Étude archéologique de la Commanderie de Jalès : une enquête au pluriel

En 2016, nous avions annoncé dans ce blog la mise en place du projet d’étude archéologique de la Commanderie de Jalès. L’UMR 5133-Archéorient initiant une recherche portant sur le Moyen-Âge en France ? Oui. Car cette commanderie templière du XII° siècle abrite depuis plus de trente ans des activités du CNRS. Archéologues non sectaires, les chercheurs rattachés à Jalès ont toujours œuvré pour une meilleure connaissance de leurs locaux exceptionnels.

Ce projet d’étude a été construit dès 2015, et a démarré en janvier 2017. Structuré sous la forme d’un PCR (Projet Collectif de Recherches), il permet de réunir sans trop de tracas administratifs le consortium très éclectique investi dans ce programme. Il s’agit bien d’une étude scientifique, pluri-disciplinaire, mais qui a à cœur de fédérer les dynamiques du territoire, aussi bien issues du monde de la recherche que des organismes locaux, collectivités territoriales et associations. Ainsi, les acteurs du projet collaborent-ils selon leurs compétences aux différents volets qui structurent l’étude. Les financements directs sont assurés par le Service Régional de l’Archéologie, le Conseil départemental de l’Ardèche, la Communauté de Communes du Pays des Vans, et collectés par l’association ALPARA. Ils sont complétés par l’Université Lyon 2 dans le cadre d’un Appel à Projet Interne Collaboratif (APIC) accordé en 2018 pour deux ans (gestion Gwénaëlle Pequay, Archéorient), ainsi que par le Parc National des Cévennes pour l’année 2019. Enfin, l’association RESTe !, investie dans le projet depuis son origine, intervient bénévolement.

Fig 1 : financeurs et acteurs de l’étude archéologique de la Commanderie de Jalès (DAO : E. Régagnon)

Les recherches réalisées dans le cadre de cette étude visent à connaître l’histoire de la Commanderie de Jalès, et sont menées aussi bien sur le bâti de sa domus que sur son territoire. Cet objectif, rare en France, est rendu possible par les atouts patrimoniaux d’exception qu’offrent la Commanderie de Jalès, et par l’investissement de Laurent D’Agostino (Atelier d’Archéologie Alpine), spécialiste des ordres militaires, qui assure la direction scientifique du projet. Ces recherches sont également le cadre d’expérimentations méthodologiques et le lieu de formation pour les étudiants.

Cette multiplicité est le résultat de cette situation paradoxale où un laboratoire spécialisé sur les Environnements et Sociétés de l’Orient ancien se retrouve investi dans une recherche concernant le patrimoine médiéval ardéchois. La participation d’Archéorient n’est effectivement pas liée au champ des connaissances historiques, mais apporte ses compétences méthodologiques, applicables indépendamment de la période considérée. Par ailleurs, la collaboration des acteurs de l’étude, issus de disciplines différentes, qu’ils exercent dans des cadres différents, offre un croisement des regards et des approches particulièrement fertiles. Leur attachement à la transmission des connaissances aux étudiants donne à l’étude son caractère pédagogique : plus de 60 étudiants issus d’Ecoles Supérieures (St Etienne, Lyon, Grenoble, Montpellier, Paris) ou d’Universités (Clermont Auvergne, Aix Marseille, Lyon 2) ont déjà participé à ce programme, sous forme de chantiers-école ou de mémoires de master. Un stage CNRS Formation Entreprises a également été créé en 2017, suite aux collaborations entre les acteurs du programme.

Chaque volet de recherche fonctionne en synergie et s’appuie sur sa composition pluridisciplinaire. Par exemple, l’archéologie du bâti puise dans plusieurs nasses pour construire ses supports d’investigation : les relevés architecturaux d’abord, conduits par l’association RESTe ! à travers la personne d’Antoine Voisin, architecte professionnel exerçant en cabinet d’études. En 3 sessions de terrain, les levés architecturaux des locaux appartenant au Conseil Départemental de l’Ardèche ont été achevés ; c’est la première fois que la Commanderie fait l’objet de plans, coupes et élévations aussi aboutis. La reprise des plans sous SIG (E. Régagnon, Archéorient), complétés par un levé topographique (L. D’Agostino, E. Chauvin-Desfleurs, AAA), permet de produire une description des espaces dans les moindres détails et dans un système géoréférencé. Ces travaux offrent un support idéal pour y reporter les levés photogrammétriques des façades. Si la réalisation de ces modèles est entièrement prise en main par l’Atelier d’Archéologie Alpine, Archéorient (O. Barge, E. Régagnon) apporte son savoir-faire pour les prises de vues : réalisées au ballon ou au cerf-volant, elles permettent d’obtenir une bonne résolution des clichés pour les parties hautes du bâti.

Fig 2 : les relevés issus des différentes disciplines permettent de fournir à l’étude archéologique du bâti des supports d’étude de haute résolution et géoréférencés (©Atelier d’Archéologie Alpine).

L’histoire des bâtiments est bien sûr étudiée à travers les archives historiques, consultées par Laurent D’Agostino. Leur perception est d’autre part complétée par une étude dendrologique, signée S. Wicha (Archéobois), qui a identifié des linteaux en bois pouvant dater du XIV° siècle. Enfin un apport supplémentaire de connaissances est issu des prospections géophysiques, menées par l’équipe de C. Benech (Archéorient). Ces explorations contribuent aux recherches menées dans le volet « Recherche & Développement » du LabCom Géo-héritage, en synergie de cette étude. Le programme de Jalès a ainsi bénéficié d’une technologie de pointe et a occasionné des démarches expérimentales sur le potentiel des instruments et les procédés de mise en œuvre. Méthodes radar, électrique, magnétique, électro-magnétique basses fréquences : les prospections ont été conduites en plan, sur les cours intérieures de la commanderie et ses parcelles attenantes. Elles ont par exemple révélé l’existence de murs sous la cour nord. Elles ont été également testées sur certains murs. Les premiers résultats montrent qu’effectivement le signal diffère dans le cas d’une reprise, mais aussi, probablement, selon les matériaux utilisés au moment de la construction.

Fig 3 : prospection géophysique expérimentale sondant l’épaisseur des murs : en photo, le mur test et les 3 passages à différentes hauteurs, puis vue en plan (a). Les vues b et c montrent bien la reprise sous l’ouverture. A gauche, en b,c,d, une poche absorbant le signal pourrait indiquer une composition différente dans la fourrure du mur (© C. Benech, L. Darras, Q. Vitale).

L’étude du domaine de la Commanderie a commencé sous plusieurs formes : observation du paysage actuel par des prospections de terrain et étude des images aériennes. Dirigés par N. Jacob-Rousseau (Archéorient), ces premiers travaux sont utiles pour l’approche géoarchéologique du paysage. Par ailleurs, une structuration sous SIG des informations contenues dans les chartriers médiévaux a été expérimentée sur une vingtaine de textes (D. Carraz, Univ. Clermont Auvergne, E. Régagnon), explorant le potentiel d’une cartographie diachronique du domaine. Ces pièces seront assemblées par une description géographique de l’ensemble du territoire (M. Crépy, Archéorient). Par ailleurs, une reconnaissance plus fine est consacrée aux environs immédiats de la Commanderie ; la réalisation d’un levé microtopographique des parcelles révèle des anomalies topographiques (O. Barge, E. Régagnon). Elles pourraient être les traces résiduelles d’anciens parcellaires et canaux d’irrigation. La mise en évidence de leur structuration selon deux orientations différentes, décalées de 10 degrés, pourraient être l’indice d’une évolution du parcellaire, antérieur et postérieur à la fondation de la Commanderie. Ces deux orientations répondent à celles que l’on trouve dans la structure des bâtiments de Jalès, avec le même écart angulaire entre la chapelle et le cellier. Cette particularité indique des contraintes de construction lors de la fondation de la Commanderie, et interpelle sur la possible existence de structures antérieures.

Fig 4 : la microtopographie des parcelles attenantes à la commanderie révèle des anomalies topographiques organisées selon deux orientations. Le relevé du bâtiment met en évidence les mêmes écarts, témoins de contraintes fortes dans la construction dès le XII° S. (© O. Barge).

L’étude intégrale de la chapelle conduite durant la campagne de 2017 (L. D’Agostino, E. Chauvin-Desfleurs, AAA et A. Saison, CD07) a permis de retracer son histoire complète à travers les siècles. Ces connaissances inédites permettent de proposer des restitutions 3D de l’état du XII° siècle, réalisées par E. Chauvin-Desfleurs (AAA). Ce travail a été ensuite exploité par une équipe d’architectes (E. Maréchal, B. Campo, Paris Picture Club) spécialistes en architectural rendering. Cette méthode permet d’obtenir en images de synthèse des vues très réalistes du bâtiment, dans son état primitif.

Fig 5 : Premières images de restitutions en architectural rendering de la chapelle. Il s’appuie sur les restitutions en 3D de l’état du XII° siècle (E. Chauvin-Desfleurs). Le décor primitif a pu être restitué à partir de traces encore visibles (©Paris Picture Club).

Ces réalisations s’inscrivent dans une volonté de valorisation des résultats scientifiques auprès du grand public, affirmée dès la genèse de l’étude. Une conférence a été donnée en ce sens en 2017 (Rendez-Vous Archéo, Alba (07)) et une autre est à venir en 2019 ( Les conférences de La Viste, Les Vans (07)). L’actualité de l’étude de la commanderie de Jalès est résumée chaque année dans la revue Ardèche Archéologie, publiée par l’association FARPA. A l’automne prochain, lors des journées européennes du patrimoine du 20 au 22 septembre 2019, un week end portes ouvertes intitulé “Templiers en Cévennes!” est organisé sur site. Labellisées Tour des 80 ans du CNRS, ces journées ont pour objectif de présenter au grand public les premiers résultats de l’étude et les démarches scientifiques qui ont permis de les obtenir. Conférences, visites, expositions, ateliers : cet événement se veut aussi culturel que convivial. Son organisation s’appuie sur les dynamiques mobilisées dans le cadre de l’étude de Jalès et des activités de l’antenne d’Archéorient. Des organismes tels que la Cité de la préhistoire d’Orgnac, l’Archéosite Randa Ardesca, le Conseil Départemental d’Ardèche, le Musée des Vans, l’association Act’Jalès, apportent leur concours pour la conception de l’événement et pour les visites du site. Plusieurs associations offrent des animations, montrant des savoir-faire anciens (RESTe !, Camin’âne, Helviorum) ou les métiers de l‘Archéologie (Bonne Pioche). Le public pourra ainsi comprendre la richesse et les stratégies scientifiques d’une étude pluri-disciplinaire et découvrir les toutes nouvelles données de l’histoire de la Commanderie de Jalès.

Bibliographie

Régagnon E., D’Agostino L. 2016. Vers un projet d’étude archéologique du bâti de la Commanderie de Jalès, ArchéOrient – Le Blog, 16 septembre 2016. (HAL : halshs-01969034v1)

D’Agostino L., Régagnon E. 2017. La commanderie de Jalès (Berrias-et-Casteljau). Vers une étude pluridisciplinaire : archéologie, histoire, géographie , Ardèche Archéologie 34, 68-74. (HAL : halshs-01969064v1)

D’Agostino L., Chauvin-Desfleurs E., Régagnon E ., Barge O., Benech C., Voisin A., avec la collaboration de Bonnal M., Chevalier P., Carraz D., Jacob-Rousseau N., Saison A., 2018. La commanderie de Jalès, Berrias et Casteljau (Ardèche), Un établissement des ordres religieux militaires en Cévennes, Projet Collectif de Recherche (2017-2020) Rapport de Campagne 2017, SRA, Lyon. (HAL : hal-01968762v1)

Barge O. , Régagnon E. 2018. Antenne CNRS d’Archéorient à Jalès, activité en 2017, Ardèche Archéologie 35, p.110-112. (HAL : halshs-01839038v1)

D’Agostino L., Régagnon E., Barge O., Benech C., Chauvin-Desfleurs E., Jacob-Rousseau N., Voisin A., avec la collaboration de Campo B., Darras L., Maréchal E., Rajab K., Saison A., Vitale Q., Wicha S., 2018. La commanderie de Jalès, Berrias et Casteljau (Ardèche), Un établissement des ordres religieux militaires en Cévennes, Projet Collectif de Recherche (2017-2020) Rapport de Campagne 2018, SRA, Lyon. (HAL : hal-01968792v1)

Régagnon E., Barge O., à paraître. Antenne CNRS d’Archéorient à Jalès, activité en 2018, Ardèche Archéologie 36.

Les auteurs

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude au CNRS. Topographe, Cartographe. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Elle coordonne l’étude archéologique de la commanderie de Jalès.

Laurent D’Agostino est archéologue indépendant, Atelier d’Archéologie Alpine. Il prépare également une thèse sur les Templiers et Hospitaliers de Saint-Jean dans les anciens diocèses de Clermont, Saint-Flour et Le Puy (XIIe – XVe siècle) – EHESS, Ciham.

Pour citer ce billet : Emmanuelle Régagnon et Laurent D’Agostino. Étude archéologique de la Commanderie de Jalès : une enquête au pluriel, ArchéOrient - Le Blog, 22 mars 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11801

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.