Les tombes retrouvées. Retour sur la fouille du cimetière de l’Anavlochos (Crète)

Ce billet fait suite à une précédente contribution publiée sur le Blog d’Archéorient (À la recherche des tombes perdues). Celle-ci présentait les méthodes et les résultats de la prospection conduite par l’École française d’Athènes (EFA) en 2016 dans le cimetière qui s’étend sur une douzaine d’hectares au pied de l’habitat antique (ca 1200-650 av. n. è.) établi sur le massif de l’Anavlochos (Crète). Par analogie avec les vestiges des sépultures fouillées dans ce secteur par Pierre Demargne en 1929 (Demargne 1931) et en se fondant sur des critères topographiques, botaniques et archéologiques (mobilier et éléments architecturaux), la prospection de 2016 avait permis de localiser une nouvelle série de groupes de tombes potentiels (Gaignerot-Driessen et al. à paraître). En 2017 et 2018, lors des campagnes de fouilles entreprises par la Mission Anavlochos dans le cadre du programme quinquennal (2017-2021) de l’EFA, on a pu tester les hypothèses formulées en explorant certains des ensembles repérés lors de la prospection. Ce billet expose les principaux résultats auxquels l’équipe a pu parvenir dans le cimetière. Ils ont fait l’objet d’une première présentation lors de la journée consacrée à l’« Actualité des terrains et des projets » que l’Équipe 4 d’Archéorient organisait à Lyon le 28 novembre 2018.

Dans trois cas, la fouille a confirmé que les accumulations de moellons de calcaire soigneusement enregistrés et documentés en 2016 étaient bien…des tas de pierre et a définitivement anéanti toute possibilité d’y reconnaître les vestiges de sépultures antiques. En profondeur, ces différents secteurs n’ont livré ni mobilier archéologique, ni structure architecturale antique. Il ne s’agissait dans ces trois cas que de pierriers, très probablement constitués par les paysans aux XIXe et XXe siècles lors du nettoyage des terrains pour leur la mise en culture et donnant l’illusion d’une petite éminence dans le paysage. Le mobilier céramique observé en surface lors de la prospection ne leur était pas associé. On notera au passage que l’enthousiasme qui animait notre quête de sépultures nous a parfois conduits à créer nous-mêmes des structures circulaires ou rectangulaires à mesure que nous démontions ces pierriers. On reconnaîtra ainsi dans nos structures un exemple flagrant d’éléments dont la nature n’est pas archéologique mais qui correspondent à des productions de la fouille elle-même. On peut en ce sens les qualifier d’« artéfacts de fouille ».

Les efforts ont en revanche été plus fructueux dans la partie occidentale de la nécropole, où un tumulus de pierre de 15 m de diamètre enclos d’un péribole a été mis au jour (fig. 1). Le centre de la structure était marqué en surface par un bloc taillé de grès dunaire, très probablement importé de la côte, qui contraste avec les moellons de calcaire dont le tumulus est constitué. Il s’agit de la première attestation en Crète de ce type de monument funéraire, que les épopées homériques (VIIIe s. av. n. è.) décrivent comme emblématiques de leurs héros : on songe ainsi en particulier à ce passage célèbre de l’Iliade (23.245-252), dans lequel est décrite l’édification du tumulus de Patrocle, appelé à devenir plus tard celui d’Achille.

Fig. 1 : Tumulus de l’Anavlochos (© EFA/L. Kocher, A. Chalais, F. Gaignerot-Driessen).

Le tumulus a livré une superposition de fosses contenant les restes de bûchers funéraires dont le mobilier céramique peut être daté entre 750 et 650 av. n. è. La plus récente est la fosse circulaire 2. L’emplacement de la fosse la plus ancienne est resté signalé, voire commémoré, jusqu’à la dernière phase d’utilisation du tumulus par une ligne de pierres correspondant à son mur sud et par le bloc central, tous deux visibles en surface. Cette fosse de crémation initiale, de forme rectangulaire, a livré un ensemble d’objets brisés en deux parties égales qui ont été respectivement retrouvées dans et au-dessus de la couche charbonneuse qu’elle contenait. De manière plus explicite encore, la fouille de ce bûcher a livré la moitié brûlée d’une tasse, dont l’autre moitié, non brûlée, était fichée en surface du mur nord de la fosse. Ces trouvailles illustrent ainsi de manière manifeste un rituel de fragmentation des offrandes au moment même de la crémation. Les esquilles d’ossements humains brûlés, collectées lors de la fouille mais aussi par tamisage et flottation de l’intégralité des terres charbonneuses, correspondent aux déchets incidentels des crémations et permettent de conclure que les fosses n’ont pas servi de sépultures. Si les fosses 1 et 3, atteintes par les percées de pilleurs, ont été retrouvées vides, la fosse absidale 4 a quant à elle livré deux jeux composites de vaisselle rituelle, principalement à boire et à verser, accompagnés de deux groupes de fers de lance (figs. 2-3). Le tumulus de pierre n’a donc pas été conçu pour installer des sépultures mais créer un espace d’accomplissement des rituels funéraires (libations, crémations, fragmentation des offrandes, prélèvement des os).

Fig. 2 : Reconstruction 3D de la fosse absidale 4 (© EFA/Mission Anavlochos/C. Judson, L. Kocher, A. Chalais).

Fig. 3 : Mobilier provenant de la fosse absidale 4 (© EFA/Mission Anavlochos/O. Vidalis)

Les sondages ouverts dans la partie sud du tumulus n’ont révélé ni matériel ni structure antique mais ont permis de mieux comprendre son mode de construction et sa fonction. Ils ont en effet montré que cette plateforme circulaire empierrée avait été construite sur une couche sablonneuse et que du fait de la pente naturelle du rocher sur lequel elle repose, cette couche est plus mince dans la moitié sud ; la partie méridionale de la structure se prête donc mal au creusement de fosses. La forme circulaire de la structure ne correspond par ailleurs à aucune nécessité fonctionnelle notoire. En d’autres termes, l’imposante superficie du tumulus (ca 175 m²), comme sa parfaite circularité, répondent donc plus certainement à une volonté de monumentalisation que de rentabilisation de l’espace à des fins de crémation.

La fouille de ce tumulus bien préservé a permis de confirmer l’identification dans la nécropole d’au moins huit autres structures, similaires mais très ruinées, qui avaient été repérées lors de la prospection conduite en 2016. On décompte en particulier quatre tumuli sur la pente qui porte les vestiges du monument fouillé en 2017-2018 (fig. 4). Il apparaît ainsi qu’un cimetière tumulaire du Premier Âge du Fer s’étendait au pied de l’habitat de l’Anavlochos, ce qui est une découverte nouvelle et importante pour notre compréhension des pratiques funéraires et plus largement de l’organisation sociale des communautés pré-civiques du monde grec, dont nous savons encore assez peu de choses.

Fig. 4 : Survol de la pente aux quatre tumuli (© EFA/Mission Anavlochos/L. Kocher, A. Chalais).

N. B. : Les travaux de la Mission Anavlochos sont conduits sous les auspices de l’EFA, avec l’autorisation de la Direction des Antiquités du Ministère grec de la Culture et des Sports et de l’Éphorie des Antiquités du Lassithi. La campagne 2018 a bénéficié du soutien financier de l’EFA, de l’Institute for Aegean Prehistory, du fonds de dotation Archéologie et Patrimoine en Méditerranée, du Cyprus Institute, du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique), du programme d’Actions de Recherches Concertées « Crisis » (UCLouvain), des universités de Stanford, de Caroline du Nord, de Lorraine, de Cardiff et d’Heidelberg.

Bibliographie

Demargne P. 1931. Nouvelles recherches sur l’Anavlochos, Bulletin de correspondance hellénique 55.1, 365-407.

Gaignerot-Driessen F., Judson C., Vlachou V. avec la collaboration de Barcat D., Baulain P., Machavoine R., Mouthuy O., Païzi E. à paraître. La prospection de l’Anavlochos II, Bulletin de correspondance hellénique 141.2 [2016].

L’auteur

Florence Gaignerot-Driessen est chercheuse associée au laboratoire Archéorient et chargée de cours à l’Institut catholique de Paris. Depuis 2015, elle dirige la Mission Anavlochos sous l’égide de l’EFA.

Pour citer ce billet : Florence Gaignerot-Driessen. Les tombes retrouvées. Retour sur la fouille du cimetière de l’Anavlochos (Crète), ArchéOrient - Le Blog, 8 février 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11568


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.