35e Rencontre Internationale de la Society of Biblical Literature à Berlin

Durant la semaine du 7 au 11 août s’est tenu la 35ème rencontre internationale de la Society of Biblical Literature (SBL), dans la prestigieuse Université Humboldt, à Berlin.

Fig. 1 : Bâtiment principal de la Humboldt Universität. Source : Christian Wolf, www.c-w-design.de

Fondée à la fin du 19ème s., la SBL est la plus ancienne et la plus importante société académique consacrée à l’étude des textes bibliques. Annuellement, en plus d’une réunion sur le territoire américain, la SBL organise des rencontres internationales hors Amérique du nord, changeant chaque année de pays. Après Séoul en 2016, cette année, la rencontre a eu lieu à Berlin, pour la seconde fois (4ème fois en Allemagne). L’événement a été organisé en coopération avec l’European Association of Biblical Literature (EABS).

Près de 900 communicants, venus d’une quarantaine de pays différents, se sont rassemblés pour une semaine de conférences, organisées en plus de 300 sessions thématiques. Par ces rencontres, la SBL encourage la coopération internationale, l’avancement de la recherche, et le débat dans la communauté académique, permettant ainsi l’ouverture de nouvelles perspectives.

La réception d’ouverture a eu lieu au Rotes Rathaus, l’hôtel de ville de Berlin, construit entre 1861 et 1869, et siège du Sénat de Berlin.

Fig. 2 : Rot Rathaus (« Hôtel de ville rouge »). Source : © freakyman / Gemäß CC-Lizenz

Pendant le reste de la semaine, 322 sessions ont donc eu lieu, organisées par la SBL ou l’EABS, autour de sujets variés : Manuscrits de la mer Morte (EABS) ; Apocryphes slaves (EABS) ; Droit biblique et du Proche Orient ancien (SBL) ; Interprétation biblique aux débuts du Christianisme (SBL) ; mais aussi « Fan fiction » et anciennes cultures scribales (EABS) ; Etude de la masculinité dans les études bibliques féministes (EABS) ; Etudes postcoloniales (SBL) ; Nourriture comme concept/symbole/métaphore (SBL) ; etc.

La session à laquelle j’ai participé était organisée par l’EABS, et s’intitulait : « Medicine in Bible and Talmud ». Organisée par Lennart Lemhaus (Freie Universtät de Berlin) et Markham Geller (Freie Universität), elle avait pour thème les approches magico-médicales de la guérison dans les anciennes cultures et religions. J’ai donc pu présenter un papier, intitulé « Aspects of Mesopotamian Therapeutics : magical poetry and speech acts ». Après avoir présenté certains outils poétiques apparaissant dans les incantations thérapeutiques (parallélisme sonore ou grammatical, répétitions, métaphores, etc.), je me suis intéressée aux effets psychosomatiques que peuvent avoir ces effets poétiques sur un patient, et plus particulièrement au pouvoir de la métaphore. Ainsi, en plus de permettre au patient de mettre un nom et un « visage » à sa maladie, l’incantation, grâce à la métaphore, permet de lier l’expérience physique à une narration mythique, et de causer des changements cognitifs et corporels. La deuxième intervenante de la matinée était Miruna Belea, de l’université de Manchester. Sa communication a porté sur la guérison surnaturelle dans la Torah de Sefer Shimmush (SST). Après une présentation des manuscrits magico-médicaux judaïques en tant que genre, la discussion a ensuite porté sur la transmission historique de SST, principalement en Europe, et la connexion entre guérison et intervention divine telle qu’elle est conceptualisée dans la SST.

La suite de la session a eu lieu l’après-midi, et avait comme thème « The Transfer of Medical Knowledge in Its Material and Religious Contexts ». Trois spécialistes sont intervenues : dans un premier temps, Susan Holman, de l’université de Harvard, a présenté un papier intitulé « Doctors in the choir : Theological Medicine in the Ancient Church Precinct ». Cette communication a porté en particulier sur un groupe de peintures représentant des saints guérisseurs, daté du 7ème s. de notre ère, découvert dans le cœur de l’Eglise de la Sainte Vierge du monastère copte Dayr al-Suryan, en Egypte.

Fig. 3 : Peinture restaurée, représentant un saint guérisseur (probablement ophtalmologue), chœur du monastère Dayr al-Suryan. Source : http://www.pharaon-magazine.fr/index.php?q=img_assist/popup/1072

Annette Weissenrieder, de la Graduate Theological Union, a ensuite présenté sa communication, « Disease and Healing in a Changing World : ‘Medical’ Vocabulary and the ‘Female’ Patient in the Vetus Latina Mark and Luke ». La discussion portait sur les termes médicaux trouvés dans les différents manuscrits de la Vetus Latina (Version latine de la Bible datant du 2ème s. de notre ère, version précédant la Vulgate, traduction commune de la Bible, initiée vers le 4ème/5ème s.). Les différences de traduction, en particulier celles concernant les expressions médicales utilisées (plus ou moins proche des termes habituels du discours médical), selon les manuscrits, montrent les difficultés existant dés les premiers jours du christianisme pour arriver à une interprétation « correcte » des textes sacrés. Enfin, Jimmy Daccache, de l’université de Yale, a discuté des différentes approches à la traduction de textes médicaux du grec vers le syriaque dans son papier, « Observations on 6th and 9th centuries translation techniques through Sergius’ and Hunayn ibn Ishaq’s works ».

En conclusion, cet événement, qui fait partie des plus importantes manifestations scientifiques annuelles dans le domaine des études bibliques, mais aussi du Proche-Orient ancien, a permis la réunion et la collaboration de chercheurs venus des quatre coins du monde, dans un esprit de collaboration et de partage, et a été témoin de discussions enrichissantes et de communications passionnantes. La prochaine et 36e Rencontre de la SBL est prévue en été 2018 à Helsinki en Finlande.

L’auteur

Loubna Ayeb est doctorante à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Mondes anciens, ED 483, UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Loubna Ayeb. 35e Rencontre Internationale de la Society of Biblical Literature à Berlin, ArchéOrient - Le Blog, 6 octobre 2017, [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/7804

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *