L’Aziliens sud-ardéchois : le début de l’enquête

En 2017 fut amorcé un travail de thèse portant sur le sud de l’Ardèche qui offre la possibilité d’étudier une culture matérielle tardiglaciaire. Se plaçant en période de changement climatique intermédiaire entre les cultures paléolithiques et mésolithiques : la culture azilienne datée d’approximativement de -12.000 BP à -11.000 BP.

Un peu d’histoire…

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la communauté des préhistoriens à l’intuition que l’outillage des sociétés de la fin du Tardiglaciaire n’ont pas de lien direct avec les industries néolithiques (- 9.000 BP à – 4.000 BP). En découlent alors deux théories : celle d’une lacune dans les connaissances archéologiques (Cazalis de Fondouce 1874,) et celle d’un hiatus, impliquant que l’Europe n’aurait tout simplement pas été habitée durant cette période (Cartaillac 1874). Le débat commence autour des années 1870 et fait rage jusqu’en 1888, où E. Piette identifie au Mas d’Azil (09) une « assise de transition » (Piette 1895), entendre « niveau archéologique » qui sépare « l’âge magdalénien de celui des haches en pierres polie » (Piette 1895). Il en décrit alors l’industrie ainsi (1895) : « de petits grattoirs arrondis, des instruments en lame de canif […] des harpons perforés plats, ovalaires, en ramure de cerf, des galets coloriés en grande abondance » ; la faune témoigne d’un climat tempéré. Ces éléments et leur position stratigraphique conduisent Piette à interpréter ce niveau comme une phase de transition entre le Paléolithique supérieur et le Néolithique, les niveaux aziliens se superposant aux niveaux magdaléniens (Piette, 1895). En 1903, il publie un article intitulé Notion complémentaire sur l’Asylien, créant ainsi l’appellation orthographiée plus tard Azilien (Breuil 1912).

La première typo-chronologie concerne les harpons en bois de cervidé. Les travaux de E. Piette (1995) et H. Breuil (1937) proposent une évolution morphologique des harpons magdaléniens décorés aux harpons perforés aziliens avec une forme transitionnelle et identifient même un proto-azilien pour trois pièces de Longueroche (Breuil 1937).

Par la suite, les travaux sur les industries lithiques permettront une périodisation de l’Azilien plus précise d’un point de vue typo-technologique et il s’avérera que les harpons perforés ne sont pas ubiquistes. De manière générale, l’outillage lithique de l’Azilien ancien est défini par une augmentation significative des pointes à dos dans les ensembles, par le fait que des grattoirs courts prennent le pas sur les burins à côté d’un débitage de lames encore assez soignées et calibrées. L’ outillage lithique de l’Azilien récent, quant à lui, se caractérise par un débitage « simplifié » : les supports débités sont peu standardisés, les armatures étant calibrées par les retouches. Les pointes à dos sont nombreuses, les burins rares (Desbrosse 1995, Valentin 1995, Bodu et Valentin 1997, Pion 1997, Barbaza 1997, Bodu et al 2006, Mevel 2013). Ces critères de définition de l’Azilien vont se décliner en plusieurs faciès régionaux différenciés par des nuances typologiques. De manière globale, la généralisation des pointes à dos, des grattoirs courts et des chaînes opératoires simplifiées dans une grande partie des sociétés du Tardiglaciaire européen est rassemblée sous le terme d’azilianisation, notion développée pour la première fois dans les travaux de G. Laplace (1966).

Fig. 1 : Harpons aziliens en bois de cerf (grotte du Moulin, Troubat Hautes-Pyrénées, photo : ADLFI)

Thévenin l’exprimera ainsi (1997) : « …le phénomène de l’azilianisation peut être défini comme la généralisation de la pointe à dos courbe et de l’arc sur notre territoire. ». De fait l’azilianisation recouvre un même phénomène, le recours à des pointes à dos courbes, se déclinant en différents faciès :

« …c’est un terme générique qui tient compte de la diversité des formes qu’a pu prendre ce bouleversement sans doute progressif mais profond des choix techniques, économiques et idéologiques… » .

(Valentin 1995)

Aujourd’hui, les limites géographiques connues de ce phénomène vont de la Grande-Bretagne au nord à la Pologne à l’est et jusqu’en France méridionale au sud.

Un peu de technologie lithique…

Les choix techniques de l’Azilien se caractérisent par un débitage plus opportuniste et irrégulier qu’au Magdalénien final : Valentin parle de « simplicité » des méthodes de débitage (Valentin 1995). La simplification des débitages signalée par cet auteur s’entend par comparaison avec les débitages magdaléniens jugés plus complexes, mais elle n’est pas synonyme d’une perte de savoir-faire. Les nucléus servent à produire tant des lames que des lamelles et des éclats. C’est la notion d’économie du débitage et de la matière première qui change radicalement avec le développement de l’Azilien. La retouche écailleuse scalariforme (retouche rasante, longue et assez profonde cf fig. 7 n°4) est très utilisée, notamment sur des lames-racloirs de gros modules. Les stigmates de débitages visibles sur les différents supports laissent penser à l’utilisation d’un percuteur en pierre tendre.

D’un point de vue typologique, la production de pointes à dos courbes, de grattoirs courts en surnombre par rapport aux burins et de grandes lames retouchées permettent de diagnostiquer un ensemble azilien.

Un zoom régional comme point de départ…

L’azilien a été défini avec précision dans une grande partie du territoire français (bassin parisien, bassin aquitain, les Alpes et les Pyrénées), avec pour certains sites une chronologie régionale établie. Le Closeau (bassin parisien), le Pont d’Ambon (Dordogne), le Bois-Ragot (Périgord), l’Abri Fru et Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie), le Pégourié (Lot) ou encore Rhodes II (Ariège) sont les principaux sites français (Pion 1997 ; Thévenin 1997 ; Valentin et Hantaï A 2005 ; Bodu et al. 2006 ; Mevel 2013, Fat-Cheung 2016).

En Ardèche, peu d’études concernant l’Azilien ont été effectuées, les travaux se focalisant sur des périodes antérieures. Les sites ardéchois aujourd’hui apparentés à l’Azilien sont en nombre réduit : les principaux sont la grotte de Chazelle (07460), l’abri du Colombier (07150) et l’abri Dumas (07700). Quelques outils peu diagnostiques ont été trouvés à l’Aven Marzal (07700).

C’est en suivant les pistes ouvertes par ces découvertes et en étudiant les collections lithiques issues des sites ardéchois que je cherche à affiner les connaissances régionales sur l’Azilien et à permettre ainsi une réflexion à l’échelle nationale. Mes principaux objectifs consistent à repérer un éventuel faciès régional ainsi qu’une chronologie interne, une articulation avec les cultures antérieures du Paléolithique supérieur, pour permettre une réelle contextualisation géographique interrégionale.

Un site, l’Abri Dumas, mérite un examen particulier en raison de sa stratigraphie et de l’importance numérique des objets lithiques.C’est un abri-sous-roche situé au lieu-dit le Saut-Du-Loup (07700), dans les gorges de l’Ardèche. La cavité mesure 54 m de long sur 12 m de large et s’ouvre vers l’est, en direction de la rivière. Ce site fut occupé par l’Homme à différentes périodes de la Préhistoire.

Fig. 2 : à l’approche de l’entrée de l’abri (cliché C. Chapignac)
Fig. 3 : vue interne de l’abri, ouverture à gauche de l’image (cliché C. Chapignac)
Fig. 4 : Plan du site avec les 23m2 fouillés en 1975 (R. Gilles, 1975)

Il a fait l’objet de six campagnes de fouilles sous la direction de Gilles de 1969 à 1975, couvrant au total 23 m2 (Fig. 4 et 5). La stratigraphie a révélé trois niveaux archéologiques présentant deux ensembles épipaléolithiques successifs rattachés au techno-complexe de l’Azilien (niveaux CII et CIII, Fig. 6). Une première analyse typologique des industries lithiques a montré un ensemble d’outils cohérent. En cela, Dumas est un site de premier ordre dans mes recherches. Il offre la possibilité d’étudier la succession de deux niveaux chronologiques appartenant au même ensemble culturel, ce qui permet d’observer des évolutions techno-typologiques et d’établir une chronologie interne pour l’Azilien ardéchois. D’ailleurs Gilles évoque déjà dans ses rapports quelques évolutions typologiques entre les niveaux CIII et CII (de bas en haut).

Fig. 5 : progression des fouilles Gilles de 1969 à 1975 (DAO d’après les archives de Gilles 1969-1975)
Fig. 6 : stratigraphie de référence (modifié d’après R. Gilles, 1969)

L’observation du niveau le plus ancien (CIII) permet de proposer un profil technique.D’après les vestiges retrouvés il semble que l’activité de taille ait eu lieu sur place. En effet, de nombreux éclats de toutes dimensions ont été retrouvés, dont certains semblent issus de phase de préparation et d’entretien des nucléus, eux-mêmes présents sur le site (n=10).

Les outils se partagent entre les armatures, sous les formes de lamelles et pointes à dos, et les outils du fond commun : grattoirs, burins, becs et de grandes lames aux deux bords retouchés. A cela s’ajoutent des outils non typologiques sur tous supports.

Cette variabilité des supports exploités (éclats et lames/lamelles issues de plusieurs phases d’exploitation), observée à différentes fréquences sur tous les outils du fond communs, dénote une grande adaptation et une quasi-absence de standardisation. Cependant, certains produits transformés sont réservés à une catégorie particulière de supports : toutes les pointes à dos sont faites sur lamelles. De même, les grandes lames sont toujours transformées par retouches écailleuses scalariformes sur les deux bords. J’ai appelé cette catégorie les lames massives à retouches scalariformes (LMRSC).

Les nucléus, sur blocs, ne sont abandonnés que lorsqu’qu’ils sont épuisés (fin d’exploitation) et sont de taille réduite et d’aspect très accidenté. Leur état final rend difficile la caractérisation de l’exploitation principale. Les derniers négatifs observés sont ceux d’éclats courts (2-3cm).

Mes observations conduisent à définir une chaîne opératoire où la mise en forme est réduite mais existante (les flancs des nucléus ne semblent pas modifiés mais des crêtes frontales sont occasionnellement aménagées) et dont les objectifs de production sont les suivants :

  • Une production lamino-lamellaire (lames de dimensions réduites et lamelles) dont l’épaisseur semble le critère de sélection (3 mm). Outils associés : lamelles et pointes à dos, quelques outils non typologiques.
  • Des lames plus grandes (lames massives et grandes lames). Outils associés : grandes lames retouchées (LMRSC) et burins, quelques becs et outils non typologiques.
  • Des éclats. Outils associés : grattoirs, becs, outils non typologiques.
Conclusion et perspectives…

Pour la période qui nous intéresse, la partie orientale de la Vallée-du-Rhône est assez mal documentée. Longtemps le quart sud-est de la France est resté mal connu. Pour trouver des industries géographiquement proches de ce que nous observons à l’abri Dumas (CIII), il nous faut aller voir du côté des Alpes du Nord (le massif des Bauges, de la Chartreuse, du Vercors et des Bornes) ainsi que vers le Jura.

Ainsi nous constatons que l’Azilien ancien des Alpes du Nord, documenté par les gisements de l’abri de la Fru (Pion 1997, Mevel 2013), la grotte Jean-Pierre 1 (Bintz 1994, Desbrosse 1995), l’abri Gay (Desbrosses 1965, 1966, 1975 et Béreiziat 2011 ), et les grottes du Taï 1 et 2 (Brochier et Livache 1997), partage des caractéristiques typo-technologiques avec notre site ardéchois, à savoir une chaîne opératoire orientée vers la recherche de deux supports, des grandes lames pour les outils du fonds communs (dont les lames à retouches écailleuses et quelques burins) et des lames/lamelles plus courtes pour la fabrication de monopointes et bipointes. La percussion directe à la pierre tendre est de mise (données résumées in Naudinot et al 2019).

L’Azilien récent, connu surtout au gisement de l’abri Fru, est marqué par une baisse d’exigence dans la régularité des supports. Concernant la date de l’abri Dumas CIII, je penche pour l’heure pour une phase ancienne de l’Azilien.

Afin de préciser au mieux la chronologie, j’ai prélevé des échantillons de faune en vue d’une datation AMR. Affaire à suivre…

Aujourd’hui mon travail consiste à continuer l’étude de l’ensemble des couches archéologiques de l’abri Dumas (CII et CI) afin d’observer les différences et similitudes techniques et typologiques des trois couches épipaléolithiques. Peut-être pourrai-je observer des évolutions et proposer un découpage chronologique. Bien sûr, ce travail ne représente que le commencement de mon enquête sur l’Azilien ardéchois ou, plus largement, sur les cultures matérielles des populations du Tardiglaciaire/Epipaléolithique du Sud-Est. A cette première étude viendront s’ajouter celles d’autres sites régionaux, notamment le site du Colombier (07150), dont le remplissage commence au Magdalénien récent/final et se poursuit par plusieurs occupations aziliennes, offrant l’opportunité d’observer les continuités et ruptures entre ces deux cultures. L’identification d’une culture matérielle passe aussi par l’observation des comportement économiques (recherche de matières premières) et par les lieux investis. Aujourd’hui les occupations connues se trouvent presque exclusivement en abri-sous-roche. C’est pourquoi Sébastien Marzin et moi organisons une prospection thématique cet été avec l’ambition de repérer des occupations de plein air.

Est-il possible de mettre en évidence une chronologie interne de l’Azilien du sud-est et ses articulations avec ce qui le précède ? Qu’en est-il des occupations de plein air ? Peut-on observer une organisation spatiale ? Quels rapports entretient l’Aziliens avec les cultures épigravettiennes plus orientales ?

J’espère, à terme, apporter mon lot de réponses afin de mieux saisir qui étaient les Aziliens du Sud-Est et les hommes du Tardiglaciaire.

Fig. 7 : industrie de l’Abri Dumas CIII (dessin C. Chapignac)

Bibliographie

Barbaza M. 1997. L’Azilien des Pyrénées dans le contexte des cultures de la fin du Tardiglaciaire entre France et Espagne, Bulletin de la Société préhistorique française 94 n°3, 315-318

Bereiziat G. 2011 Variabilité des comportements techniques du Dryas ancien à la fin du Bölling. Analyse techno-économique comparée du matériel lithique de cinq gisements tardiglaciaires du Jura méridional. Bulletin de la Société préhistorique française 109, n°4, 791-793

Bintz P. 1994 Les grottes Jean-Pierre 1 et 2 à Saint-Thibaud-de-Couz (Savoie). Paléoenvironnement et cultures du Tardiglaciaire à l’Holocène dans les Alpes du Nord, Gallia Préhistoire 36, 145-266

Bodu P., Debout G., Bignon O. 2006. Variabilité des habitudes tardiglaciaires dans le Bassin parisien : l’organisation spatiale et sociale de l’Azilien ancien du Closeau, Bulletin de la Société préhistorique française 103, n°4, 711-728

Bodu P et Valentin B. 1997. Groupes à Federmesser ou aziliens dans le Sud et l’Ouest du Bassin Parisien. Proposition pour un modèle d’évolution, Bulletin de la Société Préhistorique Française 94, 341-347

Breuil H. 1937 Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur significations, XIVe congrès international d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, Genève 1912 (2èm éd), 5-78

Breuil H. 1912 Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur significations, XIVe congrès international d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, Genève, 165-238

Brochier J.-É., Livache M. 1997 La grotte du Taï et l’abri de Campalou à Saint-Nazaire-en-Royans. Éléments typologiques préliminaires, La fin du Paléolithique supérieur dans les Alpes françaises du Nord et le Jura méridional, rapport de synthèse de PCR, [n.p.].

Cartailhac E. 1874 L’histoire primitive et naturelle de l’Homme, Matériaux 9, 2em série t.V

Cazalis de Fondouce P. 1874 Congrès international d’anthropologie et d’archéologie, 7em session, Stockholm, 112-133

Célérier G. 1993. Inventaire et typométrie des pointes aziliennes, l’Abris sous roche du Pont d’Ambon à Bourdeille (Dordogne), Gallia Préhistoire 35, 89-98

Desbrosse R. 1975 Travaux dans l’Ain pendant l’année 1975, Comptes rendus d’activités annuelles. Association régionale pour le développement des recherches de paléontologie et de préhistoire et des Amis du Muséum 13, 39-42

Desbrosse R., Bonnamour L. 1966 L’Abri gay à Poncin (Ain). Fouilles 1965. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 35ᵉ année, 7, 319-328

Desbrosse R., Bonnamour L, 1965 L’abri Gay à Poncin (Ain). Bilan des fouilles anciennes. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 34ᵉ année, 10, 401-411

Fat-Cheung C. 2016. L’Azilien pyrénéen parmi les sociétés du tardiglaciaire ouest-européen : apport de l’étude des industries lithiques, Université Toulouse le Mirail, Toulouse

Gilles R. 1969-1975. Rapports de fouilles, données manuscrites, Cité de la Préhistoire d’Orgnac l’Aven.

Laplace G. 1966. Recherches sur l’origine et l’évolution des complexes leptolithiques, Ecole française de Rome, Mélanges d’archéologie et d’histoire, 586p

Malvesin-Fabre G. 1954 :L’Azilien, Bulletin de la Société Préhistorique française 51, n°8, 67-69

Mevel L. 2013. Les premières sociétés aziliennes : Nouvelles lecture de la genèse du phénomène d’azilianisation dans les Alpes du nord à partir des deux niveaux d’occupations de l’abris de la Fru (Saint-Christophe-de-Savoie), Bulletin de la société préhistorique française 110, n°4, 657-689

 Naudinot N., Fagnart J-P., Langlais M., Mevel L., Valentin B. 2019. Les dernières sociétés du Tardiglaciaire et des tout débuts de l’Holocène en France, Gallia Préhistoire 59, 5-45.

Pélegrin J. 2000. Les techniques de débitages laminaires au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile de France 7, 73-86.

Piette E. 1903. Etude d’ethnographie préhistorique VI – Notions complémentaires sur l’Asylienn L’anthropologie 14, 641-676

Piette E. 1895. Hiatus et lacune. Vestiges de la période de transition dans la grotte du Mas d’Azil, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris 6 (1),235-237.

Pion G. 1997. L’Abri Fru à Saint-Christophe-la-Grotte (Savoie) : l’Azilien ancien des débuts de l’Alleröd, Bulletin de la Société Préhistorique française 94, 319-326

Thévenin A. 1997. « L’Azilien » et les cultures à pointes à dos courbe : esquisse géographique et chronologique, Bulletin de la Société Préhistorique française 94, 393-411

Valentin B. et Hantaï A. 2005. Transformations de l’industrie lithique pendant l’Azilien. Étude des niveaux 3 et 4 du Bois-Ragot (Boris avec la collaboration), in A. Chollet et V. Dujardin dir., La grotte du Bois-Ragot à Gouex (Vienne), Magdalénien et Azilien, essais sur les hommes et leur environnement, Mémoire de la Société préhistorique française 38, 89-182.

Valentin B. 1996. Les groupes humains et leurs traditions au Tardiglaciaire dans le Bassin parisien. Apport de la technologie lithique comparée. Bulletin de la Société préhistorique française 93, 17-20

L’auteur

Chapignac Chloé est doctorante du laboratoire Archéorient – UMR 5133, spécialiste de la technologie lithique. Elle travaille sur les sociétés du Tardiglaciaire sud-ardéchois, plus précisément sur la culture azilienne. Direction : Éric Thirault (UMR 5133), tutorat : Frédéric Abbès (UMR 5133) 

Pour citer ce billet : Chloé Chapignac. L’Aziliens sud-ardéchois : le début de l’enquête, ArchéOrient - Le Blog, 10 mai 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12009

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.