Des empires au manège : patrimoine équestre et discussion scientifique

Le 12 et 13 octobre 2018, l’association inter-universitaire les Routes de l’Orient a organisé son troisième colloque international « Le cheval, l’âne et la mule dans les empires anciens – Des Néo-Assyriens aux Sassanides – du monde méditerranéen à l’Asie centrale » (cf. billet résumé du colloque), en partenariat avec la Fondation pour la sauvegarde et le développement du Domaine de Chantilly. Ce partenariat a permis la tenue d’une journée (samedi 13 octobre) au sein des Grandes Écuries du Domaine.

Cet événement scientifique avait pour objectif d’interroger les fonctions des équidés domestiques dans les empires de l’Orient ancien, notamment le rôle qu’ils ont pu jouer dans l’expansion territoriale par les guerres de conquêtes,dans les réseaux économiques et dans la construction étatique en permettant aux cours impériales de se déplacer au sein des territoires de l’empire.

Le partenariat avec la Fondation a rendu possible une véritable confrontation des questions scientifiques abordées lors de cet événement et des patrimoines équestres – artistique et sportif – tel qu’ils sont représentés au Domaine de Chantilly. Ceux-ci ont été appréciés par les intervenants lors de deux temps forts, d’une part une visite de l’exposition Peindre les courses : Stubbs, Géricault, Degas commentée par Aurore Bayle-Loudet, chargée des collections du Musée du cheval et collaboratrice scientifique de cette exposition, d’autre part une démonstration équestre par deux cavalières de la compagnie des Grandes Écuries, Élodie Jacquet et Caroline Vitry.

L’objectif de ce partenariat est de favoriser la confrontation vivante entre le sujet étudié et les réflexions qu’il suscite.

La démonstration équestre : nouvel outil de réflexion

Effectuées par deux écuyères accompagnées de leurs chevaux, la démonstration a présenté diverses postures et allures spécifiques à la pratique du dressage. Tantôt harnachés et montés, puis travaillés en liberté, les chevaux ont exécuté plusieurs exercices. Ceux-ci étaient  commentés parles cavalières d’un point de vue tant technique qu’historique. Ainsi, nous avons notamment appris que le pas espagnol avait d’abord été utilisé par les conquistadors menés par Cortez pour intimider les armées mexicaines en 1519.

Cette présentation de dressage a permis de contribuer aux questionnements iconographiques et archéologiques soulevés par plusieurs intervenants.

D’une part, la confrontation avec la réalité tangible du corps du cheval permet de mieux percevoir les dimensions de vraisemblance et de réalisme de la figuration dans un corpus iconographique. De cette façon, il est possible de distinguer les représentations au rendu morphologique et anatomique exacte de celles quine le sont pas, cette démarche contribuant à une meilleure appréhension des connaissances zoologiques des sociétés anciennes. Ainsi, le bas-relief  d’investiture de Naqsh-e Rostam représentant le roi sassanide Ardashir Ier (224 – 241) et le dieu Ohrmazd (voir Bruxelles, 1993, fig. 59 p. 75) montre deux chevaux en position statique levant l’une des jambes antérieures pliée à angle droit et reposant sur la tête de l’ennemi vaincu. Le rendu du bas-relief étant marqué par un hiératisme certain,cette posture équestre a d’abord été interprétée comme peu vraisemblable. Or,il s’avère que celle-ci peut être exécutée en dressage. Si peu de connaissances sur les pratiques de cette discipline nous sont parvenues pour l’époque sassanide, le témoignage apporté par les exercices effectués par les écuyères nous permet d’admettre les sources iconographiques comme documentation hippologique de l’Iran du Ier millénaire.

Fig.1 : relevé d’un bas-relief néo-assyrien, Palais nord, Ninive (British Museum), DAO R. Vandame

D’autre part, voir le cheval en exercice, harnaché ou non, permet de mieux cerner l’utilisation de certains objets archéologiques présentés lors du colloque. Au cours de la démonstration équestre, on a pu voir les différents maintiens de la tête du cheval, suivant le harnachement utilisé. Dans un premier temps, les écuyères ont employé un mors de filet qui, tout en imposant une certaine tenue au cheval, lui laisse souplesse et relâchement. Dans un second temps, elles ont effectué des exercices sans aucun harnachement, le cheval plaçant alors sa tête naturellement. Les manœuvres exécutées avec un mors de filet rappellent la représentation des chevaux néo-assyriens (fig.1), amenant à la conclusion que ceux-ci étaient harnachés avec un mors de même type (nous remercions aussi Marina Viallon pour cette précision (doctorante, EPHE – PSL)). A l’inverse, le maintien de la tête des chevaux achéménides (fig.2) et sassanides, l’encolure très enroulée et la tête revenant contre le poitrail (voir Londres, 2012 fig.84 p. 132 et Bruxelles, 1993, fig. 59 p. 75), n’a pas été observé lors de la démonstration, non qu’il soit invraisemblable, mais parce qu’il est dû à l’utilisation d’un mors spécifique, le mors de bride dont un exemple sassanide a été présenté dans une communication. Les exercices présentés par les écuyères ont ainsi fait écho aux questions posées lors du colloque portant sur les types de mors utilisés dans l’Orient ancien.

Fig. 2 : relevé du bas-relief rupestre sassanide de Naqsh-e Rostam, DAO M. Spruyt

La démonstration équestre a donc permis la confrontation des données archéologiques et iconographiques à la réalité tangible des équidés amenant à renouveler des hypothèses et apportant des éclairages nouveaux. Un travail plus approfondi en collaboration avec les écuyères du Domaine aiderait sans doute à répondre à des questionnements plus précis.

Peindre les courses pour un dialogue des disciplines.

Le Domaine de Chantilly a présenté, du 16 juin au 14 octobre 2018, une exposition consacrée à la naissance et au développement de la peinture des courses hippiques entre l’Angleterre et la France (XVIIIème – XIXème siècles),structurée autour de trois peintres majeurs : George Stubbs, Théodore Géricault et Edgar Degas.

La visite de cette exposition dans le cadre du colloque a mis en valeur la pérennité du motif de l’équidé, et plus spécifiquement de celui du cheval, dans l’iconographie. En outre, nous avons pu constater que certaines formes figuratives étaient partagées par les cultures de l’Orient ancien et celle de l’Europe moderne. Un exemple frappant est celui de la posture dite du« galop volant » (fig. 3), selon la terminologie de Salomon Reinach (Reinach, 1925). Le cheval est figuré au grand galop avec les antérieurs projetés en avant et les postérieures projetées en arrière, le corps formant une ligne presque droite, il semble voler au-dessus du sol. Observée dans divers corpus iconographiques de l’Orient ancien, cette posture permet de figurer la puissance du cheval et de son cavalier, notamment dans les scènes de chasse (voir le bas-relief d’Assurbanipal (669 – 627 avant notre ère), Londres,2012, fig. 32 p. 104-105) ou encore dans les figurations de combats montés(voir le bas-relief de Hormiz II (302 – 309), Bruxelles, 1993, fig. 77 p. 91). Cette manière de traduire la vitesse et la force du cheval est conservée jusqu’en Europe moderne, tel que l’on peut le voir dans le tableau de Théodore Géricault (1791 – 1824) Le Derby d’Epsom, 1821, pierre angulaire de l’exposition au Domaine de Chantilly.

Fig. 3 : relevé d’un bas-relief néo-assyrien, Palais nord, Ninive (British Museum), DAO M. Spruyt

Concernant cette « posture », l’intervention de Claude Guintard, docteur vétérinaire (École Nationale de Nantes – Oniris), a mis en lumière le fait que la terminologie employée par S. Reinach ne traduisait pas une réalité anatomique. En effet, C. Guintard a indiqué qu’il s’agissait de la représentation non d’une posture mais de celle d’une allure, puisque impliquant un mouvement. Par ailleurs, il nous a signifié que si l’allure du galop induit effectivement un moment de suspension, le « galop volant » n’est pourtant pas anatomiquement exact car cet instant intervient lorsque les quatre membres du cheval sont regroupés sous son ventre (fig. 4). En outre, grâce au travail de recherche effectué autour de l’exposition Peindre les courses, Aurore Bayle-Loudet a pu signaler que l’utilisation de la posture du« galop-volant » a été conservée dans l’iconographie européenne, bien que les artistes se l’appropriant aient eu connaissance de son invraisemblance anatomique. Le « galop-volant » apparaît donc comme une image canonique exprimant la puissance du cheval, un motif artistique privilégié davantage pour l’impression produite que pour sa vraisemblance anatomique.

Fig. 4 : Planche extraite de E. Muybridge, The Horse in Motion, 1878.

Le dialogue des disciplines apparaît ainsi nécessaire afin de d’appréhender au mieux les sources dans leur diversité (iconographie, textes, archéologie, etc.). Par ailleurs, la visite de l’exposition a permis aux intervenants de projeter leurs questionnements sur d’autres corpus. 

L’intégration des patrimoines artistique et sportif du Domaine de Chantilly à la discussion scientifique mise en place autour de la thématique du cheval, de l’âne et de la mule dans les empires de l’Orient ancien a ainsi permis la rencontre de champs disciplinaires variés et complémentaires et l’ouverture de nouveaux horizons de recherche.

Bibliographie

Bruxelles, 1993, Splendeur des Sassanides, L’empire perse entre Rome et la Chine [224 – 642].

Londres,2012, The Horse: from Arabia to Royal Ascot, Londres, The British Museum Press.

Les auteurs

Delphine Poinsot est docteure en histoire de l’art. École Pratique des Hautes Études – Paris Sciences & Lettres ; UMR 8546 – AOROC

Margaux Spruyt est doctorante en art et archéologie de l’Orient ancien Sorbonne Université – Faculté des Lettres ; UMR 8167 Orient & Méditerranée et UMR 7209 Archéozoologie et Archéobotannique

Pour citer ce billet : Delphine Poinsot et Margaux Spruyt. Des empires au manège : patrimoine équestre et discussion scientifique, ArchéOrient - Le Blog, 23 novembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/10646

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.