L’expédition romaine d’Ælius Gallus en Arabie méridionale en 26-25 av. J.-C : Premiers échos dans les documents d’Arabie

Rappel historique

Au premier siècle avant J.-C., l’Arabie méridionale, appelée chez les Auteurs classiques « Arabie Heureuse » pour ses productions aromatiques, connut des bouleversements politiques sans précédents. Le royaume de Qatabān (sud et sud-ouest du Yémen actuel) se désagrégea : plusieurs de ses tribus firent sécession pour s’ériger en principautés indépendantes (Awsān, Radmān-et-Khawlān) ou pour faire acte d’allégeance à la nouvelle dynastie de dhū-Raydān et constituer le royaume de Himyar (sud et sud-ouest de la ville de Sanaa). Le royaume du Hadramawt (auj. le sud-est du Yémen) renforça son contrôle des territoires méridionaux et orientaux, développant les ports de Qanīʾ (près de la ville côtière yéménite Mukalla) et Sumhuram (en Oman actuel). Face à l’émergence de ces nouveaux pouvoirs, plusieurs villes majeures de la région du Jawf, dans le nord-ouest du Yémen, furent désertées (Kaminahū, Yathill, Qarnā). Le royaume de Maʿīn, autrefois acteur majeur du commerce caravanier, périclita.

Mais cette période fut surtout marquée par la première intrusion d’une expédition militaire étrangère dans les royaumes d’Arabie du Sud, celle d’Ælius Gallus préfet de la province romaine d’Égypte, que l’on peut dater de 26-25 av. J.-C.

L’expédition romaine en Arabie du Sud a été largement documentée par des sources grecques et latines, par Strabon (contemporain de l’expédition) dans Géographie et Pline l’Ancien (vers 60 de notre ère) dans Histoire naturelle.

Paradoxalement, aucune source provenant d’Arabie ne s’y référait jusqu’à une date récente. Ce vide documentaire vient d’être comblé par la découverte en 2002 d’une inscription qatabānite sur le site de Tamnaʿ (auj. Hajar Kuhlān au sud-est de Ma’rib), capitale du royaume de Qatabān : T.02.B 22. La lecture de cette nouvelle inscription permet de réinterpréter l’inscription sabéenne Ja 772 provenant du grand temple d’Almaqah à Maʾrib, le temple Awām (auj. Mahram Bilqīs de Ma’rib), qui semble elle aussi mentionner l’expédition romaine d’Ælius Gallus.

Fig.1 : L’inscription qatabānite T.02.B 22 (Mission franco-italienne de Tamna‘)
Le récit de l’expédition d’après les sources classiques

En 26-25 av. J.-C., Ælius Gallus, préfet de la province romaine d’Égypte, fut envoyé sur ordre d’Auguste à la tête d’un corps expéditionnaire en Arabie du Sud. Pour ce faire, il constitua alors une armée comprenant 10000 fantassins issus des légions romaines et des troupes auxiliaires d’Égypte, incluant un contingent de 500 Juifs fournis par Hérode et 1000 Nabatéens fournis par le roi Obodas (III) et mis sous l’ordre de Syllaeus, son ministre. Une flotte de 130 navires fut également constituée pour traverser la mer Rouge.

La traversée de Cleopatris (Clysma) (auj. sur la côte nord-est d’Egypte) à Leuké Kômé (sur la côte nord-ouest d’Arabie saoudite) sur en 15 jours fut marquée par des conditions de navigation difficiles et la perte de navires, troupes et équipages. Arrivée à Leuké Kômé, sur la côte nord-ouest de l’Arabie, la troupe, affaiblie par la chaleur et les maladies, stationna un été et un hiver à Leuké Komé. Durant ce temps, la troupe se déplaça et rencontra le roi Obodas (III) en un lieu non défini puis traversa la Nabatène en 30 jours et l’Ararène en 50 jours. Cette longue traversée fut suivie par la prise de la ville de Nagrān (auj. Najrān), abandonnée par son roi. Après six jours de marche, la troupe arriva dans la vallée du Jawf (nord-ouest du Yémen actuel) où il remporta une victoire contre une armée locale. Suivirent sans coup férir la prise de la ville de Nashq (auj. al-Baydāʾ), également abandonnée par son roi, et celle de la ville de Yathill (auj. Barāqish). D’après Pline l’Ancien (Hist. Nat. VI, 32, 17), les villes d’Amnestum, de Magusum, de Caminacum et de Labecia, qui ne sont pas toutes identifiées, furent également détruites dans la vallée du Jawf (du Yémen actuel) et ses environs. La troupe atteint ensuite Maryab (auj. Ma’rib) dont le roi était Ilīsharah, à deux journées de marche du pays des Aromates. Le siège y fut levé après six jours à cause du manque d’eau. Pline rapporte également la destruction de Maryab et de Caripeta (auj. Hinū al-Zurayr, au sud de Ma’rib), qu’il définit comme la limite extrême de l’expédition, mais cet épisode est absent du récit de Strabon.

Fig. 2 : Parcours supposé de l’expédition romaine en Arabie méridionale (Carte: A. Emery & J. Schiettecatte, 2017).

Le retour de la troupe vers Nagrān se fit en 9 jours, puis jusqu’à Egra Komé, en Nabatène, en 60 jours. La mer Rouge fut traversée à hauteur d’Egra Kômé ; la troupe débarqua à Myos Hormos 11 jours plus tard puis regagna Coptos et Alexandrie.

Deux nouveaux témoignages directs des événements en Arabie du Sud

L’inscription qatabânite fragmentaire de Tamna‘ T.02.B 22 est une dédicace adressée à ‘Athtar. D’après la graphie, l’inscription date du tournant de l’ère chrétienne. L’auteur de l’inscription, dont le nom manque, a fait cette dédicace au dieu ʿAthtar :

« … … a offert à ʿAthtar… … le jour où les Romains ont effectué une expédition (militaire)… ».

La provenance de cette inscription, Tamnaʿ, capitale du royaume de Qatabân, confirme le récit de Pline l’Ancien qui mentionne la destruction de la ville de Caripeta, identifiée à l’antique ville qatabānite de Haribat (auj. Hinū az-Zurayr), située à quelques kilomètres à l’ouest de Tamna‘. L’expédition romaine aurait directement menacé l’intégrité du territoire qatabānite.

La découverte de l’inscription qatabānite T.02.B 22 nous a amené à réexaminer une autre inscription, sabéenne, Ja 772, qui est également un fragment d’inscription du temple Awām consacré à Almaqah, divinité tutélaire du royaume de Sabaʾ. Elle fut découverte lors des fouilles menées par l’American Foundation for the Study of Man en 1951-52 et publiée par A. Jamme en 1962. L’inscription présente, comme la précédente, une graphie caractéristique des Ier siècles av. / ap. J.-C.

L’auteur du texte, dont le nom manque, a fait cette dédicace au dieu Almaqah :

« … …] Hiltān ces divinités [… maître] d’Awām cette statue …lors]qu’il a guerroyé avec / contre R[ūmān. …] Nord et Rūmān (=les Romains) et [… ».

L’apport de ces découvertes à la chronologie des royaumes de l’Arabie du Sud
  • Si l’on accepte la lecture et l’interprétation de ces deux inscriptions, elles auraient alors été rédigées peu après l’expédition romaine de 26-25 av. J.-C. et offriraient deux repères chronologiques absolus pour l’histoire de l’Arabie du Sud.Nous connaissions déjà la succession dynastique des souverains qatabānites au Ier s. av. J.-C., mais il manquait un ancrage chronologique précis. Or on constate que la graphie de plusieurs inscriptions du règne de Shahr Yagul Yuhargib, fils de Hawfiʿamm Yuhanʿim, roi de Qatabān, est en tous points similaire à celle de l’inscription T.02.B 22, ce qui nous incite à dater ce règne du dernier quart du Ier siècle av. J.-C., peu après l’expédition d’Ælius Gallus en 26-25 av. J.-C.
  • A noter également que l’inscription minéenne RES 2999, gravée sur le rempart de Barāqish, fournit un synchronisme entre ce souverain de Qatabān et les derniers rois de Maʿīn, Waqahʾīl Yathaʿ et son fils Ilīyafaʿ Yashur. Il est remarquable que cette même inscription commémore la restauration du rempart de Barāqish ; celle-ci aurait donc eu lieu peu après le passage de l’expédition d’Ælius Gallus dans cette ville.
  • Par ailleurs, la graphie de l’inscription T.02.B 22 est strictement identique à celle de l’inscription T.02.B 21 trouvée sur le site de Tamnaʿ, et dont l’auteur évoque le roi du Hadramawt, Yashhurʾīl Yuharʿish. Cela nous incite à dater le règne de Yashhurʾīl Yuharʿish, roi du Hadramawt, de la même période que celui de Shahr Yagul Yuhargib, roi de Qatabān, dans le dernier quart du Ier siècle av. J.-C. La contemporanéité de ces règnes est confortée par l’existence de synchronismes entre leurs grands-pères respectifs Yadaʿab Ghaylān, roi du Hadramawt, et Shahr Hilāl, roi de Qatabān.
  • Le rapprochement déjà mentionné entre le récit de Strabon mentionnant le roi sabéen Ilīsharah et l’inscription RES 4085 permet de restituer la présence d’Ilīsharah fils de Sumhūʿalī Yanūf puis celle de son frère Dhamarʿalī Bayin fils de Sumhūʿalī Yanūf sur le trône sabéen dans le dernier quart du Ier siècle av. J.-C.
  • Enfin, cette période est celle des règnes successifs de Shammar (Yuhanʿim ?) dhū-Raydān puis de Liʿazzum dhū-Raydān sur le trône de Himyar.

Il est donc possible, grâce à ces nouvelles inscriptions, de restituer le paysage politique de l’ensemble des royaumes sudarabiques, peu après l’expédition romaine d’Ælius Gallus en Arabie méridionale en 26-25 avant l’ère chrétienne.

Pour en savoir plus

Arbach, Mounir, Schiettecatte, Jérémie 2017, « Premiers échos de l’expédition romaine d’Ælius Gallus dans la documentation sudarabique », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, comptes rendus de l’année 2017, p. 675-700.

Emery, Astrid, Schiettecatte, Jérémie, 2017, Carte d’Arabie. Parcours supposé de l’expédition romaine en Arabie méridionale.

L’auteur

Mounir Arbach est Chargé de Recherche au CNRS, membre du laboratoire Archéorient UMR 5133 (CNRS/Lyon 2, MOM). Épigraphiste et historien, il est spécialiste des langues et de l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud préislamique.

Pour citer ce billet : Mounir Arbach. L’expédition romaine d’Ælius Gallus en Arabie méridionale en 26-25 av. J.-C : Premiers échos dans les documents d’Arabie, ArchéOrient - Le Blog, 22 février 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11641


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search