Une table-ronde pleine de punch !

Le 15 novembre2018 une table-ronde a eu lieu à Archéorient autour de l’identification de la percussion indirecte dans le matériel archéologique, une technique de taille lithique présente principalement dès la fin du Mésolithique et pendant tout le Néolithique proche-oriental et européen (8ème-3èmemillénaires avant notre ère) (fig. 1). Étaient présents des chercheurs, chercheurs associés, post-doctorants et doctorants de Lyon, Toulouse, Paris 1, Paris 10, Barcelone et Namur, soit onze participants. Le but de la rencontre était de créer des échanges autour de cette technique afin d’analyser les problèmes de son identification. Il existe en effet un hiatus entre la reconnaissance archéologique et la reconnaissance expérimentale de cette technique : cette différence constituait le point de départ des échanges.

Fig.1 : Taille à la percussion indirecte, Tixier et al. 1995, p. 31

La table-ronde a débuté par une courte présentation d’une session expérimentale de taille lithique réalisée à Jalès (Ardèche) en novembre 2017, qui avait également donné lieu à un article sur ce blog. Cette session avait pour but de créer un corpus lithique expérimental réalisé par taille à la percussion indirecte afin de faire varier certains paramètres et tenter de déterminer leur rôle dans la variabilité des stigmates présents sur les produits de débitage

Un des principaux thèmes des discussions a porté sur  la petite dimension des nucléus dans les assemblages archéologiques. Les participants partageaient en effet l’idée que les dimensions réduites de certains nucléus archéologiques suggèrent l’usage de la pression plutôt que la percussion indirecte, dans le cas où les caractéristiques du nucléus ne permettent pas de trancher entre les deux techniques. L’ interprétation du technologue vers la technique de la pression est influencée par le problème du maintien du bloc, son calage ou encore sa préhension, car on ne connaît pas, expérimentalement parlant, de solution efficace pour immobiliser le nucléus taillé à la percussion indirecte. L’observation de cette lacune a suscité le consensus parmi les participants : le problème de l’immobilisation du nucléus mérite donc d’être réexaminé de manière expérimentale afin de comprendre si, effectivement, les dimensions réduites d’un bloc empêchent définitivement la taille à la percussion indirecte. Les interrogations sortent donc du cadre strict des stigmates de reconnaissance de la technique au profit de celui de l’emmanchement ou du calage du nucléus. C’est une piste à explorer.

Fig. 2 : Lame débitée à la pression au levier avec un profil en «s», débitage : F. Abbès, DAO : C. Ménager

Un autre sujet de discussion a concerné le profil en « S » de certains produits lamino-lamellaires présents dans les assemblages archéologiques (fig. 2). Un des participants, lithicien et tailleur de silex, a avancé l’idée que ce profil particulier éliminait la possibilité d’une taille à la percussion indirecte pour ces produits, mais était en revanche très caractéristique d’une taille à la pression. Ces observations reposent sur son expérience de taille, longue de plusieurs dizaines d’années.

Les participants ont échangé beaucoup de résultats de leur observation sur le matériel archéologique, par exemple une abrasion inversée vers le plan de frappe réalisée sur des nucléus débités à la percussion indirecte (servant alors à mettre en valeur la plateforme destinée à recevoir le punch ?), une chauffe dès le Néolithique ancien dans certaines régions méditerranéennes pour une production laminaire (au punch ?) ou encore des flancs dégagés (non débités) de nucléus néolithiques de dimensions réduites (ce qui pourrait trahir une sorte d’étau pour maintenir le bloc ?). Cette idée de maintien du bloc, présente à plusieurs reprises dans les discussions, a été testée par expérimentation par un participant pour le flûtage (une méthode consistant à affiner une pièce bifaciale en enlevant un éclat long et plat le long de l’axe central du biface à partir d’une de ses extrémités) de petites pointes bifaciales ayant servi d’armatures, ce qui se révèle efficace mais ne semble pas avoir de correspondance dans la réalité archéologique. Les discussions ont été enrichies par les tailleurs partageant leurs expériences, ce qui n’a pas suscité de débat mais a permis d’apporter nombre de détails concrets.

Fig.3 : J. Vosges taillant à la percussion indirecte assis au sol, nucléus maintenu entre les pieds (avec chaussures). Photo : C. Ménager

De nombreuses pistes ont donc été ouvertes et sont à développer : le maintien du nucléus, que ce soit par le corps (tenu entre les pieds par exemple, (fig. 3 et fig. 4)) ou par un calage construit, l’idée de tailler à deux (une personne tenant le punch, l’autre maniant le maillet, ce qui permet d’augmenter à la fois la puissance et la précision), ou encore le maintien du chasse-lame (ex : à la main comme un crayon plutôt que dans le poing).

Fig. 4 : Taille en percussion indirecte « sous le pied », Tixier 1972, p. 135.

Cette rencontre a permis de montrer que les connaissances sur cette question ne permettent pas encore de faire consensus, ni à partir de la connaissance du matériel archéologique, ni par l’expérimentation. Il est donc nécessaire de poursuivre les discussions collectives, pleines de« punch », stimulantes et bénéfiques pour affiner nos connaissances sur le sujet. Affaire à suivre !

Bibliographie

Tixier J. et al. 1995. Préhistoire de la pierre taillée. T.4 : Technologie de la Pierre taillée, Meudon,Cercle de Recherches et d’Études Préhistoriques.

Tixier J. 1972. Obtention de lames par débitage « sous le pied », Bulletin de la Société préhistorique française 69/5, p. 134-139.

L’auteur

Cécile Ménager est doctorante à Archéorient en archéologie du Néolithique de la Grèce,spécialiste en technologie lithique, sous la direction d’Eric Thirault (UMR5133), Sophie de Beaune (UMR 7041) et le tutorat de Frédéric Abbès (UMR 5133).

Pour citer ce billet : Cécile Ménager. Une table-ronde pleine de punch !, ArchéOrient - Le Blog, 14 décembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/11061


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. francois dit :

    Passionnant ! Merci Cécile pour ce résumé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.