Les techniques de débitage lamellaire sur quartz hyalin

Cristal de quartz hyalin

Cristal de quartz hyalin

Ma recherche doctorale à l’Université Lumière-Lyon 2 et au sein du Laboratoire Archéorient (CNRS-UMR 5133), sous la direction du professeur Alain Beeching, a pour titre Les industries en quartz de Kovacevo (Bulgarie), Madzhari (République de Macédoine), Promachonas et Dikili Tash (Grèce) : reconstitution des systèmes techniques et des modes de production dans le contexte de la néolithisation de l’Europe du Sud-Est. Dans ce cadre, j’ai été confronté à des productions de lamelles et de micro-lamelles en cristal de roche sur les sites archéologiques de Promachonas et Dikili Tash (Grèce du Nord, Néolithique récent). La réalisation de ces objets particuliers témoignait de techniques élaborées qui les distinguaient des autres outillages en quartz. Je me suis donc interrogé sur les techniques de débitage employées ainsi que sur les savoir-faire nécessaires à leur production.

J’ai ainsi été amené à conduire, avec la collaboration de Jérémie Vosges (Arkéofabrik), une série d’expérimentations sur la taille du quartz hyalin. Ces tests expérimentaux ont eu lieu à la Commanderie de Jalès (Antenne d’Archéorient en Ardèche) durant la semaine du 15 au 21 Avril 2013, grâce au soutien financier du Laboratoire Archéorient, que je tiens à remercier ici.

Le quartz hyalin est un monocristal de forme géométrique complexe. Il est constitué généralement d’un prisme à 6 facettes dont la pointe se termine en forme de pyramidion.

Diverses techniques de taille ont été employées pour une production de lamelles à partir de cristaux de quartz de taille variable :  la percussion directe à la pierre tendre et au bois de cerf, la percussion indirecte au bois de cerf et la pression à la béquille abdominale et pectorale à pointe de bois de cerf.

Débitage par percussion indirecte au bois de cerf

Débitage par percussion indirecte au bois de cerf

Débitage par percussion directe à la pierre tendre

Débitage par percussion directe à la pierre tendre

 

 

 

 

 

 

 

Débitage par pression à la béquille abdominale

Débitage par pression à la béquille abdominale

Débitage par pression fans la main à la béquille pectorale

Débitage par pression fans la main à la béquille pectorale

 

 

 

 

 

 

Chaque technique engendre à la fois des produits de morphologie distincte et des stigmates de taille caractéristiques. L’analyse de ces produits et des stigmates de taille qu’ils portent nous permettra de déterminer quelle(s) technique(s) de taille a(ont) été employé(es) pour la production des petites lamelles en cristal des sites archéologiques étudiés.

Méthode : Une fiche d’enregistrement a été créée pour chaque expérimentation (une expérimentation = un bloc + une technique). Une couverture photo des diverses expérimentations a été mise en place. Tous les produits débités ont été compartimentés dans des sachets individuels et regroupés, à la fois par technique de taille et par cristal débité, en vue d’une analyse ultérieure.

Résultat : Il a été observé, durant le débitage de ces cristaux de quartz, un phénomène d’anisotropie (milieu dont les propriétés dépendent de la direction suivant laquelle on les évalue) qui se manifeste par le développement d’ondulations très prononcées sur les faces inférieures des produits débités et sur la surface de débitage du cristal. Cette anisotropie se produit uniquement lorsque le débitage du cristal est orienté dans une direction particulière : le long des facettes du prisme. Ce phénomène peut avoir des répercussions importantes sur le bon déroulement du débitage. Lorsque les ondulations sont trop prononcées sur la surface de débitage du bloc de cristal, il devient difficile de débiter d’autres produits. Ce phénomène a aussi été observé sur les lamelles archéologiques, mais dans des proportions moindres. Plus que l’utilisation de techniques différentes, il nous semble que les tailleurs préhistoriques ont contrôlé le phénomène d’anisotropie par un choix stricte du sens d’exploitation des quartz. Il est évident que, contrairement au silex, le cristal de roche à un sens d’exploitation, un peu comme le bois dont il faut respecter le fil lors de son travail.

Illustration du phénomène d’anisotropie

Illustration du phénomène d’anisotropie

Ondulations prononcées sur les faces inférieures des produits (ces ondulations produisent parfois des denticulations sur les bords des lamelles, cf. lamelle de gauche)

Ondulations prononcées sur les faces inférieures des produits (ces ondulations produisent parfois des denticulations sur les bords des lamelles, cf. lamelle de gauche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’analyse technologique est actuellement en cours au laboratoire Archéorient (UMR 5133), à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon). Toutefois, les résultats préliminaires et la comparaison avec les produits archéologiques semblent d’ores et déjà indiquer l’utilisation de techniques de débitage par pression pour la production de ces petites lamelles du Néolithique Récent de Grèce.

Lamelles expérimentales débitées par pression

Lamelles expérimentales débitées par pression

 

Micro-lamelles en cristal de roche du site de Promachonas (Grèce du Nord)

Micro-lamelles en cristal de roche du site de Promachonas (Grèce du Nord)

 

Clichés : Nicolas Tardy et Jérémie Vosges

L’auteur :
Nicolas Tardy est doctorant à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Tardy N. 2013. Les techniques de débitage lamellaire sur quartz hyalin, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 6 mai 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/882

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12 février 2014

    […] Débitage lamellaire sur quartz hyalin […]

  2. 27 février 2014

    […] Tardy N. 2013. Les techniques de débitage lamellaire sur quartz hyalin, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 6 mai 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/882 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *