Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS

Academia - Fig. 1Les réseaux sociaux sur internet ont connu ces dernières années une fréquentation de plus en plus importante, tandis que se développaient également les “réseaux sociaux scientifiques”, plus spécifiquement dirigés vers le monde de la recherche.

Le but premier de ces réseaux est d’aider les chercheurs à faire connaître leurs travaux à une communauté scientifique plus large. Dans ce domaine, ResearchGate et Academia.edu sont les réseaux les plus importants, au coude à coude pour le nombre d’inscrits : ResearchGate affiche sur sa page d’accueil 2,7 millions (à la date de rédaction de ce billet) et Academia a annoncé sur son blog au mois de janvier dernier avoir dépassé les 2 millions. Mais si le premier, d’après le graphe affiché, attire majoritairement les communautés scientifiques issues des sciences dites « exactes », Academia semble avoir la faveur des disciplines SHS. Quel que soit le réseau, le nombre d’utilisateurs doit toutefois être relativisé car, pour pouvoir consulter et télécharger les documents disponibles sur ces sites, il faut être inscrit. C’est pourquoi un certain nombre de profils sont “inactifs” – ou non renseignés – par des personnes qui ne souhaitent pas, ou n’ont pas pris le temps,  de documenter leur page personnelle. Beaucoup de gens veulent aussi  juste avoir accès à des renseignements sur un chercheur, sans forcément télécharger, et inversement “exister” dans Academia sans publier de travaux.

Page d'accueil de ResearchGate avec la répartition par disciplines des inscrits.

Page d’accueil de ResearchGate avec la répartition par disciplines des inscrits. La biologie et la médecine sont les disciplines les plus représentées.

Il serait certainement hasardeux de vouloir comprendre les raisons de cette préférence. Mais désormais le pli est pris et l’effet “mouton de Panurge” fait le reste. Il est toutefois intéressant de revenir sur ce qu’il est possible de faire avec Academia, particulièrement sur les questions de diffusion scientifique et sur son fonctionnement en tant que réseau social. Il est important par ailleurs d’en souligner les avantages et les limites afin que ceux qui n’ont pas encore fait le saut dans le grand bain des réseaux sociaux sur le net puissent faire leur choix.

Visibilité et diffusion de la production scientifique

Comme je l’ai dit plus haut, l’intérêt premier d’Academia (et plus généralement des réseaux sociaux scientifiques) est de faire connaître ses recherches grâce à une meilleure diffusion de sa production scientifique. Celle-ci occupe d’ailleurs la partie centrale de la page personnelle que les chercheurs peuvent se créer sur le site. Elle peut être classée en différentes catégories : articles, livres (en intégralité, par chapitres ou seulement la table des matières), thèses, PDF de présentations powerpoint, bibliographies et tout autre document dont on est auteur ou co-auteur. On pourra d’ailleurs s’étonner du flou juridique qui entoure la mise en ligne de tous ces documents ainsi que l’absence de tout contrôle. En effet, si certains s’attachent à ne mettre en ligne que des documents « auteurs » ou des publications anciennes, d’autres n’hésitent pas à partager les PDF d’articles récemment publiés dans des revues scientifiques sans se soucier des règles de copyright auxquelles ils sont soumis. Considérant leur page Academia comme une page web personnelle, ils estiment avoir le droit dans ce cadre de diffuser les articles qu’ils ont publiés. Il est d’ailleurs important de rappeler que la mise en ligne de documents sur Academia n’a absolument rien à voir avec un dépôt sur HAL, où les règles sont beaucoup plus strictes et respectent les chartes éditoriales des maisons d’édition de livres ou de revues scientifiques. Cependant, qu’il s’agisse de textes ou d’images (sur MédiHAL), vos documents déposés sont protégés et le dépôt daté permet de prouver la propriété et l’antériorité de vos archives en cas de pillage. Rien de tel n’existe sur Academia où vos documents sont simplement mis en partage à la disposition des autres utilisateurs.

Page personnelle sur Academia.edu. La partie centrale est réservée pour l'affichage des publications.

Page personnelle sur Academia.edu. La partie centrale est réservée pour l’affichage des publications.

Pour chaque document mis en ligne, il est possible de renseigner un certain nombre d’informations, mais les quelques champs disponibles sont loin de constituer une référence bibliographique complète et rigoureuse, contrairement à des outils comme Mendeley ou Zotero. Il est toutefois possible d’ajouter tous les détails que l’on souhaite dans le champ “More info” mais il arrive très fréquemment que les références soient incomplètes. La conséquence directe est que la recherche sur cette énorme documentation reste basique : il n’existe en effet sur Academia qu’une barre de recherche globale et il n’est pas possible de faire des recherches avancées par champs (titre, mots-clés, résumés…). Le reste de l’interface de la page personnelle permet de se présenter, de donner ses coordonnées, d’ajouter son CV, d’indiquer des liens vers d’autres sites web et de préciser ses domaines de recherche.

Academia comme réseau social : je te suis, tu me suis…

Academia propose ensuite quelques outils pour communiquer et échanger avec les autres membres du site. Cette mise en contact, comme tout réseau social sur internet, consiste tout d’abord à “suivre” ses collègues, ce qui permet alors d’être prévenu des mises à jour faites sur les profils de ces derniers et de savoir quelles personnes ils suivent eux-mêmes.

Academia - Fig. 4

Exemple de domaines de recherche sur Academia.edu. Un regard attentif repèrera facilement quelques perles savoureuses.

Afin d’élargir la “veille” que l’on souhaite exercer sur les nouvelles mises en ligne, il est aussi possible de “suivre” les activités d’Academia pour des domaines de recherche spécifiques, qui existent déjà. On peut aussi créer de nouvelles thématiques plus ciblées autour desquelles on souhaiterait réunir une communauté de spécialistes. Là encore, aucun contrôle n’est exercé de la part d’Academia, ce qui donne lieu à des doublons malheureux… Nous trouvons par exemple “Near Eastern Archaeology” et “Near Eastern Archaeology (NEA)”. Pire, les domaines de recherche “Classical Archaeology”, “Clasical Archaeology” et “Classical Archeology” coexistent paisiblement !

En l’absence de regroupement par domaines plus généraux et sans hiérarchisation, il est parfois difficile de s’y retrouver. Il est donc préférable de favoriser en premier lieu les domaines les plus généralistes et ensuite de choisir soigneusement les plus spécialisés, en vérifiant bien le nombre d’abonnés afin de ne pas se rattacher à des sections “fantômes” ou quasi inactives, ne contenant qu’un ou deux utilisateurs. Ces domaines de recherche peuvent être repris dans les “tags” associés à la mise en ligne des documents et tous les abonnés seront ainsi au courant de vos nouvelles publications (des tags peuvent être rajoutés ultérieurement ou au contraire supprimés).

Pour un échange plus direct, deux outils de communications sont disponibles : les “posts” et les “questions”. Les “posts” permettent de faire toutes sortes d’annonces (colloques, publications, sites web…) qui seront diffusées auprès de ceux qui vous suivent et qui suivent les mêmes domaines de recherche que vous. Les “questions” permettent d’interroger la communauté scientifique dans le même cadre que pour les “posts” mais ici il est possible de répondre publiquement à la question posée. Certaines questions ont ainsi donné lieu a des débats extrêmement riches, parfois sur une longue période de temps. Là aussi, il est possible de “suivre les questions” afin d’être tenu au courant de la publication d’une nouvelle réponse. Il est aussi possible d’envoyer des messages privés à une personne en particulier. Notons par ailleurs que Academia est pour l’instant relativement peu intrusif : il ne s’emparera pas de votre carnet d’adresse à la manière de Linkedin pour inciter vos contacts à venir s’inscrire. Vous recevrez des e-mails vous informant de qui vous suit ou si quelqu’un est venu visiter votre profil mais ce sont des options qui peuvent être désactivées.

D’autres outils permettent aussi de suivre la fréquentation de sa page personnelle, de savoir quelles publications sont consultées et par quels mots-clés utilisés sur les moteurs de recherche les internautes sont arrivés jusqu’à votre profil. C’est en effet là un des grands atouts d’Academia, qui bénéficie d’un excellent référencement sur les moteurs de recherche : que ce soit sur les noms ou les mots-clés, il n’est pas rare que les liens vers Academia apparaissent dès la première page des réponses, souvent avant même les pages web des institutions auxquelles les chercheurs sont rattachés ! De ce point de vue, l’accroissement de la visibilité des travaux de recherche sur internet est stupéfiant.

Malgré un relatif désordre, il est indéniable qu’un portail comme Academia aide activement à une meilleure visibilité de la production scientifique des chercheurs. Mais Academia contribue aussi grandement au décloisonnement disciplinaire, puisque chacun peut suivre les domaines de recherche qu’il souhaite et faire découvrir ses travaux à des communautés scientifiques qui n’y ont pas habituellement accès car elles ne lisent pas les revues dans lesquelles ils ont été publiés.

Ici, toutes les barrières disciplinaires édifiées par les institutions, telles que colloques spécialisés et  revues scientifiques, n’existent plus. La recherche prend une dimension plus qu’internationale, elle acquiert une interdisciplinarité que beaucoup de politiques scientifiques appellent de leurs vœux. Un mariage entre Academia et ResearchGate ne la rendrait que plus complète.

Pour en savoir plus :

Un billet détaillé sur les différentes fonctionnalités d’Academia.edu a été publié sur un autre carnet (en allemand) :

Rottler M. 2013. “Share and follow research” – Academia.edu, Ordengeschichte (Hypotheses.org), 20 février 2013. [en ligne] : http://ordensgeschichte.hypotheses.org/2663

Sur les réseaux sociaux en SHS, voir:

Collectif 2012. Les réseaux sociaux numériques de chercheurs en SHS, in : Non-actes de la non-conférence des humanités numériques, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris. [en ligne] https://books.openedition.org/editionsmsh/289

 

L’auteur :
Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS.
Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie.
UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Benech C. 2013. Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 12 avril 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/792

Vous aimerez peut être aussi...

10 Réponses

  1. A Chartrain dit :

    Billet intéressant, merci.

    Attention, un domaine « fantôme » d’Academia.Edu n’ayant que quelques inscrits n’est pas forcément « fantôme »: j’en ai vu naître plusieurs, par exemple en archéologie le récent « Roman Scales and Weights ». Il est seulement dommage que le site n’indique pas la date de création (les américains sont souvent peu sensibles à la chronologie).

    Une remarque pour les langues: pour ma part j’ai dédoublé ou triplé mes domaines d’intérêt. L’anglais s’impose en plus du français, mais comme je travaille aussi en Italie et en Italien (et comme beaucoup de chercheurs des pays latins ne sont pas forcément à l’aise en anglais international) j’ai redoublé mes domaines en italien. Ponctuellement je dois peut-être le faire en espagnol.

    Pour ce qui est des références biblio incomplètes, Academia.Edu n’a aucune responsabilité: ce sont les auteurs qui parfois scribouillent à la va vite leur titre au lieu de simplement copier la réf. exacte à part de leur fichier biblio! Souvent il manque une donnée clé : la date de parution. C’est là que le site aurait dû créer une rubrique obligatoire (en tête ou en fin de titre).

    Enfin pour ce qui est de l’aspect juridique et du droit d’auteur, là encore il y a une confusion avec les privilèges des éditeurs. Nous sommes en effet parfois imprudents mais je crois que globalement nous en avons tous marre que sous prétexte de droits d’auteur (d’éditeurs en fait qui protègent des rentes d’autant plus indues qu’ils n’ont le plus souvent rien payé ni de la recherche ni du secrétariat d’édition, et bénéficient automatiquement des effets privatiseurs de fait de la circulaire Jospin de 1998) nos publications restent confinées et ne circulent pas. Il y a un mouvement de liberté et d’échange culturel qu’il sera difficile de contrer. Autant l’accompagner, le favoriser et le « désaméricaniser »

    Pour ma part je me suis fixé une règle: je mets à disposition ce qui est publié depuis plus de 3 ans) puisque c’est le délai raisonnable de Revues.org; j’affiche également après ce délai les publications sur support privé pour lesquelles je n’ai pas signé de contrat d’édition, ou bien une version dans une autre langue. Enfin parfois lorsqu’il y a eu contrat d’édition, j’affiche quand même car l’article a largement plus de 3 ans et que je trouve exhorbitant du simple droit moral qu’un éditeur (qui n’a rien payé et pas même pris le soin de m’envoyer un exemplaire papier ou un pdf) prétende à des « droits » ad aeternam.

    Le dépositeurs que nous sommes s’interrogent aussi sur le fond économique : s’agissant de grosses entreprises anglo-saxonnes (à capitaux chinois?) rien n’est fait sans contre-partie commerciale et elle surgira un jour. N’étant pas rémunéré par de la pub (autre gros avantage que votre billet aurait mérité de souligner) Academia.Edu risque de devenir payant, la technique de l’amorçage par le gratuit étant un des procédés typiques de ces entreprises US qui usent habilement de l’addiction qu’elles créent. L’autre procédé est le « premium » : une fois que vous êtes habitué, l’entreprise diminue le niveau des prestations gratuites (cf. GoogleEarth qui au départ vous donnait les valeurs NGF par ex., cf. WeTransfert etc. etc.) et pour avoir un service équivalent on vous « propose » une version « privilège » ou « premium » payante. Le troisième procédé est celui de la pub: votre version gratuite comporte de la pub qui, un peu discrète et marginale au début, devient harcelante après 1 an ou 2 : on vous cueille ici encore avec une version payante sans pub. Ce n’est pas le choix d’Academia.Edu : vendent-ils simplement le fichier adresses? Plus probablement après l’arrivée de leur fréquentation au palier de croisière (10 millions d’usagers?) ils enclencheront une version premium (à 40$ l’an?). On verra. C’est risqué car en général se produit à ce moment toute une fuite vers un concurrent qui est lui en phase I (gratuite) et offre des améliorations. Quant aux questions de propriété je reste perplexe, vu la complexité du heurt entre la législation US et les législations différentes de chaque pays. Mais il faut s’interroger sur la phase II d’Academia.Edu. Leur but est-il de se constituer en éditeurs numériques supra-nationaux et de bénéficier à 10 ans d’une situation de quasi monopole de fait en tant qu’opérateur historiques? L’importance des investissements serait aussi à évaluer: pas sûr qu’ils soient très importants en ingéniérie (comme tendrait à l’indiquer certains aspects artisanaux soulevés dans le billet ci-dessus) ni même en serveurs. C’est là aussi qu’on peu se demander ce que font nos services de veille et de protection du consommateur ou le ministère de la recherche. Quant au ministère de la culture et du numérique, ministère faible et showbizé s’il en est, il en est encore à s’absorber sur les questions de la télé pendant que tout cela se produit et que les positions de l’économie numérique de demain se construisent dans une sorte à la fois de bouillonnement mais aussi de far-west commercial.
    Au total, je ne sais pas si demain sera pire, je vois qu’aujourd’hui c’est ieux avec Persée ou cademia.Edu qu’hier avec ma photocop et ma bibliothèque toujours fermée à 18H. Donc je privilégie pragmatiquement ce qui permet la circulation et la diffusion des travaux. Payés par les contribuables il est scandaleux qu’ils soient confinés, difficilement accessibles aux chercheurs voire totalement accaparés par des éditeurs rentiers à peu de frais.

    ACH

  2. Thomas dit :

    Billet très intéressant, merci.

    Et le modèle économique, des informations à ce sujet ?

    Des garanties sur le fait que cela ne s’assoit pas sur la vente des données personnelles des chercheurs ?

    • Christophe Benech dit :

      Non, pas d’information sur le modèle économique et je n’ai pas entendu parler de vente de données… A intervalles réguliers, la rumeur veut qu’Academia risque de devenir payant. Si c’était le cas, quid de la propriété des milliers de documents déposés sur leur site ?

  1. 20 novembre 2013

    […] le blog ArchéOrient-Le Blog, Christophe Benech a posté un guide pratique qui décrit les fonctions majeures d’academia.edu […]

  2. 20 novembre 2013

    […] gepostet[1]. Wer Französisch kann, für den ist ebenso der Beitrag von Christophe Benech im Blog ArchéOrient-Le Blog zu empfehlen[2]. Hier sei nur kurz auf die wichtigsten Ziele und Prinzipien des Netzwerks […]

  3. 25 novembre 2013

    […] Une enquête réalisée par les Corist de l’inSHS et présentée lors de la 2éme Journée des correspondants IST du 19 novembre dernier, donne une piste quant à la répartition de leur utilisation. Elle indique des usages massifs des réseaux sociaux parmi leur communauté scientifique. Dans la grande majorité des cas, ces usages sont largement intégrés dans l’activité professionnelle. Les réseaux concernés sont majoritairement généralistes (Facebook, Twitter),les réseaux strictement destinés aux scientifiques sont moins connus et moins utilisés.Les chercheurs SHS constituent globalement des usagers plus intensifs des réseaux sociaux que les ceux des autres disciplines.Concernant les réseaux académiques Academia.edu, (« le réseau social scientifique préféré des SHS ») et ResearchGate sont les réseaux les plus importants en nombre d’inscrits, d’après C. Benech. […]

  4. 25 novembre 2013

    […] Christophe. 2013. Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 12 avril 2013. [En […]

  5. 27 novembre 2013

    […] Benech Christophe. 2013. Academia.edu : le réseau social scientifique préféré des SHS, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 12 avril 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/792 […]

  6. 16 décembre 2013

    […] vous aviez déjà tous lu son article paru sur ArchéOrient – Le Blog, non ? On vous redonne le lien, au cas […]

  7. 14 février 2014

    […] 2.0 : au-delà des ressources classiques ». Bases, n°206, 09/2012. p. 1-6. (retour). [5] En l’absence de contrôle et de dédoublonnage, par exemple, Academia propose près d’un million de research interests. (retour). [6] La nouvelle version de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *