Le cheval, l’âne et la mule dans les empires de l’Orient ancien

Quel rôle les équidés (chevaux, ânes, mules en particulier) ont-ils joué dans les dynamiques économiques, militaires et culturelles qui ont structuré les empires d’Orient, de l’Empire néo-assyrien (911-609 av. J.-C.) à celui des Sassanides (224-651 ap. J.-C.) ? C’est à cette ambitieuse problématique que se sont attelés les participants du colloque international « Le cheval, l’âne et la mule dans les empires de l’Orient ancien, des Néo-Assyriens aux Sassanides, du monde méditerranéen à l’Asie centrale », organisé les 12 et 13 octobre 2018 à Paris et à Chantilly par l’association inter-universitaire Routes de l’Orient (à propos de cette association, voir le billet de J. Bessenay), en partenariat avec la Fondation pour la sauvegarde et le développement du domaine de Chantilly. Animé par Delphine Poinsot (EPHE) et Margaux Spruyt (Sorbonne Université / Muséum national d’Histoire naturelle de Paris), l’événement a rassemblé 21 spécialistes de différentes disciplines et périodes afin de questionner à la fois les particularités et les convergences des cultures équestres de l’Orient sur plus de 1500 ans. Les 20 communications proposées ont été réparties en quatre thèmes : « les équidés au travail », « art militaire », « symbolique et religion », « savoir-faire et zootechnie ». La première journée a eu lieu à l’Institut National d’Histoire de l’Art (Paris) tandis que la deuxième s’est tenue dans le prestigieux cadre des Grandes Écuries du Domaine de Chantilly.

Fig. 1 : Affiche du colloque

Les participants ont d’abord souligné l’importance des équidés dans les sociétés orientales par leur fonction d’auxiliaire dans les travaux des hommes, ce qui a permis de faire une large part à l’âne. À cet égard, Jean-Claude Margueron (« Avant le cheval : l’âne – l’exemple de Mari ») a rappelé que ce petit équidé robuste, originaire d’Afrique du Nord et domestiqué au IVe millénaire av. J.-C., a précédé le cheval dans la vie des hommes et n’a jamais été remplacé pendant l’Antiquité. Il est en effet un bon porteur (60 à 100 kg) qui a offert, dans la région syro-mésopotamienne, une alternative au transport fluvial d’individus et de marchandises, même si les besoins en eau de l’animal (au moins 30 l/jour) ont toujours contraint ses déplacements. Le développement de la charronnerie dès le IIIe millénaire av. J.-C. à Mari est un écho de son rôle dans la vie économique locale. Par ailleurs, ses usages comme animal de trait pour les chars, comme cadeau diplomatique ou comme victime sacrificielle en ont fait un objet de fête et une monture royale, des représentations bien éloignées du mépris que lui réserva par la suite la culture équestre grecque.

Mathilde Prévost (« L’âne au travail dans l’Égypte ramesside (XIIIe-XIe s. av. J.-C.) ») a poursuivi cette réflexion dans le cadre de l’Égypte ramesside où les ânes sont le quatrième animal le plus représenté dans les tombes parmi les biens du défunt. Toutefois, contrairement aux époques antérieures, il n’est plus associé aux travaux des champs (portage des sacs de grain, traction de l’araire), rôle dans lequel les artistes de cette époque lui substituent le bœuf. Il s’agit bien de conventions iconographiques insistant sur la prospérité du défunt (le bœuf est un animal plus coûteux) et non d’une évolution des pratiques agraires car 150 ostraca de Deir el-Medineh évoquent très clairement la location d’ânes utilisés pour les labours et les semailles. La charge de l’âne demeure d’ailleurs une unité de mesure. En tant que monture des élites et animal de trait pour les chars, l’âne semble, en revanche, être remplacé par le cheval, introduit en Egypte pendant la 2e période intermédiaire (1650-1550 av. J.-C.).

Léon Ziemer (« On roman roads : between Berenike and Koptos. Use and need of pack-animals for merchant and military transport through the Egyptian desert ») a quant à lui traité du réseau viaire de l’Égypte romaine reliant la mer Rouge (port de Berenikè) au Nil (Koptos). Il a souligné l’importance des étapes le long de cette route, ainsi que l’importance de l’animal dans le transport de biens marchands ou non marchands. C’est d’ailleurs véritablement l’animal qui façonne le trajet et ses étapes. D’après les écrits de Pline l’Ancien, Léon Ziemer estime que plus de 25 000 animaux devaient circuler chaque année sur ces routes traversant le désert égyptien. Se posait donc la question de leur ravitaillement en eau et en nourriture. Les haltes civiles ou militaires étaient censées répondre à ces besoins considérables, documentés par divers types de sources. Néanmoins une inconnue majeure demeure, à savoir le peu de restes ostéologiques humains et animaux retrouvés le long des routes, qui nous privent d’importantes informations sur les acteurs de ces périlleux voyages

Barbara Bolognani (« Equids at Karkemish during the Iron Age : faunal remains, artefacts and written sources ») a mis en relation les résultats des fouilles archéologiques menées par la mission turco-italienne à Karkemish avec les données documentaires disponibles pour s’interroger sur la place du cheval dans cette ville qui fut un important carrefour commercial néo-hittite aux abords de l’Euphrate. La ville constitue un témoin privilégié de l’importance des équidés dans la région. L’étude des ossements animaux soulignent le grand nombre d’équidés domestiques utilisés comme force de travail tandis que les productions artistiques, majoritairement des fresques et des figurines en terre cuite, semblent représenter fidèlement le cheval comme symbole du pouvoir, peut-être même de la domination néo-assyrienne sur la cité.

Marjan Mashkour (« Étude archéozoologique des équidés sur le site parthe de Shahr-e Qumis ») a présenté les résultats préliminaires d’une étude en cours sur les équidés découverts sur le site parthe de Shahr-e Qumis dans le nord de l’Iran près d’Hecatompylos, pendant les fouilles britanniques entre 1967 et 1976. Entreposés pendant 30 ans au British Institute de Téhéran, les nombreux ossements font désormais l’objet d’une étude systématique recourant d’une part à la Geometric Morphometric Method (GMM) récemment développée et, d’autre part, aux analyses génétiques conduites par le paléogénéticien Ludovic Orlando. En particulier, l’un des chevaux les mieux conservés (AM 115) a pu être ainsi identifié comme un grand cheval au corps large, de robe alezane et avec des aptitudes à la course.

Hervé Monchot (« Quand les ossements « se décolorent » : de l’importance des équidés dans l’économie d’un complexe minier aux époques kouchano-sassanides ») a présenté son étude des nombreux restes d’équidés retrouvés sur le site archéologique de Mes Aynak, situé au sud de Kaboul (Afghanistan). Le site s’est développé autour d’une mine de cuivre active entre le Ier et le VIIIe s. ap. J.-C. Les équidés identifiés y sont très majoritairement des ânes dont les ossements imprégnés d’oxyde de cuivre révèlent une utilisation intensive dans l’activité minière. Bons grimpeurs, les ânes servaient à acheminer le minerai jusqu’en bas de la montagne mais aussi à porter le matériel. Occasionnellement, ils pouvaient être consommés.

Essentiels à la vie économique, les équidés ont aussi contribué, par la charrerie et le combat de cavalerie, au développement de l’appareil militaire des États orientaux. C’est là plutôt le rôle des chevaux, comme l’a d’abord souligné Carole Roche-Hawley (« Le cheval dans la deuxième moitié du IIe millénaire avant J.-C. : nouveaux enjeux diplomatiques, militaires et scientifiques »). Les chevaux et leur conformation pour la guerre ont contribué à faire émerger de grandes puissances militaires, conquérantes et centralisatrices, au Moyen-Orient, notamment l’Assyrie et le Hatti au IIe millénaire. Les chevaux deviennent un élément commun des relations entre États par le biais des cadeaux diplomatiques. L’apparition dans les lettres royales de formules de politesse s’enquérant de la bonne santé des chevaux du destinataire soulignent l’intérêt partagé des souverains pour ces animaux. Cet intérêt se traduit par le développement de savoirs techniques que l’on perçoit dans le traité Mitannien sur L’art de soigner et d’entraîner les chevaux de Kikkuli, traduit en hittite. Le Mitanni importait des chevaux de la région de Karkemish puis les exportait vers Chypre.

Jérémy Clément (« L’élevage des chevaux de guerre dans le royaume séleucide : héritages achéménides et innovations hellénistiques ») s’est intéressé à l’organisation de la remonte de la cavalerie par le pouvoir séleucide. Séleucos Ier et ses successeurs firent de la Médie leur première assise territoriale et les Mèdes jouèrent un rôle particulièrement important dans la remonte séleucide. Mais des éléments plus anciens comme la pratique de tributs équins, déjà en vigueur sous les Achéménides, furent perpétués sous les Séleucides. L’élevage du cheval dit « néséen », un morphotype équin puissant et majestueux particulièrement prisé, s’effectuait dans de grands haras comme le domaine royal de la plaine de Nêsâya, directement hérités des Achéménides. Il se peut également que des « villages à fourrage » fussent institués, dont les habitants devaient prendre en charge l’entretien des chevaux royaux.

Maxime Petitjean (« La cavalerie romaine au combat : les écrits tactiques d’Arrien et le projet d’archéologie expérimentale Hadrian’s cavalry turma ») s’appuie sur la Technè Taktikè d’Arrien de Nicomédie (rédigée vers 137 ap. J.-C.) ainsi que ses autres écrits didactiques pour y identifier les réalités techniques et culturelles qui définissent la physionomie du combat de cavalerie dans l’Empire romain. L’intérêt des travaux d’Arrien est d’autant plus grand que l’auteur a été lui-même gouverneur de Cappadoce (131-137) et qu’il a affronté les Alains (135), conflit dont il a tiré son memorandum L’ordre de bataille contre les Alains. Arrien est un expert en combat équestre qui ne se tourne pas seulement vers la conservation des savoirs hellénistiques mais y ajoute le fruit de ses observations et de ses expériences (notamment l’usage combiné de cursores, cavaliers chargeurs pour bousculer l’ennemi, et de defensores, cavaliers gardés en réserve pour mener la contre-attaque). La plupart des déploiements et mouvements tactiques évoqués par Arrien ont pu être mis à l’épreuve à l’échelle d’un peloton à Carlisle en juillet 2017 par le projet de reconstitution Hadrian’s cavalry turma.

Fig. 2 : « Hadrian’s Turma » (https://www.flickr.com/photos/thearmaturapress/34878900684) : Mark Bishop – CC BY-SA 2.0

Ségolène de Pontbriand (« Le cheval et l’armée à Europos-Doura (Syrie) au IIIe s. de n. è. ») a présenté le site d’Europos-Doura, ville fondée par Séleucos Ier occupée ensuite par les Parthes jusqu’en 165 puis par les Romains. Y était stationnée au IIIe siècle la Cohors XX Palmyrenorum, un corps d’armée composé de cavalerie et d’infanterie. Si aucun reste équin ne fut découvert sur le site, l’importance des équipements équestres retrouvés, notamment des bardes d’écailles, permet d’apprécier l’armement de la cavalerie cataphractaire romaine de cette époque, fait rare. La majorité des emplacements de stabulation de la ville devait certainement être mise à la disposition des chevaux de l’armée romaine, non des institutions civiles et des particuliers.          

   Thomas Salmon (« Combattre à cheval pendant les guerres byzantino-perses : les évolutions des cavaleries byzantine et sassanide pendant les guerres des VIe et VIIe siècles ») montre que le siècle et demi de guerre quasiment continue entre l’empire byzantin et l’empire sassanide a constitué une période féconde pour le perfectionnement de l’équipement des cavaliers, le renouvellement des techniques de combat à cheval mais aussi pour les transferts technologiques entre les deux belligérants. L’alourdissement de l’équipement avec l’emploi de la barde avare (armure de plaques métalliques recouvrant le corps du cheval) chez les Byzantins en est un exemple, ensuite imité par les Sassanides. En revanche, d’autres innovations majeures demeurent difficiles à dater, à l’instar des étriers pour lesquels les écrits scientifiques font encore une large part à la spéculation.

Les équidés font également partie intégrante des systèmes de pensées des différentes cultures étudiées dans ce colloque. Ils ont un rôle symbolique et religieux important. Laura Battini (« Du cheval au centaure : symboliques mésopotamiennes multiformes ») a abordé dans ce troisième thème le rôle et la place du cheval dans la symbolique mésopotamienne. Le cheval prend une place toute particulière dans les rituels magico-religieux : il est un compagnon fidèle des puissances terrestres et célestes. Le nombre important de représentations équines en contexte religieux ou de mises en scène du pouvoir reflète parfaitement les écrits des tablettes cunéiformes en akkadien. La grande valeur marchande et militaire est à lier à son importance symbolique.

            Amandine Idasiak (« ‘Si un âne mange les vêtements d’un homme, il connaîtra une faim sévère’ : étude de la symbolique des équidés dans les textes divinatoires mésopotamiens ») a poursuivi l’étude des équidés en Mésopotamie en se proposant de rendre compte des plus de trois cents présages liés aux équidés recensés dans les recueils divinatoires mésopotamiens. Tous les équidés ont une valeur symbolique forte dans certains contextes ; ainsi certaines tablettes comportent uniquement des présages dédiés aux équidés. Les liens tissés entre le phénomène omineux observé (ittu en akkadien) et l’interprétation (pishru) qui en est faite dans les traités montre une grande diversité des symboles liés aux équidés.

Philippe Swennen (« L’aśvamedha de Rama était-il manqué ? ») a invité les participants du colloque dans les mondes indiens anciens. Il a analysé le rituel védique de l’aśvamedha, rite sacrificiel d’un cheval par un roi, Râma en l’occurrence. Ce sacrifice se déroule deux fois dans l’épopée mythologique racontant la vie du roi Râma, le Râmâyana : à son commencement par le roi Daśaratha et à sa fin par le Râma devenu roi. Mais à l’inverse du premier rite, parfaitement accompli et qui signale les bons présages du règne de Daśaratha, le récit de celui Râma ne comporte pas de fin. Contrairement à ce qui a été imaginé, le sacrifice de l’étalon est idéalement réalisé par le roi Râma, qui est le septième avatar de Vishnou. Celui-ci finit son règne temporel et, avec sa noyade dans le fleuve Sarayu, marque son passage dans l’éternité sous sa vraie forme d’avatar de Vishnou.

            Samra Azarnouche (« Miracles, oracles et augures hippiques dans les sources de l’Iran préislamique ») a abordé les textes sacrés du zoroastrisme ainsi que les sources littéraires (et notamment hippiatriques) de la période sassanide. Il en ressort que, parmi les animaux vecteurs de communication entre les hommes et les dieux (sacrifiés par les hommes pour les dieux / porteurs de présages divins), le cheval joue un rôle éminent. Incarnation de l’étoile Sirius dans l’Avesta et attribut de la divinité solaire Mithra, le cheval s’est vu reconnaître par les Perses une capacité particulière à faire survenir le surnaturel, à ressentir ce que l’homme ne perçoit pas et donc à transmettre des messages divins. Son comportement (hennissement) et ses caractéristiques physiques (robe, présence de taches blanches, emplacement et sens des épis – trychoglyphes –) revêtent une dimension augurale, permettant par exemple de désigner un roi ou de déterminer les chances de survie d’un enfant.

Les usages diversifiés des équidés dans l’Orient ancien impliquent des connaissances zootechniques, des pratiques de dressage et d’équitation que les participants se sont efforcés de reconstituer à l’aide des vestiges archéologiques, des sources administratives et de représentations iconographiques. En particulier, Delphine Poinsot et Margaux Spruyt (« Le roi à cheval : postures équestres des Néo-Assyriens aux Sassanides ») se sont demandé dans quelle mesure l’imagerie royale des souverains orientaux, favorisant souvent les scènes équestres, proposait des postures équestres irréalistes relevant de conventions iconographiques ou des postures réalistes issues d’une observation attentive de l’animal. Le recours à la posture/allure du « cabré allongé » ou du « galop volant » ne découle pas seulement de l’illusion d’optique universelle face aux mouvements du cheval au galop (corrigée par la décomposition du mouvement du cheval par le photographe britannique Eadweard Muybridge à partir de 1878) : elle inspire certes une impression de vitesse et de force mais prend aussi une dimension idéologique en donnant à voir la victoire royale sur un ennemi qui se retrouve piétiné sous les sabots du cheval. Les artistes n’hésitent pas à représenter des postures irréelles lorsqu’il faut, par exemple, révéler au spectateur la virilité du destrier, et on voit ainsi que le souci de réalisme n’était que très secondaire. La posture statique du cheval est privilégiée par les Sassanides pour les scènes sculptées d’investiture du roi par Ahura Mazda. Le membre antérieur levé très haut n’est alors ni une posture naturelle ni la suggestion d’une allure, mais bien une posture de dressage soulignant la parfaite maîtrise du cheval par le roi. Les chevaux des reliefs sassanides présentent toujours des jambes courtes et un corps robuste qui pourraient peut-être correspondre à un morphotype iranien ou seulement évoquer une idée de puissance du pouvoir.

Fig. 3 : « Naqsh i Rustam » (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Naqsh_i_Rustam._Investiture_d%27Ardashir_2.JPG): Milad Vandaee – CC BY-SA 3.0

Zuzana Mírová (« Chevaux à la fin de l’âge du bronze et à la période de Halstatt en Moravie (République Tchèque) ») propose une étude de la culture matérielle des tombes de la première moitié du Ier millénaire avant notre ère, dont l’un des aspects essentiels est la culture équestre. Le cheval est très représenté dans les tombes, notamment à partir de la vague de migration des Cimmériens, peuple de nomades des steppes pontiques, aux IXe-VIIIe siècles avant notre ère. Le cheval revêt différents rôles et attributs qui évoluent au cours de la période étudiée. Principal compagnon de combat durant le Bronze final et certainement source de nourriture, il devient peu à peu utilisé par les élites scythes pour tracter leurs chars légers, tout en conservant un rôle majeur dans la culture guerrière. Il est également considéré comme un compagnon de l’homme pour son voyage vers l’au-delà et devient tantôt symbole solaire, tantôt symbole lunaire.

            Wouter Henkelman (« The mules of Persia ») a exploré le rôle de la mule dans l’Empire achéménide au travers de la Persepolis Fortification Archive, un ensemble de plus de dix mille tablettes d’argile retrouvé lors des fouilles de la fortification de Darius Ier (521-486 av. n.è.) à Persépolis. La mule – pa-ru en akkadien – fait l’objet d’une quarantaine de textes et apparaît comme un animal essentiel au transport dans l’Empire au vu du nombre important de mules dont il est question. On faisait preuve d’une grande considération à l’égard des mules royales et plusieurs fonctionnaires, dont certains de haut rang, étaient chargés de leur entretien et étaient regroupés dans le corps royal des muletiers. Outre leur rôle actif dans les caravanes marchandes et pour l’armée, les mules étaient également utilisées lors de processions royales et certaines ont été retrouvées en contexte funéraire.

Alexandre Blaineau (« Xénophon, témoin du savoir équestre dans l’Empire achéménide. L’exemple de la « proto-selle ») revient sur les premiers spécimens de « selle » attestés chez Xénophon. Fin connaisseur du monde achéménide, l’auteur athénien du IVe siècle av. J.-C. emploie le terme ephippion plusieurs fois en contexte grec (L’art équestre)et en contexte perse (Cyropédie). L’objet semble avoir été composé de plusieurs couvertures tenues par des sangles en cuir autour du ventre de l’animal. Des protections de flanc (parameridia) pouvaient aussi s’y fixer et des bourrelets cousus aidaient à la stabilité du cavalier. L’ephippion apparaît comme une innovation importante des Perses, qui s’est ensuite diffusée dans le monde grec. Tandis que Xénophon le mentionne dans son traité de L’art équestre comme un outil habituel du cavalier grec, il en fait, à la fin de la Cyropédie, un symbole de la mollesse décadente des Perses.

Marina Viallon (« Un rare mors de cheval sassanide et son caveçon conservés au Metropolitan Museum of Art, New York ») a clôturé ce colloque avec une communication présentant deux pièces de harnachement datant probablement des IIIe-Ve siècles, pièces rarement préservées. Seuls quelques mors et caveçons sassanides ont été découverts en fouilles, ils sont pourtant régulièrement représentés dans l’iconographie royale de l’époque. Bien que le contexte de découverte ne soit pas connu, les dimensions du mors et du caveçon sont importantes et renvoient à une utilisation sur un cheval grand et puissant, certainement dans un contexte militaire ou cérémoniel. Le mors est un mors de bride, type couramment utilisé par les Sassanides au côté du mors filet. Le caveçon semble quant à lui avoir été employé uniquement par la cavalerie lourde, ce qui correspondrait aux dimensions du caveçon étudié.

Figure 4 : « Communication ‘le Roi à cheval : postures équestres des Néo-Assyriens aux Sassanides’ avec de droite à gauche Margaux Spruyt, Delphine Poinsot, Birgit Bühler et Mathilde Prévost ». Thomas Salmon – CC BY-SA 2.0

Le colloque s’est véritablement terminé par une démonstration de dressage équestre de deux écuyères des Grandes Écuries de Chantilly

Fig. 5 : « démonstration équestre de deux écuyères des Grandes Ecuries de Chantilly ». Thomas Salmon – CC BY-SA 2.0

Ce colloque international a permis d’instaurer un dialogue interdisciplinaire autour d’un objet d’étude universel : les équidés. Ceux-ci ont joué un rôle majeur dans la vie des hommes, le fonctionnement des États, les représentations religieuses ou idéologiques ainsi que dans les développements technologiques. Négliger la présence du cheval, de l’âne et de la mule revient à ignorer des pans entiers des sociétés de l’Orient ancien. Le dialogue interdisciplinaire est ici essentiel dans la mesure où les équidés ont laissé de nombreuses traces matérielles autant qu’ils ont imprégné la pensée des hommes et suscité d’abondants commentaires dans une littérature variée (des textes sacrés aux traités techniques en passant par les sources administratives). Par ailleurs, la diversité des langues utilisées pour parler des équidés au Moyen-Orient rend indispensable la coopération entre des chercheurs s’intéressant à différents espaces linguistiques et politiques. Espérons que les discussions amorcées pendant ces deux journées puissent à l’avenir trouver un cadre favorable à leur poursuite et à leur approfondissement.

Les auteurs

Jérémy Clément est A.T.E.R. en histoire ancienne à Aix-Marseille Université. Il étudie les cultures équestres du monde hellénistique et l’histoire des cavaleries grecques. Il est membre du Centre Camille Jullian (UMR 7299), Aix-en-Provence.

Thomas Salmon est doctorant en histoire byzantine à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il réalise une thèse intitulée « Faire la guerre à cheval à Byzance (IXe-XIIe siècle) : élevage, équipements et formation militaire » sous la direction de Stavros Lazaris. Il est membre du laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167), Paris.

Pour citer ce billet : Jérémy Clément et Thomas Salmon. Le cheval, l’âne et la mule dans les empires de l’Orient ancien, ArchéOrient - Le Blog, 16 novembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/10538


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.