Les norias de l’Oronte en Syrie

Noria al-Ga’barriyya en pleine ville de Hama (cliché Al Dbiyat, 2009)

Les fleuves et les rivières du Proche-Orient ont toujours attiré l’homme qui s’est installé sur leurs rives, créant villages et villes, dont certains sont devenus des centres de civilisation. Avec la révolution agricole, l’eau est devenue une ressource plus importante encore, notamment dans les milieux arides où l’agriculture, surtout en été, n’est pas possible sans irrigation. C’est pourquoi l’homme a commencé à chercher les moyens les plus efficaces d’optimiser l’utilisation de l’eau de surface, autant pour l’agriculture que pour l’alimentation des agglomérations riveraines.

Puiser, remonter et transporter ou canaliser l’eau sont les trois objectifs qui ont généré l’invention de tous les moyens d’exploitation de l’eau, en commençant par le seau, la jarre et l’outre. Ce sont là des systèmes primitifs ne convenant que pour un usage domestique ou pour irriguer des surfaces limitées. En parallèle, la recherche de sources d’énergie fut aussi une préoccupation importante qui a abouti à l’invention des machines élévatoires. Mais à l’origine, c’est l’animal qui a été la source unique d’énergie dans les systèmes anciens de puisage de l’eau.

La Noria, un système hydraulique génial

Le saut déterminant dans le puisement de l’eau a été sans doute l’utilisation de l’énergie gratuite et pérenne de l’eau, avec le système de la roue à godets : c’est le principe des norias installées sur le fleuve Oronte (Nahr Al-Assi). Ce fleuve, né au Liban, traverse la Syrie puis le Sandjak d’Alexandrette (Turquie) pour finir dans la Méditerranée après son passage à Antioche (fig.1).

Fig. 1: Répartition des norias sur l’Oronte. (D’après J. Weulersse, 1940, fig. 29, p. 58).

La noria représente l’aménagement hydraulique antique le plus développé dans l’histoire de l’exploitation de l’eau en Syrie. C’est une invention importante, pour assurer l’irrigation et les besoins des agglomérations riveraines. Ces ouvrages hydrauliques permettent le puisage de l’eau et son élévation par le système de roues à godets en bois, entraînées par la seule force du courant. Le nom de la noria vient du mot arabe na’oura (ناعورة) qui est donné à tout appareil élévatoire où la roue joue le rôle essentiel. La noria est une invention géniale qui permet d’élever l’eau sur une dizaine de mètres jusqu’à un canal, donnant ainsi la possibilité d’irriguer les terrasses du fleuve sur des surfaces assez importantes qui peuvent atteindre 20 à 50 ha par noria (fig. 2).

Fig. 2 : Hama, noria rurale, 1932 (photothèque de l’Ifpo, Damas)

L’ origine de la noria et la datation de sa première fondation ne sont pas très assurées. On sait que les norias existent au moins depuis l’époque byzantine, grâce à une mosaïque trouvée à Apamée (fig. 3) et qui date de l’année 469 de notre ère. Mais l’origine de ce système pourrait être beaucoup plus ancienne et remonter à la période hellénistique (300-64 BC), selon J.-Ch. Balty (1987 :10 ). Cependant, la construction des norias s’est poursuivie jusqu’à la fin de l’époque ottomane, utilisant toujours la même technique fondée sur le bois qui constitue toutes les parties de la roue, à part la base de pierre en forme de triangle sur laquelle pivote son axe.

Fig. 3 : Mosaïque d’Apamée (datée de 469) représentant une noria (cliché Musée de Hama).
L’Oronte en Syrie, la vallée des norias

La partie la plus importante du fleuve, c’est à dire plus de 70% de sa longueur (610 km) ou de son bassin (24867 km²), se trouve en Syrie. Il traverse un couloir bien urbanisé, qui comprend surtout les deux grandes villes de Homs et Hama. Le vrai système d’irrigation dépendant des norias ne commence qu’au niveau de Rastan au nord de Homs (fig. 4), où la vallée de l’Oronte commence à s’encaisser dans le plateau et où l’irrigation par gravité devient impossible. Dans ce contexte, l’utilisation de barrages aurait provoqué une submersion étendue des terres fertiles d’amont. Les norias représentent donc la solution la mieux adaptée à cet environnement.

Fig. 4 : Noria à Ar Rastan, années 1950 avant la construction du grand barrage (photothèque de l’Ifpo, Damas)

L’originalité des norias de l’Oronte réside dans le fait qu’elles ont recours pour leur fonctionnement au courant même du fleuve où elles puisent l’eau pour la déverser, au sommet de leur rotation, dans un aqueduc qui la conduit vers les terres à irriguer. De larges palettes de bois plongent dans le courant du fleuve et maintiennent l’appareil en mouvement perpétuel. Pour accélérer ce mouvement, le fleuve est le plus souvent barré en oblique par un petit barrage, un peu en amont de la noria, de façon à diriger sur elle la force maximum du courant dans un canal appelé bibe. Les dimensions des norias sont variables : la moyenne est de 10 à 12 m de diamètre, mais la plus grande à Hama, en Syrie, la noria al-Mohammadiyah, atteint 22 m (fig. 5).

Fig. 5 : Noria al-Muhammadiyya à Hama (cliché Al Dbiyat, 2009).

L’installation d’une noria exige la construction d’un grand ouvrage en pierre et d’aqueducs qui peuvent atteindre quelques centaines de mètres de long. Leur calibrage dépend de la puissance de la noria. Ainsi, des chiffres relevés en 1930 précisent que 45 litres/seconde permettent l’irrigation de 25 ha et que 150 ou 180 l/s permettent d’irriguer 50 à 75 ha.

Sur l’Oronte, de Rastan au Ghab, on compte environ 80 norias (fig. 1) qui ont un débit de 3.5 m3/s, à l’instar d’un vrai canal.

Les norias peuvent être individuelles ou doubles sur le même site, ou encore situées des deux côtés du fleuve sur le même petit barrage. On parle de batteries de norias quand il y en a plus de 3 sur une même digue. Les aqueducs sont souvent en pierre (Hajariyya), mais on a parfois eu recours au bois, notamment pour ceux construits à l’époque ottomane (fig. 2).

Les norias se divisent, selon leur fonction, en deux catégories :

  • les norias rurales, destinées à l’agriculture qui se trouvent en pleine campagne, aujourd’hui quasiment disparues (fig. 6) ;
Fig. 6 : Noria rurale abandonnée au pied du tell Nasriyah 2010 (cliché Al Dbiyat, 2010)
  • les norias urbaines, destinées à l’irrigation des vergers et à l’alimentation jusqu’aux années quarante des villes riveraines, notamment Homs et Hama : eau domestique, fontaines publiques, mosquées, khans et hammams (fig. 7).
Fig. 7 : Norias al-Gisriyya et al-Gurf en plein centre-ville de Hama, 1932 (photothèque de l’Ifpo, Damas)

Les cultures sur les terrasses de l’Oronte sont surtout horticoles. Ce sont des vergers méditerranéens où dominent le noyer, l’abricotier, l’amandier, la vigne et le figuier, au milieu des peupliers en haies le long des rigoles. Entre les arbres s’étendent la culture du maïs, des fèves et des pois chiches et surtout des légumes estivaux.

Les norias de Hama

Hama est une ville importante depuis l’âge du Bronze et son tell (fig. 8), qui se trouve au bord de l’Oronte, témoigne de l’importance de la ville à toutes les époques. Une ville d’une telle importance n’aurait pas pu exister sans l’utilisation de l’eau de l’Oronte qui arrosait le ruban des jardins sur ses rives. Hama est la ville par excellence des norias, nombreuses autant en ville que dans sa campagne traversée par le fleuve. C’est pourquoi, à côté de son surnom « la ville d’Aboulfédaa », relatif à son gouverneur le géographe Aboulfédaa (1310-1331), cette ville a aussi été baptisée « ville des norias » (madinat al-nawā’ir). Ce surnom vient de la densité des norias sur le cours de l’Oronte qui traverse la ville. Jusque très récemment, dix-sept norias s’échelonnaient encore sur environ 2 km, irriguant des terrasses étendues de part et d’autre du fleuve (fig. 9) et qui sont appelées localement Zour. Ces terrasses verdoyantes produisent les légumes frais qu’on trouve tous les jours sur les marchés de la ville.

Fig. 8 : Les jardins de l’Oronte à Hama et son tell antique (cliché Al Dbiyat, 2009).

A Hama, tout se combine pour créer un paysage verdoyant où la ville basse apparaît noyée dans la végétation. De tout temps, ces grandes roues à eau ont fasciné les voyageurs :

« Dans l’aimable ville de Hama, tout empêche de penser à rien. Rapide et brillant de lumière, l’Oronte coule entre les saules, les peupliers, les grenadiers et des noyers énormes (…).Tout est musique et rêverie. De distance en distance, d’immenses roues étroites, d’une hauteur de trois et quatre étages, vont porter leur eau en plein ciel dans des rigoles de pierre ou de bois pour arroser les vergers. Une longue caresse musicale sort de ces grandes roues gémissantes. (…). C’est un rêve oublié au bord de l’eau, une poésie musicale faite de rien, d’amour, de nonchalance, de chants d’oiseaux dans les verdures mouillées, une construction d’azur et de songe, bâtie de matériaux fragiles (…) qui ne tient en équilibre que par la puissance de rêve. »

(J. et J. Tharaud, 1923, p. 103

Déjà à une époque plus ancienne, les livres des géographes et voyageurs arabes ne manquaient pas de descriptions de Hama et ses norias. Ibn Jubair (1145-1217) les décrit lors de son passage à Hama vers 1184 :

C’est une ville célèbre dans les pays, l’ancienne compagnie du temps (…). Si vous vous y baladez et testez ses ombres, vous voyez dans sa partie orientale une grande rivière, qui se développe dans ses méthodes d’écoulement, et des roues qui sont symétriques sur ses deux rives, sur lesquelles les jardins laissent tomber leurs branches (…) l’eau des roues traverse les maisons dans tous les sens ».

(Ibn Jubair, 201
Fig. 9 : Localisation des norias dans la ville de Hama. (D’après Delpech A. et al., 1997, fig. 117, p. 179).
Fonctionnement et entretien

Les norias ont été, jusqu’à l’introduction de la motopompe dans les années 1930, le seul système hydraulique utilisé dans le secteur de Hama pour irriguer les berges de l’Oronte. Elles desservaient approximativement 2000 ha dans la vallée moyenne entre la ville de Rastan et le Ghab. Dans la ville de Hama, elles alimentaient les jardins ou les vergers (bustans), mais aussi les khans, les hammams, les fontaines publiques, les mosquées et les maisons.  Elles constituaient ainsi de véritables « chaînes d’eau » reliant tous domaines d’activités, y compris celui de la production agricole (Boissière, 2005, 104).

Les paysans s’occupaient de la répartition de l’eau, de l’entretien des norias et du nettoyage des canaux. En effet, mis à part les norias appartenant au waqf (propriété de la communauté religieuse musulmane), notamment celles destinées à l’utilisation urbaine, la majorité des norias et leurs aqueducs étaient des propriétés privées et l’accès à l’eau était organisé sur une base contractuelle.

Les norias de propriété privée appartenaient aux grands propriétaires qui sont souvent les détenteurs des jardins, dont une grande partie appartenait aux grandes familles de notables de Hama. Certaines norias portent même le nom de leur propriétaire, comme la noria al-Kilaniyya appartenant à la famille al-Kilani.

Mais, en général, l’exploitation des eaux et l’entretien des norias et de ses canaux s’intégraient dans le système de la gestion collective dans laquelle s’impliquaient directement les paysans, les propriétaires des jardins, ainsi que les commerçants du souk qui avançaient les capitaux aux jardiniers.

La fin des norias

La croissance démographique et l’augmentation de la demande en cultures industrielles qui a accompagné le développement de l’économie de marché ont mené à l’augmentation des surfaces irriguées. Le débit des norias ne pouvait plus répondre à la demande. C’est dès les années 1930 que commence la concurrence entre les norias et les motopompes, surtout dans les années 1950 avec le développement de la culture du coton. Puis vient le grand projet d’aménagement de la dépression du Ghab, à la fin des années 1950, avec la construction de barrages qui ont provoqué la chute du niveau d’eau dans le fleuve. Tout cela a rendu les norias inopérantes durant la longue période de l’étiage. Avec le temps, la motopompe a remplacé définitivement la noria dans le système agricole sur l’ensemble du parcours de l’Oronte. De plus, l’extension de la ville a envahi les jardins urbains. Les norias se sont trouvées peu à peu abandonnées puis hors d’usage. Ainsi, on assiste depuis les années 1950 à la disparition d’une technologie multiséculaire.

En 1970, malgré les efforts des jardiniers qui étaient restés attachés sentimentalement à la noria, il n’en restait que huit dans la ville de Hama, sur les dix-sept qui existaient auparavant. Mais, dans les années 1980, les autorités locales à Hama ont mis en œuvre un programme de restauration. C’est ainsi que les norias sont passées, en moins d’un demi-siècle, du statut de pilier de l’agriculture irriguée dans la vallée de l’Oronte au statut de patrimoine au service du tourisme.

Conclusion

Le système de la noria est connu au Proche-Orient et dans les pays du bassin méditerranéen. Cependant, l’Oronte reste le « fleuve des norias » par excellence, surtout en ce qui concerne la continuité de l’utilisation de ce système traditionnel d’irrigation jusqu’aux années 1970.

Il est évident que c’est l’efficacité de ce système hydraulique traditionnel de l’utilisation de l’eau de l’Oronte qui lui a permis de perdurer, car il respecte la capacité du fleuve, pour l’agriculture comme pour la vie domestique. Les norias, ces machines aussi géniales qu’élégantes, ont joué un rôle important dans l’aménagement rural de la région de Hama jusqu’à leur disparition ; certaines font désormais partie d’un patrimoine important qui témoigne de l’ingéniosité des populations locales d’autrefois, de leur savoir-faire séculaire ainsi que de leur capacité d’adaptation aux contraintes de la nature. A ce titre il est indispensable de protéger les norias qui restent encore à Hama, où elles sont devenues l’emblème de la ville. C’est un patrimoine vivant qui mérite d’être classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Une chanson sur la voix de la noria du chanteur classique Ma’n Dandachi, 1970 

Bibliographie

Al Dbiyat M. 2009, Les Norias de Hama sur l’Oronte, un système traditionnel original de l’utilisation de l’eau fluviale, in : Association monégasque pour la connaissance des arts, Gestion durable et équitable de l’eau douce en Méditerranée : mémoire et traditions, avenirs et solutions. Actes des Vème Rencontres internationales Monaco et la Méditerranée, Monaco, 191-210.

Al Dbiyat M. 1995. Homs et Hama en Syrie centrale : concurrence urbaine et développement régional, Damas, IFEAD.

Balty J.-C. 1987. Problèmes de l’eau à Apamée de Syrie, in : P. Louis, F. Métral, J. Métral (ed.), L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient IV, L’eau dans l’agriculture, TMO 14, Lyon, MOM, 9-23.

Boissière Th. 2005. Le jardinier et le citadin, Damas, Ifpo.

Delpech A., Girard F., Rubine G. et Roumi M. 1997. Les Norias de l’Oronte, analyse technologique d’un élément du patrimoine syrien, Damas, IFEAD.

Geyer B. (ed.) 1990. Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué, acte du colloque de Damas (1987), BAH 136, Paris, P. Geuthner, 2 vols.

Ibn Jubair, 1920 ( ?), Rihlat Ibn Jubair (Relation de voyages), Le Caire, Imprimerie Abdulhamid Ahmad Hanafi.

Tharaud J. et Tharaud J. 1923. Le chemin de Damas, Paris, Librairie Plon.

Weulersse J. 1940. L’Oronte, étude d’un fleuve, Tours,  Arrault.

L’auteur

Mohamed Al Dbiyat est chercheur associé, spécialiste en géographie humaine et aménagement de territoire. Il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Il est aussi chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), Beyrouth.

Pour citer ce billet : Mohamed Al Dbiyat. Les norias de l’Oronte en Syrie, ArchéOrient - Le Blog, 8 mars 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11716

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.