Hyper thesaurus et lacs de données : fouiller la ville et ses archives archéologiques (2/2)

Un précédent billet a exposé les deux premiers objectifs du projet HyperThésau, porté par Archéorient et financé par l’IMU, associant archéologues et ingénieurs : contribuer à la création d’un thésaurus des termes scientifiques de l’archéologie de terrain, et créer, en s’appuyant sur la théorie des « lacs de données », le prototype d’une nouvelle méthode de stockage permettant la « fouille » (« data mining ») de corpus de données archéologiques numérisées, quels qu’en soient les formats.

Articuler recherche fondamentale et « recherche-action » dans le contexte émergent de la science « participative », « contributive » ou « citoyenne »

Pour atteindre son troisième objectif, HyperThésau cherchera à concilier deux « cycles de vie » de la donnée archéologique : le cycle scientifique et le cycle « expérientiel » des amateurs. En organisant leur convergence, on exploitera leur potentiel contributif par la (ré)intégration de formes « participatives » ou « citoyennes », dans un processus de « recherche-action » (Lewin 1946).

La question de l’écart de savoir et de savoir-faire entre savants « corporatifs » (à l’époque, l’Université) et « non corporatifs » (Kant 1798) agite la communauté scientifique depuis le XVIIIe siècle (Macherey 2009). Elle se pose en de nouveaux termes depuis que la révolution de l’informatique, massivement nomade (ordinateurs portables, tablettes, smartphones) et connectée à l’Internet, a créé les conditions  techniques d’intégration de la « multitude » des amateurs dans un processus de science participative. Le cycle scientifique, en laboratoire, étudie des données acquises, documentées, structurées, partagées et archivées par des professionnels ; le cycle « expérientiel » de la communauté des non professionnels scelle une double relation personnelle et collective entre ces derniers et des sites, leurs vestiges et les données associées. La « révolution numérique » permet une percée méthodologique encore exploratoire : l’intégration du « crowdsourcing » ou d’autres formes de la « science participative » dans un processus scientifique « contributif » ainsi démultiplié  (Houiller, Merilhou-Goudard 2016).

Fig. 1. : de la photo à la donnée documentée, trois étapes « participatives » du programme SPIPOLL (Vigie Nature) du Muséum national d’Histoire naturelle

Dans ce registre, plusieurs approches sont utilisées en écologie par le Muséum national d’Histoire naturelle (Julliard 2018) : intégration des compétences propres des participants, telle la photographie, ou encore « calibration » statistique par référence à un stock de données certifiées, de façon à concentrer les contre-expertises scientifiques sur les données aberrantes (projet SPIPOL)… Le Muséum a même fait développer une infrastructure ad hoc (65 MO, pour 65 millions d’observateurs), assez générique pour être proposée à d’autres disciplines, dont l’archéologie via HyperThesau.

En archéologie, Bibracte EPCC s’est déjà engagé dans une démarche de formation-intégration de jeunes amateurs à ses campagnes scientifiques de fouille ; il a la volonté de tester l’enrichissement collaboratif d’archives numérisées des fouilles du XIXe siècle. Archeodunum et le Service archéologique de la Ville de Lyon, pour leur part, sont confrontés à l’impossibilité d’acquérir des données sur les espaces privés urbains sans la coopération des habitants.

Mettre en œuvre une recherche-action citoyenne en archéologie ?

L’inflation des données numériques (systèmes d’enregistrement de terrain, données archéométriques, topographie numérique…) est une caractéristique de l’archéologie contemporaine, et la nécessité de leur retraitement informatique (« raffinage ») après acquisition rapproche les chercheurs des situations d’apprentissage semi-supervisé et supervisé utilisées en intelligence artificielle. Un verrou important concerne ici les stratégies de constitution de grands corpus et de leur enrichissement sémantique à l’aide de descripteurs pertinents, afin de produire l’effet de masse nécessaire à l’évaluation des algorithmes de traitement (De Luca et al. 2016).

Fig. 2 : Le processus d’assistance par crowdsourcing mis en œuvre par le projet européen CUbRIK (www.slideshare.net/CUbRIKproject/histograph-for-historians(CC BY-NC-SA 4.0)

Des processus de documentation participative peuvent être mis en œuvre ici, sous réserve de la prise en compte de la qualité des données et du processus de leur création. La succession d’interactions multiples dans la chaîne sociotechnique de l’archéologie soulève en effet des questions épistémologiques (qualité de la donnée ; transparence, intégrité et réversibilité des traitements), démultipliées en cas de recours à de tels dispositifs. De plus, en archéologie, la recherche détruit son terrain et, face à elle, le public construit sa propre idée collective – un imaginaire – de son patrimoine mémoriel, ce qui induit une responsabilité particulière de formation, scientifique et citoyenne (Girard, 2017).

Ce public amateur de l’archéologie est fait de plusieurs cercles concentriques, du simple curieux au passionné et à l’étudiant. Une étude Ipsos-Inrap (Ipsos, 2010) permet d’évaluer son importance en France, en 2010, à près de 9 M de personnes (entre 15 et 75 ans), dont près de 10 % très motivés voire « experts » !

Or, l’environnement socio-économique diffuse à grande échelle de véritables « calculateurs » nomades (tablettes, smartphones) et propose à flux continus le transfert au grand public d’outils technologiques sophistiqués : drones, capteurs, images sattelitaires… En parallèle, la professionnalisation des équipes associée au fort développement de l’archéologie préventive a contribué à assécher les activités des associations de passionnés-bénévoles, dont les chantiers d’intérêt local ne sont de facto plus autorisés. Une fraction d’entre eux, repoussés dans une frange semi-clandestine de la science, pourrait ainsi trouver sur le marché, dans les années qui viennent, les moyens technologiques de tester une « uberisation » à grande échelle de la prospection archéologique… qui pourrait aussi bien – suivant l’exemple d’autres secteurs culturels – déboucher sur une multiplication de micro-chantiers pirates.

L’archéologie se voit ainsi confronté à un nouveau défi, patrimonial et social auquel pourrait précisément répondre la recherche-action (Hess, 1981) : à défaut de professionnaliser ces « amateurs » qui souhaitent le rester, proposer une voie pour les intégrer dans une nouvelle articulation/répartition des rôles entre scientifiques et non scientifiques.

Fig. 3 : la composante « science participative » de l’exposition Aton-Num (www.aton-num.fr/) © Archeovision 2016

Partagée par les archéologues du consortium HyperThésau, cette perspective est aujourd’hui loin de faire l’unanimité dans la discipline. En approfondir les tenants et aboutissants, les risques et les perspectives, pour la recherche comme pour les relations science-société et la protection à long terme du patrimoine, sera l’un des objectifs du projet.

HyperThésau, phase 3 : l’intégration de la « multitude » dans un processus d’enrichissement de bases de données ouvertes

Quels enjeux soulève la réintroduction de l’amateur dans le processus scientifique de l’archéologie ? L’expérience peut-elle aboutir à changer le regard du public, d’une communauté sur son territoire, son propre passé et son patrimoine, jusqu’à l’impliquer dans sa préservation ? L’enrichissement collaboratif, l’accès libre à certaines données du terrain (via des « data papers » grand-public) ouvrent-ils la voie à de nouveaux modes de représentation (musée virtuel) personnels ? Inversement, à quelles conditions existe-t-il un risque pour l’intégrité et la pérennité de ces données ? Comment prendre en compte ce risque à l’avance ? Enfin, la communauté des amateurs sera-t-elle une réelle « multitude » ou une petite minorité engagée ?

Le laboratoire CESCO, dont l’une des tutelles est le Museum national d’Histoire naturelle,  apportera ici son expertise unique en France dans la recherche-action en matière de science participative (Vigie Nature, 65 millions d’observateurs). En collaboration étroite avec tous les acteurs du projet, il accompagnera le travail d’un ingénieur d’études (en cours de recrutement) dédié, durant un an, à faire vivre l’interdisciplinarité dans le consortium et à instrumenter une expérience d’archéologie « citoyenne ». Notre objectif : créer et tester un dispositif-prototype d’implication des amateurs dans l’enrichissement sémantique des jeux de données issues du terrain.

Vers une chaîne opératoire de l’archéologie « augmentée »

En multipliant et en démocratisant de très puissantes et très souples technologies d’acquisition, d’enrichissement et de partage des données scientifiques, la société a donné corps au « cycle de la donnée archéologique » : thésaurus, data papers, « lacs de données », enrichissement participatif, partage et interopérabilité, science ouverte.

Six faces d’un même dé qui jamais n’aboliront le hasard de la découverte… mais qui constitueront sans doute, un jour, une chaîne méthodologique incontournable pour la préparer en toute rigueur scientifique. C’est toute l’ambition d’hyperThésau que de contribuer à son émergence.

Bibliographie

De Luca L. et al. 2016. Patrimonialisation du numérique et numérisation du patrimoine, regards croisés, p. 10-12, MI-CNRS, disponible sur www.cnrs.fr/mi/IMG/pdf/synthesepatrimoine_numeriquevf.pdf

Girard J.-P. 2017. Big data et « société de la connaissance » : entre intégration et revanche de la multitude, Entretiens du nouveau monde industriel, [captation vidéo] enmi-conf.org/wp/enmi17/session-4/ (à partir de 1 h 59 min sur l’enregistrement)

Hess R. 1981.  Lewin et la recherche-action, in La sociologie d’intervention, PUF, pp.99-109.

Houiller F., Merilhou-Goudard J.-B. 2016. Les Sciences participatives en France – État des lieux, bonnes pratiques et recommandations, Rapport aux ministres de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Ipsos 2010. Les Français et l’archéologie – image de l’archéologie auprès du grand public, sondage commandité par l’Institut national de recherches archéologiques préventives, disponible sur  https://www.inrap.fr/les-francais-et-l-archeologie-un-sondage-d-ipsos-sur-l-image-de-l-archeologie-5093 (un diaporama est téléchargeable ici : https://www.inrap.fr/l-archeologie-et-les-francais-un-sondage-d-ipsos-sur-l-image-de-l-archeologie-11376)

Julliard R., 2018. Science participative et suivi de la biodiversité : l’expérience Vigie-Nature, in dossier : Des recherches participatives dans la production des savoirs liés à l’environnement, Nature Sciences Société, disponible sur : https://doi.org/10.1051/nss/2018008)

Kant E. 1798. Le Conflit des facultés (trad. fr. Gibelin J., Libr. J. Vrin, 1955)

Lewin K. 1946. Action Research and Minority Problems, in Journal of Social Issues, vol. 2, p. 34-36.

Macherey P. 2009. Kant et le conflit des facultés, in Savoir, Textes, Langages.

L’auteur

Jean Pierre Girard est expert indépendant en conception et accompagnement numérique de projets culturels et archéologiques, cheville ouvrière de la création du consortium et du projet HyperThésau.

Pour citer ce billet : Jean Pierre Girard. Hyper thesaurus et lacs de données : fouiller la ville et ses archives archéologiques (2/2), ArchéOrient - Le Blog, 2 novembre 2018, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/10268




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.