Textiles antiques : matériaux, techniques, économie et usages

L’ école thématique TexAntiques s’est tenue, sous l’impulsion du GDRI ATOM, du 16 au 20 octobre 2017, à la Maison Internationale Universitaire de Clermont-Ferrand. Elle a permis de réunir des chercheurs et des doctorants de tous les horizons autour des problématiques du textile ancien. Au total, 12 intervenants et autant de participants étaient réunis pour cette semaine d’échanges intenses. Les interventions étaient réparties sur des journées complètes et organisées selon trois axes :

  • Matériaux et techniques, modalités de conservation et de découvertes archéologiques
  • Rôle économique des fibres et textiles, société et environnement
  • Terminologie et usage des textiles

Parmi ces différents blocs étaient proposés des cours ou des ateliers pratiques, ainsi que la visite du Musée Bargoin de Clermont-Ferrand, qui présente une riche collection d’objets archéologiques et de textiles de toutes les époques. L’exposition temporaire, plutôt orientée sur des questions d’iconographie (et un peu sur les techniques avec les impressions par tampons) avait pour thématique les textiles iraniens : « L’ art du Qalamkar d’Ispahan ».

Fig. 1: une partie des intervenants et participants à l’école thématique devant les portes du Musée Bargoin (© C. Michel)

Les différents intervenants représentaient des disciplines diverses et variées, preuve d’une interdisciplinarité essentielle dans l’étude du textile ancien. Les disciplines étaient ainsi l’archéologie, l’histoire, l’épigraphie, l’archéobotanique, l’archéozoologie, l’ethnologie ou encore les études de laboratoire, ainsi que la conservation muséologique. Le contenu proposé a permis d’approcher des horizons vastes, du Pérou à la Chine, en passant par la Mésopotamie, l’Orient de manière générale, l’Europe antique ou médiévale et enfin les pays scandinaves. Cette grande diversité dans les approches ou les ères chrono-culturelles était aussi reflétée par les étudiants présents, dont les sujets d’étude s’échelonnaient de l’antiquité proche-orientale à l’époque moderne.

Bloc 1 : Matériaux et techniques, modalité de conservation et de découvertes archéologiques

Le rôle de ces présentations était de questionner les aspects matériels de l’étude textile. Il s’agissait donc de revenir aux fondamentaux de la conception même d’un textile, des matières brutes aux méthodes de tissage, mais aussi d’expliquer comment aborder un sujet aussi délicat. L’étude d’un textile archéologique suit le sens inverse de sa fabrication, puisqu’il s’agit en fait de remonter les étapes depuis le produit fini jusqu’aux matières premières. De plus, cette discipline est encore neuve et a besoin d’établir des méthodes qui lui sont propres. Pourtant, le textile était et reste absolument indispensable et présent en toutes occasions, dans toutes les cultures et toutes les sociétés. L’origine de l’archéologie textile remonte pour la France aux travaux et aux expérimentations de Léon Heuzey, puis aux recherches de divers industriels à partir de la seconde moitié du 20ème siècle. L’approche anglo-saxonne est plus expérimentale. Cette recherche est en tout cas fondamentale, car les textiles sont présents partout dans le monde archéologique, pour peu que l’on sache les chercher, notamment en contexte funéraire, soit en l’état, soit sous forme d’empreintes. L’étude des vestiges textiles suit désormais un processus plus complet que la simple (mais indispensable) observation à l’œil nu, en s’aidant pour cela des recherches de nombreuses disciplines et en mettant l’accent sur des fouilles de plus en plus minutieuses. Une des interventions proposées par Eva Andersson Strand (Professeur à l’Université de Copenhague, directrice du Center for Textile Research) permettait de revenir plus en détail sur la définition même du « textile researcher », qui n’étudie plus uniquement le textile comme une œuvre d’art, pour ses couleurs et ses motifs, mais s’intéresse aux techniques, au contexte archéologique, à des aspects sociaux et culturels… Une présentation était faite des différents outils retrouvés dans les fouilles et de leurs utilisations (parfois présumées). L’intervention décrivait également chaque étape de la chaine opératoire, de la conception d’un textile, du prélèvement de fibres animales ou végétales, à leur filage, leur teinture, leur tissage ou assemblage. Des travaux pratiques plus concrets ont aussi permis à tous de se rendre compte du temps et de l’investissement personnel que demande la conception d’un textile. Se basant sur des résultats d’archéologie expérimentale mise en place par le Center for Textile Research, Eva Andersson Strand nous a guidé sur l’écharpillage de la laine, le filage au fuseau à fusaïole basse, ou au fuseau corse ou encore le tissage aux tablettes ou sur un petit métier à tisser portatif. C’est un travail très enrichissant pour se rendre compte que ces techniques résultent d’un véritable savoir-faire, et que la réalisation ne serait-ce que d’un fil est un travail long qui par conséquent rend cet objet précieux.

Fig. 2 : De haut en bas : Lin, cocons de soie, poils de chèvres, laine de mouton, différents types de fuseaux et fusaïoles, exemples de fils et écheveaux teints (© E. Vila)

D’autres présentations, par Sophie Desrosiers (Chargée de conférence, EHESS, spécialiste textile) ou Catherine Breniquet (Professeur à l’université de Clermont-Ferrand, archéologue spécialisée dans le Proche-Orient ancien et le textile) ont permis de se familiariser avec l’analyse de différents types de tissage déterminés par la fabrication du fil ou de l’armure, mais aussi avec l’observation d’empreintes textiles en archéologie.
Cela nous a notamment permis de faire par nous-même l’expérience difficile de l’observation d’empreintes variées, l’impression en creux nécessitant évidemment de penser à l’envers et d’imaginer tous les pièges et les exceptions possibles. Enfin, Christophe Moulhérat (Conservateur au Musée du Quai Branly), proposait une observation plus détaillée des fibres elles-mêmes. Par plusieurs images microscopiques en vues transversales ou longitudinales, il nous a permis de reconnaître dans les grandes lignes les différents types de fibres (animales : poils ou baves ; végétales : poils séminaux ou graines, fibres libériennes de tiges ou fibres dures) selon leur apparence extérieure, leur section ou leur état de maturation.

Bloc 2 : Rôle économique des fibres et textiles, société et environnement

Ce second pôle débutait avec une longue intervention en deux parties, animée par Laetitia Graslin-Thomé (Maîtresse de conférence à l’université Nancy 2, assyriologue et économiste) et Cécile Michel (Directrice de recherche CNRS, Nanterre, professeur à l’université de Hambourg, assyriologue), sur le rôle économique des fibres, des textiles et des teintures dans le Proche-Orient ancien. L’analyse, principalement issue d’informations textuelles, tâchait de dresser un panorama complet des problématiques d’administration et de gestion des matières premières, des artisans textiles, des coûts de production, mais aussi des différences entre production officielle, sous l’égide des Palais ou des Temples, et privée. Une autre présentation, par Cécile Michel et Philippe Abrahami (Maître de conférence, université Lyon 2 / UMR 5133-Archéorient, assyriologue), traitait plus particulièrement de ces questions de production officielle ou privée dans les textes cunéiformes. Cette production est représentée dans les archives officielles de différents sites majeurs à travers les époques : Adab pour le 23ème siècle, Girsu pour la période d’Ur III, Mari au 18ème siècle, Nuzi au 14ème siècle… mais aussi dans les archives privées des marchands assyriens du 19ème siècle à Kanesh ou des grandes maisonnées de Nuzi.

Un autre aspect de ces questions d’économie, société et environnement était traité par l’intervention croisée de Charlène Bouchaud, archéobotaniste (Chargée de recherche CNRS, Musée national d’histoire naturelle) et Emmanuelle Vila, archéozoologue (Chargée de recherche CNRS, UMR 5133-Archéorient, Lyon). Charlène Bouchaud a présenté les larges champs d’étude de l’archéologie des végétaux à travers de nombreuses spécialités (Carpologie, anthracologie, dendrochronologie, xylologie, palynologie, étude des phytolithes), puis s’est plus précisément attachée à développer le cas des plantes utilisées pour la fabrication des texiles (notamment le lin, le coton et le chanvre). Il faut garder à l’esprit que la présence de graines ou de fruits sur un site ne suffit pas à établir la preuve de l’utilisation du végétal dont ils proviennent comme plante textile et que de nombreux paramètres doivent être pris en compte. Charlène Bouchaud est revenue plus particulièrement sur la domestication et la diffusion du coton et de ses différentes variétés, qui sont en Orient représentées par le coton d’Inde ou d’Afrique. L’approche archéozoologique d’ Emanuelle Vila se concentrait pour cette présentation autour du mouton, dont la domestication a sans doute influencé le passage d’une mue annuelle à une toison laineuse permanente, dans le cadre d’une recherche constante de rentabilité des matières premières. Les méthodes d’identification de la présence de moutons et éventuellement de la production de laine passent par une détermination des os, une analyse des âges d’abattage à partir des dents et des os, des analyses morphométriques et enfin des analyses morphologiques, qui sont surtout visibles par l’étude des cornes. C’est en déterminant l’âge de l’animal, particulièrement à travers l’état de soudure des épiphyses, qu’il est possible de savoir s’il était élevé pour son lait, sa viande, ou sa laine. En plus de cette présentation, Emmanuelle Vila avait invité Marie-Jo Brunet, fileuse, qui nous a présenté plusieurs de ses réalisations en fibres de très nombreux animaux, et notamment de chiens de différentes races.

Fig. 3 : Différentes pelotes de fils réalisées à partir de poils de chiens de races diverses (© E. Vila)

Bloc 3 : Terminologie et usage des textiles

 Le dernier pôle traitait de la terminologie des textiles et de leurs usages. Les questions de terminologie sont essentielles car elles servent les besoins premiers de la recherche : savoir définir son objet d’étude selon des normes précises. La première intervention de Sophie Desrosier était particulièrement technique et traitait des problèmes d’appellations entre différentes langues ou différentes époques. Elle nous a plus particulièrement présenté la classification d’Irène Emery, divisée entre les techniques à un seul ensemble d’éléments (réseau entrelacé, réseau bouclé, tricot, crochet, sprang, etc.) et celles à deux ensembles d’éléments (tissu droit, gaze, tissu à chaîne cordée, tissu à trame enroulée, etc.). En plus de cette introduction générale à la terminologie, Marie-Louise Nosch (Professeur à l’université de Copenhague, spécialiste du Linéaire B), en visioconférence, nous a présenté le cas de la terminologie textile dans la documentation minoenne, ainsi que ses reprises dans l’écriture mycénienne. Elle a aussi traité de nos manières de nommer un textile selon différentes observations : l’usage et la manière de porter un vêtement, le lieu et la circonstance dans lequel le porter, la fibre matérielle, une désignation toponymique, l’emprunt linguistique, la forme du vêtement, etc.

Fig. 4 : L’intervention de Marie-Louise Nosch : les différents pictogrammes du textile (© E. Vila)

Avec Philippe Abrahami, nous nous sommes également penchés plus spécifiquement sur la terminologie textile et les termes des activités de foulonnage dans la documentation cunéiforme. Il s’agissait principalement d’études de cas à partir de textes sumériens et akkadiens. Des textes souvent parcellaires, car les realia dont ils traitent sont généralement connues du rédacteur qui ne se sent pas le besoin d’expliquer et ne développe que certains aspects ponctuels : quantité, poids, couleur… Néanmoins, le textile est présent dans tous les types de sources, car il est au cœur de la vie quotidienne. Les informations peuvent être délivrées par le nom même du textile, par des comparaisons étymologiques, par une identification précise du texte quant à son usage, ou par une association à d’autres textiles (notamment dans les inventaires ou listes lexicales). Enfin, la dernière intervention de Catherine Breniquet revenait sur l’iconographie et les usages des textiles dans l’antiquité. Les vases, les reliefs, les sceaux et d’autres supports de représentations font effectivement souvent état des activités textiles, notamment le filage et le tissage. Toutes les représentations ne sont pas faciles à mettre en lien avec des techniques et certaines ont même longtemps été mal comprises : les miroirs que nous voyons sur les scènes de filage des vases grecs ne sont-ils pas en fait des quenouilles pleines, ou encore les lyres tenues par ces jeunes filles ne sont-elles pas de petits métiers à tisser portatifs ? Les représentations, même si elles sont souvent schématiques et délicates à interpréter, sont une source d’information non négligeable quand on sait comment les lire.

Conclusion

Pour résumer je pense que cette école thématique était très bien équilibrée en fonction de ses différents blocs de recherche. Il était vraiment intéressant d’approfondir les connaissances de chacun par un échange pluri-disciplinaire. Il aurait fallu bien des jours supplémentaires pour être tout à fait exhaustif sur un sujet aussi large que l’étude du textile antique, néanmoins, il me semble que les interventions proposées étaient toutes enrichissantes pour qui étudie ces questions. De plus, les travaux pratiques proposés permettaient d’aborder de manière réellement concrète les chaînes opératoires (ou/et les notions techniques) décrites dans les publications académiques.

Fig. 5 : La tunique des Martres-de-Veyre presque intacte, datée du Ier ou IIème siècle ap. J-C, actuellement au Musée Bargoin de Clermont-Ferrand (© E. Vila)

L’auteur

Laurie Tétart-Perrier est étudiante en seconde année de Master à l’Université Lumière Lyon 2. Après un premier mémoire sur le textile dans la documentation cunéiforme néo-assyrienne (1ère moitié du 1er millénaire av. J-C), elle travaille aujourd’hui sur le textile dans les textes du palais de Nuzi (14ème siècle av. J-C).

Pour citer ce billet : Laurie Tétart-Perrier. Textiles antiques : matériaux, techniques, économie et usages, ArchéOrient - Le Blog, 10 novembre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7918

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *