La domestication du blé : quand, où et comment ? La perspective de la génétique moderne

Amidonnier sauvage - Triticum turgidum var. dicoccoides © A. Lévy

Amidonnier sauvage – Triticum turgidum var. dicoccoides © A. Lévy

L’étude des processus de domestication constitue un axe de recherche important du laboratoire Archéorient. Il était donc particulièrement intéressant pour ses membres d’écouter la conférence d’Avraham A. Levy, généticien, directeur du département de biologie végétale de l’Institut Weizmann (Rehovot Israël) et spécialiste de la domestication du blé. Cette conférence a eu lieu le 4 mars 2013 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et a été enregistrée par l’ENS de Lyon (voir le podcast de la conférence).

 A. Lévy a exposé les récents développements de la recherche à l’échelle génomique appliqués à l’analyse des blés anciens et modernes, en débutant par une présentation détaillée de l’historiographie des travaux dans ce domaine. Déjà chez Charles Darwin, la domestication apparaît comme une préoccupation scientifique majeure, étudiée dans le cadre général du processus de l’évolution. Sur la question spécifique de l’identification de l’ancêtre du blé sauvage, A. de Candolle, F. A. Körnicke et A. Aaronson ont été des précurseurs. Ils ont mené leurs recherches grâce à l’étude de collections archéologiques de graines et à partir de prélèvements réalisés au cours de prospections sur le terrain.

Plusieurs habitats d’origine ont été proposés pour l’ancêtre du blé. Inspirés par l’aryanisme et sans véritables preuves scientifiques, l’Asie centrale et le sud de la Baltique ont été ainsi envisagés. L’hypothèse du bassin de l’Euphrate s’est avérée plus judicieuse car finalement assez proche des régions où les blés sauvages sont les plus abondants. L’aire d’origine englobe ainsi une zone qui s’étend des abords du lac de Galilée au sud et remonte vers le au nord le long du corridor levantin.

© A. Lévy

Champ de céréales sauvages, nord du Lac de Galilée © A. Lévy

L’un des points sur lequel le conférencier a insisté concerne le caractère transdisciplinaire de l’étude du phénomène de la domestication des plantes. Elle se situe en effet à la croisée de différentes disciplines : archéologie, chimie, génétique, génomique, histoire, linguistique, anthropologie et botanique.  A. Levy a aussi décrit les caractéristiques qui définissent la variété sauvage du blé : rachis cassant, perte des graines facilitée grâce à un mécanisme de dispersion, épi compact, deux graines par épillet qui disposent d’une protection solide…. L’étude des blés sauvages anciens, à partir des restes mis au jour sur les sites archéologiques, vise à diagnostiquer certaines de ces caractéristiques. On peut aussi tenter de travailler à partir de l’ADN ancien mais l’étude s’avère difficile à cause de l’état de conservation des graines archéologiques, qui sont le plus souvent carbonisées. Un des moyens de contourner cette difficulté est d’extraire l’ADN ancien des dépôts de silicate (phytolites) qui se trouvent dans les tissus des plantes.

 Les comparaisons entre variétés sauvages et domestiques se font à différents niveaux – taxonomique, cytogénétique et moléculaire – grâce à l’étude du génome. L’analyse génomique porte sur la comparaison des gènes (40000 gènes sont actuellement identifiés pour le blé). On peut ainsi tenter de mettre en évidence les processus d’activation et de désactivation des gènes qui interviennent au cours de la domestication.

 La conférence a été suivie d’une discussion animée et fructueuse. G. Willcox, spécialiste archéobotaniste, a été très heureux de faire la connaissance d’A. Levy, avec qui il continue depuis à échanger sur la problématique de la domestication des céréales.

L’auteur :
Philippe Abrahami est Maitre de Conférence (HdR) à l’université Lumière- Lyon 2.
Epigraphiste, Civilisations et langues du Proche-Orient ancien (Assyriologie).
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Abrahami P. 2013. La domestication du blé : quand, où et comment ? La perspective de la génétique moderne, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 10 mai 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1014

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *