso-modo trois assemblages céramiques successifs. Chacun d’eux put être rattaché par comparaison à des assemblages de la cité d’Aksum publiés par R. Wilding (1989) et J. Phillips (2000) : le plus ancien de la période aksumite moyenne (400-600 AD), le suivant de la période aksumite récente (600-800 AD) et le dernier, de la période post-aksumite (1000-1200 AD d’après une datation C14). Wakarida fut ainsi fondée entre le ive et le vie siècle.(Fig. 19). En surface, les murs de la ville de Wakarida montrent une orientation massivement dominée par deux directions, nord-ouest / sud-est et nord-est / sud-ouest, ce qui suggère que les constructions furent faites selon un plan précis : soit une orientation initiale respectée au cours des siècles, soit une planification décidée et réalisée d’un seul coup (Fig. 20). La ville fut abandonnée à la fin du viie ou au début du viiie siècle de notre ère, au moment où tout le Royaume d’Aksum s’effondrait. Elle fut remplacée vers le xe siècle par un campement saisonnier, installé sur les ruines, un campement dont le mobilier, se rattache par ses formes et ses décors au mobilier recueilli à Aksum dans les niveaux superficiels.

Fig. 19 : Evolution de la céramique et périodisation de Wakarida : l’exemple du chantier 2 de Wakarida (© Anne Benoist, 2014).
Fig. 20 : Wakarida : plan et schéma d’orientation des murs en surface (© Pascal Raymond)

Parallèlement aux fouilles, une prospection systématique des alentours du site fut menée par Olivier Barge et Emmanuelle Régagnon (notre « Manu »). Munis d’un GPS différentiel, ils parcoururent les terrasses et les pentes escarpées de la région, effectuant relevés et ramassages de tessons de céramique, affrontant les cactus et traînant parfois derrière eux une troupe de gamins hilares que les représentants locaux peinent à éparpiller (Fig. 21). La densité des enregistrements donnait l’image d’un peuplement dispersé comparable à l’actuel alors qu’en parallèle, l’observation des paysages montrait un étonnant modelé en terrasses. L’évidente anthropisation ne pouvait-elle pas avoir son origine dans les périodes que nous étudiions ?

Fig. 21 : Prospection dans les cactus (© Sabina Antonini, 2012)

Olivier et Manu rentraient le soir avec leurs sacs de tessons et s’installaient derrière leur ordinateur, dessinant points et cheminements, murs, tombes et autres vestiges qu’ils décrivaient dans un tableau de caractères associé aux cartes de répartition qu’ils faisaient naître dans leur SIG (Fig. 22).  Près de 200 sites étaient ainsi localisés en 2014 autour de Wakarida, certains avec des vestiges, d’autres simplement marqués par de la céramique de surface. De nombreux sites se rattachaient à la ville de Wakarida par leur mobilier et une première évolution du territoire associé à Wakarida pouvait être esquissée. Elle suggérait une occupation dense, avec de nombreux hameaux et fermes éparpillés autour de la ville, sur les crêtes et les pentes des principales vallées alentours. Quant à l’apparition des terrasses agricoles et plus généralement l’évolution du paysage, il apparut très vite qu’il fallait s’adjoindre les compétences de géomorphologues pour en savoir davantage.

Fig. 22 : Olivier et Manu devant leur ordinateur (© Xavier Craperi, 2012).

Les fouilles de Wakarida et la prospection du territoire associé furent présentées en avril 2014 à la 4th Enno Littmann Conference à Tübingen (Gajda et al, 2015), et en 2015 au Seminar for Arabian Studies à Londres (Benoist, Charbonnier et Gajda, 2016). Restait à comprendre ce qui avait bien pu motiver la fondation de la ville dans ce secteur un peu écarté, en s’attachant aux périodes plus anciennes. Un défi que la mission tenta de relever au cours des années suivantes (Fig. 23). A suivre…

Fig. 23 : Photo de l’équipe en 2012 (© Iwona Gjada, 2012).

Bibliographie

Anfray F. 1968. Aspects de l’archéologie éthiopienne. Journal of African History Vol 9/3, 345-366.

Anfray F. 1991. Les anciens Éthiopiens. Armand Colin, Paris.

Benoist A., Charbonnier J. et Gajda I., 2016. Investigating the eastern edge of the kingdom of Aksum. Architecture and pottery from Wakarida. Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 46, 25-40.

Fattovitch R. 2009. Reconsidering Yeha. African Archaeological Review 26, 275-290

Gajda I. et Dugast F. 2014. Prospections archéologiques dans la région de Mekele et les contreforts orientaux du Tigray.  Annales d’Éthiopie 29, 179-197.

Gajda I., Dugast F., Antonini S., Barge O., Benoist A., Bernard V., Callot Y., Charbonnier J., Peixoto X., Régagnon E., Verdellet C. 2015. Wakarida. Un site Aksumite à l’est du Tigray. Annales d’Éthiopie 30, 175-222.

Munro-Hay S.C., 1989. Excavations at Aksum. An account of researches at the ancient Ethiopian capital directed in 1972-74 by the late Sir Neville Chittick. Londres. British Institute in Eastern Africa.

Phillips J. 2000. Pottery and clay objects in D.W. Davidson, Archaeology at Aksum, Ethiopia, 1993-97. Londres. British Institute in Eastern Africa : 303-336.

Phillipson D.W.  2000. Archaeology at Aksum, Ethiopia, 1993-97. Londres. British Institute in Eastern Africa.

Wilding R. 1989. The pottery in S.C Munro Hay, Excavations at Aksum. An account of researches at the ancient Ethiopian capital directed in 1972-74 by the late Sir Neville Chittick. Londres. British Institute in Eastern Africa : 240-312

Wolf P., Novotnick U.,2010. The Almaqah temple of Meqaber Ga ‘ewa near Wukro, Tigray, Ethiopia. Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 40, 363-376.

L’auteur

Anne Benoist est archéologue, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des études céramiques d’Arabie du Sud-est (Emirats, Oman) et d’Arabie du Sud (Yémen). Depuis 2012, elle a développé des recherches en Afrique orientale (Ethiopie, Soudan). Elle est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Pour citer ce billet : Anne Benoist. Wakarida : la mission archéologique dans le Tigray oriental (Éthiopie) vue par le petit bout de la lorgnette. 1/3, ArchéOrient - Le Blog, 7 juin 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12075

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.