Le soutien de la France à la conservation des architectures de terre crue

L’archéologie française à l’étranger, figure emblématique de la diplomatie scientifique et culturelle, compte à travers le monde près de cent soixante programmes financés par le ministère français de l’Europe et des Affaires Etrangères :

« Depuis 70 ans, le ministère des Affaires étrangères (…) assure l’excellence et la pérennité des recherches et ne cesse de renouveler son soutien à l’accompagnement des équipes sur le terrain ».

Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Les missions archéologiques françaises.

Dans le contexte actuel où dérèglement climatique, subsistance économique et vandalisme idéologique sont parmi les causes de la disparition des sites archéologiques, la conservation du patrimoine devient le levier d’une prise de conscience pour les institutions patrimoniales locales à l’échelle internationale. Les chercheurs se trouvent alors confrontés à de nouvelles obligations telles que la conservation des vestiges découverts, mobiliers et immobiliers, afin d’obtenir leurs autorisations de fouille dans le pays hôte.

Face au matériau pourtant universel qu’est la terre crue, les disciplines liées à la préservation du patrimoine bâti que sont l’archéologie, l’architecture et la conservation sont bien souvent désemparées. Elles se trouvent face au terrible dilemme de l’exposition des structures à l’air libre, architectures vouées à l’éphémère si aucune action de conservation n’est entreprise : ré-enfouir ou ne pas ré-enfouir ?

Les recherches du Laboratoire CRAterre de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, Unité de Recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives (AE&CC) sont novatrices dans ce domaine et restent aujourd’hui une référence en terme d’expertise internationale. Quarante ans d’expérience sur plus d’une quinzaine de sites archéologiques dans le monde ont permis le développement d’une stratégie d’intervention adaptative en vue de la préservation et de la valorisation à court, moyen ou long terme de ces architectures, apportant des solutions appropriées aux dégradations spécifiques de chaque site et prenant en compte la demande exprimée.

Du fait de l’omniprésence de la terre comme matériau de construction toutes périodes confondues, les sollicitations sont nombreuses de la part des missions archéologiques, en France et à l’étranger. Pour y répondre, le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères a doté le laboratoire CRAterre d’une allocation pour initier un programme pérenne d’accompagnement à la conservation des architectures de terre (ACAT) à destination des missions archéologiques françaises à l’étranger (MAFE).

Le programme ACAT a pour premier objectif d’apporter aux missions archéologiques françaises une expertise technique sur la conservation des vestiges d’architecture de terre exhumés par les fouilles archéologiques anciennes ou en cours. En participant à leur mission de terrain et en assurant un suivi tout au long de l’année, l’accompagnement concerne :

  • l’aide à la prise de décision (choix des structures à conserver et type de conservation)
  • la recherche de partenaires
  • le montage de documents de projet
  • la faisabilité technique et les recommandations
  • la formation d’artisans
  • la mise en valeur possible du site

La première subvention, échelonnée sur l’année 2018, s’est focalisée sur trois sites importants : le trésor de Chabaka à Karnak en Égypte (en partenariat avec l’UMR 8167 « Orient et Méditerranée », Université Paris-Sorbonne) ; la cité médiévale de Loropéni au Burkina Faso (en partenariat avec l’UMR 7041 « ArScAn » équipe Archéologies environnementales, MAE René Ginouvès) et le site de Leh Choskor au Ladakh en Inde ( en partenariat avec l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE-PSL), Centre de Recherches sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO).

Projets ACAT 2018 © CRAterre

Dans le cas du Trésor de Chabaka, l’expertise s’est focalisée sur les dégradations dues à la prolifération de plantes invasives, alors qu’à Loropéni l’évaluation des travaux de conservation antérieurs a permis d’envisager une amélioration des procédés de ré-enfouissement. Au Ladakh, le programme des fouilles à venir a été entièrement pensé en fonction des possibilités de conservation immédiate des structures. En effet, dans ce dernier cas, la mise au jour du sol dans le temple en adobe du XIe siècle menace les murs conservés sur plus de trois mètres de hauteur de s’effondrer. La photogrammétrie ainsi que l’étude du bâti et la consolidation des faiblesses structurelles ont été planifiées avant toute action destructrice liée à la fouille, et organisées selon des objectifs scientifiques du programme quadriennal.

Pour tous ces projets, l’élaboration d’une stratégie proposant la mise en œuvre systématique de travaux de conservation en parallèle des travaux de fouilles a été envisagée afin de limiter les dégradations naturelles ou anthropiques liées aux conditions d’exposition des architectures de terre (érosion, climat, végétation, animaux, vandalisme, fouille, etc…). Une série de recommandations a également été fournie à l’attention de toutes les institutions partenaires.

Le programme d’accompagnement ACAT n’a pas de restriction géographique ou chronologique, les critères d’éligibilité sont :

  • l’appartenance à un programme financé par le MEAE
  • la présence de vestiges d’architecture en terre crue
  • une volonté de préservation à plus ou moins long terme

Ainsi, qu’il s’agisse de conserver entre deux campagnes de fouilles, de protéger des vestiges fouillés il y a 30 ans ou encore de mettre en valeur un site en vue d’une ouverture au public, le programme ACAT aide les partenaires français et locaux à prendre en compte divers aspects du patrimoine en question pour une préservation optimale des vestiges d’architecture de terre crue. La prise en charge des frais de transport et de séjour sur place est toutefois demandée aux directeurs de MAFE, et doit être signalée dans le budget prévisionnel de la campagne de fouilles à venir lors du dépôt de dossier auprès de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger. Une première mission de diagnostic d’environ une semaine est proposée, de préférence en fin de campagne afin de mieux observer et comprendre les vestiges en cours de fouille. La rencontre des partenaires locaux est vivement souhaitée pour que l’étude de faisabilité soit globale.

Cette initiative du ministère, déclinée sur plusieurs années et autant de sites que nécessaire, a pour objectif d’élargir les connaissances sur les différents procédés de conservation possibles afin de créer un guide de bonnes pratiques à remettre en amont des départs en mission aux responsables d’opérations.

Les auteurs

Chamsia Sadozaï est archéologue spécialiste de la conservation des architectures de terre. Chercheure associée au Laboratoire CRAterre (AE&CC) depuis 2012, elle participe activement au programme de recherches du Laboratoire et réalise des missions d’expertise sur de nombreux sites archéologiques en Arabie, Asie Centrale et dans le sous-continent indien.

David Gandreau est archéologue, docteur en architecture, spécialisé dans la construction en terre. Il a réalisé de nombreuses missions d’expertise sur la gestion et la conservation du patrimoine archéologique, notamment sur des sites du patrimoine mondial en Iran, en Asie centrale et en Afrique. Depuis 2001, il est rattaché au Laboratoire CRAterre, Unité de recherche AE&CC de l’École d’Architecture de Grenoble.

Pour citer ce billet : Chamsia Sadozaï et David Gandreau. Le soutien de la France à la conservation des architectures de terre crue, ArchéOrient - Le Blog, 5 avril 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11904

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.