Deux chats omanais et une poule jordanienne en mauvaise santé !

Généralement, pour les périodes historiques, ce sont les sources écrites qui nous renseignent sur la nature et l’importance des pathologies animales, comme les traumatismes osseux, les fractures, les exostoses ou encore les épizooties. Parallèlement, l’archéozoologie, parce qu’elle observe des ossements animaux, participe aux recherches relatives aux déformations, aux maladies qui atteignent les organes squelettiques. Malheureusement, les restes animaux présentant des lésions marquées sont rares dans le matériel recueilli au cours des fouilles archéologiques. En archéozoologie, des études paléopathologiques ont été menées depuis environ 40 ans essentiellement sur les mammifères et sur les oiseaux. Jusqu’à récemment, peu de cas avaient été publiés (nombreuses références dans Monchot et Guintard 2017 ; Borvon et al. 2018 ; Bartosiewicz et Gal 2013), mais les recherches du groupe de travail sur la pathologie animale, affilié au Conseil international d’archéozoologie (ICAZ), commencent à bien combler cette lacune.

Devant la grande difficulté de catégoriser les pathologies, tant elles sont nombreuses et présentent parfois des origines multiples et pas toujours bien définies, on suivra la classification empirique proposée par Angela Von den Driesch (1975), légèrement modifiée :

  1. Les anomalies dentaires et les pathologies buccales. Elles sont facilement reconnaissables car les dents sont des éléments bien conservés au sein des assemblages archéologiques. Elles permettent en outre une identification taxinomique aisée et fournissent des informations sur l’âge à la mort de l’individu, voire son sexe. Ces anomalies sont les caries, les irrégularités dans l’usure dentaire ou encore les maladies parodontales (gingivites, parodontites).
  2. Les arthropathies. Terme général qui désigne des inflammations le plus souvent ligamentaires que l’on retrouve généralement au niveau des articulations, entraînant parfois une production osseuse anormale circonscrite à la surface de l’os, c’est-à-dire les exostoses ou ostéophytes.
  3. Les lésions traumatiques. Les fractures peuvent être classées en 3 groupes : (1) les fractures aiguës issues d’un trauma ; (2) les fractures de fatigue suite à un stress répétitif et enfin (3) les fractures pathologiques résultants par exemple d’une infection ou d’une inflammation osseuse suite à une maladie. On peut ainsi avoir la formation d’un cal osseux aux alentours d’une fracture qui correspond à un épaississement de l’os et permet sa cicatrisation.

Ces lésions reflètent le plus souvent des mauvais traitements ou des efforts intenses infligés à un animal au cours d’activités répétitives où les animaux sont au service des hommes. Par exemple, les mors des chevaux entraînent une usure anormale des dents et l’utilisation prolongée du bœuf comme animal de trait provoque une usure et un écrasement des poulies des métapodes (le geste fréquent lors du labour se répercute sur les os des pieds via le poids de l’animal entrainant des lésions) (Argant, 2014).

Au Proche-Orient, tout comme en Europe occidentale, un premier inventaire souligne que se sont surtout les herbivores domestiques (mouton, chèvre, bœuf, cheval, cochon) qui présentent le plus de lésions pathologiques. Mais cette abondance de lésions sur ces espèces est avant tout un biais statistique : les grands assemblages ont plus de probabilités de contenir des cas d’ossements pathologiques des espèces dominantes (Bartosiewicz 2002). Puis on trouvera à un degré moindre les carnivores commensaux ou non (chien, ours brun) et les herbivores sauvages (aurochs, gazelles). Mais tous les vertébrés sont susceptibles de présenter des pathologies osseuses, y compris les poissons (Harland et Van Neer 2018).

Dans ce contexte, les publications récentes de deux cas portant sur deux chats (Monchot et Guintard, 2017) et une poule (Borvon et al., 2018) nous apportent des informations supplémentaires sur le type de lésions que l’on peut rencontrer dans un assemblage archéozoologique.

Des chats omanais

Situé sur la côte de la province sud-Sharqiya en Oman, près de l’extrémité orientale de la péninsule Arabique, Qalhât était un port majeur durant la période médiévale. Fondée vers 1100 ap. J.-C, la ville était, du XIIIe au XVe siècle, la seconde capitale du royaume d’Hormuz qui dominait alors les routes commerciales entre le golfe Arabo-Persique et l’océan Indien occidental. Elle aurait été dévastée par un tremblement de terre à la fin du XVe siècle, puis saccagée par les Portugais en 1508 et, enfin, totalement abandonnée dans la seconde moitié du XVIe siècle. Les fouilles, commencées en 2008, ont livré de nombreuses informations sur l’évolution et l’organisation spatiale de la ville, la vie quotidienne de ses habitants et les liens commerciaux de ce port cosmopolite (Rougeulle 2010). Autour de l’ancien quartier central situé en bord de mer, une impressionnante mosquée (the Great Friday Mosque) a été érigée le long de la plage, dans un vaste complexe architectural comprenant de larges cours et des structures secondaires. Ce bâtiment très complexe et très décoré présente un sous-sol avec de nombreux caissons de soubassement, sur lesquels la salle de prière s’est effondrée lors du saccage de la ville par les Portugais (Rougeulle et al. 2012).

Maladies félines

Les restes de deux chats adultes trouvés dans le sous-sol de la Grande Mosquée, dans le caisson J, sont particulièrement intéressants. En effet, ils présentent de nombreuses lésions traumatiques (fracture osseuse, exostoses péri-articulaires) qui sont résumées dans le tableau 1. Certaines sont liées à l’homme, comme la présence d’un coup sur le crâne, tandis que d’autres sont infectieuses (maladie parodontale), soulignant un très mauvais état de santé de ces deux individus (Monchot et Guintard 2018).

Tab. 1: Principales lésions osseuses observées sur les ossements de chats et leurs possibles origines.

Ainsi, parmi les maladies dégénératives régulièrement observées par les vétérinaires, les ostéophytes (ce sont des excroissances osseuses entourant une articulation qui se forment là où l’os a été stressé ou là où le cartilage s’est désagrégé) sont souvent des découvertes radiologiques sans démonstration clinique et elles sont également régulièrement mentionnées dans la littérature archéologique (références dans Monchot et Guintard 2018). La fracture observée sur le fémur peut avoir plusieurs origines (Fig. 1). En effet, nous considérons généralement les chats comme des animaux gracieux et agiles pouvant faire des sauts impressionnants, mais les chutes, les attaques d’autres animaux ou les mauvais traitements infligés par les humains peuvent également entraîner des fractures des os. Une telle fracture a été ainsi décrite chez un spécimen de chat de jungle ou chat des marais (Felis chaus) à Hierakonpolis, un site prédynastique de Haute-Égypte (Linseele et al., 2007) ou chez des mammifères domestiques (Udrescu et Van Neer, 2005).

Fig. 1 : Fémur de chat pathologique (A) = vue médiale ; (A1) = cal osseux ; (A2) = extrémité proximale ; (B) = radiographie (vue latéro-médiale) ; (C) = CT scanner (section sagittale) (modifié de Monchot et Guintad 2018, Fig. 4, © photos H. Monchot et C. Guintard).

En ce qui concerne les maladies parodontales observées sur le crâne et les mandibules, diverses études soulignent la fréquence élevée de ces infections (comme par exemple, la gingivite, la stomatite, la parodontite, la lésion résorptive, la fracture de la dent) chez les chats domestiques et sauvages (pour ces derniers un régime basé sur la chasse n’est pas une protection naturelle contre les maladies bucco-dentaires comme cela est largement admis). Enfin certains résultats ont clairement montré que la parodontite était plus fréquente chez les chats âgés.

Et vlan sur le crâne !!

L’os frontal gauche du crâne présente une lésion traumatique en cours de cicatrisation au moment du décès (Fig. 2A). La lésion semble être une fracture d’impact contondante, entraînant une dépression de l’os frontal suivie d’une vaste fracture osseuse traversant le pariétal en direction du temporal gauche sans l’atteindre complètement (Fig. 2B). La lésion a probablement été causée par un coup à la tête non fatal, survenu peu de temps avant le décès, mais suffisamment longtemps pour que la guérison commence. En effet, deux petits ponts osseux peuvent être observés sur le pariétal, et un petit cal osseux s’est formé à l’endroit où il traverse la ligne temporale gauche, confirmant le caractère non mortel de la lésion.

Fig. 2 : Crâne de chat de Qalhât (B12-J-3113) : gros plan sur la zone de compression sur l’os frontal gauche, (A) = crâne en vue dorsale) ; (B) = crâne en vue latérale (modifié de Monchot et Guintad 2018, Fig. 7, © photos H. Monchot et C. Guintard).
Une poule jordanienne

Les restes aviaires présentant des déformations traumatiques sont plus rarement décrits. La découverte récente d’un fémur d’aspect pathologique présentée ici provenant de l’ancien sanctuaire de Dharih en Jordanie (Villeneuve et Al-Muheisen 2000, 2008 ; Monchot et Béarez 2016) et plus exactement d’un petit assemblage osseux correspondant probablement à un petit dépotoir formé au cours des occupations du site par les Omeyyades, c’est-à-dire aux VIIe -VIIIe siècles de notre ère. À cette époque, les nouveaux occupants musulmans transformèrent l’église-temple en résidence avec ses annexes, comme des salles de réserves, une étable et certainement une basse-cour (Bouchaud et al. 2018).

Fig. 3 : Photographies de fémurs droits de poulet droits (DH96 S4G 108) avec à gauche fracture osseuse avec cal osseux de consolidation, à droite os normal ; a = vues caudales (© photo Cl. Guintard) ; b = vues médianes, reconstruction 3D par scanner (© photo E. Durand).

Le fémur présente un cal osseux important sur la moitié proximale de la diaphyse osseuse (Fig. 3). Les deux extrémités osseuses de cette diaphyse sont déplacées. Ceci est particulièrement visible sur les radiographies (Fig. 4). Ces déformations sont consécutives à une fracture. La figure 4 montre que le fémur droit normal (non pathologique), utilisé à titre comparatif, présente une substance compacte, diaphysaire, qui semble être épaissie. Cet épaississement est dû à la présence d’os médullaires nécessaires à la fabrication des coquilles d’œufs pendant la période de ponte. Dans le cas du fémur pathologique, l’aspect anormal de la structure osseuse au niveau de la diaphyse n’est pas lié à la présence d’os médullaire. L’os a un aspect trabéculaire, presque spongieux, et semblable à celui observé dans un cal de consolidation.

Fig. 4 : Radiographie des fémurs droits de poulet DH96 S4G 108, avec à gauche, os fracturé avec un cal osseux consolidé ; à droite, fémur normal, incidence cranio-caudale (© Service Imagerie ONIRIS).

La description présentée ici d’un fémur fracturé avec cal osseux et déplacement des deux parties de l’os est assez similaire au cas rapporté par exemple en Hongrie sur le site de Kiskundorozsma pour la période avar (Gál, 2008). Bien que le fémur de l’oiseau soit un os largement protégé par une masse musculaire importante, il n’est pas rare que cet os fasse l’objet d’une fracture avec consolidation. Les muscles volumineux et puissants entraînent systématiquement un déplacement des parties osseuses et, de manière concomitante, une réduction de la longueur de l’os. Le cal osseux consécutif consolide la guérison de sorte que l’animal reprenne une activité normale.

L’étude des os de sites archéologiques fournit des cas pathologiques dans de nombreux assemblages, mais rares sont ceux présentant des fractures plus ou moins consolidées qui témoignent de traumatismes. Bien que cette note livre des résultats qui semblent modestes, la paléopathologie apparait comme un secours précieux à l’archéozoologie pour une meilleure compréhension du statut des populations animales des temps anciens.

Bibliographie

Argant, T. 2014. Cortèges d’animaux dans des tombes sous tumulus de la tène à Lyon (Rhône, France). Revue d’Archéologie de l’Est 63, 433-449.

Bartosiewicz L. 2002. Pathological lesions on prehistoric animal remains from southwest Asia, in: H. Buitenhuis, A.-M. Choyke, M. Mashkour, A.-H Al-Shiyab. (eds), Archaeozoology of the Near East V, ARC-Publicaties 62, Groningen, The Netherlands, 320-336.

Bartosiewicz L., Gal E., 2013. Shuffling Nags, Lame Ducks: The Archaeology of Animal Disease, Oxbow books.

Borvon A., Guintard C., Monchot H. 2018. A case of bone fracture with callus on the right femur of a chicken (Gallus gallus domesticus, L. 1758) from the ancient site of Dharih, Jordan, International Journal of Paleopathology 22, 135-139

Bouchaud C., Monchot H., Villeneuve F., Makowski P., Marrast A. 2018. Agro-pastoral productions and landscape evolution during the pre-Islamic and Islamic periods at Dharih (Jordan), Journal of Islamic Archaeology 5(1), 39-70.

Driesh A., von den 1975. Die Bewertung pathologish-anatomischer Veränderungen an vor- und frühgeschichtlichen Tierknochen, in: A. T. Clason (ed.), Archaeozoological Studies, Amsterdam, North Holland Publishing Company, 413-425.

Gál, E., 2008. Bone evidence of pathological lesions in domestic hen (Gallus domesticus Linnaeus, 1758). Veterinarija ir Zootechnika 41(63), 42–48.

Harland J. et Van Neer W., 2018. Weird fish: Defining a role for fish palaeopathology, in: L. Bartosiewicz, E. Gal (eds), Care or neglect? Evidence of animal disease in archaeology.  Proceedings of the 6th meeting of the Animal Palaeopathology Working Group of the ICAZ, Oxbow books, Oxford & Philadelphia, 257-275.

Linseele, V., Van Neer, W., 2007. Evidence for early car taming in Egypt, Journal of Archaeological Science 34, 2081-2090.

Monchot, H. 2016. Réflexions sur la présence de chats dans le port médiéval de Qalhât (Oman), Le carnet de la MAFKF. Recherches archéologiques franco-koweïtiennes de l’île de Faïlaka (Koweït), 27 décembre 2016. [En ligne] https://mafkf.hypotheses.org/1479

Monchot H., Béarez P. 2016. Des ossements dans les citernes. Les exemples de Dharih (Jordanie) et de Qâlhat (Oman), Syria, 93, 339-352.

Monchot H., Guintard C. 2017. Chronic diseases in cats from the medieval site of Qalhât (Oman), International Journal of Paleopathology 17, 1-9.

Rougeulle A. 2010. The Qalhât project: new research at the medieval harbour site of Qalhât, Oman (2008), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 40, 303-319.

Rougeulle A., Creissen T., Bernard V., 2012. The Great Mosque of Qalhât rediscovered. Main results of the 2008-2010 excavations at Qalhât, Oman, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 42, 341-356.

Udrescu, M., Van Neer, W. 2005. Looking for human therapeutic intervention in the healing of fractures of domestic animals, in: J. Davies et al. (eds.), Diet and health in past animal populations, Proceedings of the 9th ICAZ conference, Durham (August 2002), Oxbow books, 24-33.

Villeneuve, F., Al-Muheisen, Z., 2000. Nouvelles Recherches à Khirbet Edh-Dharih (Jordanie du Sud, 1996–1999), Compte rendu des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 144, 1525–1563.

Villeneuve, F., Al-Muheisen, Z., 2008. Le sanctuaire nabatéo-romain de Dharih (Jordanie) : nouvelles découvertes, 2001-2008, Compte rendu des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 152, 1498–1520.

L’auteur

Hervé Monchot est archéozoologue. Il est membre du Labex Resmed- Paris Sorbonne Université – UMR 8157 « Orient et Méditerranée ». 

Pour citer ce billet : Hervé Monchot. Deux chats omanais et une poule jordanienne en mauvaise santé !, ArchéOrient - Le Blog, 1 mars 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11682

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.