Le musée du Louvre à Téhéran : une exposition historique

Retour sur une expérience inédite marquant le renouveau des relations entre les musées nationaux français et iranien. La grande exposition organisée par le musée du Louvre au musée national d’Iran à Téhéran du 5 mars au 31 juillet 2018 a constitué un événement culturel et diplomatique de premier plan pour la France et l’Iran (fig. 1). Réunissant plus d’une soixantaine de chefs-d’œuvre issus des différents départements du musée du Louvre et du musée national Eugène-Delacroix, cette exposition a illustré la diversité et la richesse des collections du musée français et présentait des œuvres de civilisations et d’époques différentes témoignant de l’universalité du génie humain.

Fig. 1 : Affiche de l’exposition « Le musée du Louvre à Téhéran. Trésors des collections nationales françaises » © National Museum of Iran, Tehran, 2018
Un contexte diplomatique favorable

Le réchauffement des relations diplomatiques entre la France et l’Iran, suite à la signature le 14 juillet 2015 de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, s’est concrétisé en janvier 2016 par la visite d’Etat du président iranien Hassan Rohani à Paris. Durant cette visite, un mémorandum de coopération a été signé entre le musée du Louvre et l’ICHHTO (Iranian Cultural Heritage, Handicraft and Tourism Organization), l’organisme gouvernemental iranien en charge du patrimoine et des musées.

Dans ce cadre, le musée du Louvre s’est engagé à présenter au printemps 2018 une exposition d’envergure au musée national d’Iran à Téhéran. Dans son histoire récente, le Louvre avait déjà collaboré avec les musées iraniens pour plusieurs projets d’exposition. En 2001, une exposition consacrée à l’histoire de la recherche archéologique française en Iran s’était tenue à Téhéran, grâce à Nicole Chevalier, ingénieure d’étude au département des Antiquités orientales. En 2007, le musée du Louvre organisait à Paris une importante exposition consacrée à l’art de l’Iran safavide, « L’Art de l’Iran safavide, le chant du monde », à laquelle les musées iraniens, en particulier le musée national et le palais du Golestan à Téhéran, avaient fortement contribué. L’idée avait alors germé de proposer en retour une exposition d’ampleur en Iran. Le projet ne vit le jour qu’en 2018, à la faveur du  contexte diplomatique favorable.

Cette exposition intitulée « Le musée du Louvre à Téhéran. Trésors des collections nationales françaises » a été inaugurée le 5 mars 2018 en présence du ministre des Affaires étrangères de la République islamique d’Iran, Mohammad Javad Zarif, et de son homologue français Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, l’exposition devait se tenir initialement jusqu’au 8 juin 2018. Elle fut finalement prolongée, en raison de son succès, jusqu’au 31 juillet 2018. Son ouverture coïncidait également avec les festivités du 80e anniversaire du musée national d’Iran, créé à la demande des autorités iraniennes par l’architecte français André Godard, directeur des services archéologiques d’Iran de 1928 à 1960 (fig. 2).

Fig. 2 : L’entrée de l’exposition au musée national d’Iran de Téhéran, le soir de l’inauguration, le 5 mars 2018. © François Bridey, 2018

Côté iranien, cette exposition n’a pas été à proprement parler la première résultant  d’une coopération du musée national d’Iran avec une institution étrangère. Depuis plusieurs années, le musée de Téhéran a en effet développé une politique active de partenariat, particulièrement soutenue depuis l’arrivée de son actuel directeur, Jebrael Nokandeh, en 2015.  Le British Museum  y avait créé l’événement dès 2011 en présentant pendant quelques mois le célèbre cylindre de Cyrus provenant de Babylone. A l’automne 2015, l’exposition « A Statue for Peace : The Penelope Sculptures from Persepolis to Rome » réunissait autour de la célèbre statue grecque de Pénélope retrouvée à Persépolis quelques prêts des musées du Capitole de Rome et du musée du Vatican. En 2017, le musée national d’Iran accueillait successivement les deux expositions « Armenia and Iran. Memory of the Land » et « Silla and Persia. A Common Memory », organisées respectivement avec le musée d’histoire de l’Arménie d’Erevan et le musée national de Gyeongju, en Corée du Sud.

L’ exposition de 2018 du musée du Louvre a cependant été la première exposition d’ampleur organisée par un musée de stature internationale en Iran.

L’exposition

Conçue conjointement par le département des Antiquités orientales et le département des Arts de l’Islam, en collaboration avec leurs collègues du musée national d’Iran, l’exposition du musée du Louvre se proposait de retracer l’histoire de la constitution des collections du musée du Louvre depuis sa création en 1793, à travers un parcours réunissant une soixantaine de chefs-d’œuvre issus des différents départements du musée et du musée national Eugène-Delacroix. Les commissaires généraux en étaient les directeurs des deux départements organisateurs, Yannick Lintz, directrice du département des Arts de l’Islam, et Marielle Pic, directrice du département des Antiquités orientales. Les commissaires scientifiques en étaient quatre conservateurs iranologues du musée du Louvre : François Bridey et Julien Cuny, du département des Antiquités orientales, en charge des collections de l’Iran ancien ; Judith Henon et Delphine Miroudot, du département des Arts de l’islam, en charge des collections de l’Iran médiéval et safavide.

L’ ensemble des pièces sélectionnées illustrait la diversité et la richesse des collections du Louvre, qui constituent un patrimoine national et mondial inestimable. Ces pièces n’étaient pas présentées selon un ordre chronologique lié à leur époque de création mais selon un fil suivant leur arrivée dans les collections nationales, pouvant trouver un écho dans l’histoire moderne de l’Iran pré- et post-révolutionnaire. De grands visuels projetés sur les murs des salles d’exposition et présentant l’architecture des espaces les plus emblématiques du palais devenu musée immergeaient le visiteur dans un parcours lui donnant l’impression de traverser les salles du musée parisien.

Fig. 3 : Vue de la première salle de l’exposition, présentant les collections royales, noyau de la collection actuelle du musée du Louvre © François Bridey, 2018

Après avoir passé les portes de la grande pyramide de I. M. Pei, devenue depuis sa construction en 1989 l’emblème architectural du musée du Louvre, le visiteur découvrait une première section présentant les collections des anciens rois de France, noyau des collections actuelles du Louvre (fig. 3). Amateurs d’art éclairés et mécènes, les souverains français ont réuni autour d’eux au palais du Louvre, leur résidence parisienne, puis à Versailles à partir de Louis XIV, de riches collections constituées de peintures, de sculptures, d’antiques mais aussi des premiers objets d’art islamique, comme une coupe ottomane en jade incrustée d’or et de rubis appartenant aux collections de gemmes du roi Louis XIV. Achats et commandes auprès des artistes contemporains ne cessèrent  de compléter cette première collection qui deviendra bientôt nationale, au moment de la Révolution.

La deuxième section s’attardait ainsi sur l’épisode révolutionnaire et la période de l’Empire, si importants dans l’histoire du musée. L’ouverture du Muséum central des Arts, au sein du palais du Louvre, en 1793, rendait pour la première fois ces chefs-d’œuvre visibles pour un large public. L’idée du musée universel réunissant les chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art mondial voyait alors le jour. La Révolution puis les conquêtes napoléoniennes firent ainsi affluer vers Paris les « saisies » que sont les grands chefs-d’œuvre artistiques de France et d’Europe et que complétait l’acquisition de prestigieuses collections d’antiques, celles du cardinal Borghèse ou du cardinal Albani entre autres. L’expédition scientifique en Égypte lancée par Napoléon (1798-1801), si elle n’enrichit pas à proprement parler les collections du Louvre, annonçait l’élargissement des champs d’intérêt et d’étude du musée pendant tout le 19e siècle et jusqu’à nos jours.

La troisième section de l’exposition, consacrée au Louvre au 19e siècle, présentait l’idéal d’universalisme qui fit naître le Louvre d’aujourd’hui. L’ouverture du musée égyptien en 1827, du musée assyrien en 1847 et d’une « section des arts musulmans » au sein du département des Objets d’art dès 1893, concrétisèrent tout au long du 19e siècle cet intérêt croissant pour les civilisations du bassin méditerranéen et du monde islamique (fig. 4). Le développement des collections archéologiques était alors lié au rôle majeur que jouait le Louvre dans la découverte et la révélation de ces grandes civilisations et à sa participation active, encore au 20e siècle, dans l’exploration archéologique de la Grèce, de l’Égypte, de la Mésopotamie ou de la Perse. De grands achats – tel celui de la collection Campana en 1861 – et des donations prestigieuses (collection Charles Sauvageot d’art médiéval en 1856 ou collection Thomy-Thierry d’œuvres du 19e siècle en 1902 par exemple) permirent également de compléter les collections existantes d’antiquités, de peintures, de dessins, de sculptures et d’objets d’art, et participèrent aussi à la redécouverte de l’art médiéval et de la Renaissance. Au-delà, le Louvre s’enrichit aussi tout au long du 19e siècle des témoins de l’art de son temps, présentés chaque année au Salon.  

Fig. 4 : Vue de la deuxième salle de l’exposition, présentant les grandes découvertes archéologiques faites au 19e siècle. © Nina Rezaei, 2018

Une quatrième section, en forme de contrepoint, évoquait enfin le Louvre d’aujourd’hui, héritier de cette histoire guidant encore l’enrichissement, jamais interrompu, de sa collection, à travers une sélection d’œuvres emblématiques acquises durant les 50 dernières années, chacune venant toujours un peu plus nourrir le patrimoine national et parachever l’ambition d’universalité inscrite au cœur même du musée par ses fondateurs. Des œuvres d’artistes contemporains (Arnulf Reiner, JR) rappelaient également le rôle toujours actif du musée dans la création contemporaine.

Le musée du Louvre et l’Iran, une histoire ancienne

Cette grande exposition constitue le dernier épisode d’une histoire déjà ancienne entre le Louvre et l’Iran, initiée par l’exploration archéologique de la Perse et du site de Suse, dans le sud-ouest de l’Iran en particulier, à partir de la fin du 19e siècle. En 1884, un firman du Shah autorise les travaux à Suse de Marcel et Jane Dieulafoy, qui révèlent les vestiges du palais de Darius, et le transport des découvertes en France. En 1888, de nouvelles salles aménagées au premier étage de la colonnade du Louvre présentent ces découvertes et dévoilent pour la première fois aux visiteurs occidentaux les trésors de la Perse antique. Suite à ces premières fouilles fondatrices, la France obtient en 1897 un monopole des recherches archéologiques sur tout le territoire iranien. Jacques de Morgan succède à Marcel Dieulafoy à Suse et mène l’ambitieuse « Délégation en Perse » financée par le ministère de l’Instruction publique. Ses découvertes enrichissent les collections du Louvre de certains de leurs plus grands chefs-d’œuvre, comme le Code d’Hammurabi. En 1928, le français André Godard, archéologue et architecte, crée les services archéologiques d’Iran qu’il dirigera jusqu’en 1960, et le musée national d’Iran dont il est l’architecte. Après l’adoption d’une nouvelle loi sur les Antiquités en Iran en 1930, les collections archéologiques iraniennes du musée du Louvre continuent de s’accroitre jusqu’en 1973  grâce au partage des découvertes faites sur les sites de Suse (fouillé par Roland de Mecquenem et Roman Ghirshman jusqu’en 1967), Tchoga Zanbil, Tépé Giayn et Tépé Sialk, Nishapur ou Tureng Tepe, mais aussi par des achats et des dons.

Au-delà de ces très riches collections archéologiques, c’est à travers les collections royales, à la fin du XVIIe siècle, que la première œuvre de l’Iran médiéval – une coupe en jade du 15e siècle – fait son entrée dans les collections du Louvre. Il faut ensuite attendre le dernier tiers du 19e siècle pour que des céramiques médiévales et modernes, des miniatures et des objets en métal incrusté viennent enrichir les collections. Ces dons et acquisitions rejoignent  le département des Objets d’arts créé en 1893. En 1905 est ouverte la première salle entièrement consacrée aux arts des civilisations de l’Islam. La collection ne cesse de s’agrandir au cours du siècle. En 1993, le projet du Grand Louvre lui donne une visibilité importante, mais c’est véritablement avec la création d’un département des arts de l’Islam, en 2003, et l’ouverture de salles dédiées en 2012, que la collection trouve enfin un écrin à sa mesure.

Aujourd’hui, les collections iraniennes du Louvre sont exposées au sein de deux départements : celui des Antiquités orientales (pour les objets  archéologiques datant du Néolithique à l’époque sassanide, du  6e millénaire avant J.-C. au 7e siècle après J.-C.) et celui des Arts de l’Islam (des débuts de l’Islam à l’Iran qâdjâr, du 7e siècle au 19e siècle). Au département des Antiquités orientales, les collections provenant d’Iran représentent près de la moitié des objets de la collection du département. Les antiquités iraniennes sont présentées dans dix salles selon un parcours chronologique. Au département des Arts de l’Islam, les œuvres iraniennes sont présentées sur deux niveaux, de manière chronologique et géographique, avec en rez-de-cour plusieurs vitrines présentant les œuvres islamiques découvertes à Suse. L’Iran est donc l’un des pays les plus représentés dans les collections du Louvre !

Bilan

Au musée national d’Iran, l’exposition du Louvre, installée au rez-de-chaussée du bâtiment des années 1950 abritant les collections d’art islamique, a été prétexte à un chantier d’envergure dans les salles d’exposition temporaire, mobilisant l’ensemble des équipes du musée. Les murs ont été renforcés pour accueillir les tableaux de grand format ou les œuvres pondéreuses, l’ensemble de l’éclairage a été modernisé, des vitrines aux normes internationales ont été fabriquées spécialement pour l’occasion, sous la direction de l’architecte-muséographe iranien Arash Milaninia et de son équipe, en collaboration avec le commissariat de l’exposition et Clio Karageorghis, architecte-conseil au musée du Louvre. L’exposition était également accompagnée d’un dispositif de médiation (textes de salle, cartel et audioguide) et d’un catalogue trilingue (persan, français et anglais) richement illustré, édité par le musée téhéranais.

La préparation de l’exposition et son montage ont constitué de riches moments de partage et d’échanges de pratique entre les équipes françaises et iraniennes. Pour l’installation, une équipe d’installateurs de la société LP Art, venue spécialement de France, a travaillé main dans la main avec les équipes locales. Les retards de chantier et les nombreuses séances de travail tardives n’ont jamais entamé la motivation des équipes, conscientes de l’importance de l’exposition pour le musée et de la portée hautement symbolique de cet événement.

Prévue initialement du 5 mars au 8 juin, l’exposition a été ouverte en fonction d’un calendrier favorable et choisi à dessein : l’inauguration s’est tenue en effet quelques semaines avant les vacances du Nouvel An iranien (Norouz), durant lesquelles beaucoup d’Iraniens voyagent dans l’ensemble du pays. Pour faire face à son succès public, l’exposition a été prolongée finalement jusqu’au 30 juillet, capitalisant un nombre record de 251 690 visiteurs dont 248 945 iraniens. Succès retentissant pour le musée national qui a vu se former de longues files de visiteurs, lesquels en ont aussi profité pour découvrir la richesse des collections permanentes du musée (fig. 5). Parallèlement, le musée iranien proposait aussi, en contrepoint de l’exposition des chefs-d’œuvre du Louvre, une exposition du travail photographique inédit réalisé par le cinéaste et photographe Abbas Kiarostami dans les salles du musée parisien entre 1996 et 2012.

Fig. 5 : Affluence record pour le musée national d’Iran lors de l’exposition du musée du Louvre. © Nina Rezaei, 2018

Le succès de l’exposition et la qualité des relations nouées avec les collègues du musée national  d’Iran marquent le renouveau de riches collaborations scientifiques entre les deux musées qui doivent se concrétiser par de nouvelles actions dans les prochaines années.

Les auteurs

François Bridey est conservateur du patrimoine au département des Antiquités orientales du musée du Louvre, en charge des collections de l’Iran ancien. Enseignant à l’École du Louvre, il est membre de l’UMR 7041 ArScAn, équipe « VEPMO ».

Judith Henon est conservateur du patrimoine et adjointe au directeur au département des Arts de l’Islam du musée du Louvre, en charge des collections safavides et mogholes.

Pour citer ce billet : François Bridey et Judith Henon. Le musée du Louvre à Téhéran : une exposition historique, ArchéOrient - Le Blog, 1 février 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11549

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.