Les sceaux égéens à représentation d’armes en contexte funéraire

Cette étude est issue de mon mémoire de master, consacré aux sceaux égéens portant des représentations d’armes. Ma participation à une rencontre scientifique de l’axe 4 d’Archéorient (« Pratiques funéraires : diversité, évolution ») en octobre 2018 m’a donné l’occasion d’examiner en particulier les sceaux à représentations d’armes trouvés en contexte funéraire, pour voir s’ils différaient des autres en termes de provenance, date, iconographie et matériau. Les principaux résultats en sont présentés ici. Mon travail offre pour la première fois une approche quantitative systématique des sceaux et des bagues-cachets à représentations d’armes et de leur occurrence en contexte funéraire par rapport à ceux retrouvés dans d’autres contextes archéologiques. Sur environ 11000 sceaux publiés à ce jour dans le CMS (Corpus der minoischen und mykenischen Siegel), les sceaux et bagues-cachets à représentation d’armes forment un corpus de 697 exemplaires, parmi lesquels 135 proviennent avec certitude de contextes funéraires. Pour mettre en évidence leurs particularités, il était nécessaire de les comparer aux exemplaires provenant d’autres contextes (ateliers, palais, lieux de cultes, etc.) ou sans provenance connue (trouvés en surface, issus du pillage et/ou acquis sur le marché des antiquités) (graphique 1). Ce premier tri nous révèle qu’une majorité des sceaux à représentation d’armes n’a pas de provenance connue. Mais, il nous apprend aussi que le contexte funéraire y est presque autant représenté que l’ensemble des autres contextes connus, ce qui montre l’intérêt d’étudier ce sous-ensemble.

Graphique 1

Avant d’aller plus loin, j’aimerais définir rapidement en quoi consistent les sceaux égéens. Ce sont des artefacts de petites taille, généralement en pierre, parfois en verre ou en métal, le plus souvent en forme de lentille  (lentoïde, fig. 1) ou d’amande (amygdaloïde), dont une face porte un décor incisé. Le diamètre moyen des lentoïdes est de 2 cm, la longueur des amygdaloïdes d’environ 2,5 cm. Ils sont percés d’un canal longitudinal qui permettait de les porter en bracelet ou en pendentif à l’aide d’une cordelette. Aux sceaux s’ajoutent les bagues-cachets, dont le chaton possède une forme presque toujours ovale et qui sont le plus souvent en or. Ces objets avaient une fonction administrative : pressés sur une boulette d’argile, ils servaient à sceller des contenants et peut-être des documents. On a d’ailleurs aussi trouvé des empreintes de sceaux et de bagues-cachets, apposées à l’origine sur de l’argile fraîche et conservés jusqu’à aujourd’hui grâce à leur cuisson accidentelle dans un incendie. Cependant, aucune empreinte de sceau à représentations d’armes n’a jamais été retrouvée en contexte funéraire.

Fig. 1 : Scène de duel sur un sceau en cornaline, ⌀ 1,5 cm, 1575 – 1425 av. J.-C. (CMS XII,292, The Metropolitan Museum).

L’utilisation de sceaux remonte à la fin du Bronze ancien en Crète (2200 – 2100 av. J.-C.), où ils connaissent une période de fort développement au cours du Bronze Moyen et au début du Bronze Récent (environ 2000-1375 av. J.-C.). Ils cessent d’être produits après le 13e s. av. J.-C., lors du déclin de la civilisation minoenne. En Grèce continentale, l’utilisation des sceaux remonte au Ve millénaire (Néolithique) mais disparaît par la suite, à part une brève réapparition au Bronze ancien II (vers le milieu du 3e millénaire av. J.-C.). Elle reprend du début du Bronze Récent jusqu’à la chute des palais mycéniens, vers 1200 av. J.-C. La pratique du scellement avait pour vocation première de sécuriser, contrôler la qualité et retracer l’origine d’une marchandise. Cependant, dès la fin du Bronze Moyen, à cette fonction pratique va s’ajouter une fonction non utilitaire : des sceaux en pierres semi-précieuses et en or, spécialement dans les tombes, portent des compositions complexes et minutieusement exécutées qui définissent ces objets comme des parures raffinées et les marqueurs d’une élite sociale (Krzyszkowksa 2005).

Le contexte géographique et chronologique

Pour voir si la pratique consistant à placer des sceaux à représentation d’armes dans les tombes concernait tout le domaine égéen et toutes les périodes de manière uniforme, j’ai dressé un tableau des occurrences par région et par période (graphique 2).

Graphique 2
Fig. 2 : Carte de répartition des sceaux à représentation d’arme découverts en Crète.

En Crète (fig. 2), seuls deux sites ont livré un nombre important de sceaux en contexte funéraire : Knossos, dont plusieurs nécropoles situées aux abords immédiats de la ville minoenne furent occupées entre la fin du Bronze moyen et la fin du Bronze récent (MM II-MR IIIB) et la nécropole d’Armenoi, dans la région de Réthymnon, qui a été occupée pendant une partie du Bronze récent (MR II-III). En Grèce continentale (fig. 3), la distribution concerne un plus grand nombre de sites, et ils sont plus disséminés qu’en Crète. Mycènes et Vaphio, dans le Péloponnèse, en regroupent le plus grand nombre. Ces sites sont occupés pendant le Bronze récent.

Fig. 3 : Carte de répartition des sceaux à représentation d’armes découverts en Grèce continentale.

Le graphique 2 montre clairement que la Grèce continentale est le territoire qui comporte le plus grand nombre de découvertes en milieu funéraire (85 exemplaires, contre seulement 45 en Crète, où les contextes domestiques, cultuels, palatiaux, ou d’atelier sont privilégiés), mais aussi que le pourcentage d’exemplaires en contexte funéraire augmente fortement en Crète au 15e s. av. J.-C.

Ce dernier point est à mettre en regard avec l’histoire du monde égéen. En effet, dès l’Helladique Récent I (vers 1550 av. J.-C.), la civilisation mycénienne étend son influence en Grèce continentale puis dans le reste de l’Egée. A partir du milieu du 15e s. av. J.-C., il semble que la Crète se soit trouvée sous domination mycénienne, comme l’indique l’apparition de tablettes en linéaire B (qui notent une ancienne forme de grec) dans le palais de Knossos et de divers autres traits caractéristiques de la culture mycénienne dans toute la Crète. Or la très grande majorité des sceaux retrouvés en contexte funéraire en Crète date de cette époque d’influence mycénienne. A contrario, durant les périodes précédentes qui correspondent en Crète à l’âge d’or des palais minoens avec une importante production de sceaux, très peu de ces objets étaient déposés en contexte funéraire, encore moins parmi ceux qui portent des représentations d’arme.

Les thèmes iconographiques

Le cœur de mon sujet de master concerne les armes apparaissant sur les sceaux et bagues-cachets. La première étape de mon travail a donc consisté à identifier toutes les armes représentées sur des sceaux et à examiner leurs formes et leur fréquence. Parmi les armes offensives, on trouve l’arc (parfois accompagné d’un carquois), la flèche, l’épée, la dague, la lance, la hache et la double-hache ; pour les armes défensives, le bouclier (en forme de tour ou en forme de huit), le casque (en dents de sangliers, coniques, à crête), la cuirasse et les jambières.

Graphique 3

En focalisant la recherche sur les contextes de découverte, on s’aperçoit que certains types d’armes s’avèrent spécifiques des contextes funéraires (graphique 3). C’est le cas de la flèche, de l’épée et du bouclier en forme de huit. Le cas de l’épée est le plus remarquable : celle-ci est trois fois plus fréquente sur les sceaux trouvés en contexte funéraire que sur les autres. L’épée et la flèche sont particulièrement attestées dans les scènes de chasse (fig. 4) et de duel (fig. 1). Le bouclier en forme de huit se démarque par sa mise en scène dans les compositions, avec une nette distinction entre un modèle miniature, flottant dans l’espace et souvent associé à un animal (fig. 5), et un modèle de taille réelle porté par un personnage. Le premier cas est de loin le plus fréquent, avec 36 occurrences, contre seulement 9 du second type. Il est donc possible que le bouclier miniature ne représente pas une arme utilitaire mais un symbole.

Fig. 4 : Scène de chasse impliquant un chasseur armé d’une épée et un lion, 2,0 x 1,5 cm, 1650 – 1600 av. J.-C) Cercle A, Tombe III, Mycènes, CMS.I.9, A.J. Evans, 1935 : 463
Fig. 5 : Bouclier en forme de huit miniaturisé et associé à un bovin, ⌀ 1,9 cm, (1500 – 1375 av. J.-C.) Polirrinia, Crète, CMS.VI.409, A.J. Evans, 1935 : 588

Cette étude a aussi révélé qu’une arme est indéniablement bien moins attestée sur les sceaux trouvés en contexte funéraire que dans d’autres : la double-hache. Cet objet est l’un des marqueurs de l’identité culturelle minoenne, fréquent dès l’époque protopalatiale (Bronze moyen). Il est présent dans l’écriture hiéroglyphique minoenne, la petite glyptique, la sculpture, la céramique, les fresques et les dépôts votifs. Pourtant, les résultats de l’étude quantitative montrent que durant la période de la domination mycénienne en Crète, la double-hache est très peu représentée sur les sceaux en contexte funéraire. Enfin, il apparaît que la lance, très courante dans le corpus des sceaux à représentation d’armes, est tout aussi bien attestée en contexte funéraire que dans d’autres contextes et n’offre donc pas de spécificité à cet égard.

Des types d’armes liés à des personnages et animaux spécifiques ?

Pour comprendre et compléter les résultats ci-dessus, j’ai aussi analysé les personnages et les animaux associés aux armes sur les sceaux trouvés en contexte funéraire. Le premier constat intéressant est que les animaux sont présents dans plus de 75% des compositions (graphique 4), alors que les personnages ne le sont que dans environ dans 35 % des cas (graphique 5). Une volonté de représenter le monde animal auprès du défunt semble donc émerger.

Graphique 4
Graphique 5

Si l’on examine de plus près les animaux figurant sur les sceaux à représentation d’arme, on s’aperçoit que plusieurs d’entre eux semblent liés au contexte funéraire. En effet, le cheval, le lion et le griffon (animal fantastique à corps de lion ailé et tête de rapace) sont représentés exclusivement sur des sceaux retrouvés dans ce type de contexte. Les bovins, les agrimia (chèvres sauvages), les cerfs et les daims sont aussi très présents en contexte funéraire, généralement représentées comme des proies recevant une flèche ou une lance (fig. 6-7). Enfin, les lions jouent souvent le rôle de prédateurs contre ces proies dans des scènes que j’appelle des chasses animales et dont la flèche et la lance sont des composantes omniprésentes.

Parmi les personnages humains, l’un semble exclusivement associé à des contextes funéraires : le conducteur de char, qui porte une lance ou une épée et, dans un cas, un arc. Il est souvent associé au cheval ou au griffon, ces animaux tirant le char (fig. 8). Le chasseur et le guerrier se démarquent également comme des figures plus fréquentes dans les contextes funéraires que dans les autres. Le premier peut être associé à un animal dangereux, tel que le lion ou le sanglier, dans des scènes de chasse tandis que le second est associé à d’autres personnages dans des scènes de combat. Les armes qui apparaissent avec ces personnages sont le plus souvent l’arc pour le chasseur, et la panoplie (lance ou épée, casque et bouclier) pour le guerrier. Cependant, ces résultats seraient à confronter aux occurrences des mêmes associations sur les sceaux en général pour confirmer ou infirmer leur lien avec le contexte funéraire.

Fig. 8 : Lance porté par un personnage en char, ⌀ 3,0 cm, 1650 – 1500 av. J.-C. Tholos de Vaphio, (CMS I, 229 Evans 1935 : 820).
Les types de matériaux utilisés

Si l’on examine  les matériaux utilisés, le résultat le plus frappant est l’utilisation très majoritaire de pierres dures (supérieure à 6 dans l’échelle de Mohs) et du métal (principalement l’or) dans les contextes funéraires (graphique 6). En affinant la recherche sur les pierres dures, on peut mettre en évidence l’utilisation de matériaux spécifiques pour les sceaux retrouvés en contexte funéraire : l’améthyste et le cristal de roche, par exemple, sont retrouvés exclusivement en contexte funéraire, tandis que l’agate et le jaspe y sont majoritaires. En ce qui concerne les bagues-cachets métalliques, elles proviennent presque exclusivement de contextes funéraires (lorsqu’elles ont une provenance connue) et sont toujours en or dans ces cas. Ces résultats tendent à distinguer les sceaux à représentations d’armes trouvés en contexte funéraire comme des objets de luxe.

Graphique 6
Conclusion

Pour conclure, cette étude aura montré en premier lieu que le contexte funéraire est celui qui regroupe le plus grand nombre de sceaux comportant des représentations d’armes. Il en ressort aussi que c’est dans la civilisation mycénienne que s’est développée la pratique d’associer aux sépultures des sceaux à représentation d’armes. Il faut cependant garder à l’esprit que de nombreux sceaux à représentation d’arme ont été trouvés en Crète hors contexte et pourraient théoriquement infirmer ces résultats si leur provenance était majoritairement non funéraire.

Cette étude met en évidence le fait qu’il existait une volonté de sélectionner, pour accompagner les morts, des bagues-cachets et des sceaux en matériaux précieux tels que l’or ou les pierres dures semi-précieuses, mais aussi des thèmes iconographiques associant certaines armes à des animaux et personnages spécifiques. Ainsi, sur les sceaux des contextes funéraires, la flèche et l’épée sont très présentes dans des scènes de chasse et de duel, associées à des chasseurs et guerriers ainsi qu’à des animaux dangereux ou à du gibier. On peut aussi suggérer que le bouclier en forme de huit avait une fonction symbolique puisqu’il est principalement représenté sous forme miniature et flottant dans l’espace, souvent associé à un animal, plutôt que de taille réelle et porté par un personnage. Le fait qu’il apparaisse comme élément décoratif sur d’autres objets que les sceaux tend à appuyer cette hypothèse (fig. 9).

Fig. 9 : Boucliers en forme de 8 sur un collier en cornaline et or, Enkomi, Tombe 93 1400-1200 av. J.-C 1897,0401.604, British Museum
Fig. 10 : Cratère à char mycénien découvert à Maroni, Chypre, 1375-1350 av. J.-C. The Metropolitan Museum, 74.51.964
Fig. 11 : Combat en char, stèle funéraire du Cercle A de Mycènes, Musée Nationale d’Athènes, P1428

Les sceaux à représentations d’armes comportant une scène de char sont eux aussi spécifiques du contexte funéraire. A cet égard, ils ne sont pas sans nous rappeler les « cratères à chars » mycéniens (fig. 10), retrouvés principalement à Chypre et dans le Levant en contexte funéraire, ou les chars de chasse ou de combat sur les stèles funéraires de Mycènes (fig. 11). Ces scènes nous renvoient à une conception de la mort très ritualisée chez les Mycéniens, sans qu’on sache cependant si de vrais chars jouaient un rôle dans les funérailles. Il est permis, en effet, de se demander si les compositions représentées sur les sceaux trouvés en contexte funéraire reflétaient les pratiques des sociétés de l’époque. Un sceau amygdaloïde en agate récemment trouvé dans la tombe dite du Guerrier-Griffon de Pylos (Stocker et Davis 2017) nous offre un début de réponse. Il porte en effet une scène de duel entre deux guerriers armés d’épées, or les deux épées représentées sur ce sceau exceptionnel sont identiques aux épées réelles trouvées dans la tombe (fig. 12). La rareté d’autres cas similaires s’explique sans doute par le fait que les armes en bronze ont rarement échappé aux pilleurs, et ce dès l’Antiquité : ce métal était particulièrement recherché en Grèce puisque le cuivre et l’étain qui le composent ne sont pas, ou très peu, disponibles en Egée.

Fig. 12 : Sceau en agate provenant de la tombe du Guerrier-Griffon de Pylos, 1500 – 1450 av. J.-C., et détails des épées trouvées dans la tombe. Courtesy of the Department of Classics, University of Cincinnati.

Références bibliographiques 

Crowley J. L. 2013. The iconography of Aegean seals, Aegaeum 34, Leuven (Peeters).

Evans, A. 1935. The Palace of Minos at Knossos, A comparative account of the successive stages of the early Cretan civilization as illustrated by the discoveries, London, Macmillan and Co., Limited St. Martin’s Street, Volume IV : Part II

Krzyszkowska O. 2005. Aegean seals: an introduction, Bulletin of the Institute of Classical Studies Supplement 85. London, Inst. of Classical Studies, School of Advanced Study, University of London.

Stocker S. and Davis J. L. 2017. The Combat Agate from the Grave of the Griffin Warrior at Pylos. Hesperia 86, 583-605.

L’auteur

Quentin Zarka est étudiant en Master 2 « Archéologie, sciences pour l’archéologie » à l’Université Lyon 2. Il travaille sur les sceaux égéens à représentation d’armes sous la direction de Sylvie Müller Celka.

Pour citer ce billet : Quentin Zarka. Les sceaux égéens à représentation d’armes en contexte funéraire, ArchéOrient - Le Blog, 15 mars 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11753

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search