Les foyers de Tell Aswad : évolution typologique et technique au cours du PPNB

Situé à l’extrémité orientale du village de Jdeideh al-Khass et à 30 km au sud-est de Damas (fig. 1), le site de Tell Aswad, d’une étendue de 250x250m, a été découvert en 1967 par H. de Contenson et sondé en 1970 et 1973 par le même archéologue (Contenson 1995). La reprise des fouilles en 2001, par D. Stordeur (UMR 51333-Archéorient,  directrice à l’époque de de la mission permanente El Kowm-Mureybet du Ministère des Affaires Étrangères) et B. Jamous (Direction générale des Antiquités et des Musées de Damas), a permis de réviser la séquence chronologique, éliminant la présence du PPNA (Pre-Pottery Neolithic A) sur le site (Stordeur et Khawam 2007 ; Stordeur et al. 2010). Vingt-deux niveaux stratigraphiques ont été mis au jour dans deux secteurs (B et C). Ils représentent une occupation continue sur plus d’un millénaire durant le Néolithique précéramique B : du PPNB ancien (8600 BC) au PPNB récent (7400 BC).

Fig 1 : Localisation du site Tell Aswad (graph : D.E. Albukaai)

Les fouilles de Tell Aswad ont livré un nombre important de dispositifs de combustion, répartis sur toute la durée de l’occupation. La typologie que j’utilise pour classer ces foyers a été développée dans ma thèse de doctorat, qui portait sur ce type de dispositif dans le Néolithique du Levant (Albukaai 2014). Trois critères ont été adoptés pour établir cette typologie :

  1. La présence ou non d’une couverture dans la structure de combustion. L’absence de traces de couverture sur les exemplaires de Tell Aswad a conduit à éliminer le type « four ». Le foyer (structure de combustion ouverte) est le type unique sur ce site.
  2. L’emplacement de la surface de combustion. Selon ce critère, deux catégories de foyers ont été définies à Tell Aswad : les foyers creusés et les foyers posés.
  3. La présence ou l’absence d’un aménagement du foyer (parois, enduit, aménagement du fond, etc.). Ce critère a permis de distinguer deux sous-catégories : les foyers simples et les foyers aménagés.

Pour mieux mettre en évidence l’évolution des foyers, ils seront présentés ici dans l’ordre des phases qui structurent la séquence chronologique du site (Stordeur et al. 2010).

Les foyers de la phase ancienne (fin du PPNB Ancien) 

Les foyers de cette phase sont caractérisés par leur simplicité et ne présentent aucun aménagement particulier (fig. 2). Deux catégories ont été définies : le foyer creusé dans le sol (forme arrondie) et le foyer posé sur le sol (forme irrégulière). Malgré la rareté des attestations, on peut distinguer deux types de profils pour les foyers creusés : le profil à parois verticales et fond plat ou légèrement concave et le profil à parois convergentes à un fond plat ou légèrement concave.

Fig 2 : Foyers creusés simples ST785 et ST774 / phase ancienne (photo : mission Tell Aswad / Dessin : D.E. Albukaai)

Les foyers de la phase moyenne (PPNB Moyen) 

Une prédominance remarquable des foyers creusés apparaît au PPNB moyen. Ces foyers présentent majoritairement une forme arrondie (circulaire ou ovalaire) et, le plus souvent un profil concave ou une section à parois convergentes. La raison de cette prépondérance tient certainement à la simplicité de ce type de construction, ainsi qu’à l’avantage offert par l’absence d’angles morts, qui facilite la circulation de l’air et améliore l’efficacité thermique du foyer (Molist 1986).

  • Aspect technique

C’est du point de vue technique que des nouveautés ont été mises en évidence dans les foyers de cette phase par rapport à la phase précédente. En effet, 34% des foyers creusés comportent des aménagements au niveau de leur creusement primaire. Il s’agit d’enduits qui couvrent l’intégralité des surfaces internes, ou seulement le fond. Le matériau utilisé se compose essentiellement de terre à bâtir avec une présence occasionnelle d’argile et de matière blanche (plâtre ou chaux). Ce type d’aménagement offre plusieurs avantages : une protection des surfaces internes du foyer contre les effets de la combustion, un nettoyage plus facile grâce à l’uniformité des surfaces, enfin un emmagasinage thermique plus efficace. Toutefois ce dernier varie selon l’épaisseur de l’aménagement.

  • Répartition spatiale

L’organisation spatiale des maisons et des structures de combustion conduit à distinguer deux groupes de foyers en fonction de leur emplacement : les foyers domestiques placés dans les espaces extérieurs mais dont l’appartenance à une habitation donnée semble certaine, et les foyers collectifs, moins fréquents, dont la position ne permet aucune attribution à une habitation précise.

  • Les foyers de l’espace domestique

À la fin de l’horizon PPNB ancien, les foyers domestiques attribués à des maisons précises sont prépondérants, et ce fait se confirme au PPNB moyen. Le nombre de foyers varie d’une maison à l’autre et d’un niveau à l’autre ; il peut atteindre jusqu’à huit foyers. C’est le cas de la maison EA32 au niveau B7. Au contraire, d’autres maisons ne présentent aucun foyer, comme EA 14 et EA21 du niveau B3.

Lorsque plusieurs sols superposés sont observés dans l’espace domestique d’une maison, un foyer est présent à chacun des niveaux de sols. Les foyers sont toujours décentrés par rapport à l’ensemble du bâtiment et sont quelquefois situés à proximité des murs. Dans certains cas, plusieurs foyers successifs ont été creusés au même emplacement (EA32 du B7, EA18 et EA8 du B5) (fig. 3).

Fig 3 : Foyers creusés aménagés de la maison EA18 / phase moyenne (photo : mission Tell Aswad / Dessin : D.E. Albukaai)

Dès le début de la phase moyenne, un foyer aux caractères dimensionnels et techniques distincts apparaît dans l’espace interne des maisons. Son emplacement et sa construction caractéristiques m’ont amené à le qualifier de foyer principal. La majorité des foyers principaux présente un diamètre supérieur à 0,80 cm et une profondeur atteignant 0,50 cm. L’intérieur du foyer principal est équipé d’une paroi de terre à bâtir de 0,15 cm à 0,25 cm d’épaisseur. On le trouve tout au long du PPNB moyen. Ce type de foyer est souvent positionné dans la moitié nord de la maison, phénomène qui pourrait illustrer la volonté de consacrer un endroit spécifique de la maison aux activités liées à l’utilisation du feu (cuisson, chauffage, éclairage) et qui traduit également une recherche intentionnelle de standardisation du foyer au sein de l’espace intérieur des habitations (fig. 4).

Fig 4 : Foyer principal (ST714) de la maison EA43 / phase moyenne (photo : mission Tell Aswad / Dessin : D.E. Albukaai)

  • Les foyers de l’espace collectif

Ces foyers se singularisent uniquement par leur position. Ils ont été mis au jour dans les espaces collectifs qui séparent les maisons et qui contiennent parfois des aires d’activités multiples. Ils sont moins fréquents que les foyers intérieurs et présentent des caractères différents : ils sont plus petits et leur creusement ne présentent aucun aménagement.

Les foyers de la phase récente (fin PPNB moyen/PPNB récent)

Les deux tiers des foyers étudiés appartiennent à la catégorie du foyer creusé, un fait qui illustre la récurrence de ce type, des premiers aux derniers niveaux d’occupation du site. Cependant, la présence du foyer posé est plus affirmée par rapport à la phase précédente. On observe une prédominance des formes arrondies (circulaire et ovale), ce qui n’exclut pas l’utilisation sporadique d’autres formes (quadrangulaire, semi-circulaire, allongée, irrégulière). Comme à la phase précédente, le profil concave reste bien représenté, mais avec une augmentation remarquable des profils à parois verticales et à fond plat.

  • Aspect technique

Les foyers de la phase récente montrent une amélioration technique significative : 73% des exemplaires étudiés comportent un aménagement construit ajouté à la fondation initiale de la structure. Malgré la prépondérance de la terre à bâtir, l’utilisation du basalte croît nettement dans la construction des aménagements. Ce matériau était apparu à la toute fin de la phase précédente avec, pour la première fois, des fragments de basalte utilisés dans la fondation d’un foyer posé (fig. 5). Il se retrouve dans la construction de trois foyers de la phase récente, mais cette fois mélangé avec de la terre à bâtir dans la construction des parois.

Fig 5 : Foyer posé aménagé (ST80) de la maison EA11 / fin de la phase moyenne (photo : mission Tell Aswad / Dessin : D.E. Albukaai)

Les différents aménagements utilisés aux phases précédentes perdurent à la phase récente. Cependant, une innovation technique a été observée au niveau B-1 de la phase récente : il s’agit d’une plateforme construite en terre à bâtir, qui borde l’ouverture de deux foyers et doit être liée à leur fonctionnement.

  • Répartition spatiale

L’existence d’un foyer principal, reconnue dès le premier niveau de la phase moyenne, caractérise toujours l’espace intérieur des maisons de la phase récente. Ce foyer présente, comme aux niveaux précédents, des traits morpho-métriques et techniques distincts de ceux retrouvés dans les espaces extérieurs. Quatre exemples de foyers principaux ont été identifiés. Les foyers 503 a/b du niveau B-1 se placent dans la moitié nord de la maison EA22, ce qui rappelle des foyers plus anciens du site. Quant aux foyers 704/716 du niveau B-4, le mauvais état de conservation général de la structure d’habitat à laquelle ils appartiennent ne permet pas de connaître leur emplacement exact par rapport au reste de la construction. Dans les deux cas, deux foyers ont été édifiés sur le même emplacement, phénomène constaté dès le début de la phase précédente.

Pour conclure, il est important de souligner que les différentes étapes de l’évolution typologique et technique des foyers de Tell Aswad sont en concordance avec l’évolution générale de l’architecture du site, notamment avec l’apparition de nouvelles techniques de construction dans les maisons du premier niveau d’occupation de la phase moyenne. C’est à ce moment-là, en effet, qu’apparaissent les premières briques dans l’architecture des maisons, en même temps que l’on voit arriver des améliorations techniques et morphologiques significatives sur les différents types de foyer.

Bibliographie

Albukaai D.E. 2014. Les structures de combustion au Levant pendant la période néolithique précéramique (10000-7000 BP) : Typologie, technique de construction, emplacement et fonction, Thèse de doctorat, université Lyon 2.

Contenson H. De 1995. Aswad et Ghoraifé, sites néolithiques en Damascène (Syrie) aux IXe et VIIIe millénaires avant l’ère chrétienne, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient, BAH 137, Beyrouth.

Molist M. 1986. Les structures de combustion au Proche Orient Néolithique (10000 – 3200 B.C.), Thèse de doctorat, université Lyon 2.

Stordeur D., Khawam R. 2007. Les crânes surmodelés de Tell Aswad (PPNB, Syrie) – Premier regard sur l’ensemble, premières réflexions, Syria 84, 5-32.

Stordeur D., Helmer D., Jammous B., Khawam R., Molist M., Wilcox G. 2010. Le PPNB de Syrie du sud à travers les découvertes récentes à Tell Aswad, in : M. Al Maqdissi, F. Braemer, J.-M. Dentzer (eds.), Hauran V. La Syrie du sud du Néolithique à l’Antiquité tardive, Institut Français du Proche-Orient, BAH 191, Beyrouth, 41-67.

L’auteur
Diaa Albukaai est chercheur associé au laboratoire Archéorient-UMR 5133 (Maison de l’Orient et de la Méditerranée), spécialiste du Néolithique du Levant / étude des aménagements domestiques.
Pour citer ce billet : Diaa Albukaai. Les foyers de Tell Aswad : évolution typologique et technique au cours du PPNB, ArchéOrient - Le Blog, 13 octobre 2017, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/7819

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *