Le peuplement du bassin de l’Oronte à l’époque islamique

Plusieurs ouvrages sur le peuplement du bassin de l’Oronte ont été publiés ces dernières années (Jaubert et al. 2014 ; Bartl et Al-Maqdissi 2014 ; Parayre 2016). Ils reflètent les résultats de nombreuses missions de terrain, géographiques et archéologiques, qui travaillent dans cette région et auxquelles plusieurs membres du laboratoire Archéorient sont associés (voir à ce propos sur ce blog : http://archeorient.hypotheses.org/3936). Cependant, l’occupation du secteur après la période proto-byzantine reste encore mal connue. Je voudrais en rappeler ici certains aspects qui méritent d’être soulignés.

Fig. 1 : Le bassin de l’Oronte (Al-Dbiyat et Geyer dans Jaubert et al. 2014, (https://www.water-security.org/article/the-orontes-a-complex-river).

L’intérêt d’une étude diachronique du peuplement

Contrairement à une idée reçue, les nouvelles conditions géopolitiques induites par la conquête musulmane au VIIe siècle n’ont pas nécessairement impliqué un changement brutal des modes de peuplement au Proche-Orient. En effet, d’une part les populations locales sont restées sur place, administrées par les mêmes fonctionnaires. D’autre part, l’islamisation n’est intervenue que beaucoup plus tard et n’a été massive qu’à partir du IXe siècle. On ne peut donc pas considérer l’occupation du bassin de l’Oronte à l’époque islamique comme un modèle à part, qui serait directement issu de la conquête musulmane.

C’est du moins ce qui se déduit, du point de vue archéologique, lorsque l’on aborde cette période dans une perspective diachronique. Si l’on considère l’ensemble de la documentation permettant de reconstituer l’évolution de la région depuis l’époque hellénistique, et malgré le mauvais état de conservation des sites, on aboutit à une vision assez proche des régions périphériques ayant fait l’objet d’études pluridisciplinaires (Geyer et Rousset 2001 et 2011, Rousset 2010). L’époque hellénistique, relativement bien documentée par les textes, n’offre sur le terrain que peu de restes archéologiques, y compris pour les grandes villes comme, par exemple, Apamée. Comme dans les Marges arides, le développement de la région ne débute qu’à la fin de cette période et s’accroît à l’époque romaine, avec l’édification des villes et de leurs sanctuaires (Aliquot 2009) au centre d’un terroir agricole encore visible par le maillage des routes (Balty 2016), des parcellaires (Abdulkarim et Olesti-Vila 2007) et d’un réseau d’irrigation. À l’époque romaine tardive (ou protobyzantine), le Massif Calcaire au nord (Tate 1992) et les Marges arides à l’est (Geyer et Rousset 2001) montrent une expansion du peuplement, maximale aux Ve-VIe s. Pourquoi en serait-il autrement dans le bassin de l’Oronte, offrant des conditions encore plus favorables à l’implantation humaine ? Comme ailleurs au Proche-Orient et dans le bassin méditerranéen en général, les premiers siècles après la conquête islamique ne montrent sans doute pas de rupture avec les modes d’occupation précédents mais s’inscrivent dans la continuité de l’Antiquité tardive. Si les zones prospectées montrent, dans leur ensemble, une réduction de la population au VIIe siècle, elle s’opère à cause de crises antérieures à l’arrivée de l’Islam.

Fig. 2 : Les prospections dans la Syrie de l’Ouest, d’après Paleosyr / Paleolib [Projet ANR paléoenvironnements et occupation du sol en Syrie occidentale durant l’Holocène développé par Bernard Geyer (Archéorient) et Frank Braemer (CEPAM)]. Chaque couleur de points correspond à un programme.

Les difficultés du terrain

La mauvaise compréhension de ces périodes dans la région qui nous occupe, lorsqu’il ne s’agit pas d’un déni pur et simple, tient au fait que nombre de prospections ont été réalisées par des spécialistes des périodes anciennes. Certains considèrent que la basse vallée de l’Oronte a été abandonnée au VIIe siècle sur des critères dont l’objectivité est douteuse et qui démontrent surtout une mauvaise connaissance du matériel archéologique. Rappelons que les datations des sites repérés en prospection reposent avant tout sur l’identification de la céramique : la céramique dite « islamique » est caractérisée par des glaçures polychromes facilement identifiables, même sur des tessons issus de prospections, donc en mauvais état. Le seul problème est que ces décors n’apparaissent qu’à partir du premier tiers du IXe siècle. La céramique des débuts de l’époque islamique n’étant pas glaçurée, elle est plus difficile à reconnaître et n’est souvent pas identifiée. D’où des décalages dans l’appréciation de la datation (par exemple Casana 2014: 211, fig. 13, où la céramique à l’appui de la datation des niveaux tardifs de Tell Qarqur, dite « Late roman », montre en fait des formes qui s’étendent du IIIe au début du IXe siècle !). L’époque mamelouke (1265-1515) est elle aussi difficilement perceptible sur le terrain, y compris par les céramologues spécialistes de la période ! En effet, les formes et décors des céramiques évoluent très peu, du milieu du XIIIe jusqu’à l’époque moderne, surtout en contexte rural.

Ces difficultés d’identification du matériel sont couplées au mauvais état de conservation des sites. Dans les zones de plaine occupées en continu, une forte superposition des strates archéologiques sur un même site brouille la lecture des vestiges ; de plus, l’activité agricole ayant complètement effacé les niveaux supérieurs des structures, la description d’un site se résume souvent à sa morphologie générale et à son étendue. Il est donc extrêmement difficile de caractériser les constructions et de discerner une quelconque chronologie relative à partir de leurs vestiges.

Des résultats mitigés

La zone située à l’ouest de Homs semble avoir connu une occupation dense et continue de l’époque hellénistique à l’époque byzantine, avec une production agricole importante (Al-Maqdissi et al. 2014: 58), puis de nouveau à l’époque mamelouke. De fait, seuls trois sites témoignent d’une occupation à l’époque omeyyade (observations personnelles). Dans l’Apamène, seuls deux sites médiévaux ont été vus et les rares sites byzantins sont localisés le long de l’axe Apamée-Raphanée (Fortin et Cooper 2014: 100-101). Cependant, les prospections conduites dans les zones de la moyenne vallée de l’Oronte, de part et d’autre de ce secteur, montrent une continuité dans l’occupation des zones rurales au début de l’époque islamique. Celle-ci est confortée par la description des géographes médiévaux, présentant la région de Homs comme fertile et peuplée (par exemple al-Istakhri, au Xe siècle) jusqu’à l’époque de la reconquête byzantine à la fin du Xe siècle.

Où sont donc passés les sites du début de l’époque islamique ? D’après les prospections de G. Philip, les sites plats, correspondant à de petits établissements agricoles, apparaissent dès l’époque hellénistique (Philip et al. 2005: 39). Ceux présentant de la céramique de l’époque islamique ont la même étendue que ceux des époques romaines et byzantines et leur distribution apparaît moins déterminée par les voies de transport. Si toutes les époques islamiques sont représentées, il y a néanmoins des traces d’un réseau d’établissements ruraux à l’époque mamelouke (Philip et Newson 2014: 37).

Les textes montrent, avec l’archéologie, qu’à l’époque médiévale, les grandes villes de la vallée sont toujours occupées et sont protégées par des forteresses. On citera, du sud au nord, Baalbak, Homs, Raphanée, Hama, Shayzar, Tell Asharneh, Qal‘at al-Mudiq-Apamée, Tell Qarqur et Antioche, sur une des principales voies de communication. Avec l’arrivée de la menace croisée à l’extrême fin du XIe s., les points stratégiques à la lisière du bassin sont aussi fortifiés (Masyaf, Shumaymis…). De fait, les fortifications de l’époque des croisades sont les constructions les mieux connues, pour l’époque médiévale, dans la Syrie de l’Ouest. Les textes témoignent aussi que les canaux d’irrigation, alimentés par des norias depuis au moins le Ve siècle, sont entretenus : au milieu du XIIe siècle, al-Idrisi décrit le canal de Joussiyé qui alimentait la ville de Homs et souligne la productivité agricole de son territoire. Dans la région entre la frontière libanaise et Rastan, l’activité agricole de l’époque ottomane est encore perceptible dans le paysage par la présence de canaux d’irrigation, du parcellaire et d’anciens moulins (mûs par des norias), connus dans la région par les textes depuis au moins le XIe siècle. La prospection archéologique a permis d’en repérer onze, dont certains comportent des éléments qui remontent aux XIIe-XIIIe siècles (McPhillips 2016). On entrevoit donc une certaine continuité dans le peuplement du bassin de l’Oronte.

Fig. 3 : L’Oronte à Hama et les norias à côté du palais ‘Azem en 2007 (M.-O. Rousset)

Du nouveau dans les marais

Néanmoins, depuis 2011, un article de Asa Eger a révélé un type d’occupation original et spécifique à l’époque islamique, dans les régions marécageuses du Ghab et de la plaine de l’Amuq (Eger 2011). La transformation des lacs saisonniers et des marais en zones humides, qui a débuté à partir de l’époque hellénistique, a culminé au VIIe siècle. Elle est dûe à plusieurs facteurs humains, incluant la déforestation des terres hautes et le développement de systèmes d’irrigation à grande échelle. Les images Corona montrent que les marais étaient drainés et que l’Oronte était aménagé pour la navigation, ce que confirment les sources écrites (Aliquot 2016). Plusieurs traces de canaux linéaires traversant le marécage du Ghab dateraient, d’après les sites sur leur tracé, de l’époque romaine à l’époque médiévale. Cependant, dans la plaine de l’Amuq, d’après les sources géomorphologiques, archéologiques et littéraires, la formation des marais ne débute pas avant la fin de l’antiquité tardive. En effet, une politique volontariste a été mise en place par les califes à l’époque omeyyade (660-750 ap. J.-C.) pour peupler les zones de marges, arides ou humides.

Au VIIe siècle, les marais ont été restructurés comme zone frontière politique et militaire : c’est là que les armées étaient rassemblées, que des pâturages étaient disponibles et que les groupes insurgés étaient installés. Le calife Moawiyya, au début du VIIe siècle, a déplacé et installé, dans la région d’Antioche, des tribus indiennes auparavant établies dans le sud de l’Iraq, dans la région des marais de Basra (où vivent toujours les fameux « Arabes des marais »). Ces populations sont venues, accompagnées de 4000 buffles, peupler les marais de la basse vallée de l’Oronte et ont vécu de leurs ressources : roseaux, gibier d’eau, pêche, élevage et culture en saison. Dans l’Amuq, les sites archéologiques à l’intérieur du marais sont occupés en continu depuis le VIIe siècle. Le développement s’est effectué à partir d’Antioche et les sites sont disposés selon un alignement qui permet de penser qu’un réseau de canaux existait à l’intérieur des marais. Il aurait été en usage de l’époque romaine tardive jusqu’au moins au début du VIIe siècle et abandonné avant le Xe siècle (Eger 2011: 75). Il y a une rupture entre la disposition des sites volontairement éloignés des marais à l’époque romaine tardive et celle, délibérément à l’intérieur, à l’époque islamique durant laquelle non seulement ces sites n’ont pas été abandonnés mais se sont agrandis ; ils formaient des îles sur les voies navigables à l’intérieur des marais.

À Tell Qarqur, l’analyse de la faune montre une subsistance basée sur l’exploitation des marais, datée par la céramique du XIVe siècle (Casana 2014). Ces conclusions sont corroborées par un texte d’Abu l’Fida (1321) qui décrit les habitants des marais du Ghab vivant sur une île au milieu du Lac des Chrétiens (le lac qui occupait la partie nord du Ghab à cette époque). Dans la plaine de l’Amuq, le lac Yaghra était également appelé, à l’époque médiévale, Buhayrat al-Sallur (le lac des silures – et des anguilles –) en raison de leur abondance dans ses eaux. En effet, la pêche au silure était une source de revenus importante. Elle est attestée dans les écrits depuis l’Antiquité et a trouvé confirmation dans l’analyse de la faune d’Apamée d’époque byzantine. Elle se poursuit à l’époque médiévale et était encore largement pratiquée à l’époque moderne, jusqu’à l’assèchement des marais dans le milieu des années 1950 (Balty 1987: 12).

L’activité dans les marais jusqu’au milieu du XXe siècle est également documentée par l’ethnographie : les habitants des marais subsistent grâce à l’élevage des buffles, la pêche, la chasse (gibier d’eau) et la culture du riz, voire du coton (Weulersse 1940: 372). Ils ont une pratique saisonnière et suivent les fluctuations du niveau de l’eau dans les marais. En été, ils habitent le piémont des collines, et cultivent la zone de plaine laissée libre par le marais ; en hiver, ils quittent leurs villages pour les îles (souvent d’anciens tells) au centre de la plaine inondée et pratiquent la pêche et l’exploitation des roseaux.

L’occupation du bassin de l’Oronte à l’époque islamique est bien réelle mais manque seulement de visibilité archéologique pour plusieurs raisons (méconnaissance de la céramique du début de la période, matériel peu diagnostiqué à partir du XIVe s., mauvaise conservation des sites, implantation dans des zones longtemps ignorées par les prospections…). Elle témoigne à la fois d’une certaine continuité avec les modes de peuplement antérieurs mais aussi de la mise en valeur de zones marginales, telles que les marais.

Bibliographie

Abdulkarim M. et Olesti-Vila O. 2007. Les centuriationes dans la province romaine de Syrie : nouvelles perspectives d’étude, Syria 84, 249-276.

Aliquot J. 2016. Des bateaux sur l’Oronte, In Parayre (éd.) 2016, 215-228.

Balty J.-Ch. 1987. Problèmes de l’eau à Apamée de Syrie, In P. Louis, F. Métral & J. Métral (éds.), L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient IV, L’eau dans l’agriculture, TMO 14, Lyon, MOM, 9-23.

– 2016. Voies romaines et aqueduc de l’Oronte, In Parayre (éd.) 2016, 229-239.

Bartl K. et Al-Maqdissi M. (éds.) 2014. New prospecting in the Orontes Region: first results of archaeological fieldwork, Orient-Archäologie 30, Rahden, Verlag Marie Leidorf.

– 2014. Archaeological Prospecting on the Middle Orontes River: Survey work between ar-Rastan and Qal‘at Sayzar, In Bartl  et Al-Maqdissi (éds.) 2014, 61-77.

Casana J. 2014. The Late Roman Landscape of the Northern Levant: A view from Tell Qarqur and the lower Orontes River Valley, Oxford Journal of Archaeology 33, 193219.

Eger A. 2011. The Swamps of Home: Marsh Formation and Settlement in the Early Medieval Near East, Journal of Near Eastern Studies 70, 5579.

Fortin M. et Cooper E. 2014. Nouvelle prospection archéologique dans la moyenne vallée de l’Oronte : entre Cheyzar et Tell Qarqur, In Bartl  et Al-Maqdissi (éds.) 2014, 85-105.

Geyer B. et Rousset M.-O. 2001. Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou « la ruée vers l’est », In B. Geyer, Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, Lyon, Maison de l’Orient, 111-121.

– 2011. Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les Marges arides de Syrie du Nord aux VIIe-IXe siècles, In A. Borrut , M. Debié , A. Papaconstantinou , D. Pieri et J.-P. Sodini (éds), Le Proche-Orient de Justinien Aux Abbassides : Peuplement et Dynamiques Spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité Tardive 19, Turnhout, Brepols, 7792.

Jaubert R., Saadé-Sbeih M., Al-Dbiyat M. et Haj Asaad A. (éds.) 2014. Atlas of the Orontes River basin, Genève. [En ligne] https://www.water-security.org/.

Al-Maqdissi M. et al. 2014. Entre Homs et Qalat al-Hosn, In Bartl  et Al-Maqdissi (éds.) 2014, 51-60.

McPhillips S. 2016. Harnessing Hydraulic Power in Ottoman Syria: Water Mills and the Rural Economy of the Upper Orontes Valley, In S. McPhillips et P. Wordsworth (éds), Landscapes of the Islamic World. Archaeology, History, and Ethnography, Philadelphie, 143-166.

Parayre D. (dir.) 2016. Le fleuve rebelle. Géographie historique du moyen Oronte d’Ebla à l’époque médiévale. Syria Supplement IV, Beyrouth, Ifpo.

Philip G. et al. 2005. Settlement and Landscape Development in the Homs Region, Syria. Report on Work Undertaken during 2001-2003, Levant 37, 21-42.

Philip G. et Newson 2014. Settelement in the upper Orontes Valley: a preliminary Statement, In Bartl  et Al-Maqdissi (éds.) 2014, 33-40.

Rousset M.-O. 2010. Qanats de la steppe syrienne, In P.-L Gatier ., B. Geyer et M.O. Rousset (éds), Entre nomades et sédentaires. Propections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, TMO 55, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 241270.

Tate G. 1992. Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe s., Beyrouth, Ifapo.

Weulersse J. 1940. Le pays des Alaouites, Tours, Arrault.

L’auteur

Marie-Odile Rousset est chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Marie-Odile Rousset. Le peuplement du bassin de l’Oronte à l’époque islamique, ArchéOrient - Le Blog, 24 mars 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7278

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *