La montagne libanaise au 3e millénaire av. J.-C. : forêt et espace agricole au Bronze Ancien

Un territoire méconnu du Proche-Orient

La montagne libanaise est un vaste territoire très accidenté encore peu connu, par rapport aux investigations archéologiques qui concernent principalement les tells proches de la mer, les cités-États et les ports qui jalonnent le littoral, ainsi que quelques sites majeurs de la plaine de la Béqaa. L’archéologie française au Liban a porté son attention sur l’architecture monumentale antique, religieuse et civile, sur l’épigraphie, ainsi que sur des centres urbains célèbres (Arqa, Byblos/Jbayl, Beyrouth, Sidon, Tyr…). Ces données constituent une base qui mérite d’être enrichie par des travaux complémentaires sur les espaces ruraux de montagne.

L’image que l’histoire donne traditionnellement du Mont Liban est révélatrice d’un déséquilibre dans les recherches. La montagne décrite comme un vaste espace sauvage, inhabité,seulement fréquenté par des bandes de brigands et des bûcherons venant couper les arbres nécessaires à la construction des bâtiments et des bateaux notamment les emblématiques cèdres, est le symbole quasi immuable de la marge impénétrable, tout juste traversée par un itinéraire reliant Byblos/Jbayl à la Béqaa et son imposant sanctuaire de Baalbek.

Depuis 2014, le projet interdisciplinaire franco-libanais NAHR IBRAHIM (dir. R. Harfouche) porte sur la connaissance du peuplement, des territoires et des formes d’organisation politique et économique de la montagne libanaise, sur le temps long, depuis le Néolithique et les premières mises en valeur agricoles, jusqu’à la fin de la période ottomane, dans un bassin versant majeur de la façade méditerranéenne du Mont Liban : le Nahr Ibrahim, ou le fleuve Adonis de l’Antiquité, dont l’estuaire se situe à 7 km environ au sud de la ville portuaire plurimillénaire de Byblos/Jbayl (Fig. 1).

Fig.1 : Carte du Liban avec la localisation de la zone d’étude (carré blanc) et du Tell el-Kharayeb (étoile verte) (© P. Poupet et R. Harfouche).

Sept partenaires sont impliqués dans ce projet, trois appartenant au CNRS français (l’UMR 7041 ArScAn, l’USR3135-UMIFRE 6 IFPO et l’UMR 5133 Archéorient) et quatre à des institutions libanaises (l’Université Libanaise, la Direction Générale des Antiquités, le CNRS libanais (CNRSL) et la Lebanese International University). Le projet regroupe principalement des archéologues qui exploitent les données des sources écrites et iconographiques,la documentation planimétrique et les enquêtes orales (R. Harfouche, C.Yazbeck, J.S. Baldi, G. Homsy-Gottwalles, T. Zaven), associés à des spécialistes d’autres compétences disciplinaires : pédologie et géologie(P. Poupet), étude de l’ostéofaune (J. Chahoud), carpologie et anthracologie(L. Herveux), géomatique (C. Abdallah, G. Faour, M. Abboud) et datationsradiochronologiques (T. Goslar). Ces recherches sont conduites avec le soutien financier du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, de l’UMR 7041ArScAn (équipe APOHR), de l’IFPO, du National Center for Remote Sensing au sein du CNRSL, de la LIU et de l’Association pour la Protection du Jabal Moussa.

Ce projet prend racine dans une étude qui a été en partie engagée depuis plus de dix ans et, plus récemment, dans le cadre du projet franco-libanais CEDRE entre le CNRS français et le National Center for Remote Sensing du CNRSL, intitulé « Agriculture et paysages dans la montagne libanaise à l’Holocène : protection et gestion durable des ressources naturelles en sol et en eau » (dir. R. Harfouche, T. Darwich) (Fig. 2). Ce projet souhaite contribuer à combler une lacune scientifique concernant les paysages emblématiques de la montagne libanaise, qui n’avaient jamais fait l’objet d’une étude de co-évolution des sociétés et du milieu physique sur le temps long,associant des données de l’archéologie, des sciences de la Terre et du sol, de la paléobotanique et de l’écologie végétale. Ce projet CEDRE a permis de réaliser les premières analyses physico-chimiques de sols et de phytolithes sur les paléosols des terrasses agricoles de la montagne libanaise, dont les phases de construction successives ont été datées (14C) au plus tôt du début du 3e millénaire av. J.-C. (textes réunis par R. Harfouche et P. Poupet 2015 ; Harfouche et al.2016).

Fig.2 : La haute vallée du Nahr Ibrahim et ses terrasses abandonnées vers 1450 m d’altitude (© P. Poupet).

 Ces recherches  hors site archéologique stricto sensu devaient être complétées par la fouille d’un habitat,seule susceptible de permettre la caractérisation des formes de l’occupation humaine et la datation des structures.

Un site archéologique majeur : le Tell el-Kharayeb

Notre choix s’est porté sur l’habitat du Tell el-Kharayeb (municipalités de Yanouh et Mghaïra), situé dans la haute vallée du Nahr Ibrahim, à 1200 m d’altitude, en raison de l’intérêt scientifique unique de ce lieu (Fig.3). Il s’agit d’un site archéologique majeur du bassin versant, présentant des épaisseurs stratifiées plurimétriques, qui sont sans équivalent dans la région étudiée. Inconnu avant nos premiers sondages pédoarchéologiques en 2002 (Harfouche et Poupet 2002), ce tell n’est pas documenté par les sources écrites, sa présence étant tout juste évoquée à la fin du XIXe siècle par Ernest Renan dans sa Mission de Phénicie qui le qualifie de « petit monticule de ruines » au sud du sanctuaire gréco-romain de Mghaïra-Yanouh.

Fig.3 : Le Tell el-Kharayeb dans son environnement montagneux (© R. Harfouche).

En 2014, pour la première fois dans la vallée, la fouille archéologique a permis d’établir une séquence chrono-stratigraphique, étayée par la radiochronologie et associant des paléosols, en caractérisant les transformations qui ont affecté la couverture pédosédimentaire et leur articulation avec les constructions anthropiques au cours des cinq derniers millénaires. Quinze dates ont été obtenues sur la séquence du site du Tell el-Kharayeb et un total de 27 dates sur des échantillons répartis dans la haute vallée du Nahr Ibrahim ont été acquises depuis le début du projet CEDRE.

Depuis 2015, les recherches se concentrent sur la fouille du plus ancien habitat de montagne connu à ce jour,daté de l’aube du 3e millénaire (dates 14C comprises entre 4430±35 BP, soit vers 3328-2925 cal.BC et 4140±35 BP, soit vers2875-2619 cal.BC). Elles produisent des connaissances nouvelles sur les formes de l’occupation humaine dans les reliefs au-dessus de 1000 m et, plus généralement, au Liban où l’âge du Bronze Ancien II est une période très peu documentée. Des résultats exceptionnels ont été obtenus : ils démontrent qu’à cette époque la haute vallée est peuplée par des sociétés sédentaires et organisées (agriculture en terrasses, outillage agricole dont des lames-faucilles en silex, production céramique locale intensive standardisée). Elle n’est pas uniquement un lieu de passage entre la plaine littorale et la Béqaa. L’étude du mobilier céramique (J.S. Baldi) démontre remarquablement que ce territoire en altitude est parfaitement intégré aux réseaux des échanges avec les régions voisines et à plus longue distance (Levant Sud et peut-être Égypte).

Le site d’habitat du Tell el-Kharayeb est comparable à ceux de la côte syro-libanaise de l’âge du Bronze Ancien par son architecture ainsi que par ses modes de production alimentaire et artisanale, tout en présentant des particularités architecturales (par exemple,des techniques associant étroitement bois et terre crue, rarement documentées ailleurs). Des macro-restes végétaux ont été collectés en nombre dans plusieurs unités stratigraphiques (resserre ayant subi un incendie, espace de rejet de déchets etc.), et montrent la richesse documentaire de ce site archéologique.

Les données archéobotaniques

L’intérêt de l’étude archéobotanique qui a été engagée est de pouvoir enrichir notre connaissance de la montagne libanaise à travers l’histoire de ses formations forestières et de ses productions agropastorales. Pour répondre à ces questions, des analyses anthracologiques et carpologiques sont en cours sur des échantillons provenant de niveaux datés du début 3e millénaire av. J.-C.

Dans l’état actuel de nos recherches,le faible nombre de charbons analysés (22 au total) ne permet pas encore d’interprétation paléoenvironnementale. Toutefois, les résultats de l’étude anthracologique font apparaître la présence dominante du cyprès (Cupressus sempervirens), avec 15charbons identifiés. Le bois très dur du cyprès était autrefois utilisé dans la construction (Blamey et Grey-Wilson 2000 : 28), ce que corrobore l’un des échantillons provenant d’un élément de construction (poteau porteur). Au sein d’un état de climax, cet arbre se trouve notamment en association avec le chêne de Palestine (Quercus calliprinos), le grand térébinthe (Pistacia atlantica), le genévrier (Juniperus phoenica) et l’aubépine (Crataegus sp.) dans des formations boisées de basses et moyennes altitudes (généralement en dessous des1000 m). Les résultats anthracologiques et carpologiques indiquent l’exploitation de cette association forestière avec la présence dans leséchantillons du cyprès et du chêne à feuillage persistant sous forme de bois et du pistachier et de l’aubépine sous forme de graines. L’analyse anthracologique a aussi montré la présence du cèdre (4 charbons identifiés), arbre emblématique du Liban, qui témoigne certainement de la présence de cédraies non loin du site. L’emprise anthropique, depuis des millénaires, sur le couvert forestier montagnard du Liban a réduit la cédraie actuelle à de rares îlots (toponyme »Les Cèdres », en amont de la ville de Bcharré) et quelques boisements plus importants (Jabal el-Barouk, Caza du Chouf). Ces résultats apparaissent donc prometteurs pour la restitution du couvert forestier au début du 3emillénaire av. J.-C. et montrent l’exploitation de formations végétales plus ou moins éloignées du site.

L’analyse des restes carpologiques a permis de mettre en évidence un assemblage d’espèces botaniques riches et variées. Jusqu’à présent, un total de 1458 restes de graines et de fruits appartenant à 33 taxa botaniques a été identifié. Des céréales sont présentes : l’orge de façon dominante, le blé amidonnier et l’engrain ; des légumineuses telles que la lentille, le pois chiche, la gesse et l’ers ; de nombreux fruits (olives, raisins, azéroles (fruit de l’aubépine), pistaches sauvages, amandes, mûres, figues et grenades) parmi lesquels les restes d’olives et de raisin constituent plus de50% de l’assemblage total de restes carpologiques. Enfin, des graines de plantes sauvages, potentielles adventices des cultures, ont été retrouvées en nombre relativement important (13% du total de restes). Le diagramme (Fig. 4) montre les proportions des différents restes carpologiques.

Fig.4 : Diagramme des proportions de restes carpologiques (© L. Herveux).

Ces données témoignent de la richesse des denrées alimentaires végétales dont disposaient les habitants du site au 3emillénaire av. J.-C. Mais notre principale problématique repose sur la restitution des modalités d’approvisionnement de certaines denrées végétales,c’est-à-dire le fait de savoir si elles étaient cultivées localement ou si elles étaient importées.

À Mghaïra-Yanouh, le caractère agricole de montagne avait été mis en évidence par la démonstration de l’existence d’un paysage aménagé en terrasses autour du site d’habitat (Harfouche & Poupet 2002 ; 2015). La présence de nombreux restes de plantes adventices des cultures comme Galium, Lolium temulentum, Bromus, Astragalus, Medicago, Trigonella, Coronilla, Silene, Gypsophila, Ornithogalum ou Valerianella semble représenter un bon indice de pratiques agricoles locales. Malgré ce constat, il reste difficile de savoir quelles plantes étaient cultivées sur place. La quantité importante de certaines plantes dans les échantillons et des analyses de phytolithes autorise cependant quelques hypothèses. Les analyses de phytolithes pratiquées sur un paléosol dans l’environnement immédiat du tell semblent indiquer des cultures de céréales (probablement du blé) irriguées (Verdin 2015). La découverte en nombre important dans les échantillons de graines carbonisées de l’ivraie (Lolium temulentum), une graminée sauvage, adventice typique des champs de céréales, corrobore ces résultats. Par ailleurs, la grande quantité de noyaux d’olives (Fig. 5) et de pépins de raisin (Fig. 6) peut également être synonyme de leur culture locale. L’olivier et la vigne sont des cultures emblématiques des régions méditerranéennes et pour l’âge du Bronze, des proportions sensiblement identiques de restes d’olives et de raisin ont été observées sur le site de Tell Arqa dans la plaine du Akkarau nord du Liban (Herveux inédit). Avec la poursuite des analyses anthracologiques, nous espérons identifier des  charbons de bois d’olivier et de vigne qui permettraient d’appuyer notre hypothèse.Enfin, il faut ajouter à ce large spectre la présence de lames-faucilles en silex parmi les outils (C. Yazbeck).

Conclusion

Ces premiers résultats révèlent l’importance des recherches engagées sur le site de Tell el-Kharayeb pour la restitution de l’histoire du paysage de la montagne libanaise, de la mise en valeur du territoire et des stratégies de subsistance au début du Bronze Ancien. Ils démontrent qu’une communauté agricole vivant au sein d’un habitat groupé, formant un gros village d’une superficie estimée à 6 hectares, entretenait un système de culture en terrasses conjointement à des activités de production artisanales. La poursuite des investigations permettra de mieux cerner la nature des premières installations d’agropasteurs et de leurs systèmes socio-économiques, les modalités du peuplement le plus ancien dans la montagne n’ayant jamais été documentées auparavant.

Références bibliographiques

Harfouche R., Poupet P., Baldi J.S.,Yazbeck C., Abdallah C., Herveux L., Homsy-Gottwalles G., Abboud M., Zaven T.sous presse. Paysages et peuplement du Mont Liban. La vallée du Nahr Ibrahim et l’hinterland de Byblos. Beyrouth,Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises Hors-Série XVII, édition Ministère de la Culture du Liban.

Harfouche R., Poupet P., Abdallah C.,Herveux L., Faour G., Yazbeck C., Baldi J.S., Chahoud J., Abboud M.,Homsy-Gottwalles G., Zaven T., Verdin P. à paraître. Changements dans l’occupation du sol et l’aménagement des paysages du Mont Liban du Néolithique aux époques historiques, Méditerranée,numéro spécial 2018 « Le Liban. Une géographie des contrastes ».

Harfouche R., Poupet P., Darwich T.,Shaban A., Verdin P., Faour G., Khater C., Assaker A. 2016. La construction des territoires agraires et la forêt dans la montagne libanaise : impacts environnementaux et enjeux sociaux depuis l’Antiquité, in : P. Fournier,G. Massard-Guilbaud (dir.), Aménagement et environnement. Perspectives historiques, Rennes, Presses Universitaires,75-89.

Harfouche R., PoupetP. (textes réunis par) 2015. Du Mont Liban aux Sierras d’Espagne :sols, eau et sociétés en montagne. Autour du projet franco-libanais CEDRE « Nahr Ibrahim », Oxford, Archaeopress.

Harfouche R., PoupetP. 2002. Les sondages dans les terrasses agricoles, in : P.-L. Gatier et al. , Mission de Yanouh et de la haute vallée du Nahr Ibrahim. Rapport préliminaire 2002, BAAL 6, 230-234.

Verdin P.2015. Essai de caractérisation de sols cultivés de l’âge du Bronze sur le site de Tell el-Kharayeb, Liban. Évaluation du potentiel de l’analyse de phytolithes, in : R.Harfouche, P. Poupet (textes réunis par) Du Mont Liban aux Sierras d’Espagne. Sols, Eau et Sociétés en montagne. Autour du projet franco-libanais CEDRE « Nahr Ibrahim », Oxford, Archaeopress, 111-113.

Les auteurs

Linda Herveux est archéobotaniste (carpologue et anthracologue), chercheure associée au laboratoire Archéorient (UMR 5133) (Antenne de Jalès), Université Lyon 2.

Romana Harfouche est responsable du programme de recherches franco-libanais « Nahr Ibrahim. Étude diachronique et interdisciplinaire au Mont Liban ». Archéologue des paysages ruraux, elle est chercheure associée à l’UMR 7041-ArScAn (équipe APOHR), Nanterre.

Pierre Poupet est Ingénieur de Recherches CNRS retraité, pédologue et archéologue.

Pour citer ce billet : Linda Herveux, Romana Harfouche et Pierre Poupet. La montagne libanaise au 3e millénaire av. J.-C. : forêt et espace agricole au Bronze Ancien, ArchéOrient - Le Blog, 9 novembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/10437


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. CALLOT François-Marie dit :

    Très intéressant et très clair. Connaissant un peu cette partie du monde visitée avec une amie libanaise, c’est une vraie découverte. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.