L’araire en Méditerranée orientale durant la protohistoire : de l’expérimentation à l’ethnographie participative en Tunisie

Si l’apparition de l’araire au Proche-Orient était traditionnellement attribuée au 4e millénaire avant notre ère, sur la base de données iconographiques et textuelles (Sherratt  1981), les sillons fossilisés du Khûzistân en Mésopotamie ont fait remonter son utilisation au 5e millénaire. Dans le monde égéen comme à Chypre, les premiers indices iconographiques datent du 3e millénaire, tandis qu’un signe du hiéroglyphique crétois (2e millénaire) représente l’araire de type chambige. Ce dernier est constitué d’un manche, d’un timon courbe (le chambige) et d’un sep. Le soc est inséré à l’extrémité du sep. Pour ce type, le timon traverse le manche (pour plus de détail sur la classification des araires cf. Haudricourt § Jean-Bruhnes Delmarre 1955). Cependant, en se fondant sur des déformations osseuses de bovidés liées à la traction animale, plusieurs chercheurs proposent que l’araire soit apparu dès le Néolithique Précéramique au Proche-Orient (8e millénaire, Anderson 2006) et dès le Néolithique ancien en Crète (fin du 6e millénaire, Isaakidou 2006). C’est à partir de ces données indirectes que l’invention et la diffusion de l’araire sont retracées. L’araire en bois ne peut en effet se conserver que dans des conditions taphonomiques spécifiques. En Egypte ou en Europe, où de telles conditions étaient remplies, des araires ont été mis au jour (Danemark, Allemagne, Italie ; Petrequin P. et al. 2006), mais aucun instrument n’a été conservé au Proche-Orient et en Egée. Les fouilles « ne nous ont pas fourni des trouvailles nombreuses », notait M.-Cl. Amouretti en 1976, dans un article pionnier sur les outils aratoires égéens. La question des critères de reconnaissance de ces outils aratoires se pose d’emblée. La rareté des socs identifiés doit-elle nous conduire à envisager que l’araire protohistorique était constitué uniquement de bois ? Une variabilité des socs et des instruments selon les régions, la nature des sols et les traditions techniques ne peut-elle pas être envisagée ? Comme le soulignaient A. Haudricourt et M. Jean-Bruhnes Delmarre dans leur ouvrage fondateur L’Homme et la charrue (1955), les instruments se transforment à des vitesses inégales, les emprunts, les diffusions s’effectuant suivant des rythmes différents et d’une manière discontinue. Ce sont ces transformations et ces rythmes inégaux que nous suggèrent les traces archéologiques disponibles.

Si l’existence d’outils aratoires en pierre durant le Néolithique est encore débattue, des instruments en basalte et en calcaire, fort probablement des socs d’araire, sont attestés au Proche-Orient durant le 3e millénaire, et nous venons d’identifier un outil de ce type en Crète (début du 2e millénaire.). Enfin à Chypre, au Bronze Récent (fin du 2e millénaire), la morphologie et le volume d’une série d’outils en bronze suggèrent leur utilisation comme socs d’araire (Caltling 1964).

La mise en place de critères de reconnaissance de ces outils constitue une étape essentielle pour retracer l’apparition et la diffusion de l’araire en Méditerranée Orientale. Notre étude porte sur les socs en pierre mais nous nous interrogeons également sur leur coexistence avec ceux en bois ou en bronze ainsi que sur leur complémentarité avec d’autres outils aratoires (houe, bêches etc.) Notre étude en cours n’a pas l’intention de reconstituer toute l’histoire de l’araire protohistorique, mais de déceler, à travers sa matérialité, quelques étapes de sa transformation, depuis son invention jusqu’à son développement et sa diffusion. Nous nous interrogeons enfin sur les facteurs qui ont présidé à la persistance de l’araire dans le temps et aux éventuelles stratégies concernant sa sauvegarde.

  • Les socs d’araire du Bronze Ancien de la vallée de l’Oronte en Syrie

Les sites de Shʻaīrat, Mishrifeh/Qatna, Hama, Al-Rawda et Tell Massin ont livré durant le Bronze ancien IV A et B (2500-2000 av. J.-C.) des outils en basalte et en calcaire de forme souvent triangulaire avec un tenon dont la surface active présente des usures d’intensité et de morphologie variée (Fig. 1). Il s’agit de stries sur l’axe de la longueur, de détachements accidentels d’éclats et d’esquilles ainsi que d’une transformation de la morphologie initiale triangulaire, qui a tendance à s’aplatir. Ces outils propres à la région steppique et la moyenne vallée de l’Oronte en Syrie occidentale s’avèrent être des fossiles chrono-culturels pertinents (Castel 2016, Mouamar 2016). Diverses hypothèses ont été émises concernant leur fonction. Il s’agirait soit d’outils aratoires manuels (pelles, bêches), soit de socs d’araire. Une étude en archéologie expérimentale, réalisée dans les années 1960 par A. Steensberg, a montré leur efficacité lors de leur utilisation comme socs d’araire (Steensberg 1964 et 1977). Leur matériau et leur morphologie se sont avérés extrêmement bien adaptés à la nature des sols de ces zones steppiques. Cette étude pionnière mérite d’être poursuivie et complétée par de nouvelles expériences, afin d’analyser les traces d’usure sur les outils expérimentaux, étape indispensable pour l’identification fonctionnelle des outils archéologiques.

Fig. 1 Socs d’araire en basalte et en calcaire du site de Sheirat. Cliché G. Mouamar
  • Les « outils aratoires » du Bronze Moyen en Crète

Nous avons étudié un outil en chaille, provenant du Quartier Mu de Malia (Bronze Moyen II, 1800-1700) mis en forme par épannelage de façon bifaciale. La surface active de l’outil, tranchante à l’origine, a été aplatie lors de l’utilisation et marquée par une série d’éclats et d’esquilles accidentels. Unique au Quartier Mu et en général à Malia, cet outil présente, aussi bien au niveau de sa morphologie que de la nature des usures, des ressemblances avec d’une part des outils en pierre d’Égypte, d’autre part avec des outils aratoires identifiés au Proche-Orient ou dans les Balkans. Une approche expérimentale s’est avérée nécessaire afin de pouvoir identifier la fonction précise de cet outil.

Fig. 2 : Outil aratoire en chaille du Quartier Mu de Malia. Cliché H. Procopiou.
De l’expérimentation à l’ethnographie participative en Tunisie

Un projet expérimental exploratoire sur l’utilisation de ces outils a été mis en place. Il concerne d’une part la reproduction des socs d’araire, d’autre part leur utilisation. Nous avons choisi d’utiliser ces araires en contexte ethnographique en Tunisie, région où l’araire chambige à soc en fer est encore utilisé. Tout en tirant profit des études déjà effectuées sur l’usage de l’araire dans la région (Anderson 2006, 2014), nous avons mobilisé le savoir-faire des fabricants d’araire et agriculteurs locaux durant nos expérimentations. Comme le mentionnait A. Haudricourt, « beaucoup de ceux qui essaient de reconstituer le passé omettent d’essayer de comprendre d’abord le présent. Non pas qu’on puisse projeter simplement ce qui est sur ce qui fut, mais un contact continu avec l’aujourd’hui permet d’appréhender mieux le « vivant » du passé.  C’est donc à travers cette collaboration avec les artisans et agriculteurs du présent que nous avons tenté de reconstituer les actions et les gestes des agriculteurs du passé.

La mise en forme des socs d’araire

Le basalte- Les socs d’araire en basalte ont été fabriqués par F. Abbès, à l’Antenne de Jalès d’Archéorient (Fig. 3a). La matière première, ramassée sur les berges de l’Ardèche, est un basalte compact, très proche de celui des outils en basalte de la vallée de l’Oronte. La mise en forme, avec un percuteur en quartzite, a consisté en un épannelage et en une préparation d’un tranchant triangulaire.

Le calcaire– Pour la mise en forme des socs d’araire en calcaire, nous avons fait appel aux tailleurs de pierre du village d’El Guettar en Tunisie (Fig. 3b).  Ces artisans meuliers fabriquent encore des meules rotatives manuelles avec des méthodes traditionnelles, non mécanisées. L’objectif étant la reproduction des formes et non pas la reconstitution de la chaîne opératoire de la fabrication des socs en pierre, les artisans ont utilisé leur propre outillage, des marteaux, pics et ciseaux en métal. Une réplique des outils en calcaire de la vallée de l’Oronte et une autre de l’outil crétois ont ainsi été produites.

Fig. 3 a) Fabrication d’un soc d’araire en basalte (antenne de Jalès, Archéorient) ; b) Fabrication des outils en calcaire à El Guettar, Tunisie. Gauche : mise en forme d’un outil de la vallée de l’Oronte, droite : mise en forme d’un outil crétois. Cliché H. Procopiou
La fabrication de l’araire

Pour la fabrication de l’araire, nous avons fait appel à un artisan, menuisier et fabricant d’araires à Béjà (Nord-Ouest de la Tunisie). Dans cette ville, où la fabrication des araires constituait une activité importante pour l’économie locale jusqu’aux années 70 (cf. ci-dessous), deux ateliers fabriquent et assemblent des araires chambiges en bois et à soc en fer, en employant des techniques traditionnelles (Anderson 2014). L’artisan a fabriqué l’araire en bois de peuplier et d’eucalyptus et a assemblé ses différentes parties (manche, chambige, sep) avec des éléments en métal (vis, cerclage). Une adaptation, à savoir une butée en bois pour recevoir les socs en pierre, a été réalisée. Ces derniers ont été stabilisés par un cerclage en métal et des coins en bois (fig. 4).

Fig. 4 : Assemblage de l’araire chambige par l’artisan de Béjà et détail de l’insertion dans le sep et de l’immobilisation du soc en pierre. Cliché H. Procopiou.

L’utilisation : premiers résultats et perspectives

L’araire a été utilisé dans deux champs dans l’oasis d’El Guettar, dans la région de Gafsa au sud de la Tunisie. Le labourage a été réalisé pendant 4 jours au mois de septembre, après l’irrigation des champs.  L’araire a été tracté par un mulet, qui est employé traditionnellement par l’agriculteur pour la traction d’une charrue en fer. Homme et animal se sont vite adaptés aux spécificités du nouveau dispositif, mais sa manipulation a nécessité des changements de la posture corporelle du laboureur (Fig. 5).  Est-ce son absence d’expérience de la manipulation de ce type de manche, employé par les agriculteurs du Nord de la Tunisie, qui l’a obligé à poser ses mains à la diagonale par rapport à son buste pour guider l’animal ?

Fig. 5. Labour dans l’oasis d’El Guettar avec l’araire chambige et le soc en pierre de type crétois. Cliché H. Procopiou

Nous avons alterné les trois types de socs en pierre ainsi que le soc traditionnel en fer. L’objectif, outre de tester l’efficacité de différents socs, était également de suivre les usures provoquées sur la pierre durant le labour et de créer un référentiel, essentiel pour l’interprétation des traces présentes sur les outils archéologiques (Fig. 6).

Les répliques des socs d’araire de la vallée de l’Oronte, aussi bien en basalte qu’en calcaire, se sont avérées efficaces. L’exemplaire en calcaire est celui qui a produit les sillons les plus profonds et réguliers. Cette légère différence s’est avérée liée à la morphologie et aux plus grandes dimensions de cet exemplaire plutôt qu’à sa nature pétrographique. Le soc de type crétois a, quant à lui, nécessité plusieurs réglages, afin d’atteindre l’angle nécessaire (environ 25°) [Marbach A. 2006-2007] pour labourer le sol avec un araire chambige. Une fois ces réglages effectués, son efficacité lors du labour a pu être démontrée.

Des traces d’usure (esquilles, léger polissage) ont commencé à se former sur tous les exemplaires. Cependant, la faible durée d’utilisation ne nous a pas permis d’obtenir à ce stade des traces aussi prononcées que celles observées sur les outils archéologiques. Même si la poursuite des expérimentations s’avère nécessaire, nous avons réalisé des empreintes en silicone en vue d’analyses microscopiques de ces usures au Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes de Lyon, analyses qui seront fondées sur une méthodologie déjà élaborée et testée (Procopiou et al. 2013, Morero et al. 2018).

Enfin, même si les sillons du soc en fer ne présentaient pas de différences notables avec celles des socs en pierre, le laboureur a trouvé sa manipulation plus aisée, grâce à son soc plus allongée et à la morphologie de la lame qui ont permis un meilleur rendement.

Fig. 6 : à gauche : les différents socs d’araire testés a) calcaire, type de l’Oronte, b) calcaire, type crétois c) basalte, type d’Oronte, d) fer. A droite, le labour et le sillon produit avec le soc en calcaire du type de l’Oronte. Cliché H. Procopiou.

Cette première expérience destinée à interpréter les traces du passé a mobilisé le savoir-faire des artisans et paysans du présent. Pour comprendre « le vivant du passé », ses choix, ses gestes et ses actions, de nouveaux labours et l’utilisation de ces socs avec d’autres types araires ou d’emmanchements sont nécessaires. De même les analyses des traces d’usure à différentes échelles d’observation sont indispensables pour reconstituer le fonctionnement de ces outils. La journée portes-ouvertes que nous avons organisée à El Guettar à la suite de nos expérimentations nous a permis d’échanger avec un jeune public, mais aussi avec des acteurs des collectivités locales et associatives. Cet outil ancestral aurait-il sa place dans la Tunisie du futur ?

Envisager un avenir pour l’araire

L’araire de type chambige est encore utilisé dans la région de l’Atlas tellien en Tunisie, pour labourer la terre ainsi que pour recouvrir les semences. A Béja, 160 ateliers de fabricants d’araire exerçaient leur activité dans la médina jusqu’aux années 1970. L’introduction progressive de la mécanisation a conduit à une baisse graduelle de la demande et à la diminution de l’activité. De nos jours, seuls deux ateliers subsistent. C’est d’abord à la demande des artisans qui souhaitent transmettre leurs compétences que nous envisageons de mettre en place un projet de sauvegarde de ce savoir-faire. C’est ensuite en collaboration avec des paysans, dont les terres escarpées ne se prêtent pas à l’usage de tracteurs, que nous souhaitons mettre en place des stratégies de sauvegarde du labour à l’araire. Ces paysans considèrent que dans le contexte socio-économique actuel de la Tunisie, seule l’insertion de leur pratique dans une perspective de développement durable, voire d’une agriculture biologique à forte valeur ajoutée, peut garantir leur survie. Le maintien de l’araire dans la région est également lié aux animaux de labour, dont le nombre diminue à cause de l’orientation récente du bétail vers la production laitière. C’est en collaboration d’abord avec les acteurs concernés, ensuite avec les collectivités et associations locales, que nous souhaitons mettre en place ce projet.

Comme le soulignent de nombreux spécialistes des stratégies patrimoniales (D. Fabre, Cl. Bortolotto), c’est notre perception du présent et notre vision de l’avenir qui guident les stratégies de sauvegarde de la culture matérielle et immatérielle.

Remerciement

Le terrain d’étude tunisien nous a été ouvert par Patricia Anderson. La participation de Hatem Guettari fut essentielle pour la mise en place des expérimentations. Qu’ils en soient vivement remerciés.

Bibliographie

Amouretti M.-C. 1976. Les instruments aratoires dans la Grèce archaïque, Dialogues d’histoire ancienne 2, 25-52.

Anderson P. 2006. Premiers Tribulums, Premières Tractions Animales au Proche-Orient vers 8000-7500 BP ? In Petrequin P. et. al. (eds), De l’araire au chariot. Premières tractions animales en Europe occidentale du Néolithique à l’Age du Bronze moyen, 299-316.  

Anderson P. 2007. Le travail à l’araire aujourd’hui en Tunisie, le point de vue d’une ethno-archéologue, In Bourrigaud R., Sigaut F. (eds), Nous labourons, Actes du Colloque Techniques du travail de la terre. Hier et aujourd’hui, ici et là-bas, Nantes.

Anderson P. 2014. Working with the ard in present-day Tunisia, Van Gun A.-L., Whittaker J., Anderson P. (eds), Explaining and exploring diversity in agricultural technology, 31-34.

Castel C. 2016. Des outils agricoles en pierre du Bronze ancien de Syrie, In Perello B., Tenu A. (eds), Parcours d’Orient. Mélanges offerts à Christine Kepinski, Oxford, 49-60.

Catling H. W. 1964. Cypriot Bronzework in the Mycenaean World. Oxford.

Haudricourt A.-G., Jean-Bruhnes-Delamarre M. 1955. L’homme et la charrue à travers le monde, Paris. 

Isaakidou V. 2006. Ploughing with Cows: Knossos and the Secondary Products Revolution. Animals in the Neolithic of Britain and Europe, In Serjeantson D., Field D. (eds),  Neolithic Studies Group Seminar Papers 7, Oxford, 95-112.

Marbach A. 2006-2007. Essai de classement typo-technologique des araires à partir des pièces métalliques découvertes en Gaule romaine en vue de leur reconstitution, Revue archéologique du Centre de la France 45-46, mis en ligne le 08 avril 2008. URL : http://racf.revues.org/734http://racf.revues.org/734.

Morero E., Procopiou H., Johns J., Vargiolou R., Zahouani H. 2018. The use of the digital microscope and multi-scale observation in the study of lapidary manufacturing techniques, In Kelley K., Wood R. K. L. (eds), Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims, Oxford, 73-98.

Mouamar G. 2016. Tell Shʻaīrat : une ville circulaire majeure du IIIe millénaire av. J.-C. du territoire de la confédération des Ib᾽al, Studia Eblaitica 2, 71-101.

Petrequin P, Arbogast R.-M., Petrequin A.-M., Van Willigen S., Bailly M (eds) 2006. Premiers chariots, premiers araires – La diffusion de la traction animale en Europe pendant les IVe et IIIe millénaires avant notre ère, Paris.

Procopiou H., Morero E., Vargiolou R., Suarez-Sanabria M., Zahouani H.  2013. Tactile and visual perception during polishing: An ethnoarchaeological study in India (Mahabalipuram, TamilNadu), Wear 301, 144-149.

Sherratt A. 1981. Plough and Pastoralism: Aspects of the Secondary Products Revolution, In Hodder I., Isaac G., Hammond N. (eds), Pattern of the Past: Studies in Honour of David Clarke, Cambridge, 261-305.

Steensberg A. 1964. A Bronze Age Ard-Type from Hama in Syria Intended for Rope-Traction, Berytus XV, 111-139. Steensberg A. 1977. Stone Shares of Ploughing implements from the Bronze Age of Syria; A contribution to the Early History of the Ard-Plough, Copenhague.

Les auteurs

Hara Procopiou est professeur de protohistoire égéenne à l’université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne (UMR 7041, ArScAn). Elle est spécialiste de l’histoire des techniques agricoles et artisanales.

Georges Mouamar est post-doctorant (UMR 5133, Archéorient) spécialiste de la céramique de l’âge du Bronze en Syrie.

Frédéric Abbes est ingénieur de recherche au CNRS (UMR 5133, Archéorient). Il est spécialiste des technologies lithiques néolithiques et de la néolithisation du Proche-Orient.

Pour citer ce billet : Hara Procopiou, Georges Mouamar et Frédéric Abbes. L’araire en Méditerranée orientale durant la protohistoire : de l’expérimentation à l’ethnographie participative en Tunisie, ArchéOrient - Le Blog, 28 janvier 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11526

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.