« Ancient Armenia at the Crossroads » : colloque de clôture du LIA NHASA

L’objectif du colloque international et interdisciplinaire « Ancient Armenia at the Crossroads » était d’échanger sur les données récentes obtenues en Arménie afin de préciser la complexité des interactions Homme/Milieu au cours de l’Holocène sur ce territoire. Il s’est déroulé les 6 et 7 novembre2018 à la Maison des Langues et de la Culture (MILC) à Lyon.

Fig. 1 : Affiche Colloque (B. Perello)
Le LIA « NHASA » – Natural Hazards and Adaptation Strategies in Armenia from 10,000 BC onwards

Cet événement marque l’aboutissement des travaux du Laboratoire International Associé (LIA) France-Arménie « NHASA ». Les LIA sont des « laboratoires sans murs », créés par le CNRS pour une durée de quatre ans, dont l’objectif est de renforcer les collaborations entre des chercheurs du CNRS et des chercheurs étrangers.

Le LIA NHASA (2015-2018) s’est attaché à reconstituer l’évolution de l’environnement tout au long de l’Holocène (de 10 000 BC à aujourd’hui) et à comprendre les dynamiques sociétés-environnement.

Le relief montagneux et le climat continental qui caractérisent le Petit Caucase en font une région où l’équilibre naturel est fragile, menacé tant par les aléas environnementaux que par une surexploitation de l’environnement par l’Homme. Pour mesurer ces phénomènes, la démarche du LIA NHASA associe l’analyse de sites en cours de fouilles à des recherches paléoenvironnementales entreprises sur de vastes zones.

Deux grands axes ont structuré notre démarche. D’une part, l’étude des aléas environnementaux auxquels est soumis le territoire arménien : séismes, éruptions, oscillations climatiques. D’autre part, l’analyse des stratégies d’adaptation développées par les groupes humains au cours de l’Holocène, en particulier durant les phases de mutation sur les plans économiques, sociaux et culturels : néolithisation (fin 7e-début 6e millénaire), transition Bronze ancien/Bronze moyen (milieu du 3e millénaire), période Ourartéenne (IX-VIe siècles av. J.-C.).

Les recherches menées dans le cadre du LIA reposent sur une collaboration étroite entre quatre laboratoires CNRS – deux lyonnais (Archéorient UMR 5133 et HiSoMA UMR 5189) et deux montpelliérains (ISE-M UMR5554 et Géosciences UMR 5243) – et deux Instituts arméniens de l’Académie des Sciences d’Arménie, à savoir l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie et l’Institut des Sciences Géologiques. Les travaux du LIA bénéficient d’un financement équivalent de la part des organismes de tutelle, à savoir le CNRS pour la France et l’Académie des Sciences pour l’Arménie.

En outre, ce programme s’inscrit dans une dynamique de recherche franco-arménienne amorcée depuis plus de 20 ans grâce à plusieurs programmes au premier rang desquels la Mission Archéologique Caucase du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. Depuis sa création par Christine Chataigner en 1997, cette mission a pour objectifs de découvrir et d’étudier les cultures préhistoriques qui se sont développées en Arménie du Paléolithique à la fin de l’Âge du Bronze. Cette longue période est marquée dans la partie méridionale de l’isthme du Caucase par d’importants développements culturels, socio-économiques et techniques (néolithisation, expansion de la culture Kura-Araxe, notamment) qui ne sont encore connus que de manière très fragmentaire.

Fig. 2 : Poster LIA (réalisation Claudine Marechal et Bérengère Perello)
Le colloque Ancient Armenia at the Crossroads

Alors que le LIA entrait dans la dernière année de son quadriennal, il nous a semblé pertinent d’organiser un colloque international ouvert à toutes les équipes internationales et interdisciplinaires travaillant sur ces problématiques, afin de faire un état des lieux des recherches encours, de mettre en évidence les écueils et les atouts de cette documentation et enfin, de dégager les pistes de recherches futures.

Ce colloque nous offrait également l’opportunité de rendre hommage à Arkadi Karakhanyan (directeur de l’Institut des Sciences Géologiques), qui fut co-responsable du LIA NHASA jusqu’à son décès prématuré à l’été 2017.

Cet événement a été co-organisé par les responsables du LIA NHASA : Bérengère Perello (CNRS, UMR 5133 Archéorient) côté français,Ruben Badalyan (Instituts d’Archéologie et d’Ethnographie) et Khachatur Melikstetian (Institut des Sciences Géologiques), côté arménien.

Il a reçu le soutien du LIA NHASA (CNRS), du Laboratoire Archéorient (UMR 5133), de l’Université Lumière Lyon 2, de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, de l’Université de Lyon, de l’Établissement Public Interdépartemental Yvelines-Hauts de Seine, de l’Académie des Sciences d’Arménie et en particulier de l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie et de l’Institut des Sciences Géologiques.

L’appel à communication lancé sur la plateforme Sciencesconf a permis de regrouper plus de 70 contributeurs (64 chercheurs, 3 post-doctorants, 6doctorants) venus essentiellement de France (41 intervenants) et d’Arménie (20intervenants), mais également des États-Unis, de Géorgie, du Royaume-Uni,d’Allemagne et d’Israël (12 intervenants) (cf. liste complète des intervenants ). Au total, une quarantaine de personnes était présente sur place dont douze collègues arméniens.

Cette manifestation qui se voulait – à l’instar du LIA- résolument interdisciplinaire a rassemblé des spécialistes issues des :

  • Sciences Humaines (géographie, archéologie, anthropologie biologique, archéobotanique)
  • Sciences de la Terre (géologie, géomorphologie, sismologie, volcanologie)
  • Sciences de l’Environnement (palynologie, paléoclimatologie, écologie)
Fig. 3 : Amphithéâtre de la MILC – Ara Avagyan et Ruben Badalyan (Photographie : K. Makaryan)

Le colloque s’est tenu sur deux jours, avec 26 interventions réparties en trois grandes sessions (cf. Programme).

  • Paleoenvironmental Studies (10 interventions) : cette première session était consacrée aux études sur le paléoenvironnement (volcanisme, archéosismicité, micromorphologie, palynologie, paléobotanique, analyses isotopiques)
  • Archaeology of Ancient Armenia (10 interventions) : La seconde session regroupait les recherches archéologiques portant sur une fourchette chronologique allant du Néolithique à la fin du Bronze récent.
  • Recent history, ethnography and ethnoarchaeology (6 interventions) : cette dernière session était dédiée aux périodes historiques (Âge du Fer, Antiquité, Moyen-Âge) étudiées parle biais des enquêtes et des fouilles ainsi qu’aux recherches ethnographiques.

Les actes de ce colloque seront publiés dans un volume dédié.

Ce colloque fut également rythmé par des moments d’échanges et de convivialité, parfaitement illustrés lors du dîner du 6 novembre qui a regroupé une grande partie des intervenants et qui fut l’occasion de leur faire découvrir la fameuse gastronomie lyonnaise.

Fig. 4 : Le dîner du 06 novembre (Kh. Makaryan)
L’exposition « Bergers et bergères d’Arménie » (7 novembre 2018 – 23 janvier 2019)

Le colloque a été clôturé par le vernissage de l’exposition« Bergers et bergères d’Arménie » qui réunit des clichés photographiques réalisés par Michaël Thevenin (Laboratoire Urmis, UMR 8245). Ces photographies ont été prises dans le cadre de missions ethnographiques menées en 2015 et 2016 dans le centre (Kotaik, Aragatsotn) et le sud-est (Syunik) de l’Arménie. Ces enquêtes ethnographiques poursuivent trois objectifs : enquêter sur les nouveaux lieux de mémoires du pastoralisme transhumant en Arménie, fournir aux archéologues des données sur l’état actuel des déplacements saisonniers pastoraux dans cette zone ; compléter le travail ethnographique de fond mené depuis 2005 sur les pratiques pastorales des populations kurdes et yézidis, de l’Anatolie au Proche-Orient.

Dans cette exposition, alors que les photographies de paysages donnent à voir la beauté des panoramas arméniens, les portraits dépeignent à merveille le quotidien actuel des bergers et bergères arméniens et yézidis.

Fig. 5 : Affiche de l’exposition « Bergers et bergères d’Arménie » (C. Marechal)

L’exposition, qui prend place dans le hall de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon, a été inaugurée le 7 novembre 2018 par Frédéric Faure, délégué régional du CNRS ; Françoise Le Mort, directrice de la Maison de l’Orient ; M. Beauvallet,Vice Président Ressources humaines de l’Université Lumière Lyon 2 ; en présence de Stéphane Bourdin, INSHS DAS, et Mme Gayané Manukyan, Vice-Consul d’Arménie à Lyon

Fig. 6 : Inauguration de l’exposition le 7 novembre 2018 (E. Signor)

L’auteur

Bérengère Perello est chargée de Recherche au CNRS, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.Archéologue, elle est responsable de la « Mission Caucase » du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères et du Laboratoire International Associé « NHASA » France-Arménie.

Pour citer ce billet : Bérengère Perello. « Ancient Armenia at the Crossroads » : colloque de clôture du LIA NHASA, ArchéOrient - Le Blog, 7 décembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/10958

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.